Amaury et la grève 1

Par annefrancois le 14 décembre 2019 1
Dans Expériences de complices

Samedi dernier j’ai été réglé quelques affaires en Vendée et je suis revenu dimanche en région parisienne. A cause de la grève j’y suis allé en voiture. Au moment de rentrer sur l’autoroute, au péage, il y avait plusieurs personnes qui faisaient du stop ; comme je rapportais des tas d’affaires je n’avais qu’une seule place, la place à coté de moi ; il y avait des jeunes filles assez bien apparemment mais elles étaient toutes accompagnées. Entre ceux qui allaient à Rennes ou Lyon, je me suis rabattu sur un jeune qui avait l’air correct, assez bien habillé. Il allait dans une zone universitaire au sud de Paris.
On a commencé à parler ; 28 ans, travaillant dans une start up de conseils (ils font tous ça) il était venu pour un weekend end avec des copains de Nantes et rentrait en région parisienne. Il aimait bien le sport et le cinéma.
Après avoir épuisé les sujets sur son métier, les différents sports qu’il pratiquait (c’est vrai qu’il avait l’air bien foutu) et ses films, réalisateurs ou acteurs préférés on en est venu aux copains. C’était des copains et copines de lycée et de fac. Lui était seul sans copine. Avec les kilomètres et les heures qui passaient la conversation était détendue.
Petit à petit il se dévoilait plus facilement ; Il n’avait pas de petite amie, Il trouvait que les filles de son âge ou plus jeunes ne lui plaisaient pas même s’il allait quand même avec elles de temps en temps. Ce n’était pas un manque de maturité mais ça n’accrochait pas ; au cinéma il préférait les actrices plus âgées que lui, pleinement épanouies ; il trouvait qu’elles ont plus de charme et d’attirance que les autres et c’est ce qu’il recherchait chez une femme.
Une idée commençait à germer en moi. Je le faisais parler de ses habitudes, ses expériences et ses envies. Il avait été plusieurs fois avec des femmes entre 33 et 45 ans et il les préférait à celles de 20 à 30 ans.
Prétextant une envie soudaine je me suis arrêté dans une station service et m’éloignant de lui j’ai téléphoné à Anne et lui ai expliqué la situation ; je lui ai décris mon jeune passager et comme je m’y attendais un peu, elle a été d’accord pour que je le ramène à la maison. Elle m’a demandé vers quelle heure on arriverait et qu’elle allait se préparer !
En reprenant la route je lui demandais s’il avait déjà baisé des femmes mariées, s’il avait fait des cocus et ce qu’il en pensait.
Ensuite c’est moi qui ai parlé de notre vie avec Anne, des plages naturistes qu’on fréquentait, de notre amour réciproque mais de notre façon très libre de voir les choses, de notre tolérance mutuelle. Comme il posait quelques questions je lui ai raconté quelques expériences à trois ou quatre. Il a été surpris mais apparemment il accrochait. Je lui ai alors demandé s’il avait déjà pratiqué des trios avec les femmes qu’il avait rencontrées. Non Jamais. Et si ça l’intéresserait ; Pourquoi pas !
Je me suis alors dévoilé en lui disant que je n’avais pas de photo d’Anne à lui monter mais qu’elle nous attendait s’il voulait. Il a hésité un peu mais il était partant, même avec une femme de 48 ans ! Je lui ai décrit ma chérie, lui ai dit ce qu’elle aimait qu’on lui fasse ou ce qu’elle aimait faire. Je lui ai expliqué comment se passait un trio pour nous. Dehors l’obscurité commençait à tomber mais je pouvais voir une boule dans son pantalon et il avait la gorge un peu sèche. Il m’a demandé s’il pouvait parler librement et m’a alors posé plein de questions sur nous, nos habitudes, nos expériences et la vie libertine. Je répondais en toute franchise.
Arrivés presque à l’heure prévue Anne nous a ouvert la porte. Elle portait un chemisier bleu ciel bien échancré mais avec un soutien gorge en dentelle noire qui gonflait ses petits seins et une jupe longue fendue assez haut sur le coté sur des bas noirs également.
-  Je te présente Amaury
Présentations rapides. Elle l’a embrassé sur les joues en lui souhaitant la bienvenue et on a été ans le séjour où Anne avait déjà mis de la lumière tamisée en plus de quelques bougies et de la musique douce. Anne s’est assise sur le canapé après nous avoir offert un verre, et la jupe a commencé à dévoiler la cuisse au dessus du genou. Avec Amaury on était assis en face. On a fait plus ample connaissance. Tout en discutant Anne a défait quelques boutons de son chemisier et laissé glisser les deux pans de sa jupe qui ont dévoilé ses jambes dans des bas autofixants et sa peau claire au-dessus. Elle croisait et décroisait les jambes laissant apercevoir une petite culotte noire également. J’ai dit à Amaury
- Fais la danser
Ils se sont enlacés au rythme de la musique et embrassé à pleine bouche ; passant derrière Anne je lui ai enlevé complètement son chemisier, puis j’ai défait sa jupe qui est tombée par terre et qu’elle a enjambée se retrouvant en sous-vêtements ; elle a enlevé la chemise d’Amaury et caressé sa braguette ; enfin j’ai dégrafé son soutien gorge et libéré ses petits seins. Elle était juste en culotte avec ses bas ; il lui a caressé les seins et a sucé les tétons qui pointaient déjà ;
- Viens me lécher
Pendant qu’il enlevait chaussures et pantalon je lui ai enlevé ses bas et sa culotte car elle aime mieux être complètement nue, et elle s’est assise sur le canapé. Il s’est mis entre ses cuisses qu’elle a écartées, a fait quelques bisous sur le mont de Venus et a écarté le minou qu’il a commencé à sucer. Elle se caressait les seins en renversant la tête en arrière et en fermant les yeux. Rapidement on a entendu des bruits de succion. En même temps il introduisait un doigt dans la chatte et le faisait aller et venir
- Oh oui, …………c’est bon…………vas y
Elle commençait à respirer plus fort ;
- Oui …… continue
Dans mon fauteuil j’admirais le spectacle de ma chérie qui se pinçait les tétons et bougeait son bassin en cadence.
- Viens sur le lit on sera mieux ; tu vas voir, ça va bien se passer.

a suivre....

1 commentaire

Amaury et la grève 1

Par Maverick le 19 décembre 2019

Excellent début de récit. J’adore et j’aurai tant aimer être ce jeune auto-stoppeur