Valentine fait son marché

Par les coquinous le 1er juillet 2021 5
Dans Expériences de candaulistes

C’était en juillet 2018, nous étions en vacances à Saint-Raphaël et, alors que Yanis avait la flemme, je suis allée seule sur le marché de la place de la poste à Saint-Aygulf.
J’adore l’ambiance qui règne sur les marchés, les odeurs d’épices et de fruits et légumes, la gouaille des marchand(e)s, ...
Si mes souvenirs sont exacts c’était un mardi matin, il faisait très chaud et la foule extrêmement dense.
Vacances, chaleur, marché, vous comprendrez aisément que je ne cherchais pas spécialement l’élégance dans ma tenue vestimentaire.
Aux pieds : des tropéziennes.
Cache-sexe : string.
Tenue : petite robe blanche fine et courte.
Bijoux : boucles d’oreilles, bracelet de cheville, bagues.
Si, pour moi, le port d’un SG est déjà rare en temps ordinaire, en vacances il est carrément prohibé.
J’étais là depuis même pas 5 minutes lorsque j’ai senti une caresse furtive sur mes fesses.
Vous confirmerez mesdames que la chose arrive régulièrement lorsque vous vous trouvez au milieu d’une foule et que ces messieurs son couvert par un certain anonymat vu le nombre de personnes.
Même si j’ai bien senti le contact, je n’y ai guère prêté attention.
J’ai commencé à effectué quelques achats, essentiellement des bijoux de pacotille que l’on porte en vacances.
J’étais arrêtée devant un stand de parfums quand à nouveau une main s’est posée sur mon fessier. Mais cette fois ce ne fut plus une caresse rapide, la main resta posée et immobile durant plusieurs secondes. J’avais envie de voir le visage du coquin, discrètement j’ai quelque peu tourné la tête et ai constaté qu’il s’agissait d’un vieux papy bedonnant et rouge écarlate (chaleur ou excitation ?). Lorsque nos regards se sont croisés il a immédiatement ôté sa main alors que je pense ne pas avoir eu l’air fâchée ou désapprobatrice.
Après avoir respiré quelques parfums je m’en suis allée sans rien acheter. Mine de rien, tout en ayant de m’intéresser à diverses choses, j’ai regardé si l’homme me suivait. Et bien oui, il marchait à 1,5 m de moi, et il n’était pas seul ! Un autre homme l’accompagnait et ils parlaient entre eux tout en rigolant et me regardant !
Parlaient-ils de moi ? Le deuxième savait-il que l’autre m’avait "touchée" ?
J’ai pensé que non, un "toucheur", ou "frotteur", agit seul, du moins c’est toujours le cas quand ça m’arrive.
Arrivant devant un stand de robes et blouses d’été j’ai oublié les 2 hommes et me suis intéressée à ce qui était proposé. Il y avait de chouettes choses très colorées, j’en ai pris une que j’ai détaillée et ai demandé au marchand si il avait ma taille.
C’est alors que, tandis que je m’entretenais avec le vendeur, une main vint à nouveau faire connaissance avec mes fesses. C’était déjà osé de faire ça alors que je parlais avec quelqu’un, mais carrément culotté car cette main se trouvait sous ma robe et en contact direct avec ma peau !! J’ai rendu la robe au marchand et me suis retournée brusquement. Quelle ne fut pas ma surprise, cette fois ce n’était pas mon "toucheur" mais son ami qui m’avait pelotée.
Nous étions tous 3 face à face, à moins de 50 cm l’un de l’autre. Ils semblaient penauds et devaient certainement craindre que je fasse un scandale.
Déjà ce n’est pas mon genre, ensuite j’apprécie toujours quand un homme d’un âge certain s’intéresse à moi et cette fois ils étaient 2.
A ce moment-là je n’eus plus envie de me balader sur le marché, je voulais faire leur connaissance et parler avec eux. Je les ai regardé et leur ai dit gentiment : "Suivez-moi un peu plus loin".
J’ai quitté le marché et me suis dirigée vers un rue calme avec eux à ma suite. Appuyée contre un muret j’ai engagé la conversation :
Moi : "Vous êtes ici en vacances ?".
Eux : "Non, nous habitons à Fréjus, nous sommes voisins".
Moi : "Et vous venez souvent sur le marché pour vous amuser à toucher des femmes ?".
Eux, fort gênés : " Non, enfin parfois, uniquement des touristes, mais pas souvent".
Ils mentaient, j’en étais sûre, ce devait être leur passe-temps favori en été.
Moi : "Et il ne vous arrive jamais d’avoir des ennuis, qu’une femme crie ou qu’un mari vous agresse ?".
La conversation et ma gentillesse avaient dû les rassurer car ils se sont détendus et m’ont répondu en riant que "non".
Moi : "Et ils vous arrive parfois qu’une femme soit réceptive à vos caresses et vous invite chez elle ?".
Eux : "Malheureusement non, c’est d’ailleurs, avec vous, la première fois que nous parlons".
Moi : "C’est dommage, vous n’avez pas de chance, imaginez que l’une d’entre-elles vous que vous l’emmeniez chez vous ? Et d’ailleurs, êtes-vous mariés ou en couple ?".
Le plus petit des 2 me répondit : "Je suis seul, mon copain Louis est marié. Mais je ne crois pas que cela pourrait arriver, d’ailleurs, d’habitude, on se contente juste d’une petite caresse discrète, c’est la première fois qu’on ose autant".
Complètement libérée et excitée par cette conversation, ça m’est sorti tout seul de la bouche :
- "Et si c’était votre jour de chance ? Que je sois la première qui se donne à vous ? Vous seriez d’accord ?".
Sans être méchante je peux dire qu’ils avaient l’air bête, ils faisaient moins les fiers et semblaient avoir perdu de leur assurance. Ils me regardaient mais ne disaient rien.
Moi : "Je suis en vacances avec mon mari au camping ....., que diriez-vous de venir prendre l’apéro avec nous vers 18h ?".
Toujours un silence complet de leur part.
Moi : "Ou alors chez vous si vous préférez".
Le petit reprit la parole : "Peut-être chez moi, à votre caravane votre mari sera là et je ne vois pas ce à quoi ça servirait".
Moi : "Mon mari aime à me regarder avec mes amants, vous ne devez avoir aucune crainte à ce niveau".
Le plus grand : "Votre mari vous laisse le tromper ? Et il aime ça ? J’ai jamais entendu chose pareille ! J’aurais une aussi jolie petite femme je ne la partagerais pas".
Moi : "C’est à vous de décider, mais puis-je connaître vos âges ?".
Eux : "Moi 67 et Louis 61".
Richard (le petit) : "Si vous êtes certaine que votre mari sera d’accord, je peux vous recevoir aujourd’hui soir". S’adressant à Louis : "Et toi, tu sauras venir ?".
Louis confirma sa venue et nous nous mîmes d’accord pour 18h chez Richard qui me donna son adresse et son N° de portable
Richard : "Vous m’assurez que c’est vrai, que vous ne vous moquez pas de nous ?".
J’ai regardé autour de nous et, vu qu’il y avait plusieurs personnes, leur ai demandé de me suivre un peu plus haut dans la rue.
Là je les ai embrassés tour à tour, pas le petit bisou sur les lèvres mais un vrai baiser à pleine bouche.
Ils m’ont ensuite raccompagnée jusqu’à ma voiture et, une fois que je fus installée, Louis s’est penché à l’intérieur, m’a dit "à tout à l’heure" avant de me déposer un baiser sur la bouche et de glisser une main entre mes cuisses durant quelques secondes.
A suivre,
Valentine

