Escapade en norvége

Par Faustine le 20 juillet 2020 16
Dans Expériences de conjoint(e)s

Je m’appelle Faustine et j’ai 42 ans, mariée depuis 10 ans , je me suis rendu à l’évidence, malgré mon amour et le plaisir que mon mari me procure, j’ai pris goût à la liberté de « consommer » à ma guise.

Très tôt j’ai pensé être soumise, mais mon expérience me montre que je suis plutôt directive (et non pas dominante) et je ne prend mon pied que si mon partenaire fait ce que j’aime même si il a l’impression de contrôler.

Mon mari est le seul ayant jamais réussi à me procurer des orgasmes intenses et profonds, mais je vous parlerai de nous dans une autre histoire.

Pour faire court, je voyage souvent de longue période pour mon travail, et mon chéri m’a proposé d’utiliser Tinder pour me détendre et voir un peu l’offre autochtone, je ne pensais honnêtement pas l’utiliser car je ne souhaitais pas rencontrer sans lui, mais je me suis laissée prendre au jeu du swip et de la forte offre de prétendant.

Comme mon coquin de chéri s’y attendait sûrement, je finis par discuter avec un charmant jeune homme de la région, conversant en anglais, discussion somme toute assez directe n’ayant pas assez de vocabulaire pour me faire désirer.

Rendez-vous fut donc prit au bar de mon hôtel me laissant secrètement la possibilité de changer d’avis au cas où. Évidemment j’avais transféré cet échange à mon curieux coquin resté en France pour qu’il puisse en profiter.

Passé l’excitation de la nouveauté, je n’en menais pas large, quasis seule dans un pays étranger, loin de ma zone de confort, des plans orchestrés par mon chéri, le mélange excitation et inquiétude se fit sentir.

Mélange qui me fit mouiller pendant l’heure que je passais dans mon bain avant la rencontre.

Peu avant en discutant sur whatsapp avec Lorenzo mon mari, nous convînmes que je laisserais mon téléphone dans la chambre sans raccrocher de façon à ce qu’il entende tout quand je remonterai avec mon amant du soir, et accessoirement pouvoir appeler l’hôtel au cas ou un problème surviendrai.

Je fis donc au mieux pour me préparer j’avoue sans grande conviction car je n’avais pas prévu ce genre de rencontre, mais un peu de maquillage, un haut un peu moulant feraient l’affaire (pour cette fois).

Je rappelais Lorenzo qui décrocha très très vite ce qui me fit rigoler et laissais le téléphone retourné sur la table de chevet.

Excitée et nerveuse, j’arrivais dans le hall où je l’aperçu tout de suite, grand, mignon sans plus, assez « normal ». Un sourire charmant, après un bonjour, il m’invita au bar pour boire un verre, j’imagine pour briser la glace, mais vu mon état elle était déjà complètement fondue. Je pris un verre de vin blanc, et j’attendis qu’il se décide.

Au bout de 45mn de difficile discussion, ne tenant plus, je pris les devant car j’attendais autre chose qu’une discussion. Direction l’ascenseur et ...rien... arrivé dans la chambre je profitais qu’il me tourne le dos pour vérifier que le tel était toujours en communication et je me plaquais contre cet étranger peu entreprenant.

Surpris, il ne resta pas longtemps inactif et entrepris de m’embrasser, nos langues se rencontrèrent, quel plaisir après trois semaines de sentir un homme me toucher et m’embrasser.

Mon mari absent physiquement, l’était malgré tout par l’écoute et ça me convenait parfaitement. Je me retrouvais vite sur le lit en tanga sans soutien-gorge.

Il enleva sa chemise, son pantalon et ses chaussettes (ouf...), avant de me couvrir de son corps, nos lèvres se retrouvèrent avant qu’il ne descende doucement sur ma poitrine par de doux baiser, mes tétons pointaient fort et leurs sensibilités me fit voir des étoiles quand il les léchât.

A mon grand regret, il ne s’attarda pas dessus, mais sa bouche toujours par petite touche descendit doucement sur mon pubis où ma chatte trempée ne devait pas manquer de lui indiquer mon désir. Ses doigts m’effleuraient, me parcourant, et me déclenchant des myriades de frissons, mes gémissements commençaient à se faire entendre et mon esprit fut transporter 2 secondes en France sur mon mari chéri, je me demandais si il entendait et imaginait le plaisir que je pouvais prendre sans lui, le bonheur de me faire manger et prendre par un autre loin de lui (mon côté coquine j’imagine...).

