Interprétation

Par Cocti le 8 février 2020 5
Dans Questions et conseils candaulistes

Bonjour à tous,

Ma femme connaît mon fantasme candauliste depuis plusieurs années, et elle ne veut pas en entendre parler.. j’ai finis par faire une croix dessus, bien qu’il soit toujours en veille..
Il y a 2 semaines elle est revenue du boulot avec un sourire jusqu’aux oreilles, les yeux qui pétillent, et elle me dit qu’un collègue l’a draguée..
Vu son visage je me dis qu’il y a peut être un changement de son côté ?
Alors j’aborde tranquillement en lui demandant ce qu’elle en pensait, si ça lui avait fait plaisir, si c’était charmant de la part de son collègue etc..
Puis elle se ferme complètement, se met en colère et me dis que je ne dois vraiment pas l’aimer pour réagir comme ça, que son collègue l’avait juste mise mal à l’aise et hors de question de reparler de mon fantasme !! Pourtant je n’ai pas arrêté de lui dire que je l’aimais plus que tout et c’est pour ça que je réagis comme ça, que la trouvais magnifique et belle ..

Bon ok je laisse tomber

Hier elle revient encore plus souriante et radieuse, les joues toutes rouges et là elle m’annonce que juste avant de rentrer son collègue lui a clairement fait comprendre que si elle voulais faire des heures sup avec lui il ne dirait pas non..
Et là même schéma !! Moi excité, elle aussi visiblement mais dès que je lui demande ce qu’elle en pense elle se met en colère face à mon manque de jalousie..
Je suis completement perdu !!!
Je lui ai dis "mais tu attends quoi !? Que je te fasse une crise et je lui casse la gueule ?"
Bref dispute et communication coupée...

Voilà j’ai besoin d’aide pour lire entre les lignes, les non dits, et comprendre pourquoi j’interprète ses signes comme positifs alors que ces paroles disent non...

Merci à tous !!

5 commentaires

Interprétation

Par SWAY42 le 11 avril 2020

Bonsoir,

Je ne peux que souscrire à la brillante analyse de la sexologue du site qui décrit à mon avis tout à fait la situation à laquelle sont confrontés de nombreux couples (et surtout de nombreux maris). Ayant vécu un peu les mêmes choses que vous (moi ce n’était pas un de ses collègues de travail mais avec un de mes amis), je me retrouve tout à fait dans votre désemparement face aux incohérences de votre femme tout comme dans votre frustration quand la seule solution pour éviter une dispute est de clore la discussion.

Alors en tant qu’homme (et mari), je comprends très bien les difficultés que peut rencontrer une femme au niveau de ses contradictions internes lorsque celles-ci résultent d’une situation qui est quelque part subi car poussée voir provoquée par leur mari : vous suggérez à votre femme de faire des heures supp avec son collègue qui la drague, même si elle est tentée (parce ce que j’imagine que pour une femme ça doit toujours être agréable de se laisser séduire et d’être draguée si c’est fait subtilement), elle ne sait pas trop où elle met les pieds donc ça me semble un peu normal qu’elle avance à reculons, d’autant plus qu’elle ne maîtrise pas la situation ni ses tenants ou aboutissants. En revanche, j’ai beaucoup plus de mal à comprendre les incohérences de comportements quand la femme est dans une situation de proactivité, notamment quand elle créé elle-même les situations en question.

Pour être concret, il me semblerait en effet tout à fait logique que votre femme se garde bien d’évoquer son collègue de travail si elle ne voulait pas entendre parler de candaulisme or elle en a parlé et ce n’est pas un malheureux hasard puisqu’elle a réitéré, elle devient actrice dans la pièce de théatre. Peut-on considérer que si elle le fait, c’est qu’elle est potentiellement intéressée par une relation avec son collègue et/ou commence à envisager répondre à votre demande qu’il se passe quelque chose avec lui pour vous faire plaisir ? Selon les explications données par la sexologue, ses incohérences résulteraient donc du nécessaire processus de déconstruction de ses conceptions pour évoluer vers votre demande à laquelle elle souscrit au final également, au moins sur le principe. Mais dans ce cas là, pourquoi ne saisit-elle pas l’occasion que vous lui offrez pour en parler avec vous et avancer un peu sur la question au lieu de se braquer ? N’assumerait-elle pas ses envies ou ses choix ?

