Rêve de plage

Par mick1969 le 30 juillet 2019 3
Dans Fantasmes candaulistes

Ce qui suis est fantasmé, mais inspiré par les bains de soleil qu’elle prend, soit au jardin, sans trop se soucier des voisins (lire mon précédent récit, "1, 2, 3 soleil !".


On est sur la plage. Pas grand monde. Tu bronzes topless.
Tu décides d’aller te tremper et je t’accompagne. Pour une fois, et je n’ai même pas besoin de t’en parler, tu ne remets pas ton soutien-gorge pour aller dans l’eau…
Du coup, j’en profite pour te dire ce que j’en pense, que tu es belle, que j’aime te voir nue, que j’aime regarder tes seins tressauter à chaque pas. Tu te fiches de moi, comme d’habitude, trouve que j’exagère, etc.
Je te contredis, comme d’habitude aussi, et te propose justement de te balader avec moi, main dans la main, un peu dans l’eau, un peu sur la plage... À chaque mec que nous croisons, je te dis « Vois comme il te regarde, ne me dis pas que tu laisses les gens indifférents ! » Les yeux de certaines nanas qu’on croise se posent aussi sur toi… « Oui, bon, c’est juste parce que y’a pas beaucoup d’autres femmes avec les seins nus… »
Il n’y a pas foule, mais on croise bien quatre ou cinq gars. Au bout d’une demi-heure, on revient, mais toujours en marchant à moitié dans l’eau. Et, juste avant d’en sortir pour rejoindre nos serviettes, on en croise encore un : on l’avait déjà vu à l’aller et il t’avait déjà regardée. Je t’avais même dit qu’il t’avait souri, mais tu m’avais rigolé au nez.
Bref, là, il te contemple de nouveau, pas gêné que je m’en aperçoive. Je ne dirais pas qu’il mate tes seins, il te regarde plutôt dans ton ensemble. Et te sourit une nouvelle fois.
Il doit avoir 55-60 ans. Plutôt bien conservé, bien bâti, mais assez mince. Enfin, moi, je le trouve pas mal. Toi aussi, sans doute, puisque tu lui rends son sourire…
Et là, tu me sèches ! « Ils vous plaisent ??? » lui balances-tu sans sourciller…
« Euh oui », répond-il un peu surpris. Et, se tournant vers moi : « Vous avez de la chance… »
On est en triangle, tous trois face à face. Je te regarde sourire encore, quasiment pas gênée. Et, m’approchant de toi et en caressant un de tes seins, doucement, avec la main, je le regarde en souriant : « Oui, j’ai de la chance, et en plus, je les adore, ils sont doux, à la fois lourds et fermes… »
Et, me dégageant en te poussant à peine vers lui : « Vous voulez voir ? »
Là, t’es quand même surprise et me regarde, à la fois gênée et en riant : « N’Amour !!! Ben alors ??? »
Mais quand l’autre dit oui et avance doucement la main, tu ne bouges pas. Ou plutôt, si : quand il te touche, tu as un très léger tressaillement, et une très rapide inspiration. Tu ne réagis pas comme ça quand c’est moi qui pose la main sur toi.
Mais ça suffit : « Je retourne aux serviettes. » Et file en nous laissant au bord de l’eau.
Je veux encore nager et retourne dans l’eau. Une fois assez loin, je me retourne : il t’a suivie et t’a rejointe. Ça me fait bizarre. Il y a quelques années, je l’aurais mal pris… Mais là, je vous regarde. Ça ne me déplaît pas, de te savoir approchée comme ça, que tu aies pu accepter d’entrer dans ce jeu de séduction… Sans lunettes, je distingue mal. Mais je vois tout de même que vous êtes assis et j’ai l’impression que vous discutez…
Je nage encore 10 minutes, un quart d’heure. Et revient vers toi. Tu es seule, il est parti.
« Ben alors, il s’est défilé, ton soupirant ? Hahahaha ! »
« Oui, euh, non. Enfin, euh… »
Bizarre, ta réaction… « Comment ça, oui, non ?... »
« Il m’a draguée… »
« Ben oui ! Même devant moi… Quand il te dit qu’il aime tes seins et qu’il les touche, si ça, c’est pas de la drague… Mais bon, ça m’a pas déplu… »
« Ah, ben alors, je peux même te dire qu’il a voulu de nouveau me les caresser ! »
Hein ??? « Et t’as accepté ? »
« Ben oui, il était sympa et c’était agréable… Et puis t’arrêtes pas de me dire que ça te plairait… »
