Un saut qualitatif

Par Tony86 le 18 janvier 2022 5
Dans Expériences de conjoint(e)s

Il y a des soirées qui permettent à son propre candaulisme de faire un véritable "saut qualitatif" et ce fut le cas ce week-end pour notre couple. Conviés dans une soirée libertine organisée par un groupe de baiseurs, nous nous sommes retrouvés dans la configuration suivante : deux couples et six bretteurs. Soit au total deux femmes, dont ma chérie, et huit hommes. Accueil sympathique dans un gite loué pour la circonstance au beau milieu de la campagne. Puis un long moment passé à converser, à boire quelques verres, à grignoter et à faire connaissance en mode plaisanterie. Les échanges étaient parfois coquins mais partaient aussi sur d’autres sujets, il faut bien se découvrir quelque peu avant de passer aux choses "sérieuses".
Mme - qui est toujours nerveuse dans les deux-trois heures qui précèdent ce genre de soirée, comme une pouliche piaffant dans les starting blocks - a fini par intervenir au creux de mon oreille : "on va visiter l’étage ?" donnant ainsi le top départ. Ce n’est pas la première fois que dans une soirée, ma chère petite salope finit en quelque sorte par "s’énerver" devant des préliminaires qui durent trop longtemps, et là je ne parle pas de sexe, mais de blabla... évidemment nous avons été vite suivis dans l’escalier qui menait à cette grande mezzanine par un des bretteurs, plus audacieux que les autres. Celui-ci, Olivier, s’est trouvé presque instantanément dans la bouche de Mme (S adore prendre en bouche...). Ensuite le festival a commencé, la deuxième miss est venue s’installer avec deux hommes sur elle, en position d’assaut. Tandis que S, toujours appliquée à faire des pipes trois étoiles s’occupait du plaisir de son premier mousquetaire.
Il n’est sans doute pas nécessaire que je vous décrive par le détail toutes les manières dont ces deux coquines ont été prises, léchées, pénétrées, fessées, baisées... par cette bande de mâles assoiffés de plaisir qui ont aussi passé du temps dans leurs bouches. Précisons simplement que les assauts ont été si nombreux et puissants - deux des bretteurs étaient dotés d’un membre hors norme - qu’il a été nécessaire de s’octroyer une longue pause après les deux premières heures passées à baiser. De reprendre des forces, de souffler, et de rire de cette première manche (le plateau de fromage, des clémentines et diverses gourmandises ont été dévorées. Quatre bouteilles de champagne ont été fusillées).
L’entrée en seconde mi-temps fut un peu plus poussive, il était déjà très tard, mais finalement cette seconde manche a été aussi excitante et plus dévergondée encore que la première. Cédric, un des deux mâles doté d’une très belle queue, s’est à nouveau occupée de S -il a montré un réel enthousiasme à la prendre plusieurs fois recto-verso et à la limer longuement- au point qu’elle a fini par demander grâce, et qu’il jouisse. Sentir un baiseur se vider en elle lui procure toujours un grand de plaisir que n’altère pas le préservatif. Il me semble que c’est la sensation du sperme qui monte en saccades dans la queue et les soubresauts du mâle qui provoquent ces spasmes de plaisir chez ma belle... Elle a crié très fort.
Rentré dans notre intérieur bien chauffé, je me suis occupé de S qui s’abandonnait dans les bras de Morphée après s’être glissé sous la couette. Terriblement excité par cette nuit de baise et ce saut qualitatif dans notre parcours candauliste, j’ai aussi enfilé ma belle (par le cul) au petit matin. Vous le savez, c’est un rituel, je reprends toujours possession de ce qu’elle a prêté un temps à ces hommes qui la baisent, et la baisent, et la baisent...
Le lendemain dans l’après-midi nous avons reçu ce message de l’équipe de mâles en rut : "Une jolie rencontre de dernière minute nous a permis de découvrir un couple sexy et convivial. La jolie femme, accompagnée de son mari protecteur, avec son petit air réservé nous à conquis par sa douceur et son appétit à « croquer » les coquins présents. De la très jolie lingerie, un physique de secrétaire de direction en a émoustillé plus d’un. Un couple vraiment adorable et sexy que nous recommandons chaudement".

5 commentaires

Un saut qualitatif

Par couple_2286 le 19 janvier 2022

Bonjour Fdorenavant,
Ouiiiiiii nous Aimons partager le Sperme des Amants de Carole. Quand ils crachent dans sa bouche et que je suis présent dans la chambre ou dans la pièce, elle me fait signe de venir et m’embrasse à pleine bouche.
C’est notre moment de plaisir à nous deux et ma soumission à ses actes et ses désirs.

Un saut qualitatif

Par FDorenavant le 19 janvier 2022

@couple_2286 adepte du snowballing ?
@candaule please un article sur le sujet :-)

Un saut qualitatif

Par FDorenavant le 19 janvier 2022

Sympa… merci pour le partage en détails… très très chaud !
Saut quantitatif aussi, c’est pas pour les petites joueuses. Caroline en rêve (être jeter en pâture) mais n’a pas (encore) le profil. En fantasme, elle aimerait embrasser ses multiples amants pour passer de bouche en bouche et enfin les sentir jouir en elle, les un après les autres. Sandrine l’avait le profil et elle en rêvait mais elle n’est resté (la pauvre) qu’en petits comités (trio) par la faute de son amant (j’aurais du l’invectiver d’avantage) ou par ma faute n’ayant pas le profil ou la confiance, voir l’ego pour l’emmener dans ce genre de soirée.
Bravo à vous d’avoir eu le courage de l’emmener pour accepter et la regarder la queue à la main j’imagine, partouzer de la sorte.
Vous savez aussi dominer la situation et votre femme redevient votre soumise car reprendre possession de sa belle, au petit matin et par le cul, c’est très direct.
Bonne continuation

Un saut qualitatif

Par couple_2286 le 19 janvier 2022

FÉLICITATIONS...
Soirée que nous recherchons mais nous n’avons jamais trouvé avec autant de Baiseurs. Carole, elle aussi, adore prendre en bouche et sentir le Sperme chaud des Hommes se vider dans son gosier. Et moi, si possibilité il y a, je nettoie ces charmants Hommes.
Encore Bravo à S.

Un saut qualitatif

Par Cokin&Cokine le 18 janvier 2022

Hummm quelle soirée, on en redemande.
Merci pour ce récit bien émoustillant.