Une soirée mal commencée mais qui finit bien.

Par Armandetmarie le 12 décembre 2020 1
Dans Expériences de complices

Olivier essaye de nous convaincre de l’accompagner dans un club échangiste, je ne suis pas vraiment enthousiaste, Marie un peu plus, de guerre lasse nous acceptons ;ce samedi une soirée Beach party ,dress code :maillot de bain !Nous arrivons, après nous être changés à l’entrée du club, classique lumière tamisée, musique mais la piste est pratiquement déserte à part un couple dont la femme bien ronde se dandine dans l’indifférence totale des nombreux hommes présents car là est le problème pas de couples !Marie attire l’attention son maillot deux pièces attirent les regards sur sa silhouette, nous nous installons au bar, ma femme est superbe perchée sur son tabouret mettant ses longues jambes en valeur, plusieurs hommes essaient de l’inviter à danser, elle refuse, d’autres lui propose sans tact et grossièrement de l’entrainer dans une des petites alcôves et de lui faire découvrir « le grand plaisir ».Marie ne répond même pas à leurs avances, je commence à maudire Olivier de nous avoir attirer dans cet endroit glauque. Marie décide d’aller danser sur la piste vide, ses déhanchements, ses reins cambrés, ses jolies fesses moulées dans son maillot et ses seins à peine contenue dans son haut de maillot, enflamment la libido des hommes présents. Elle se retrouve entourée de prétendants, qui systématiquement essayent de l’attirer ou même se frotte à elle lamentablement, pitoyablement. Marie plante ses soupirants au bord de l’éjaculation précoce, plus écœurée qu’excitée et retourne sur son tabouret. Un soupirant plus tenace s’accroche, elle le repousse, il insiste, je suis obligé d’intervenir mon mètre quatre vingt dix le dissuade de continuer à l’importuner, La soirée est mal engagée ! Nous décidons de quitter cette soirée après avoir finis nos verres, Olivier est dans ses petits souliers, quand un couple arrive la quarantaine .La jeune femme est petite, fine, un joli visage encadré par des cheveux auburn coupés au carré et de petits seins mais de superbe fesses bien rondes, lui chauve barbu plutôt athlétique ils nous rejoignent au bar. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la meute se rabat sur cette « viande fraiche » et repart, dépités, frustrés par les refus systématiques de la jeune femme. Nous entamons la conversation après avoir consommé quelques verres nous les trouvons sympa et les deux femmes voulant fuir cet endroit nous quittons ce désastre libertin ! Marie leur propose de finir la soirée chez nous, ils acceptent, j’ai l’impression qu’elle n’est pas insensible aux charmes de Marc. Nous arrivons à la maison, nous nous retrouvons dans la même tenue que dans le club. Il fait chaud, le champagne est frais, la lumière tamisée, l’atmosphère et joyeuse, marie met de la musique et entraine Stéphanie dans un coin du salon elles commencent à danser lascivement, Olivier, certainement pour se faire pardonner de sa bévue « échangiste » joue le rôle du dragueur du club, bien lourd, il a mis une serviette roulée dans son maillot tout le monde éclate de rire, Marc le rejoint, on se croirait dans le club !Olivier continue son imitation et vient frotter son « sexe » sur les fesses de ces dames. Stéphanie écroulée de rire vient me rejoindre sur la banquette. Olivier et Marc continuent leur rôle de soupirants éconduis, Olivier et derrière Marie, il a enlevé la serviette et maintenant c’est elle qui frotte ses fesses contre le sexe en érection d’Olivier tout en regardant Marc. Olivier dégrafe le haut du maillot de Marie et libère ses seins, ils continuent leur danse sensuelle, Marie tient Marc par le cou, la pointe de ses seins dressés effleure son torse, Olivier fait glisser le bat du maillot de Marie, elle est nue entre ces deux hommes. Stéphanie me dit :
« L’atmosphère se réchauffe ! »
