La raison de son cocufiage

Par PatetWan le 28 janvier 2020 5
Dans Expériences de conjoint(e)s

Je suis la femme de patetwan

Pour être transparente, moi c’est pat et lui c’est wan.

Mon mari est mon soumis, il est en cage de chasteté, il est cocu et je suis enceinte de mon amant. Comment j’en suis arrivée la ?

Partie 1 la naissance d’un soumis, d’un cocu.

Mariée a wan depuis 2003, nous sommes en couple depuis 2000. Une vie simple et une sexualité sans reliefs. En 2005, les premiers doutes me sont apparus sur wan. Oh bien sur, il restait câlin et attentionné, mais je ne prenais plus de plaisir sexuellement parlant. J’étais frustrée.
Il prenait son plaisir et puis....rien. Je restais sur ma faim. Plus je réfléchissais et plus je me rendais compte qu’il a toujours été comme ça mais qu’avant, trop amoureuse, je refusais de l’admettre.

En 2006, j’ai tenté de relancer notre vie sexuelle car je l’aimais et je n’envisageais pas de le quitter. J’ai proposé de le dominer, ce qu’il a accepté. Ce jeu de couple devait nous permettre de nous retrouver et de recentrer notre relation.
Rapidement, je l’ai mis en cage de chasteté pensant que s’il avait des moments de "branlette", il ne pourra plus le faire et il me reviendra plus amoureux. Tous les témoignages lus sur le sujet allaient dans ce sens. Pourquoi pas moi ?

2 petites semaines dans une cage de chasteté m’a permis de retrouver un mari ultra intentionné, très protecteur, ultra amoureux. Quand je l’ai libéré pour faire l’amour, CATASTROPHE !!! il n’a pas tenu bien longtemps. Je l’ai relancé pour qu’il continue de me faire l’amour, mais la encore, il n’a pas été performant et je me suis retrouvée bête et terriblement frustrée. De colère, je l’ai remis dans sa cage de chasteté le soir même.

Lui n’a pas remarqué que j’étais déçue de la situation. Pour lui tout était un jeu de couple. De mon coté, par frustration, je l’ai gardé en cage pendant 2 mois et demi. Je l’ai libéré car c’est lui qui est venu me supplier en disant qu’il ne tenait plus. J’ai pensée qu’il allait enfin être un bon partenaire et que j’allais enfin retrouvé un super amant.....ERREUR. 3 petits aller-retour et basta. Il a éjaculer. Je me souviens parfaitement l’avoir poussé et l’avoir engueulé en lui disant que "c’est tout ce que tu sais faire ?" il n’a pas su me répondre. Alors oui, il est revenu une 2eme fois mais rien d’exceptionnel et je me retrouvais avec mes questions avant la domination. Je l’ai remis dans sa cage de chasteté en attendant de réfléchir.

Plus le temps avançait et plus je me demandais si je devais partir, le quitter. Mais en parallèle, j’avais un soumis qui devenait incroyable. Il faisait tout a la maison, bien au delà de mes espérances. Le ménage, la lessive, le repassage, les courses, la cuisine, la vaisselle. J’en étais même arrivée a lui imposer un planning de taches ménagères toujours plus exigeant et malgré ça, il tenait bon. J’avais un soumis performant, ce qui m’a posé un vrai dilemme dans l’optique de partir. Car le jeu de couple a laissé place a un style de vie ou j’étais devenue une véritable maitresse pour lui et que la moindre faute était caution a sanction sans qu’il ne discute mes ordres, mes choix.

En marge de tout ça, nous avions convenus, dès le début de notre relation, que 1 fois par mois, il avait le droit a une sortie entre potes et moi entre copines. Mais, sa mise en cage de chasteté et sa soumission l’ont peu a peu éloigné de ses sorties sans que je l’en empêche alors que pour moi, je poursuivais mes sorties sans soucis. Naturellement, j’ai finie par lui interdire son droit de sortir puisqu’il ne l’utilisait plus depuis des mois. La encore, il n’a pas omis d’objections.
La plus part du temps, mes sorties étaient un resto puis soirée chez les copines pour des longues discussions entre filles. Mais 2 fois par an, nous avions une soirée qui finissait en boite.

Je gardais les clés de la cage de chasteté de mon mari a mon cou, comme un pendentif. Lors d’une de nos soirées, mes copines n’ont pas manqués de me questionnées sur cette clé et je ne me suis pas démontée, j’ai tout dis sans rien cacher, comme pour évacuer toute la frustration accumulée. Plusieurs fois les filles m’ont conseillée de partir, mais je n’ai jamais réussie a m’y résoudre.

