la formation

Par Belize79 le 17 novembre 2018 3
Dans Expériences de conjoint(e)s

La formation (événement réél vieux de trois jours)

Pour la troisième fois, j’effectue une journée sur les transferts des personnes âgées, vers leur lit ou leur fauteuil ; très rapidement je sers de cobaye, en raison du fait que j’ai déjà pratiqué, mais aussi et peut être surtout que je suis la plus mince donc la plus facile à brasser. Oh je reste modeste, mais il est vrai qu’avec mes 57 kg cela compte.
Nous sommes 7 plus le kiné dans une salle de soin de l’établissement, à l’écart des résidents et des familles et à tour de rôle mes collègues me déplacent, me brassent pour les divers transferts et ce qui devait arriver la chute ; une collègue glisse et me laisse tomber , et mes cotes se retrouvent sur le bras d’un fauteuil ; douloureux, mais heureusement c’est la fin de la journée . Quelques courbatures, mais rien de cassé.
Alors que tout le monde se dépêche de quitter la salle , le kiné me demande si je veux bien le laisser vérifier les dégâts ; pourquoi pas. Il me demande de me dévêtir et de m’installer sur la table de soin, avant de s’absenter quelques instants. Quand il revient, je le vois marquer un temps d’arrêt en me voyant, en soutien-gorge et mini string. Je n’avais pas prévu un tel scénario, mais finalement, en dehors du soulagement pour mon dos, cela m’amuse un peu.
Il faut reconnaitre que même s’il est habitué, me découvrir ainsi, à la table ventre, les jambes écartées doit être plutôt coquin ; c’est un homme d’une trentaine d’année, physique moyen, mais avec des yeux translucides et parfois très scrutateurs sur notre physique. Quand ses doigts commencent à palper mon dos, je ne peux retenir un frisson, et croyant n’avoir fait mal, il me demande si je veux qu’il en reste là, tenant compte qu’à priori, rien qu’un futur bleu. Trop demandeuse d’un massage, je lui demande de continuer, alors commence une valse de ses doigts , sur mon corps alangui. Sa main est douce et son massage se poursuit sur tout le dos, jusqu’à la limite de mon string. Il a sous son regard la totalité de mon fessier, avec simplement la ficelle entre mes deux globes.
Sous la douceur de son massage, je me détends, ma respiration traduisant mon relâchement, ce qui se traduit petit à petit par un gémissement de bienêtre. Son massage devient de plus en plus doux, se transformant par moment en simples caresses, qui petit à petit glissent vers mon fessier ; il est évident qu’il a perçu mon plaisir et quand il fait glisser mon string vers le bas de mes fesses, je me cambre pour l’aider et finalement il se retrouve sur le sol. Avec encore un soupçon de prudence , il me demande :
« Tu veux que je continue ? »
« Oui c’est trop bon, continue » je m’aperçois que nous venons tous les deux d’utiliser le tutoiement. Sa main vient de descendre sur ma fesse, à la limite de mon sillon
« comme cela ou tu veux plus » je ne réponds pas , mais je me cambre, ce qui amène ses doigts en contact avec ma vulve d‘où perle déjà des gouttes de cyprine, tournant mon regard vers lui :
« Et toi tu as envie de quoi » lui non plus ne répond pas mais il se penche vers mon visage et en déposant un petit baiser sur ma joue, à la limite de mes lèvres et en même temps , il enfonce au moins deux doigts entre mes petite lèvres brulantes de désir. Sous cette douce pénétration, je ne peux retenir un ‘oh oui’. Ecartant un peu plus mes cuisses, je lui découvre mon intimité, suintante de ses premiers émois ; je sais qu’ainsi je m’offre à lui et il le comprend vite.