Je pose ma main sur sa cuisse, sa peau est douce et commence à la caresser. Nous continuons de regarder le trio, Marie embrasse Marc pendant qu’Olivier caresse les épaules, la taille, les hanches, les fesses de Marie puis remonte jusqu’à ses épaules et la fait accroupir entre eux et je vois ma compagne baisser les maillots des deux hommes libérant ainsi leur sexe en érection qu’elle commence à caresser, elle décrouve les deux glands luisant et entame une fellation d’abord Marc, puis Olivier, elle suce les deux glands en même temps, la scène est torride. J’enlève le haut du maillot de Stéphanie, ses deux petits seins sont charmants, nous nous levons et enlevons nos maillots, je l’allonge sur le dos, sa chatte à la toison en ticket de métro met en valeur sa fente, j’écarte ses cuisses et plaque ma bouche sur son sexe, je respire la douce odeur de sa chatte, avant de la fouiller avec ma langue de longues minutes. Nous changeons de position, elle est à quatre pattes et me fait une fellation, sa bouche et chaude et j’avoue elle est douée avec sa langue, je peux contempler le spectacle de ma femme avec deux hommes et me faire sucer divinement bien par cette jeune femme. Marie est elle aussi à quatre pattes, Marc la pénètre pendant qu’elle suce Olivier, les deux hommes changent plusieurs fois de place, ses seins ballottent sous les assauts de ses amants. Stéphanie change de position, son dos et face à moi, je caresse ses fesses bien rondes et fermes, j’adore son petit cul. Elle s’empale sur moi, son vagin est humide et ma queue glisse parfaitement dans son fourreau intime au rythme de ses montées et descente, je caresse ses petits seins et fait rouler ses tétons entre mes doigts. Marie est empalée sur Olivier, allongée sur le dos sur le tapis, pendant que Marc se fait sucer. Stéphanie ne bouge plus, je caresse son clitoris, elle gémit poussant des petits cris je sens son vagin se contracter sur ma queue. J’adore cette sensation .Nous regardons toujours le trio c’est très excitant, Stéphanie roule des hanches, je la mets en levrette sur le sol et commence à la baiser furieusement déclenchant maintenant des cris rauques, ses jolies fesses rondes écartées laissent voire son anus légèrement proéminent. Je la tiens par la taille, je m’arrête plusieurs fois pour ne pas jouir. Le trio lui continuent de s’ébattre devant nos yeux, Marie est toujours empalée sur Olivier, Marc lui murmure quelque chose à l’oreille elle lui répond, je ne sais pas ce qu’ils se ont dit, mais je ne vais pas tarder à comprendre. Marc se place derrière Marie, il dépose de la salive sur son gland et essaye de la sodomiser, il doit s’y reprendre à plusieurs fois, Olivier toujours en Marie ne bouge plus cela aide Marc qui arrive à pénétrer le rectum de ma femme. Nous assistons, Stéphanie et moi, à la première double pénétration de ma femme. J’ai l’impression d’assister à un film porno mais dont la vedette est ma femme. Marc l’encule, les va et vient paressent difficiles les deux hommes ont du mal à coordonner leur mouvements, Marie pousse des gémissements, les trois amants arrivent à se coordonner dans une jouissance non feinte. Marie est splendide, j’adore la voire avec ces deux queues en elle. Je reprends mes va et viens dans la petite chatte de Stéphanie, elle est très excitée comme moi, plusieurs fois je caresse son petit trou mais elle repousse ma main. Le trio a changé encore de position, Marc continue de sodomiser Marie qui suce Olivier n’en peux plus et je pose mon gland sur l’anus de Stéphanie, elle me souffle :
« Non pas ça, pas ça ! »
J’ai trop envie d’enculer ce petit cul, je tiens ma queue avec ma main et force le seuil de son anus qui cède et se dilate, mon gland est entrée en elle. Elle cède et je m’enfonce en elle, je vais et je viens en m’enfoncer au plus profond d’elle, elle gémit quand je caresse son clitoris, je sens ma jouissance proche, j’adore enculer ce petit bout de femme. Olivier jouit dans la bouche de Marie et se retire, Marc dans un dernier coup de reins jouis dans l’anus de Marie, alors par « vengeance » je crache tout mon sperme dans le petit trou de sa femme et la fait jouir avec mes doigts. Une soirée mal commencée peut bien finir !

1 commentaire

Une soirée mal commencée mais qui finit bien.

Par Enjoy35 le 15 décembre 2020

Très joli texte.
Tout va en crescendo.