Puis vint cette soirée. Il n’était pas prévue que nous allions en boite, mais les filles m’ont entrainée avec elles. Camille m’a même incité a me trouver un bel étalon pour enfin quitter mon mari. Ça faisait 6 mois que mon mari était en cage de chasteté et que j’étais abstinente par défaut. Bien que l’idée de tromper mon mari ne m’enchantais pas, je savais que j’allais avoir du mal a résister. Mais nous rendant vers la boite, j’étais déterminée a rentrer sans avoir céder.

Les 2 premières heures, je ne lâchais pas prise, j’en ai repoussé plus d’un. J’ai refusée toute boisson alcoolisée pour rester la plus lucide possible face a cette situation.
Mais, un beau jeune homme est venu face a nous 4. les copines se sont effacées sans que je m’en rende compte tant j’étais concentrée sur ce beau gosse.
Bastien avait 19 ans et moi 27. Il était élégant, grand, musclé et un prestance qui a cassé ma coquille protectrice en un rien de temps. La musique a fait nous rapprochés et nous étions dans une danse indécente pour la femme mariée que je suis.
Je sentais son bas ventre frotter contre mon ventre et sa cuisse appuyait contre mon intimité sans pour autant être clairement le but recherché. Je mouillais follement et j’ai compris que je ne réussirai pas a lui résister.

Mes mains étaient au tour de son cou. Il manquait pas grand chose pour nous embrassés. Mais il avait beaucoup de classe, il ne s’est pas jeté sur moi. J’ai fais le premier pas, c’est moi qui l’a embrassé. Les dés étaient jetés. Ses mains sont passés de mes hanches a mes fesses, j’étais prête a aller au bout. On a fini la série de danse latino puis il m’a invité a boire un verre. J’ai pris mon premier verre alcoolisé sans pour autant que ce soit un alcool fort. Dans un petit coin tranquille, nous nous embrassions tranquillement alors que ses mains devenaient plus "baladeuses" sans que je ne le repousse. Nos verres finis, il m’a posé la question sur la clé présente a mon cou. Je lui ai tout dit sans rien lui cacher. A la fin de mon explication, il m’a demandé "Tu viens avec moi rendre ton mari cocu ?"
Je n’ai réussie a lui parler. un signe oui de la tête ont scellé le sort de la soirée.

avant de sortir, je suis passée voir mes copines pour leur dire. Camille m’a dit en me souriant, profites en ma belle, tu vas reprendre gout a la vie. Puis je suis sortie avec Bastien.
Dehors, Bastien m’a entrainée vers un coin parfaitement isolé au fin fond du site. pendue a son cou, nous nous sommes embrassé comme 2 jeunes adolescents. puis il a relevé ma robe pour libérer mon intimité du sous-vêtement que je portais. posée sur une couverture qu’il a récupéré dans sa voiture, je me suis offerte a sa langue experte malgré son age.
excitée par tant de frustration accumulée, j’ai jouis a 2 reprises très rapprochées.
Loin d’être rassasiée, je voulais être certaine qu’il saura me donner autant de plaisir qu’il en aura. Alors, pour la première depuis plus de 5 ans, j’ai sucé un homme. Faut croire qu’inconsciemment je savais que mon mari est un éjaculateur précoce. Car en y repensant, je me redis compte que j’avais arrête de sucer mon mari depuis des années de peur qu’il n’éjacule trop vite.
Je mettais tout mon cœur dans cette fellation. Bastien avait un sexe plus épais et plus long que mon mari. Plus rien ne comptait pour moi, je le voulais. Je voulais savoir s’il allait résister et par conséquent m’offrir ce que je ne connais pas, le plaisir d’une bonne et longue pénétration. Je voulais tellement savoir que je me suis faite la réflexion : tant pis s’il me rempli la bouche, mais je veux savoir. Je me suis lâchée comme jamais. Une fellation dont je ne me savais pas capable. A la fois lente et sensuelle, puis violente en gorge profonde ou en succions. Bastien avait des paroles crus pour m’encourager, signe qu’il prenait un plaisir fou. Malgré tout, il a tenu avant de me dire qu’il voulait me pénétrer.

Bastien a mit sa capote puis il m’a dit "prête a faire cocu ton mari ?"
J’ai simplement répondue "Oublie le et baise moi".