Mon esprit revint très vite dans ce lit, quand il entreprit de lécher mon sexe trempé. D’abord doucement ensuite plus insistant, il alternait clitoris et vulve me faisant monter à grande vitesse vers le plaisir, je sentais mon orgasme arriver quand sa bouche lâcha mon sexe pour descendre le long de mes jambes, droite, puis gauche en alternance, des bisous suivis de caresses, douces, sensuelles... mes cuisses, mes genoux, mes mollets, et le dessus de mes pieds puis mes orteils qu’il lécha délicatement, un plaisir indicible me parcourait, seule et en même temps rassurer par la présence téléphonique discrète de mon chéri si loin de moi.

Ma chatte trempée et sensible appelait ce sexe que je n’avais encore pas vu, je lui fis signe de remonter pour m’embrasser ainsi je pourrais « tâter » le terrain discrètement au travers du caleçon.

Un sexe bien fait ni trop gros ni trop petit, je n’avais de toute façon pas besoin d’un énorme vit, juste de quoi me sentir prise et posséder comme j’aime l’être. Ma main caressait ce sexe dur comme du bois, mais le tissus me gênait, je lui fis signe de l’enlever pour mieux palper et détailler l’engin, il était doux et chaud, peu poilu avec de grosses couilles qui pendaient m’annonçant, sans le savoir, de future surprise, j’étais en train de le branler doucement quand il attrapa la capote qu’il plaça avec dextérité.

Surprise sur le moment, je compris que je n’aurais pas grand chose à faire et qu’il voulait me prendre, je me rallongeais donc en ouvrant mes jambes pour lui laisser la place et ainsi disposer de moi comme il le voulait, dans mon état, il aurait pu me demander tout ce qu’il voulait j’aurais tout accepter en l’échange d’un orgasme.

Son corps me recouvrit totalement, et je ressentis son poids me bloquer, ouverte et offerte, sa queue trouva le chemin de mon sexe dans lequel il entra par une longue et ininterrompue poussée jusqu’à ce que je sentes ses grosses couilles frôler mon petit trou, sans m’en rendre compte j’avais ouvert mes jambes au maximum sous la pression de cette queue qui m’explorait le plus profondément qu’elle pouvait.

La sensation de me faire prendre ainsi me fit pousser un râle long et sonore que mon chéri pris pour un orgasme à l’autre bout du fil, mais il entendit vite que mon amant commençait à me prendre, de plus en plus vite et fort, mes jambes ballottant sous ses assauts il les plaça sur ses épaules, il me baisa littéralement de longue minute ainsi faisant claquer fortement nos deux corps, ses couilles sur mon anus (délicieuse sensation) et dans cette position son gland au fond de mon vagin dilaté.

Je me sentais prise entièrement et plus sauvagement que je ne l’aurais imaginé, ses coups de boutoir dans mon sexe associés à la position me firent décollé loin de cette chambre, il me pilonnait fort et intensément, mon sexe absorbait la charge et me renvoyait un plaisir que je croyais impossible sans la présence de mon mari, ma jouissance arriva d’un coup et me submergea, je me tendis et ma bouche laissa échappé ce que mon mari appela plus tard « l’orgasme de la victoire », la mienne ou la sienne je ne sais le dire.

Ce soir là, je n’ eu qu’un orgasme mais il était vraiment très bon et enivrant, le manque et la situation n’y était sûrement pas pour rien.

Profitant de mon orgasme, je laissais mon amant jouer avec ma chatte trempée, me baisant encore une dizaines de minutes (d’après mon chéri qui tient les comptes), avant de sortir, je pensais qu’il avait jouit, mais il enleva la capote, et je vis un geyser de sperme jaillir de cette queue, la giclée atteignit mon visage et macula mon ventre, mes seins et ma gorge, abasourdi par le spectacle, je ne pouvais m’empêcher de regarder les soubresauts de cette queue m’inondant littéralement. Heureuse de ne pas l’avoir sucer pour le finir car j’aurais pu m’étouffer. Je n’avais jamais vu autant de sperme en une fois, sortir d’une seule queue.

