Un week-end cérébral

Par JackbeauR le 17 janvier 2019 2
Dans Expériences de complices

Bonjour,
A la suite d’un long échange par sms et email avec un couple candauliste, moi jeune cadre de la région parisienne profitant de ma perversion cérébrale pour des rencontres, je me lance ,suite à leurs multiples demandes, dans un week-end prolongé dans leur maison à Amiens.
Sachant que le programme du week-end était déjà effectué, je savais quel type de scénario nous allons effectuer tous les 3 en connivence…
J’arrive à la gare, je me fais accueillir par Tristan le mari. Nous prenons le temps de discuter autour d’un verre quelques minutes avant de partir vers notre destination. Il insiste pour payer, il insiste pour porter ma valise, il me demande si tout va bien : je me sens comme un invité de marque.
Arrivé à leur maison, laissant Tristan s’occupé de la valise et de garer la voiture, je me fais ensuite accueillir par sa femme d’une beauté extraordinaire : Solène 37 ans, belle robe rouge s’arrêtant mi cuisse, talons assorties, brune aux yeux noisette. Son sourire pleins de charme me mets tout de suite à l’aise. Elle m’embrasse une joue puis l’autre, délicatement… Je ne peux m’empêcher de la manger du regard.
"Tris, va préparer l’apéro pour l’inviter" ordonne-t-elle
Tristan sans poser de question disparait dans la cuisine, laissant Solène et moi dans le salon. Nous commençons à discuter, de tout et de rien. 20 minutes plus, tard, 2 verres de vin dans le ventre, Tristan est avec nous dans le salon. Cela ne prive pas Solène de me carresser régulièrement l’épaule, la cuisse quand je commence à prendre la parole. Je commence déjà à sentir mon sexe s’endurcir à cause de sa délicate pression sur ma peau. Je me décide enfin à jouer : devant Tristan, je commence à mettre en avant mes qualités de masseur, en me positionnant derrière solène (assise sur la canapé) en lui massant les trapèzes. Elle commence à gémir, à se détendre. Tristan continue de regarder tout en mangeant les petits toasts qu’il avait préparé. Etant debout, elle en profite pour poser sa tête sur mon sexe déjà endurci. Je ne la masse plus mais je la touche, je descends sur ses seins, je carresse son cou, je tire légèrement les cheveux en arrière…
"Va nous faire à manger, ne soit pas malpoli face à notre invité" dis Solène. Tristan s’excécute et continue de suivre la scène depuis la cuisine.
Solène me descend le pantalon, me carresse, me suce profondément. Elle me demande de lui tirer les cheveux, crie qu’elle est ma chienne. Elle m’enlève mon pantalon et commence à me lêcher délicatement l’anus. Surpris par cette décision que je n’avais encore jamais effectuée, je me laisse faire. Rapidement, je jouis de plaisir sur son visage. Je n’ai même pas gouter à son vagin que je suis déja au 7ème ciel…
Dès que l’affaire est finie, elle se relève d’un coup, se dirige dans le cuisine. N’ayant pas pris le temps de s’essuyer, la semence continuée à couler sur son beau visage. "Tris où en est ce repas ?" questionne-t-elle de manière autoritaire. Elle prend le temps d’embrasser son mari sur la joue et d’essuyer son visage sur son t-shirt.
La soirée continue avec un jeu de pied à table, avec un jeu de regard. En pleins milieu du diné, elle disparait sous la table. Je dois continuer la discussion tout en sachant que Solène était en train de me sucer… Craquant complètement, je la prend en levrette sur le rebord de la table.
La nuit approchait, nous faisons l’amour sous la douche, puis dans le lit avec le mari qui se touchait discretement à côté. Je dormis comme un prince après toute cette journée dans le lit parental avec Tristan sur une couchette juste à côté…
Le lendemain, Tristan me ramena à la gare et le week-end fut fini.. Ah mais quel week-end

2 commentaires

Un week-end cérébral

Par Maxmetisse le 18 janvier 2019

Adresse mail en minuscule
b997@laposte.net
Plutôt.
A bientôt peut être ?

Interresant

Par Maxmetisse le 18 janvier 2019

Bonjour, je ne lasse pas de lire ce récit très intéressant.
Si vous venez dans le sud ouest a Bordeaux pour votre activité professionnelle je me tiens a votre disposition vous semblez une personne intéressante alors on peut échanger par mail si vous voulez.
Ensuite qui vivra verra...
Max.
B997@laposte.net