Se preparer pour un autre monsieur.3

Par jolie-belle le 4 janvier 2020
Dans Fantasmes candaulistes

Les petits oiseaux et le soleil du matin ouvrent mes paupières...mes yeux reconnaissent le salon, mon verre est resté collé sur la table basse. Merde, je me suis endormi dans le grand silence de la maison.Nadia est elle revenue ? je me lève en une seconde,une couverture glisse alors avec mon pantalon à mes pieds.Ouf, ça va ,elle est là car elle m’a gentillement recouvert de ce plaid en rentrant.Je monte doucement la retrouver dans la chambre...

Sur le ventre, mal recouverte d’un drap, nue comme à son habitude... je peux voir sa chatte lisse qui brille entre ses cuisses. Ses douces fesses sont indemnes de toutes marques, pourtant je m’attendais à quelques zébrures... décevant.

Ma main s’approche doucement de son sexe tandis que l’odeur du sperme vient jusqu’a mes narines. Je glisse un doigt, puis deux... ils coulisse tranquillement dans une humidité gluante presque froide. Une petite main me les retire en râlant...
- "Arrête, laisse moi dormir...j’ai eu ma dose et les enfants ne vont pas tarder à se lever "

J’essaie encore, en posant des questions sans réponses qui n’excitent visiblement que moi. Un café sur la terrasse me console un peu.

Ses retours sont souvent comme ça ; ceux d’une une louve après sa chasse.Même lorsqu’elle rentre plus tôt, elle bâcle un peu nos rapports et élude les questions sur sa soirée passée avec d’autres pour aller dormir au plus vite. Ce qui est bien dommage, car j’aime bien enfoncer ma bite quand sa chatte est dans cet état ; pleine de sperme étranger, dégoulinante...

Plusieurs jours plus tard, donc, ou plusieurs soirs, plutôt (car on attend toujours que ces adorables et satanés gosses dorment), nous pouvons vraiment baiser.
Nadia (dans la même guêpière-présente-seins, avec les mêmes escarpins et le même rouge à lèvre pour me rappeler le match de l’OM, chez Mr Délériat ), raconte donc cette soirée.Elle me lèche mollement les couilles et je l’écoute en branlant mon sexe sur sa joue, mon autre main lui tenant la tête.Elle parle lentement ...

"Le quartier du type jouxte l’autoroute, on y arrive vite... mais je m’y suis d’abord un peu perdue. Même avec le GPS, ces villages nouveaux sont des labyrinthes. Leurs petites villas sont toutes pareilles. Je trouve enfin mon lieu de débauche derrière le Kangoo marqué "Délériat pose, entretien, devis gratuit ". Je sonne et attends, et sonne et résonne encore. Silence.Son portable ne sonne même pas.
- " Ben merde, alors ! "

Un vieux monsieur grand et digne, qui promène son gros chien dans l’allée, me salue respectueusement mais se retourne en matant outrageusement mes jambes aux bas résilles et le reste... il revient, décidé, s’approche de moi, empêche son chien de renifler sous ma robe mal cachée par cette veste décidément trop courte... il se déporte et passe sa main à travers la grille ; il ouvre le portail ! ... j’avoue être alors sans voix ; mi effrayée, mi étonnée !
- " La sonnette de ce cher Enzo ne marche plus..." dit il en respirant mon parfum, tout comme son Labrador humait mon absence de dessous.
- " Je vous souhaite une bonne soirée, madame..." me dit sa bouche, tandis que ses yeux chuchotent : " fais toi bien baiser, jolie salope !..." mon plus beau sourire honore cette allusion du regard et je le salue de la main en rentrant sous les sombres cyprès.

Le jardin s’éclaire automatiquement et Je remue un peu mon cul pour lui (pendant qu’il me regarde encore surement depuis la rue en contre-bas).
Des baies vitrées éclairent la façade d’une très faible lumière bleue.
- "Qu’est ce que je fous là ? le type ne répond pas au téléphone, regarde visiblement la télé, il est moche et peut être m’attend-t-il ( ou pas... )en survêtement..pfff...c’est nul "
Pourtant, un demi-tour ne sera pas possible car ma main est déjà en train de taper instinctivement à la porte d’entrée...

Soyez le premier à commenter cette contribution

]