petit à petit 1

Par pc31234 le 25 février 2018 2
Dans Fantasmes candaulistes

C’était au printemps, j’étais assis à la terrasse d’un bistrot, elle passa avec quelques copains dont un que je connaissais. il est venu me dire bonjour et me présenta aux autres donc aussi à Murielle. Je dois dire que je n’ai pas prêté attention à elle. Au fur et à mesure, mon groupe de copains et de copines "fusionna" avec le sien. En septembre, on décida de faire une fête pour marquer la rentrée, certains comme moi comme étudiant, d’autres comme Murielle encore lycéenne. Nous avons préparé un couscous, le rosé à beaucoup coulé et ma copine du moment a du sortir pour se remettre les idées en place. A ce moment là, il y eu des slows et sans arrière pensée, j’invitais Murielle à danser. En un laps de temps très court, on s’est embrassés , d’abord doucement puis profondément sans avoir encore échangé une parole. Lorsque Anne revint, j’étais avec Murielle sur le canapé à flirter serrés-serrés, elle partit rapidement. J’ai proposé à Murielle d’aller dans une chambre disponible et nous nous sommes retrouvé étendus sur le lit. Tout en continuant de l’embrasser, je passais ma main sur sa poitrine protégée par un pull fin et un soutif, ma main passa rapidement sous le pull pour caresser ses seins défendus uniquement par son dernier rempart. je me suis énervé sans parvenir à défaire l’attache du dos et j’ai décidé de faire passer le soutien-gorge par dessus sa poitrine pour enfin la découvrir. Murielle ne m’opposait toujours pas la moindre résistance et après avoir caressé chacun de ses magnifiques seins, les avoir sucés, j’ai fait descendre ma main le long de son corps pour arriver au niveau de sa minijupe et remonter le long de son collant.Ma main se posa au niveau de son minou encore défendu par le collant et une culotte.Ne rencontrant toujours aucun obstacle, ma main remonta au niveau de l’élastique du collant et redescendit le long de la peau en passant sous la culotte pour rentrer en contact avec le début des poils. enfin, mon majeur arriva au niveau de la fente et commença à la pénétrer doucement, caressant au passage le clitoris avant de découvrir le minous en entier. Murielle ne disait rien mais me serrait très fort en m’embrassant tout en ouvrant largement ses jambes. Je remontait vers le haut du collant pour le faire descendant le plus bas possible, entraînant au passage la culotte. Les chaussures furent rapidement enlevées ,le collant et la culotte les ont rejoint au pied du lit. J’ai pu caressé son minou sans aucun obstacle, Marielle lubrifiait abondamment ce qui rendait mon exploration très facile.j’ai dégrafé la ceinture de mon pantalon , ouvert celui-ci et il a été vite rejoindre, accompagné de mon slip les vêtements de Murielle. Ne tenant plus, je me suis placé entre ses jambes et mon sexe s’est placé tout seul devant sa fente. Instant sublime où il a commencé à s’introduire entre les petites lèvres et à s’enfoncer lentement. A un moment, Murielle a semblé se crisper puis mon sexe est entré en entier dans le sien. On s’embrassait, on se souriait et on coïtait. Notre première "baise " n’a pas durée très longtemps, en premier du sans doute à mon grand empressement et en second à la crainte qu’un copain rentre dans la chambre.
Lorsque je l’ai raccompagnée, devant chez elle, elle m’avoua que c’était sa première fois et que depuis notre première rencontre en mai, elle avait décidé qu’à la première occasion, elle coucherait avec moi. Elle me dit qu’elle n’avait eu que deux flirts avant moi, ces flirts se résumant en embrassades, caresses de la poitrine et du minou, Elle me dit n’avoir touché le sexe qu’au second, l’avoir caressé sans aller jusqu’à l’éjaculation.