Dans mon cas, ma femme n’appréciait pas du tout mon ami, elle le trouvait macho, indélicat, parfois grossier... il faut dire que c’était le genre d’homme sur de lui, dragueur, qui n’a pas peur d’y aller avec une femme quitte à la bousculer un peu. Je comprennais tout à fait qu’elle ne l’apprécie pas, ne serait-ce qu’en raison de son comportement cavalier. Comme votre femme, la mienne refusait toute discussion avec moi à propos d’elle et mon ami, se murant dans l’argument qu’il ne l’intéressait pas du tout et que même pas en rêve je pouvais espérer qu’il se passe quoi que ce soit avec lui... porte fermée et à double tour.

Pourtant, comment expliquer que sur l’oreiller, quand j’évoquais mes fantasmes - à travers par exemple, d’un petit scénario dans lequel elle se retrouvait seule avec lui - cela l’excitait sexuellement ? Je vous jure qu’à peine je commençais à évoquer l’intéret de mon ami pour elle qu’elle se mettait à mouiller abondamment et qu’il ne fallait généralement que quelques petits chuchottement bien choisis pour lui déclencher un gros orgasme ; quand il s’agissait de lui, elle prennait du plaisir avec une facilité déconcertante, d’ailleurs je reconnais en avoir bien profité, je crois qu’on a jamais autant "baiser" qu’à cette époque (excusez-moi pour l’expression), elle avait tout le temps envie de sexe. De peur de la lasser, certains soirs il m’est arrivé (avec un peu de malice) de lui dire "bon, je ne vais pas t’embêter encore en te parlant de X, je sais que tu n’aimes pas que j’en parle..." ce à quoi elle me répondait quasi systématiquement "mais tu fais ce que tu veux, je ne t’ai jamais interdit d’en parler"... euh, ben si justement, une heure avant pendant le dîner tu m’as encore fait la gueule parce que j’avais osé te dire qu’il m’avait appelé aujourd’hui ?! Bref, incompréhensible...

Alors certes, sur cet exemple on peut considérer qu’après tout peut être qu’elle fantasmait aussi et qu’en dehors du contexte "sur l’oreiller", elle n’avait pas du tout envie d’envisager mon ami dans la vraie vie. Mais alors dans ce cas, comment ça se fait qu’à chaque fois qu’il venait à la maison elle s’apprêtait ? Combien de fois je l’ai vu aller se changer et réapparaitre portant une petite jupe et des collants, une jolie robe d’été ou un décolté sexy ? Combien de soirée se sont aussi déroulées où j’ai pris le prétexte d’aller préparer le repas ou faire le café pour les laisser un moment seuls tous les deux à discuter sur le canapé du salon ; voyant que ça s’était bien passé, après son départ, je lui faisais remarquer ce à quoi elle me réponde par un simple "bof", "quand il faut, il faut", etc.

Ok, je ne suis pas une femme et donc je ne sais pas ce qui peut bien se passer dans leur tête, mais la logique ne voudrait-elle pas que lorsque l’on n’apprécie pas un homme, qu’on ne veut surtout pas qu’il se passe le moindre début de quelque chose avec lui, on ne s’intéresse pas à ce qu’il vous raconte, on ne rigole pas à ses blagues et surtout on ne prends pas le risque qu’il se mette à vous désirer en lui donnant des occasions d’admirer vos jambes, je me trompe ? Si j’avais été elle et que le copain de mon mari (copain de type dragueur) ne me plaisait pas, j’aurais entrepris de le dissuader avant même qu’il puisse se faire le début d’une idée ; il m’aurait paru logique de choisir de ne porter que des pantalons et des pull à col roulé même en plein été, pas vous ? En tout cas si pour elle c’était soit-disant une corvée de le recevoir, je peux vous dire que pour lui c’était visiblement un plaisir de tourner autour ma femme, de la taquiner, et qu’il ne se genait pas... pour moi c’était des moments d’excitation intense inoubliables.

