La double pénétration

Par Mauro le 8 septembre 2019 2
Dans Expériences de conjoint(e)s

Nous avions souvent évoqué avec ma femme, la possibilité de tenter l’expérience d’un club échangiste mais nous n’avions jamais franchi le pas. Un copain m’avait raconté qu’il y avait été, qu’il avait beaucoup aimé et je lui demandais quelques détails. Je devais faire un voyage de trois mois et j’avais offert à ma femme la possibilité d’y aller sans moi, accompagnée par ce copain. Avant mon départ, j’avais même arrangé leur rencontre, afin qu’ils se mettent d’accord pour qu’éventuellement elle puisse découvrir le lieu et mesurer ses envies avec une sorte de protection. J’avais également clairement exprimé que je n’avais aucune objection à des éventuels rapports entre eux.
Finalement, ils ne se mirent pas d’accord ou les circonstances ne furent pas favorables et c’est plus tard que nous sommes allés ensemble pour tenter l’expérience.
La première tentative réelle fut contrariée et avortée par une opportunité imprévue mais longtemps fantasmée de nous mélanger avec un couple d’amis.
Ce soir là fut notre première expérience de partage réel. Mon amoureuse avait des aventures, elle aimait me les raconter et ses récits m’excitaient beaucoup. J’avais eu les miennes, notamment avec ce couple et je l’avais invitée à partager cette expérience avec eux, avec moi.
La soirée ne fut évidemment pas à la hauteur de nos fantasmes mais il y eu des moments, des images, des émotions, qui resteront gravées longtemps. Se mettre en scène pour l’autre, mutuellement, en complices mais sans instrumentaliser l’autre couple, érogène pas hétérogène.
Nous avions franchi une ligne et la possibilité du club devenait, sans être facile, une option réelle.
Le jour où nous pûmes le vivre fut une expérience magnifique. C’est moi qui engageait la communication avec l’administration de ce club qui était le seul que nous connaissions de réputation dans cette petite ville où nous vivions. Il fallait préalablement répondre à un questionnaire et accepter de se soumettre à un entretien à notre arrivée. Ces mesures étaient accompagnées d’une liste de conditions qui nous semblaient évidentes mais nous présentaient néanmoins quelques dangers que nous n’avions même pas envisagés. Nous mentîmes effrontément pendant l’entretien en disant que nous avions une grande expérience des possibles situations que nous pouvions rencontrer, que ma femme comme moi même avions joui de voir l’autre avec des partenaires inconnus. Nous décrivions nos fantasmes comme des expériences vécues : Ma femme prétendait avoir préparé des filles en décrivant son plaisir de me voir pénétrer des inconnues, je racontais mon plaisir à voir un homme succéder à un autre, sur mon invitation pour sodomiser ma femme.
Nous étions très excités et à la fois très nerveux par nos mensonges et notre ignorance des codes réels de la chair.
Au début, nous nous sommes contentés d’observer comment la tension montait et nous partagions nos commentaires sur les couples ou les individus qui attiraient notre attention. Je remarquais un homme seul à côté de nous dont le sexe était vraiment très gros et j’imaginais ma femme le sucer, mais nous tombâmes rapidement d’accord sur son manque de charme et continuâmes à scruter cette semi obscurité qui révélait les formes et les gestes de manière sporadique. Nous avons repéré un couple qui nous semblait intéressant, la fille était belle et ses sous-vêtements étaient plutôt raffinés, lui restait habillé dans son costume et la tripotait en nous regardant. Nous nous présentâmes face à eux, chacun lançant sa femme vers celle de l’autre. Elles dansèrent en s’embrassant pendant un moment mais je sentais que la “conversation” entre elles manquait de vérité. L’homme qui accompagnait cette femme avait attiré notre attention à travers une certaine élégance raffinée mais il ne révélait aucune émotion palpable et nos propositions s’affaiblirent peu à peu.
Nous découvrions les règles, les us et coutumes du libertinage et la meilleure option était de regarder, de trouver d’autres couples, d’autres personnes de notre choix qui répondraient avec plus d’enthousiasme à nos avances. En visitant les lieux nous avons fini par entrer dans cette pièce où sur un matelas immense les couples se mélangeaient dans une semi pénombre.
Nous commençames par nous étreindre avec la rage que produisait notre excitation à nous trouver dans ce lieux. Les cris, les gémissements qui nous entouraient, les corps qui s’agitaient, s’affairaient autour de nous était devenu une scénographie insolite qui s’imposait et remplaçait les fantasmes que nous étions venu affronter. Je caressais timidement les cuisses, puis les fesses d’une belle fille qui, à quatre pattes, suçait un homme.
Ma femme léchait mon sexe puis l’enfonçait dans sa bouche. Je voulais la voir avec un autre homme et nous partagions nos casting. Je finis par la convaincre de goûter au sexe d’un homme qui prenait avec beaucoup de plaisir une femme aux seins visiblement siliconés.
L’échange de partenaire se fit très naturellement mais nous avons préféré regarder les ébats de ma femme et de cet homme que de baiser. Je voulais la regarder sucer cette queue et quand je la vis prendre la décision d’avaler cette bite, je pus lire un vrai plaisir sur son visage.
L’homme l’allongea sur le dos et la pénétra devant nous. Sa femme, collée à moi, maintenait mon érection en tenant mon sexe dans sa main, je mordillais gentiment ses tétons et nous commentions le spectacle.
Nous apprîmes plus tard que l’homme s’appelait Éric, elle Pamela.
Sa femme disparut quelques instants pour revenir avec un préservatif.
Quand il entra en elle, ma femme eut un soubresaut, une crispation subite de tout son corps qui m’émut profondément.
Elle se redressa et s’offrit à lui à quatre pattes. Très rapidement elle lui demanda de la sodomiser.
Je vis la surprise et la satisfaction sur le visage d’Éric qui s’exécuta immédiatement. Ma femme me regardait droit dans les yeux, avec un grand sourire. Elle me dit, c’était la deuxième fois mots qu’elle prononçait ces mots : “Regarde, il m’encule.”
Tout à coup, elle interrompit la pénétration et vint se placer devant moi et s’assit sur mon sexe, le guidant dans le sien. Elle avait fait comprendre à Éric qu’il devait reprendre ses assauts et qu’elle voulait être prise par deux homme en même temps.
Éric annonça avec des râles de satisfaction qu’il avait joui. Après un moment de repos, où chacun reprenait son souffle, après avoir échangé quelques mots, Éric et Paméla s’éloignèrent.
Ma femme, me confia en rigolant : “Je n’ai pas senti grand chose, sa bite n’était pas pas très grosse.”

2 commentaires

La double pénétration

Par jack1950 le 10 septembre 2019

Je sais par expérience que la double pénétration n’est pas forcément facile a faire surtout au début. Pour moi et mon mari il nous a fallu quelques séances d’essais avant d’y arriver pleinement a avoir deux bonnes queues en moi. Alors ne vous priver pas de vivre ces expériences et de nous raconter la suite
Nicole

La double pénétration

Par Elbuscon le 8 septembre 2019

Bien écrit, ce qui devient une denrée rare. Le lecteur peut se concentrer sur le récit proprement dit et laisser son imagination papillonner sans avoir à corriger et recorriger les confusions orthographiques et syntaxiques. À poursuivre. Bravo !