Coment cela a commencé 4 (Marcel)

Par candauliber le 27 février 2022 4
Dans Expériences de complices

Les semaines passent,nous continuons nos petits jeux coquins, l’expèrence avec Eliott ne se renouvelle pas ;il n’est pas si facile d’élaborer ce type de plan.Nous reparlons régulèrement de cet épisode,à son évocation notre libido est reboostée ;preuve s’il en est que si notre sexualité est physique elle laisse aussi une grande part à la cérébralité.Il faut trouver la bonne personne acceptée par nous deux,l’heureux élu doit être seul et dispo pour la soirée qui s’annonce. Bref, nous en sommes restés aux exhib et attouchements discret.
Pour les congés nous avons réservé un gite en Midi-Pyreneés,peut-être se passera-t-il quelque chose.
Arrivé au gîte, le propriétaire nous accueille chaleureusement.Il nous a préparé une assiette de produits locaux et une bouteille de vin de la région ;nous invitons notre hôte à partager ce petit en-cas afin de faire connaissance. Marcel nous apprend qu’il est veuf depui 5ans,il va avoir 80 ans (il fait 10ans de moins) Le village et les commerces se trouvent à 3km.
Nous nous installons,allons au restau en ville,nous ferons les courses demain. Au matin, Arnaud va chercher les croissants au village,mais à peine 5mn plus tard coup de sonnette.Tête en l’air comme il est,il a du oublier quelque chose,j’ouvre,c’est Marcel qui nous apporte des croissants.Marcel me regarde bouche bée.J’ai ouvert en petite tenue (culotte et soutien-gorge seins-nus)je suis un peu confuse,je lui demande d’excuser ma tenue en lui expliquant que je pensais ouvrir à mon mari.Marcel m’affirme avoir été surpris et même agréablement surpris ajoute-t-il avec un petit sourire.Vous ètes toute excuséee.
-Et puis madame Véronique je n’ai pa si souvent l’occasion d’admirer une jolie femme comme vous.
Flatteur et coquin.
-Si vous le permettez je vous apporterez des croissants tous les matins,ne vous gênez surtout pas pour moi.
-Merci Marcel,à demain.
Je narre cet incident à Arnaud.
-Tu es rapide,dis-moi,à peine installée,tu chauffes le proprio.
-Je suis innocente,il n’y avait rien de prémédité.
- Et pour demain ce n’est pas prémédité ?
- Demain je veux le remercier de sa gentillesse ;je suis sure que cela t’excitera de me voir à poil devant lui ;de quoi te plains-tu ?
-Je remarque que soit tes choix se portent sur un jeune de 25 30 ans ou un octogénaire.
-En quiquagénaire je t’ai et tu me suffis mon chaton.
- Tous les matins,Véro attends Marcel dans une tenue différente,je mate par la mezzanine ou la cuisine(les deux points de vue différents mais aussi agréables l’un que l’autre.Là je suis pas jaloux, il n’y a aucune caresse ;juste le plaisir de voir et d’être vu.Parfois notre propriétaire et voisin s’attarde boire un café,elle s’approche de lui,son corps est quelques cm,mais jamais de gestes déplacés.Un gentleman.
Dés son départ nous tombons dans les bras l’un de l’autre excités au maximum.
A la fin de notre séjour Véro voudrait l’inviter à manger pour le dernier soir au gîte.
Je ne vois pas d’objections,ce monsieur se comporte très bien,grace à lui nous avons vécu des momments intenses.Mais je sens qu’elle veut m’en dire plus.
-tu veux proposer autre chose, tu peux tout dire ;souviens-toi,nous avons convenu qu’il n’y a pas de sujet tabou.
-Ce ne’est qu’un fantasme tu sais.
-Justement.
- j’ai envie de caresser Marcel et qu’il me caresse devant toi.Rassure-toi ce n’est qu’un fantame.
-Oui bien sur,sauf que jusqu’à maintenant nous les avons tous réalisés.
-Si cela ne te plait pas n’en parlons plus.
-Et moi je serai où ?
-Comme d’habitude mezzanine ou cuisine, tu pourras même nous mater dans le miroir.
- A quelles typtes de caresses comptez-vous vous livrer ?
Mes questions montrent que j’ai déjà accepté.D’ailleurs Minouche s’en aperçoit.
-Qu’est-ce-que je vois ?Tu bandes mon cochon,petit vicieux,ça t’excite mais le passage à l’acte te fais peur.Que crains-tu, nous ne reverrons jamais Marcel et aucun risque que je tombe amoureuse ;juste pour le plaisir et la cérébralité.
-Oui mais nous franchissons une étape supplémentaire ;là tu seras nue pour le caresser je suppose.Avec Eliott,tu étais restée habillée,vous étiez obligés de faire attention aux quelques promeneurs du soir,je t’entendais mais ne te voyais pas ;tout cela est différent.
-Réfléchis chéri,comme tu l’as dit il faut que nous soyons pleinement d’accord tous les deux.Au fait pour les caresses je pensais à une petite pipe.
Je suis si excité que je retourne Véro sur la table et la prend en levrette sans préliminaires,nous jouissons tous les deux rapidement.
Minouche me lance en riant
- Maintenant je suppose qu’il n’y a plus de contre indications.
- J’avoue, je suis vaincu.