Donc pour en revenir à votre expérience, je n’arrive pas à croire que votre femme ne prenne pas du plaisir et/ou ne soit pas stimulée par le fait que son collègue de travail s’intéresse à elle. Etant allé jusqu’à faire jurer la mienne qu’elle ne se foutait pas de moi quand elle me disait qu’elle n’aimait pas mon copain, sans vouloir en faire une généralité je ne peux que me résoudre à penser que les femmes n’ont pas forcément de continuité logique dans leur façon de percevoir ou concevoir les situations. Peut-être que votre femme apprécie d’être draguée par son collègue quand elle est avec lui, elle se trouve alors dans un état d’esprit de femme célibataire, mais qu’une fois rentrée à la maison, le contexte ayant changé, elle se remet dans son rôle d’épouse et que ce qui lui paraissait naturel deux heures avant devient par là même inconcevable. Peut-être même que votre "irruption" dans sa relation avec lui la sort de sa parenthèse de femme célibataire, ce qui l’agace sur le moment... vous vous êtes sur un schéma à trois mais peut-être qu’elle, elle demeure dans un schéma à deux donc c’est soit vous, soit lui ? Qu’en pensez-vous ?

Une fois j’ai demandé à ma femme ce que ça lui faisait qu’un homme s’intéresse à elle dans une soirée par exemple (qu’il la regarde, qu’il lui parle, qu’il la drague voir qu’il la colle un peu...). Elle m’a répondu que s’il n’était pas repoussant, que ça lui plaisait et - suite à ce que je me montre plus insistant pour avoir des précisisions sur son ressenti - que ça lui donnait envie de coucher avec cet homme, allant même jusqu’à préciser qu’elle pourrait très bien finir dans son lit le soir même s’il s’y prennait comme il faut ! Je vous avoue que sa réponse m’a un peu secoué, je ne comprennais plus trop, je ne reconnaissais plus du tout ma femme habituellement si réservée ! Elle qui n’arrêtait pas de me dire en réponse à mes fantasmes candaulistes qu’il n’est pas question qu’un autre mec la touche, qu’elle en a rien à faire des autres hommes... j’étais sur le cul comme on dit. Voyant mon désaroi, elle a fini par me dire "ah oui, mais ça c’est quand je suis célibataire, maintenant qu’on est ensemble, ce n’est plus pareil, je ne le calculerais même pas" ! Euh... incompréhensible à nouveau !

En effet, il m’aurait paru logique qu’elle me dise un truc raisonné du genre que maintenant qu’on est ensemble, elle s’en trouverait flattée qu’un autre homme la drague mais qu’elle déclinerait parce que pour elle la fidélité dans notre couple est une valeur importante... mais non, c’est le simple fait d’être en couple qui la rendrait - d’après elle - "imperméable" aux sollicitations d’un autre homme : c’est quoi ça, un pouvoir de super héro que seules les femmes possèdes ?! Bref, visiblement chez une femme, tout est question de contexte... et de principes ! Souvenons-nous de ce que disait Oscar Wilde : “Appuyez-vous sur les principes : ils finiront bien par céder”. Votre femme s’y employant visiblement, il ne reste à vous donc plus qu’à vous occuper du contexte... (et je vous assure que ça fonctionne, en tout ca ça a fonctionné dans mon cas) :-p

PS : L’avis de Madame GOURDON (la sexologue du site) serait beaucoup apprécié.

Interprétation

Par Gilp1961 le 13 février 2020

Je pense qu’elle y pense mais se pose la question de savoir qu’elle serait votre vraie réaction et si vous la regarderiez toujours du même oeil 😉

Interprétation

Par P. Gourdon Sex'Ô le 9 février 2020

Bonjour COCTI,
Si votre femme était totalement opposée à votre fantasme, elle ne vous en parlerait pas du tout et jouerait encore moins avec votre excitation.