Fourbue, je le mis gentiment à la porte, une fois nettoyé et rhabillé. Rassasiée, heureuse, je pris le téléphone pour vérifier la communication, confirmer que mon chéri avait bien entendu et lui dire bonsoir. Il me répète toujours que mon plaisir est le sien et je le prend de plus en plus au mot, c’est ce soir là pour la première fois que je compris que j’allais changer un peu les choses dans notre vie sexuelle, je lui dis bonne nuit sachant pertinemment qu’il voulait discuter, mais je lui dis qu’il devrait alors attendre que je le veuille.

Le lendemain nous en discutâmes longuement le soir, il m’avoua qu’il s’était sentit obligé d’attendre mon accord pour éjaculer, et qu’il avait ressenti aussi que notre vie sexuelle avait prit un tournant.

Mais ceci est une autre histoire...

16 commentaires

Escapade en norvége

Par Sodomoi le 30 juillet 2020

Superbe experience. Merci beaucoup pour ce magnofique recit

Escapade en norvége

Par Faustine le 23 juillet 2020

Merci à vous deux ;)

Escapade en norvége

Par kirikou83520 le 22 juillet 2020

Un bien joli récit

Escapade en norvége

Par forfun le 21 juillet 2020

@Faustine,
J’admire ton récit. Il est evident que ton côté sauvage est révélé sur un lit d’hôtel norvégien. J’admire donc que tu ne sois soumise que pourbtes propres désirs. Garde le cap, fais plaisir a ton corps, a ton chéri et meintiens la manière dont tu fais usage de ton corps, de tes envies et le choix de tes mots. Bizes lyonnais.

Escapade en norvége

Par Tony86 le 21 juillet 2020

Bien. Pour ma part, Faustine, et devant la vivacité de vos réactions, je cesserai d’interférer dans vos contributions. Sachez néanmoins que je ne porte jamais de jugement. Jamais. Et que je ne me laisse jamais cataloguer ou enfermer dans aucune case. Ni Dieu, ni maître (ni maîtresse...).
Bon vent dans votre parcours.
Cordialement.
T86

PS : merci à « Amoureuxdemafemme » de m’avoir compris, et d’avoir bien lu, les différents textes, entre les lignes...

Escapade en norvége

Par Faustine le 21 juillet 2020

Merci Candaule,

J’apprécie votre site, je pense au temps que vous devez passer à le faire vivre et je vous en remercie.
Je vais essayer d’apporter ma contribution et de vous faire part de ce long chemin que nous avons parcouru.

Faustine

Escapade en norvége

Par Candaule le 21 juillet 2020

Chère Faustine,
Vous avez bien raison de vous positionner sans ambiguïté, vous savez ce qui vous plaît et vous le faites savoir, vous avez tellement raison ! Vous êtes une femme qui assume.
Faites nous partager la suite de l’évolution de votre couple, faites nous l’éloge de la femme assumée que vous êtes.
Car je suis certain qu’avoir une épouse claire dans ses choix et ses désirs a de très nombreux avantages pour un candauliste.
Au plaisir de vous lire.

Escapade en norvége

Par Faustine le 21 juillet 2020

Bises coquines également à tous les lecteurs qui ont appréciés en silence mon texte, j’ai fait la même chose pendant un long moment avant d’avoir le courage d’écrire.

J’aurais peut-être pas du..... :(

Faustine

Escapade en norvége

Par Faustine le 21 juillet 2020

Tony86,

Vous ne vouliez pas être inconvenant, mais vous l’avez été, et peu importe que vous me déplaisiez ou pas Tony.

Vous aviez commencé par me tutoyer, alors je vais faire comme vous et revenir au vouvoiement .

Il y a peu une histoire est apparue sur le site et a disparue aussi vite , car un »complice » avait raconté une soirée fini sur un canapé dans lequel il avait pénétré sa partenaire qui dormait, alors qu’elle avait signifié son mécontentement et son refus... Quelques commentaires avaient fait part de viol, ceci et les faits divers m’amènent à croire qu’il doit y avoir corrélation entre pénétration non-désirée et viol, ce que vous nommez le fantasme du viol est un « jeu sexuel » avec le consentement des DEUX partenaires, alors pour répondre à votre question un viol c’est mal OUI. Je ne conçois pas qu’une personne ayant autant tourné dans des soirées « sexe » ne le comprenne pas ou alors je ne souhaite pas qu’on se retrouve ensemble dans ses fameuses soirées.