5 commentaires

Valentine fait son marché

Par pathon le 5 juillet 2021

Valentine,ne t arretes pas en si bon chemin,tes histoires sont extraordinairement racontées,j ai rarement eu autant d excitation en lisant un texte erotique(on est au delà de l erotisme j en convient),j attends avec impatience ,et d autres egalement je n en doute pas,le reste de l histoire.du peu qu on en voit sur la photo de profil, tu dois etre capable de faire bander la plus capricieuse des bittes.

Valentine fait son marché

Par Bastloiret le 5 juillet 2021

Valentine continue de raconter tes aventures elles sont géniales et très excitantes.
Jadore tes aventures avez des hommes mûr.
Merci à vous deux vous raconter si bien on peut se projeter dans l’aventure c’est super
Bastien

Valentine fait son marché

Par les coquinous le 4 juillet 2021

Merci à Paul 1705, à Candopaq et à ceux qui postent régulièrement des commentaires. Malgré tout, Yanis et moi sommes tristes du peu.
Valentine

Valentine fait son marché

Par Paul1705 le 2 juillet 2021

Bonjour
Hâte de lire la suite
Au plaisir de vous lire
C et P

Valentine fait son marché

Par candopaq le 1er juillet 2021

J’en connais une qui va prendre cher… Heureux Yanis !