Retour au parking

Par tyroler le 1er mai 2020
Dans Expériences de complices

Renouvellement sur le parking de Toulouse,

L’expérience des WC d’autoroute avait été réussi au même titre que la première à Toulouse avec les deux jeunes (Paul & Alain). Mais Karen a voulu le refaire mais avec un seul gars. Pour elle, deux pipes à deux gars c’est un peu trop quoique très excitant et la pipe dans les WC, on ne sait jamais c’est déjà un peu trop risqué. D’ou, un seul gars qu’elle choisit à son goût, dans un coin discret et on voit après. A le faire elle préférait le choisir : de notre âge, présentant bien, poli et hygiéniquement propre.Pour le routier de l’autoroute, "elle sentait fort", même si le préservatif cachait le manque possible d’hygienne. Pour cette 3ème expérience, Karen avait prévu du gel comme dans les hôpitaux, qui était désinfectant.
Nous sommes arrivés à 22 h. Il y avait déjà pas mal de voitures. Nous avons fait un premier tour pour nous faire "accepter". J’ai très vite remarqué la voiture qui immédiatement après notre passage avait fait demi tour et nous suivait. Nous sommes allés, comme pour la première fois, sur le coin le plus éloigné des attroupements éclairé que par une lune elle aussi en totale érection. Karen avait elle aussi repéré la voiture suiveuse et me dit qu’elle pensait avoir reconnu Paul, de notre première rencontre et qu’il était apparemment tout seul. Je finissais de me garer que la voiture nous a doublée et fait demi tour pour venir se ranger côte à côte. Effectivement j’ai reconnu le visage souriant de celui que j’avais surnommé Paul. Nous avons discutés quelques minutes. Il était ravi de nous revoir, que nous étions sympas et qu’il trouvait que Karen était magnifique surtout se souvenant avoir reçu, d’elle, une gâterie inoubliable. Karen ravie de ce compliment sur "sa méthode" lui a demandé s’il l’avait bien reconnue. Il est sorti de sa voiture et après avoir fait le tour il est arrivé à la portière de Karen. Je voyais déjà quelques ombres qui tournaient derrière la voiture. Nous allions, pour cette fois, avoir quelques spectateurs. Paul c’est alors présenté, il s’appelait Jean et son copain de la dernière fois n’était autre que son jeune frère, Guy, qui n’avait que 16 ans. Il a très vite commencé par une petite caresse sur un sein. Comme Karen le laissait faire, il s’est enhardi et est descendu à la cave. D’elle même, elle a écarté les cuisses et le regardait en souriant :
« ¬ la même chose que la dernière fois, ça te plairait ? Avec une capote c’est OK. Mais vite fait car il commence à y avoir trop de monde. Je ne voudrais pas me retrouver à faire ça à la chaîne tout de même. Toi, ça va, je te connais maintenant. Mais une ça me suffit. Après on s’en va. »
Bien sûr il a été d’accord et a fait signe aux deux autres de rester à distance ce qui convenait très bien à Karen qui n’était tout de même pas contre se montrer ainsi, seins nus en train de sucer une bitte bien dressée , ce qui la ferait reconnaître comme belle petite salope. Elle s’est redressée sur son siège et tout en regardant Jean mettre son préservatif elle lui caressait les couilles. Jean s’est planté devant la vitre et présentait sa queue plastifiée. Après deux ou trois va et vient, Karen s’est penchée en avant et a laissé Jean lui baiser la bouche. Elle lui a fait une très bonne pipe bien profonde et bien baveuse comme elle sait si bien le faire. Les deux voyeurs, placés de part et d’autre de Jean ont profité que Karen soit occupée pour lui caresser les seins et la chatte. Elle a refusé qu’un gars la branle un peu trop vigoureusement mais a laissé le second lui malaxer les seins. Il disait a son copain :
« ¬ putain, tâte un peu ses nichons, ils sont magnifiques. Ils sont doux et vise un peu comme ses tétons elle est super excitée cette salope. »
Au bout d’un moment, Jean a poussé son cri de délivrance. Voilà, la pipe était terminée, Jean sortit de la bouche de Karen. Elle l’a regardée toute fierôte de sa réussite et :
« ¬ toujours content ? Ça t’a plu ? Puis se retournant vers les deux autres et leur a dit
¬ voilà, c’est fini, je vous ai laissé me caresser, c’était agréable mais c’est tout, j’arrête là.
¬ Oh non ! Pas déjà, si tu veux on te donne 20 euros chacun et tu nous fais une pipe à nous aussi ?
¬ Ah non, je ne suis pas venu pour faire la putte. C’était pour le plaisir et Jean je le connais. On verra, peut être la prochaine fois. Allez, tchao les gars, maintenant je vais m’occuper de mon mari.
De mon côté, j’avais fais signe à Jean de nous "donner son 06".
Karen s’est redressée sur son siège, à fermé la vitre et nous sommes rentrés chez nous pour finir rapidement au lit à baiser comme des sauvages et à nous échanger nos impressions et nos ressentis. Une fois de plus expérience réussi et affaire à suivre :
Mais là, c’est une autre histoire.

Soyez le premier à commenter cette contribution