Pour reprendre vos mots vous me »félicitez » de ma liberté à assouvir mes envies et pulsions (je vous invite à lire mes prochains textes j’ai beaucoup de chose à raconter), mais vous m’interdisez par votre premier commentaire de penser que je contrôle ma sexualité étant « soumise à la pulsion de la queue ». Vous n’avez aucunes pulsions vous ? Si non dommage, mais si oui alors vous ne contrôlez rien non plus.

A oui, dernière chose, je vis avec un libertin qui m’a fait connaître ce monde, je suis devenue libertine, et j’ai même dépassé les espérances les plus folles de mon époux, en m’épanouissant complètement dans ce mode de vie, j’adore le sexe sous toutes ses formes, dans toutes les positions , dans tous mes orifices, mais au grand jamais un complice n’a fait une chose que je n’avais pas concédé avant. SI je ne souhaite pas de sodomie, de boire la semence d’un amant, de subir une double pénétration, je le dis, de la même manière si me vient l’idée de prendre un gode ceinture pour sodomiser mon partenaire du moment je comprendrais qu’il dise non ou si il ne souhaite pas me sodomiser alors que je le demande c’est pareil. Le plaisir doit être partagé et pas à sens unique, cela s’appelle le respect et nous contrôlons tous nos actes, je ne vois ici aucune ambiguïté comme vous le dites.

Si vous estimez que cela fait de moi une féministe extrémiste grand bien vous fasses, mais je doute que ces femmes vivent ce que je vis avec mon mari et mes amants.

Arrêtez de mettre les gens dans des cases, et s’il vous plaît arrêtez votre prose condescendante sur votre grande expérience, j’en ai aussi, mon mari également mais je ne me permet pas de leçon sur votre façon de penser, par contre j’essaye de prendre des pincettes pour vous expliquer que je ne suis pas d’accord avec vous et votre façon de dire les choses, j’argumente mes dires afin que nous ayons une discussion et j’ai fait un pas vers vous, même si je doute que nous soyons d’accord un jour.

Bises Tony86

Sur ce bonne soirée j’essaye d’écrire une nouvelle histoire qui je n’en doute pas fera encore réagir.

Prendre en Norvège

Par Tony86 le 21 juillet 2020

Faustine,
Loin de moi l’idée d’avoir cherché à être inconvenant ou à vous déplaire. Comme je l’ai dit en préambule, "chapeau" pour ce que vous faîtes, pour votre liberté, et pour ce que vous écrivez fort joliment aussi. Pour le reste, je n’enlèverai pas une ligne de mon propos ni de mes convictions. Surtout je ne peux pas comprendre que le mot viol soit associé au mot pénétration, ça me laisse même interloqué...
C’est bien l’ambiguïté qui s’installe aujourd’hui dans les relations entre hommes et femmes, porté par des mouvements auxquels je n’adhère pas. Voyiez-vous, Faustine, je tourne pas mal dans des soirées "sexe", et depuis pas mal de temps. Des soirées à deux, à trois, et parfois avec beaucoup de monde. Des soirées où l’on se prend dans tous les sens, sans forcément se prendre la tête.... Ma compagne se donne, devant moi, à bien des hommes. Parfois ils sont trois, quatre à se succéder dans sa bouche, son sexe.. ailleurs. Elle aime ça, et moi aussi. Jamais je ne l’ai entendu dire "ils m’ont violée". Et quand bien même, si tel était alors son fantasme... ce serait mal ? Quand elle n’a plus envie, elle le montre, elle le dit, elle dit stop.. elle est libre ! Elle se redresse, fière, une goutte de sperme parfois au coin de la bouche et elle nous brave du regard.. C’est toujours elle qui gagne ! Du plaisir, de la queue (oui, de la queue ! elle aime ça, elle aime la queue...). Aussi je persiste à penser que dans toute sa complexité, la femme -les femmes- reste aussi preneuse de pénétration. Que ça n’est pas un mal. Bien sûr, il n’y pas que ça.... je vois aussi des dizaines d’autres choses que l’on peut se faire, entre humains... avec les doigts, la langue, le martinet, la plume, les dents... et même la voix !
Aussi j’espère Faustine que nous ne prenez pas ce chemin qui sépare les hommes et les femmes, qui le met chacun d’un côté.
Je vous souhaite de prendre ce que vous voudrez, quand vous le voudrez, autant que vous le voudrez...
Sincèrement
Tony86

Escapade en norvége

Par Faustine le 21 juillet 2020

Merci pour cet adorable commentaire, mais je vais me permettre de nuancer car les tournures de phrase de Tony86 ne correspondent pas à ce que je veux dire ou mon point de vue.