Oui, bon, mais ça me fait un drôle d’effet… Un genre de décharge électrique qui me serre le ventre, qui me coupe le souffle, comme un mélange de sentiments que je ne connaissais pas. De la jalousie, mêlée à du plaisir, de l’excitation. Comme une envie de dire stop et de vouloir que ça continue… Je sais plus trop où j’en suis…
« Du coup, il t’a de nouveau touché les seins ? »
« Oui. Très doucement, très légèrement. Il me regardait dans les yeux, en me souriant. Il posait doucement sa main dessus. C’était une caresse de velours… T’as pas vu ? Tu nous regardais, pourtant… »
« Non, j’suis myope, tu sais bien… J’avais l’impression que vous parliez… »
« Oui, aussi. Il me disait combien il aimait me caresser ma poitrine. Son contact est bien différent du tien, c’est inconnu, j’ai pas l’habitude… Du coup, ça m’a fait un drôle d’effet, jusqu’au fond du ventre… »
« Me dis pas que t’as pris ton pied juste en te laissant toucher les seins ! »
« Non, imbécile ! Mais ça ma vachement troublé… Il m’a caressé le ventre, aussi… »
« Du coup, il s’est barré et t’a laissée en plan… »
« Oui. Enfin, non. Pendant qu’il me caressait en me disant qu’il y prenait du plaisir, il s’étonnait de ta réaction plutôt cool… Je lui ai dit que y’avait longtemps que tu m’en parlais, que l’idée te plaisait… Du coup, il m’a dit qu’il a un appart’ dans la résidence, qu’il allait rentrer, prendre une douche et m’y attendre. Il ne sait pas si je vais y aller, mais il m’a dit qu’il m’attendrait quand même… Je sais où il est, il m’a dit qu’il avait une grande douche à l’italienne ! »
« Et ?... »
« Eh ben j’ai envie d’y aller. C’était ton fantasme, non ? Tu vas rester là, puis rentrer à l’appart’ et m’attendre… C’est tout ! »
Putain, le choc que je prends… Mon pote candauliste m’avait prévenu : la première fois que ça arrive, tu te prends une décharge électrique où tout se mêle : jalousie, plaisir, tristesse, excitation, colère, envie de voir et de savoir, etc. Ben voilà, ça m’arrive ! Et ce n’est pas désagréable…
Je temps que je réagisse, tu as remis un t-shirt, en restant nue dessous, a roulé ta serviette, m’a embrassé amoureusement et a filé. Je suis resté comme un con, ne sachant plus quoi faire… pendant encore une heure, je crois, je suis resté là, à bader, à essayer de t’imaginer là-bas tout en m’efforçant d’effacer ces images de mon esprit…
Un peu plus tard, toujours avec cette tension électrique dans le ventre, je suis rentré à l’appart’, comme un automate. J’ai pris une douche puis me suis posé sur le canapé pour t’attendre…
Je ne sais pas combien de temps j’ai ainsi poireauté. Plusieurs heures, je crois. Je ne savais plus quelle heure il était, s’il fallait manger ou pas, préparer un repas ou pas…
Soudain, j’ai entendu la clé dans la serrure : t’es entrée avec un grand sourire, m’a rejoint pour m’embrasser et m’a juste te dis « Voilà... ».

3 commentaires

Rêve de plage

Par Patrick L le 1er août 2019

Alors un jour arrivera ou elle sera draguée et là elle saura que tu es d’accord il ne lui restera plus qu’à ouvrir les cuisses...j’espère et te souhaite que cela se fera en ta présence.

Rêve de plage

Par mick1969 le 30 juillet 2019

Eh bien pour l’instant, la réponse et que ça me plairaît terriblement...
Tout à l’heure, elle est parti faire une course. J’ai espéré qu’elle parte plus de temps que prévu, pour qu’elle ait un autre RdV que celui qui était prévu (esthéticienne). Et j’ai été déçu quand elle est revenu trop vite pour avoir un autre RdV... Donc, oui, j’ai envie d’aller plus loin...

Rêve de plage

Par Patrick L le 30 juillet 2019

Oui c’est comme ça que cela pourrait ce passer y compris pour toi. L’imagination est proche de la vérité et les réactions bien senties ce qui permet de poser la question : et si cela se passait vraiment ?
La réponse n’est pas évidente mais tout ce que tu as imaginer pour toi doit te permettre de répondre oui j’en ai toujours envie ou stop on ne va pas plus loin...c’est un très bon exercice.
Alors ta réponse ?