Avenue Hoche

Par Candolescent le 17 février 2021
Dans Expériences de conjoint(e)s

Je ne pouvais plus dormir et je passais des nuits entières à me retourner dans mon lit, égrenant mes envies, mes désirs et mes délires au fil des heures interminables. Une certaine nuit, je me suis relevée, à bout de résistance, et j’ai eu envie de marcher dans les rues désertes. Aujourd’hui, je sais que je partais à la recherche d’une sensation qui m’obsédait depuis la scène qui s’était déroulée avec cet homme rencontré sur une terrasse, dans cette chambre qui évoquait les hôtels de passe anonymes de Paris. Mes pensées allaient souvent rôder du côté de la rue Saint Denis, à Paris, où j’étais passée quelques fois. Je me suis mise à marcher le long de l’avenue Hoche, dans l’attente de l’évènement qui allait se produire, obligatoirement. Des néons clignotaient sur le pavé liquide, des rafales de vent plaquaient la pluie contre moi. Une voiture s’est arrêtée à ma hauteur. J’ai continué à marcher, oppressée et tendue sous le regard électrique qui s’acharnait à me surprendre. J’ai fini par tourner la tête, très lentement. BMW grise. Silhouette penchée vers la vitre déjà baissée.
- Bonsoir.

La voix tremblait un peu. J’ai imperceptiblement réduit mon allure en me disant, tu es folle, ma petite, tu es complètement timbrée…
- Je peux vous déposer quelque part ?...

Soyez le premier à commenter cette contribution