Ce que sous-tend ce commentaire, à mon sens, c’est que dans un rapport sexuel la "Femme" ne contrôle pas si elle ne pénètre pas. Et qu’elle doit se sentir flatté que l’homme accède à lui donner du plaisir avec sa queue. Certaines aiment ça d’autre pas et je ne me retrouve pas dans son commentaire qui mélange tous les genres. Pour ma part je ne pense pas que tous les hommes sont des pervers sans éducation qui prennent la femme pour un objet, même si nous aimons à certains moments l’être (ambivalence de la femme ;) )

Dans un viol, féminin ou masculin la pénétration peut-être vue comme une soumission, "je te soumets à mon pouvoir". Pour moi la pénétration consentie est un partage, j’accepte que tu me pénètres car j’ai envie de toi et je veux prendre du plaisir, je ne me soumets pas à une queue mais à un moment, une envie, à une personne éventuellement mais toujours dans le sens partage, je ne ressens pas du tout cela en lisant le commentaire de Tony86.

Je serais moins troublée si il me disait que dans un rapport sexuel, les partenaires consentants se soumettent l’un à l’autre, la femme au sexe masculin et l’homme au sexe féminin, comme il le dit elle joue avec en quoi est-ce de la soumission. Ce soumettre ne veut pas dire oublier les règles consenties, un dominant SM doit faire attention à son soumis car il a des limites (d’ou le mot d’urgence).

Quand je marque que j’aurais tout accepté pour un orgasme, croyez-vous que j’aurais accepté qu’il me fist sans mon consentement, ou que tous ces potes débarquent d’un coup, c’était évidemment une figure de style, avec mes mots comme vous le soulignez. Pourquoi les femmes ont-elles si peur des premiers rendez-vous, de donner leur numéro, etc etc... Si j’aime qu’on me traite de salope de chienne ou autre dans l’intimité, le suis-je vraiment dans la vie de tous les jours ?

Je suis sûrement différente de sa conjointe et c’est parfait car il faut de tout dans ce monde, mais quand je me lâche c’est parce que je sais que les limites sont posées et que si elles doivent être franchie ce sera mon choix. J’aurais aimé, dans son commentaire, une nuance dans son propos, nous aimons toutes et tous le sexe mais chacun à notre manière, être "brut de décoffrage" ne veut pas dire qu’on peut tout se permettre de dire ou faire. Le respect, dans le milieux libertin, est fondamental, d’ailleurs ne dit-on pas que c’est la femme qui dispose, qu’elle s’avilisse ou se comporte comme une chienne, c’est son choix, mais si elle dit non c’est non et j’ai vu des mec insistants se faire éjecter du club.

Quid de la position de l’amazone ou la femme contrôle en se faisant pénétrer, la pénétration n’est pas une soumission sinon les femmes dominantes n’auraient jamais de rapport.

Désolée si j’ai été trop longue, mais le respect des désirs et des autres est important pour moi, comme pour beaucoup d’hommes et de femmes de notre milieu si fermé qu’est le libertinage et le candaulisme.

Bonne journée et encore merci d’avoir aimé mon texte.

Escapade en norvége

Par amoureuxdemafemme le 21 juillet 2020

@Faustine, c’est effectivement un très large, passionnant et interminable débat que celui de la compréhension entre un homme et une femme, entre un mari et une épouse, entre un amant et une maîtresse, entre un mâle et une femelle, etc... Excusez-moi de provoquer volontairement pour vous faire comprendre qu’il y a plusieurs manières de dire une même chose. Selon l’état d’esprit, l’éducation, l’humeur, les convictions et tous pleins d’autres paramètres encore de notre interlocuteur(trice) et de nous-même, ce que nous allons ressentir, comprendre ou imaginer de notre dialogue peut varier du tout au tout. Ainsi il est tout à fait possible que je veuille dire "gris clair" à mon épouse et qu’elle comprenne "noir foncé" !! Juste parce que le langage que j’ai utilisé n’était pas le bon, pas le sien, ou mal adapté à elle.