Me faisant me retourner, il me rapproche du bord de la table, il dépose mes jambes sur ses épaules . Ma chatte est béante , brulante d’envie et quand ses lèvres se posent sur mon clitoris, bandé comme jamais , une première vague déferle et je dois me mordre les lèvres pour ne pas crier . Ma jute jaillit et doit lui éclabousser le visage, mais cela ne l’arrête pas, bien au contraire ; ce n’est plus mon bouton qu’il butine, mais ma caverne, sa langue fouillant , butinant entre mes lèvres écartelées ; mes mains accrochées à son crâne, l’obligent à me sucer encore plus profondément. Dans mon ventre l’envie grandit. Ses mains se sont accrochées à mes seins et il me triture les tétons déclenchant un mélange de douleur et de plaisir ; j’y suis très sensible, mais j’aime ce qu’il me fait. Ses mains quittent mes seins et se redressant, ses doigts envahissent ma chatte, distendant , si c’était possible encore plus la grotte. Ses doigts tournent, ressortent puis rentrent à nouveau pour de nouvelles vrilles, et c’est la largeur de son poignet qui l’arrête, l’empêchant de me prendre encore plus. J’aime me faire fister et je pousse pour qu’il ose me pourfendre avec sa main.
je m’arquebuse sur la main à l’entrée de ma chatte et le regardant droit dans les yeux « vas-y enfonce toi, j’ai envie de ta main en moi ; j’essaye de m’ouvrir le plus possible et de son coté sa main vrille, glisse, puis d’un seul coup me pénètre totalement jusqu’au poignet ; la douleur est violente, mais la sensation de mes entrailles totalement envahis par cette main qui maintenant tourbillonne, butant même sur le font de ma matrice, la remplace rapidement et un grondement jaillit de ma gorge, et se termine par un long cri ; mon corps est parcouru de soubresauts et ma jouissance déferle, profonde, complète me laissant pantelante. Quand il se retire, un grand vide m’envahie et une longue coulée de cyprine s’écoule entre mes cuisses.
Soudain je réalise que maintenant c’est son gland qui se frotte sur mon clito ; je ne l’ai pas vu quitter ses affaires, mais c’est un beau et gros membre qui veut me prendre. Il a revêtu une capote, mais j’ai envie de le sentir en moi, et je m’aime pas le plastique ; il hésite puis finalement il retire le préservatif, et voulant sans doute marquer mon côté « petite salope » il s’enfonce totalement ; certes ma chatte est bien ouverte et pleine de cyprine, mais la saillie est puissante, à la limite violente et quand il commence à me pilonner, il se déchaine à grands coups de butoir ; sa queue me percute, me ravage les entrailles ; ressortant parfois complétement avant de remplir à nouveau, sans ménagement.
Sous son emprise, je fonds, j’ouvre mes cuisses, lui ouvrant encore plus grande la pénétration ; je suis à lui, je m’offre à sa saillie, l’encourageant à me posséder, à me défoncer à prendre totalement mon corps ; combien de fois il m’a fait jouir, je ne puis le dire, mais en réalité , ma jouissance a presque été en continue, seule sa main, me bâillonnant empêchait mes cris d’ameuter les alentours. Performant, sachant s’arrêter sans doute pour éviter de juter, il m’a possédé à sa volonté, m’emmenant à chaque fois dans un tourbillon de plaisir. Sous son emprise, plus rien ne comptait autour de moi ;je savais qu’en rentrant, j’allais devoir avouer à mon homme qu’il était une novelle fois cocu, mais seule l’envie foudroyante qu’il me féconde était présente et quand, soudain, il a voulu se retirer, je me suis accroché à lui « « non, jouit en moi, féconde moi, je veux que tu me remplisses de ta semence » je n’ai pu aller plus loin ; son sexe grossissant encore plus en moi, ses jets m’ont percuté le fond de ma matrice ; chauds, nombreux, ils ont rempli mon ventre, me transportant à nouveau vers une jouissance dévastatrice. Il m’a fallu un long moment pour revenir à la réalité.
Alors que j’avais repris une tenue et une attitude plus conforme au lieu, je me suis approchée de lui et je lui ai donné un profond baiser en signe de remerciement et pour moi d’au revoir. Mais pour lui, il en était autrement.

3 commentaires

la formation

Par chris91 le 26 novembre 2018

c ’est bon de cocufier son mari , belle histoire

la formation

Par Couple40ansbourgeois92 le 21 novembre 2018

En effet belle expérience à vivre, on aimerait avoir femmes cocufieuses revenir remplies par ce beau kiné...

la formation

Par marcbruroy le 18 novembre 2018

c est exactement la meme situation que je souhaiterai que mon épouse vive

Wyylde La plus excitante des expériences de couple
Wyylde La plus excitante des expériences de couple