il s’est présenté devant mon intimité. J’étais tellement trempée qu’il n’allait pas a avoir a forcer pour me pénétrer. Quand je l’ai sentie entrer, je me suis dis ça y est, wan est cocu. Quand Bastien est arrivé au fond, il m’a fait la même remarque, ce qui nous a bien fait rire. Cette fois, c’est moi qui a été précoce, j’ai jouis rapidement et un nombre de fois que je n’ai pas comptés. Je ne masquais pas mon plaisir et les yeux fermés, je savourais le plaisir d’une telle qualité de pénétration. Bastien m’a faite changé de position a plusieurs reprises sans avoir éjaculé un seul instant. Puis, en levrette, Bastien change de direction et se présente devant mon petit trou.
Seulement voila, je ne l’ai jamais fais et je lui fait savoir. Il réussira a me rassurer, me détendre, me convaincre de le laisser faire. Après des préliminaires il va me sodomiser pour la toute première fois de ma vie.
D’abord hésitante et quelques douleurs. Puis nouvelle préparation pour enfin, réussir a me sodomiser entièrement. une sensation incroyable et déstabilisante. Il s’est retiré entièrement a ma demande le temps de réagir a ce que je viens de vivre. Puis il est retourné par des coups de bassin lent et délicat, le temps de m’habituer a cette nouveauté.
J’ai découvert un plaisir d’une rare violence. Une jouissance intense et profonde. Mon corps ne me répondait plus, dicté par le désir d’être pénétré et stimulé.
Quand Bastien est arrivé au bout de ses limites, il m’a demandé si j’avalais. Cette fois, il n’a pas réussit a me faire changé d’avis et il s’est répandu sur ma poitrine. Nous nous sommes allongés sur la couverture pendant de longues minutes, moi blottie dans ses bras. Il m’a demandé si j’étais satisfaite d’avoir cédé a ses avances, pour lui répondre, je me suis retournée, je l’ai embrassé et je lui ai dit : J’aimerai te revoir et que tu devienne un amant. il m’a répondu avec plaisir, tu es vraiment belle et te laisser avec ton mari est un sacrilège.

Nous sommes retournés dans la boite bras dessus, bras dessous. J’ai présenté Bastien a mes copines et Camille m’a offert une chambre de son appartement pour accueillir mon premier amant, Bastien.

Il est resté mon amant pendant 2 ans, le temps de ses études. Puis, il a du partir pour poursuivre ses études. il m’a proposé de le suivre afin de devenir plus que mon amant, mais je n’ai pas réussie a quitter mon soumis laissant Bastien a sa vie. Bien que nous ayons gardés le contact, nos échanges se sont estompés au fil du temps.

Puis un jour, Bastien m’a apprit qu’il était papa et qu’il allait se marier. invité a son mariage, j’ai décliné non sans l’avoir félicité et lui avoir souhaité tout le bonheur possible.

Cette première aventure extra-conjugal a été la première d’une longue série. J’ai vite fais basculer ma relation de dominante - soumis a une relation de gynarchie. J’ai compris que j’avais du respect pour mon mari mais plus les mêmes sentiments et que dorénavant, s’il n’est pas content de son sort, la porte est ouverte mais pour autant, je ne me résoudrais pas a le quitter.

La 2eme partie sera sur mon amant actuel, père de l’enfant que je porte.

5 commentaires

La raison de son cocufiage

Par armelleprima le 31 janvier 2020

Cette contribution à réveillée en moi une réflexion de fond, j’ai un mari candauliste qui est mon larbin absolu, deux amants réguliers qui se connaissent, j’ai une vie agreable, pour mon mari je suis sa Déesse il me vénère, il est totalement à mon service, vie nu encagé, il côtoie mes amants, parfois regarde nos ébats, fait ma toilette intime après l’amour ...
Je ne ferai pas d’enfant avec mon mari, il à juste le droit de me lécher la fente et l’entre-fesses, quand ils sentent fort, vais je en faire un avec chaque amant, pourquoi pas !
Je me donne quelques moi pour décider, tout en faisant l’amour au quotidien avec mes amants.
j’attend la suite de votre contribution.

La raison de son cocufiage

Par PatetWan le 29 janvier 2020

Bonjour,
A travers ce premier témoignage, j’ai tenue à être la plus complète possible afin que tout le monde comprenne MON point de vue sur ce que Wan a écrit.
Je cherche du temps afin de rédiger la suite pour que vois puissiez comprendre mon choix de ne pas avoir d’enfants avec la personne qui est, encore à l’heure actuelle, marié avec moi.
Je préciserais également pourquoi je ne l’ai pas viré et pourquoi je n’ai pas divorcé.

Merci pour votre patience.
Pat

La raison de son cocufiage

Par armelleprima le 29 janvier 2020

Femme libre qui privilégie son plaisir, un mari devenu son ’larbin’ de vie, un amant pour les plaisirs du corps et de l’esprit, elle va le choisir lui viril pour faire un enfant ....
Une vie de rêve pour Madame
La suite bientot !

La raison de son cocufiage

Par Elkiki2209 le 28 janvier 2020

Wouwww superbe histoire....

La raison de son cocufiage

Par Candaule le 28 janvier 2020

Bonjour Pat,
C’est là un témoignage véritablement éclairant !!! Je crois même que c’est peut-être le premier que je lis concernant cette forme de relation. C’est vraiment riche d’enseignements, car non seulement vous décrivez les faits mais vous savez parfaitement mettre en parallèle ce que vous éprouvez, vos émotions, vos doutes et vos désirs. C’est indispensable et cela permet de mieux comprendre.
Merci beaucoup.
Vivement la suite