Je me permet Faustine, de citer l’un des innombrables et si jolis passages de votre texte qui nous en dit long sur ce que peut être le cheminement du plaisir chez une femme. Vraiment, merci et bravo tellement c’est bien écrit, compréhensible et criant de vérités.
Vous avez dit : "je me rallongeais donc en ouvrant mes jambes pour lui laisser la place et ainsi disposer de moi comme il le voulait, dans mon état, il aurait pu me demander tout ce qu’il voulait j’aurais tout accepter en l’échange d’un orgasme."
Est ce que c’est fondamentalement différent de ce qu’exprime @Tony86 en disant au travers d’un langage qui n’est pas celui de Faustine : "elle se montre soumise à la queue, elle se laisse aller, elle prend cher et elle jouit." ?

Il y a des hommes, parfois un peu trop... "brut de décoffrage" et des femmes, parfois un peu trop... "petite bourgeoise coincée". Certains et certaines se reconnaîtront. Lorsque nous arrivons à nous comprendre, à respecter nos différences, à échanger par n’importe lequel des moyens de communication possibles et imaginables pour peu qu’ils conviennent aussi bien à l’un qu’à l’autre, nous formons des couples complémentaires, soudés et indissociables. Nous connaissons alors ce vrai Amour, avec un grand A.

C’était ma réflexion du jour, mon alimentation de ce "vaste débat". Une des grandes qualités de Faustine, c’est de savoir ce qui lui plait au lit et d’oser le dire ! C’est pas si courant et tellement difficile de réussir à faire ça pour une femme, as tu toujours était ainsi (directive dans ton esprit) ou l’es tu devenue au fil de tes expériences ?

Escapade en norvége

Par Candaule le 20 juillet 2020

Bonsoir Faustine,
Un très très beau témoignage, merci milles fois. Il nous laisse deviner une très belle complicité de couple. Je ne doute pas que vous nous décrivez là un tournant de votre sexualité et de celle de votre couple.

Vous avez sans nul doute un don pour l’écriture et les récits aux saveurs érotiques !!
On devine derrière ces mots votre facilité à jouer avec l’imagination de votre compagnon. Ce doit être un candauliste heureux et épanoui.

Que sa propre femme raconte à tous comment elle a pris du plaisir avec un autre, je trouve ça particulièrement séduisant.
Merci, merci, merci

Escapade en norvége

Par Faustine le 20 juillet 2020

Merci LC, j’espère que les prochaines vous plairont également.

Tony86, je ne comprend pas ton commentaire que je trouve déplacé et irrespectueux.

"Soumise à la queue" ? Nous sommes soumises à nos désirs, à nos envies, comme vous, nous les transférons sur une personne, un objet, un lieu, un jeu sexuel, qu’il y ait une queue ou pas dans l’histoire.
Une femme ne se soumet jamais à une autre ? Je sais ce que j’aime et je le dis (c’est ce que j’appelle être directive).

C’est un large débat et je laisse la communauté réagir à son tour si besoin.

Escapade en norvége

Par Tony86 le 20 juillet 2020

Chère Faustine,
Nous ne pouvons que te dire bravo pour ce que tu vis, ce que tu fais et ce que tu ressens. Et pour cette belle liberté. Néanmoins je me permet de penser que si tu te montres "de plus en plus en plus directive", ce qui est ton droit le plus strict.. tu restes néanmoins soumise à cette pulsion qui amène les femmes à prendre la q... Je ne voudrais pas que ceci soit compris sous un angle "viril". C’est plutôt une constatation que j’ai fais à plusieurs reprises dans ma vie, et que je continue à constater sur ma compagne. Elle se montre souvent rebelle, toujours prise par un besoin de contrôle, une envie de "dominer la situation". Et d’ailleurs je la laisse faire, parce que c’est ce qu’elle ressent. Mais à un moment ou un autre, quand nous sommes dans l’action, quand elle se met à baiser -pour dire les choses un peu crûment- son envie de queue finit par prendre le dessus. Elle suce, elle joue avec, elle aime se la mettre dans différents endroits. Et au bout du compte, quand elle finit par la prendre en chatte ou en cul, elle se montre soumise à la queue, elle se laisse aller, elle prend cher et elle jouit.

Escapade en norvége

Par Le Couple le 20 juillet 2020

Bonjour
très beau texte, enivrant et ce qu’il faut de ludique et vicieux.
Quant à la suite de vos aventures, quelques indices nous laisse entrevoir un chemin que l’on devine :-).
Merci

LC