Pour ce fameux soir,j’allume le barbecue,Minouche prépare des salades à la cuisine. A 19h Marcel sonne Véro va lui ouvrir.Très élégant il est vétu d’un pantalon de toile fine et d’une chemise rose pale à manches courtes. Véro monte se changer,je garde mon tablier de maître rotisseur.J’invite notre hôte a s’asseoir. Véro revient sur la terrasse ;minirobe dos nu qui laisse entrevoir le haut de la raie.Je suis sur qu’elle "oublié" de mettre sa culotte.Nous commençons par l’apéritif,un petit rosé de pays que Marcel a apporté.Ensuite viennent les salades,je m’occupe des brochettes tandis-que Véro devise avec notre invité,je la soupçonne d’ en montrer un peu plus que la décence ne l’autorise.J’admire le self-control de notre hôte ;Rien ne transparait.Un petit clin d’oeil de Minouche m’indique que tout se déroule selon ses désirs.Après le dessert nos prenons un cognac à l’intérieur,puis je m’excuse et prétexte un mal de tête pour quitter la pièce.De la mezzanine j’ai une vue sur toute la pièce,en bonne organisatrice Véro a placé Marcel de telle sorte qu’il ne peut pas me voir.
Je la vois faire un petit signe à notre ami ;elle s’assied face à lui et tout en conversant croise,décroise les jambes,les écartent,il est impossible de ne rien remarquer.Ma chérie vient même sur ses genoux pour l’embrasser.de nouveau la jalousie me prend à l’estomac et de nouveau je sens ma bite gonfler comme jamais.Je suis torturé et heureux, c’est incompréhensible.Il défait la fine bretelle de sa robe et ma chérie se retrouve nue comme un ver,Marcel devient tout rouge.Elle déboutonne sa chemise,couvre son torse de baisers se frotte contre lui.Je vis un enfer mais ces flammes sont tellement agréables.Minouche se recule un peu se tient debout jambes écartées et se caresse la chatte à 10cm de notre invité,je les entends râler de bonheur.De temps en temps ma chérie lève la tête vers moi et me simule un baiser.je n’en peux plus je sors ma queue et me branle,une première éjaculation ne tarde pas,alors que Minouche vient d’intrduire ses doigts dans la bouche de son compagnon de jeux.C’est du délire.Puis elle s’avance,vient frotter sa chatte sur le visage de Marcel,j’entends des bruits de succion ;Marcel se déllecte de sa cramouille,la respiration de Minouche s’accélère,je la vois se pâmer.Puis elle le repousse doucement et s’agenouille pour ouvrir son pantalon,elle sort sa queue qui a encore de la tenue vu l’âge du propriétaire.Elle le branle devant moi,puis je la vois approcher ses lèvres et déposer des bisous sur son gland,sa pine semble se raidir un peu plus.Satisfaite Véro me sourit,puis ouvre la bouche et entreprend sa fellation.Sa bouche monte et descend le long de son membre.C’est la première fois que j’assiste à un tel spectacle.Un spectacle donné par ma chère épouse.Je sais que pendant tout ce temps elle pense à moi car régulièrement elle jette un oeil vers moi ou me fait un signe.A un moment il lui immobilise la tête et à ses soubrssauts je devine qu’il jouit.Véro ne recrache rien,elle a tout avalé.Moi je j’éjacule une deuxième fois mais avec moins d’abondance.
A présent les deux hereux jouisseurs se rhabillent Véro raccompagne Marcel puis monte et se précipite dans mes bras.
-Vite baise-moi, donne-moi ta pine fais-moi jouir.J’en peux plus.
Heureusement le spectacle m’avait suffisamment excité pour la satifaire.C’est juste un peu plus long.Il y a20 ans cela ne posait pas de problèmes à la cinquantaine ça se complique.Pour Minouche c’est le contraire maintenant elle en redemande.
Entre deux ébats ma chérie me demande si j’ai apprécié cet intermède.Vu mon état je ne peux nier je reconnais préférer la voir comme ce soir plutôt que de deviner ce qui se déroule comme avec Eliott .
-Tu sais pour son âge il bande encore bien.
-Tu sais comment on bande à 80ans ?
-Non mais j’imagine que c’est pas folichon
-Tu l’as bien sucé,il a joui ?
-Oui un peu,assez pour sentir son jus dans ma bouche,à mon avis ça faisait longtemps.Je suis fière de lui avoir donné ce plaisir.
-Tu as avalé ?
- Oui,j’aurais pas du ?
-Si,du moment que ça te plaisait.
-Tu étais jaloux pendant nos coquineries ?
-Oui bien sur,je t’aime trop pour ne pas l’être
. Il m’a demandé pourquoi j’avais fait ça ;je lui ai répondu qu’il était très gentil et que je voulais lui faire un plaisir rare ;Avec humour il m’a répondu que c’était un plaisir unique.Il a ajouté quelque soit vos motivations je vous remercie vous et votre mari.
-Mon mari ?
-Vous savez j’ai 80 ans mais je suis pas dupe,quand il a prétexté un mal de tête pour s’absenter,j’ai compris que vous aviez son accord.Merci à vous deux,vous ètes formidables.
Je dande à Véro :
-Alors pête à recommencer ?
-Moi aucun problème et toi ?
-Quand tu veux,tu choisis.
-Oui mais tu souffres quand je suis avec un autre,je veux que tu sois heureux.
-Ne t’inquiète pas la jouissance est tellement forte,que j’oublie tout.Et puis quel bonheur quand tu me reviens dans bras,c’est indescriptible.
-Je t’aime.
-Moi aussi je t’aime.
-Sur ces paroles nous nous endormons,demain nous avons de la route.