Or, son comportement, qui semble en apparence incohérent, reflète une contradiction intérieure qui renvoie sûrement à son éducation et à toute sa construction personnelle de la sexualité. Il est fréquent d’entendre des phrases toutes faites comme « s’il est jaloux c’est qu’il m’aime » flattant par là même l’ego féminin. Mais, il s’agit bien d’ego et en l’occurrence, la jalousie est la manifestation d’une émotion mal géré par le mental. Il s’agit de conditionnements que la plupart des gens ne remettent pas en question.

Dans l’inconscient collectif, la notion de jalousie s’accorde donc souvent avec une preuve d’amour. Et son opposé, l’absence de jalousie avec un désintérêt voire de l’indifférence. Dans cette logique, votre partenaire peut avoir le sentiment de ne pas être vraiment VOTRE femme alors que vous voulez la porter en reine.

Peut-être même que de nombreuses pensées conditionnées l’entrainent vers une complication de sa perception « Il n’est pas jaloux donc il n’a pas peur de me perdre donc il ne m’aime pas donc je ne dois pas avoir une grande valeur à ses yeux, donc … donc … ». Ce flot de pensées qu’elle ne partage pas avec vous l’amène à être déstabilisée car en parallèle, elle a bien entendu que l’idée d’être draguée vous excitait. Ses deux tentatives voulaient peut-être simplement vous montrer qu’elle avait considéré votre « demande ». En tout état de cause, cette situation doit la « travailler » mais elle doit dépasser certaines choses délicates comme cette notion de jalousie.

A cette difficulté de comprendre votre fantasme s’ajoute pour certaines femmes la possibilité de le voir comme quelque chose de potentiellement péjoratif « il me prend pour qui, il est tordu, etc »
Un dernier point qui n’est pas souvent évoqué est le fait qu’une femme de candauliste n’a pas le même fantasme que son compagnon et qu’il est d’autant plus difficile pour elle de le comprendre. A cela peut se superposer le fait qu’elle ne se sente pas assez ouverte pour vivre une pratique hors normes.

Il est important de comprendre que parfois, le cheminement féminin dans le candaulisme peut être long et fastidieux car de nombreuses choses sont à déconstruire. Et ceci demande un effort et des difficultés à dépasser certaines limites. Construire une complicité demande une bonne communication, notamment en supprimant tous les malentendus et ainsi rétablir une confiance et un lien fort qui sera la base d’une nouvelle « construction ». Ce n’est qu’après que vous pourrez bâtir une nouvelle complicité ;

L’annonce de votre fantasme à votre femme est un pas important que vous avez franchi. Bravo ! En revanche, cela ne suffit pas en général à déclencher un changement d’attitude chez elle et une ouverture totale à l’expérience de but en blanc. Et bien que vous ayez tenté de la rassurer en lui exprimant votre amour, les peurs de l’inconnu (sans jeu de mot 😊) sont plus fortes car non résolues.

Il y a le fantasme, l’excitation qui peut en découler même virtuellement et il y a les peurs et la déstabilisation qui gravitent autour de la pratique. Plusieurs paramètres sont à considérer et un accompagnement peut être utile pour améliorer votre communication de couple et mettre en place étape par étape une progression vers une pratique épanouissante et sereine pour tous les deux.

Sexologue du site - diplômée de l’institut de sexologie de Paris

Interprétation

Par aljar le 9 février 2020

BONJOUR,
peut être vaut il mieux ne rien dire et ne pas luirépondre ,regarder jusqu’ou elle veut aller ou alors juste lui suggérer que c’est bien si elle fait des heures sup avec son collègue qui va peut être la décoincer pour votre bonheur .
bises candaulistes

Interprétation

Par Lekabylou le 9 février 2020

Je pense qu elle aime ces compliments.. après si elle doit passer à l’acte ça sera sans toi...une tromperie en sorte