Vers la première fois - 2

Par habibe44 le 14 novembre 2020 3
Dans Expériences de candaulistes

Nous y sommes, c’est ce soir !... Oui, c’est ce soir que mon épouse Maro va me tromper avec ce José. Je le sais car depuis des semaines, elle me prépare psychologiquement à la chose, exacerbant à souhait ma jalousie pour se rendre compte si je suis réellement prêt à l’accepter.

- " Tu sais mon chéri, il est de plus en plus entreprenant. Dès qu’on se retrouve seul, il en profite pour me peloter et passer sa main dans ma culotte. Tu vas voir, y’en a plus pour longtemps, il va craquer "
M’avoue-t-elle en me précisant qu’elle aussi de son côté, ces attouchements la font mouillé et qu’ elle a très envie de lui .
- " Mais il faut aussi que je te dise qu’il est jaloux, alors au début, il ne voudra sûrement pas que tu sois là... Et puis, juste un soir, je suis sûr que ça ne lui suffira pas. Il faut bien t’attendre à ce que ce soit peut-être plusieurs soirs par semaine, voire des nuits entières " Rajoutait-elle en guettant mes réactions.

Elle savait bien que de telles projections agaçaient ma jalousie, décuplaient ma libido et mes attentions à son égard. En fait, elle se servait de mon penchant candauliste pour me soumettre et assouvir ses moindres désirs.

Dominante, elle avait également étendu progressivement son emprise sur José par des petits jeux de séduction furtifs, des SMS et des photos de plus en plus équivoques.

Nul doute qu’ils allaient donc passer à des choses plus sérieuses après le restaurant ce soir. Seul, une fois les enfants couchés, et sans nouvelle, cette soirée fut interminable et un véritable supplice. Je me doutais pourtant bien qu’elle ne m’enverrait aucune nouvelle. Cela faisait probablement parti de son jeu, me faire languir, pousser ma frustration et mon excitation à son comble pour qu’une fois rentrée, je la désire éperdument et je sois à ses pieds.

Les heures passaient, je ne trouvais pas le sommeil et je l’imaginais dans les positions les plus chaudes ; notamment se faisant prendre en levrette, la croupe bien tendue sur le lit de Monsieur, jouir intensément sous les violents assauts de ce dernier, les mains agrippées aux draps.

Paradoxalement, une peur subsistait malgré tout dans mon esprit, je doutais des réels sentiments qu’ils ressentaient l’un pour l’autre. Ne l’aimait-elle pas plus qu’elle n’osait le dire ?

Je dois reconnaitre que je n’étais pas encore prêt à trop la partager et encore moins à la perdre. Aussi, avais-je bien fait de lui avouer mes fantasmes et de l’encourager dans cette voie. N’allais-je pas le regretter amèrement ?

J’avais beau retourner ces questions dans tous les sens, peser le pour et le contre, il fallait bien me résigner et accepter les conditions actuelles : c’est à dire des conditions qui m’avaient conduit à retomber follement amoureux de ma femme et qui lui avait rendues une vraie joie de vivre.

Un possible retour à la situation conflictuelle initiale de notre couple aurait été une épreuve difficile à surmonter.

Aussi, ne trouvant pas le sommeil et pour lui exprimer ma reconnaissance, il me vint subitement l’idée de lui écrire un poème, inspiré de quelques écrits sur ce site et qui résume assez bien mes états d’âme.

Elle le trouvera demain matin à son retour, là, sur l’oreiller.

MON AMOUR

Il y a bien longtemps sur l’oreiller,
Une douce nuit, je t’avais chuchoté,
Mes rêves d’homme les plus enfouis
Et de te voir dans les bras d’autrui.

Longtemps, tu as douté, tergiversé,
Avancé ou reculé avant d’accepter.
Serait-ce la crainte de me donner
L’apparence d’une femme légère, frivole,
Qui t’empêchait de vivre cette idée folle,
D’être serrée, enlacée et embrassée,
Et de jouir des douceurs d’un étranger.

Je voulais te libérer de mon égoïsme,
Briser les chaines de ma jalousie,
Ainsi, tu étais libre d’être séduite,
Libre d’être entrainée et éprise,
Des envies et caresses d’un complice.

Tu sais l’émotion qui était mienne
Quand je t’imaginais ainsi offerte.
Mes petites fictions et scénarios
Ont éveillé en toi bien des choses,
L’ultime désir de franchir l’interdit.

Alors voilà, tu as fait le grand saut,
C’est fait, rien ne sera plus comme avant.
Ces souvenirs et intenses sentiments,
L’émotion de croire à ta pleine jouissance,
Hanteront mon être encore pour longtemps.
Ils sont souffrances mais me comblent tant.
Merci Habibe, je t’aime…

3 commentaires

Vers la première fois - 2

Par Candaule le 15 novembre 2020

Habbibe, Milles Bravos pour votre récit !!!
Je suis d’accord avec Alexandre, nous avons tous un jour ou l’autre partagé vos sentiments et les émotions qu’ils engendrent. la peur, la jalousie et cette intensification du désir.
Venez vite nous raconter le retour de votre moitié.
Prenez soin de vous

Vers la première fois (2)

Par mdesaf33 le 14 novembre 2020

Très beau texte, tant sur le fond que sur la forme.
Nous ne sommes pas les seuls à attendre avec impatience le récit que vous nous ferez de cette grande première.
Bonne nuit Madame,
vous ne penserez sans doute pas beaucoup à Monsieur,
alors que lui ne va penser qu’à vous !!!

Mais d’une façon différente , vous en serez très heureux tous les deux.

Et bravo à vous Monsieur pour ce beau poème d’amour

Vers la première fois (2)

Par ALEXETFLO le 14 novembre 2020

Bonjour,

récit bien tourné sur les réflexions interrogations du mari dans l’attente du retour de l’escapade de sa chérie.

et oui ce sont des sensations diverses et antagonistes qui nous envahissent quand notre épouse est entrain de coquiner avec son (ses) amant(s). mais tout cela reste d’intenses moments excitants et le retour de notre Aimée devient intemporel et délicieusement jouissif !

joli poème qu’elle a dû apprécier à son retour, un témoignage de l’amour que vous lui portez.

Alexandre