4 commentaires

Coment cela a commencé 4 (Marcel)

Par Couple02 le 17 mars 2022

Beau récit bien narré ! Votre complicité est belle à voir et je pense que ce papy n’est pas prêt de vous oublier !

Tout boire

Par Tony86 le 3 mars 2022

"-Tu as avalé ?
- Oui, j’aurais pas du ?
- Si, du moment que ça te plaisait".
C’est aussi comme cela que nous voyons les choses. Ma chérie, non seulement adore prendre en bouche de beaux membres virils mais ne rechigne pas non plus à les pomper jusqu’à la dernière goutte. Je lui pose la même question que Candauliber -"tu as avalé ?"- mais elle me répond le plus souvent : "oui, tout...". Elle n’aime pas que le divine liqueur se perdre et aime la faire glisser dans sa gorge. C’est une chose très excitante que pratiquait l’impératrice romaine Messaline (une bombe sexuelle qui sortait nuitamment de son plais pour aller se prostituer dans les lupanars de Rome). Je vous renvoie d’ailleurs à un de mes post précédents ("Elle a tout bu") où je racontais une de ces fois où Mme a tout avalé...
Merci de votre attention et bonne b...

Coment cela a commencé 4 (Marcel)

Par Le Couple le 1er mars 2022

Idem
le crescendo est délicieux
c’est un plaisir

Au plaisir

Coment cela a commencé 4 (Marcel)

Par scrutateurs le 1er mars 2022

Super vos récits, on ressent l ’évolution du plaisir à aller de plus en plus loin dans une relation candaulisme. Vous arrivez à saisir et forcer le destin pour avoir des contacts plus ou moins fortuit.
Au plaisir de vous lire encore.