le lendemain, j’ai retrouvé Anne, je me suis fait pardonné et pendant trois mois, nous sommes restés ensemble. Lors de balade en voiture, j’avais Anne à mes côté et Murielle à l’arrière qui me souriait chaque fois que nos regard se croisaient dans le rétroviseur.
En décembre, l’aventure avec Anne s’est terminée et Murielle se rappela aussitôt à moi .
Le réveillon se passait chez elle en l’absence de sa famille et après minuit, lorsqu’on a voulu se souhaiter sexuellement la nouvelle année, toutes les chambres étaient occupées par des couples et on a du pousser l’un d’entre eux qui étaient sur un lit de 160 pour faire l’amour, heureusement dans une chambre presque noire.
Les mois qui ont suivis, nous faisions l’amour dans ma voiture dans une clairière de la forêt voisine, chez elle lorsqu’il n’y avait personne ou parfois dans ma chambre d’étudiant situé à environ 30 km. Paradoxalement, à aucun moment je n’ai incité Murielle à me faire une fellation me contentant de ses caresses ni n’ai osé lui faire un cunnilingus. Je pense qu’elle aurait accepté mais sans doute à cause de son jeune âge, je n’ai pas osé.
L’été suivant, elle est partie pour trois semaines en Pologne chez des amis de son père qui avaient une fille de même âge. A cette époque, les moyens téléphoniques n’étaient pas ceux d’aujourd’hui, surtout avec les pays de l’Est et je suis donc resté sans nouvelles pendant tout ce temps. sa mère me proposa d’aller la chercher à l’aéroport et après avoir diner, nous nous sommes bien sûr retrouvé au lit en train de faire l’amour. Lorsque nous étions étendus côte à côte, elle me dit avoir quelque chose à n’avouer. Elle me raconta que lors de la dernière semaine, elles était avec sa copine en pension dans un club hippique et que le dernier soir, il y a eu une fête organisée . Un des stagiaire qui lui faisait les yeux doux depuis la semaine la fit danser tout le temps, la serrant de plus en plus et finit par l’embrasser. La soirée se terminant, ils partirent et devant sa chambre, il l’a suivi. Ce qui devait arriver, arriva, ils se retrouvèrent d’abord habillés sur le lit puis déshabillés à l’intérieur. Il l’embrassa, lui caressa la poitrine, embrassa longuement chacun de ses seins, descendit vers le minou , un doigt titilla le clito, pénétra la fente et la branla. Il lui pris la main et la mit sur sa verge, ensuite, il l’incita à descendre vers elle et il obtint ce que je n’avais pas osé lui demandé. Elle le suça et apparemment il ne se douta pas que c’était une première. Avant de se quitter le lendemain matin, ils refirent l’amour puis se retrouvèrent pou le petit déjeuner comme si de rien n’était.
Paradoxalement, pendant qu’elle me racontait son histoire, au lieu de me mettre en colère comme n’importe qui l’aurait fait, je me suis mis à bander et lui ai refait l’amour.
je ne savais pas que ma réaction s’apparentait à celle d’un candauliste.
Je ne manquerai pas de vous raconter la suite puisque 50 ans après, nous sommes toujours ensemble

2 commentaires

petit à petit 1

Par pc31234 le 17 mars 2018

Ma découverte de mon penchant s’est faite lorque Murielle n’a dit m’avoir trompé et qu’au lieu de me mettre en colère, j’ai eu une érection et lui ai sauté dessus pour lui refaire l’amour.
Je le relate dans un autre épisode, mais je croîs que le plus excitant a été la première fous où j’ai vu Murielle sucer mon ami, se faire lécher par lui et surtout lorsque jecregzrdait la verge de mon pote s’introduire progressivement dans son con.

petit à petit

Par jack1950 le 26 février 2018

Très belle histoire et un peu comme la mienne avec ma femme, Oui près de 50 ans plus tard on est toujours aussi amoureux.
Félicitations a vous deux aussi.
Et vivement la suite.

Wyylde La plus excitante des expériences de couple
Wyylde La plus excitante des expériences de couple