Une soirée incroyable... mais vrai

Par Lefou le 12 janvier 2018 6
Dans Expériences de candaulistes

Lors de nos soirées, nous nous promettions souvent de ne pas démarrer trop vite pour laisser l’excitation monter et profiter des belles tenues de ma femme mais c’était mission impossible.

La plus belle double pénétration que nous avons partager, fut juste quelques minutes aprés l’arrivée de Philippe. C’était au début de nos trios, il était vraiment en rut et la situation nouvelle à l’époque me rendait fou d’excitation. Les magnifiques bas sur stileto vernis et l’absence de culotte sous sa micro jupe écossaise de jeune pute avait eu raison de notre volonté en 30 secondes.

Nous nous sommes jeter sur son corps qui est devenu en l’espace de quelques minutes, juste un objet sexuel entre nos mains. En confiance, l’idée d’être soumise lui plaisait énormément, ce qui nous permis beaucoup de fantaisies par la suite. Il lui a littéralement arracher son petit haut sans soutif et c’est jeter sur sa belle poitrine.

Après l’avoir galoché, il lui enfonça plusieurs doigts profondément. Ma belle blonde, si BCBG dans la vie de tous les jours, était debout, toute en eau, dégoulinante et gémissante avec la moitié de la main du meilleur ami de son mari en elle.
Elle tenta de freiner nos ardeurs, de me calmer d’une main et de l’autre le bras de Philippe en fury, s’accrochant à lui et le griffant. Pas en reste, coller dans son dos, je la mordais, lui pressais un sein.

Il la secouait tellement que deux de mes doigts sont entrées facilement dans son anus ouvert et humide, on aurait dit qu’elle mouillait du cul. Nos doigts se touchaient à l’intérieur de ma femme et j’ai même eu peur de lui faire mal mais elle gardait les jambes bien écartées et gémissait de plaisir...

Je bandais comme un jeune cerf dans mon jeans devenu bien trop serré. Prise entre nous deux, debout, les jambes écartées pour se laisser bien doigter à deux, par devant et par derrière sans aucun ménagement, elle a giclé et joui avec des sécrétions incroyablement abondantes.

Sans aucun temps mort, il l’a alors pénétré debout sur le rebord de la table du salon. En baissant mon pantalon, je n’ai pas résisté à me masturber en regardant de très longues secondes, sa grosse queue entrée et sortir de sa chatte totalement lisse et trempée.

Les cuisses grandes écartées (Je me répète mais elle a passé ses moments ainsi et j’en profite au passage pour dire, que dotée d’un belle libido, c’est exemple même du mythe de la femme qui écarte souvent les cuisses), elle se tenait ses superbes gros seins gonfler de plaisir car il ne l’a ménageait pas. Mesurant 1,71m + 12 cm de talon aiguille et lui plus d’1,80m, il la baisait puissamment et la scène bien que classique me parut irréelle.

Il l’a rebaisera plusieurs fois sur notre table du salon mais cela ne me fit plus jamais la même impression que cette première fois. Avec la blondeur de ses longs cheveux, ses yeux vert cernés de noir, elle était belle et sensuel, je lui plongeait mes doigts entre ses lèvres ornées du rouge de la passion, pour faire savourer ses propres odeurs à cette chienne.

Sa tête bougeait énormément pendant qu’elle les suçait et mordillait. Elle encaissait et se régalait des grands coups de butoir de Philippe qui endurant et déjà en sueur ne lâchait rien pour la faire décoller très bruyamment une seconde fois.

Il s’est retiré pour ne pas en faire autant et il a voulu la doigter ce qu’elle refusa cherchant à reprendre ses esprits. Imperturbable, il ne lui en laissa pas le temps et l’a pénétra de nouveau comme un animal en tenant fermement ses larges hanches.

Il l’a basculé alors sur le côté droit, lui doigtant maintenant les fesses en me regardant, je me suis approché et elle s’est retrouvé une jambe en l’air, prise entre nos deux queues.

Elle mouillait tellement que ce fut une double pénétration encore plus aisée que sur un canapé. Philippe aurait pu même, malgré son membre impressionnant, se retrouver dans son cul et pour une première dans son petit trou, l’enculer comme un sauvage mais cela viendra plus tard.

Nous la tenions donc fermement, nos cuisses se touchaient dans un mélange de chairs, côte à côte, nous pouvions bouger facilement et de concert, nos visages a quelques centimètres, nos regards contemplant notre proies. Nos membres bien durs s’entrechoquaient entre les orifices bien dilatés de ma chérie, c’était divin !

Elle n’a pas eu le temps de souffrir de l’inconfort de la situation qu’elle a joui une nouvelle fois et n’en pouvant plus malgré tout, nous a demandé d’en finir. Nous avons décharger et inonder ma belle salope de notre foutre presque simultanément et bien profond en elle.

Elle nous souriait bien heureuse de nous régaler, partageant ce moment avec nous alors que nous émettions des bruits d’animaux, elle nous disait :
- " Oui Oui Oui mes cochons, allez..."

Elle aimait être bien pleine et nous pouvions sentir nos spasmes respectifs alors que nous lui offrions nos semences. Nous nous sommes retirés, contemplant notre oeuvre épuisée mais heureuse.

Un filet de sperme sortait de son sexe et j’aurai aimé avoir l’expérience que j’ai aujourd’hui pour m’agenouiller à ses pieds et la nettoyer délicatement en avalant son sperme pendant qu’elle, les cuisses écartées (encore) m’aurait caresser les cheveux...
Il n’en fut rien et je me contentais de la vision qui me combla à l’époque.

Philippe aurait pu aussi m’insulter (par jeu) et m’obliger à la nettoyer avant de me renvoyer dans la chambre pendant qu’il restait avec elle. Plus jeune et moins pervers, nous nous sommes juste affalés tous les trois sur le grand canapé. Encore chaude et suintante, elle ne portait plus que ses bas.

En parfaite communion, nous la caressions doucement en nous reposant sous un grand plaid. Elle passait tendrement des bras de l’un à l’autre, s’amusant aussi à caresser ou branler nos queues au repos. J’ai allumé la télévison et moins de trois quart d’heure plus tard, elle était déjà en train de sucer sa grosse queue à pleine main. Ils ont refait l’amour doucement à l’autre bout de mon grand sofa.

Je les ai entendu chuchoter et jouir pendant que je me masturbais pour me soulager une dernière fois. Avant de partir, il m’a fait la bise et remercier alors que c’était à moi de la faire.

Ma belle est revenu dans mes bras, nous nous sommes longuement embrasser, je devais lui prouver mon amour. J’étais au ange de la sentir amoureuse et pourtant remplie d’un semence qui n’était pas la mienne.

Je n’avais et je n’ai jamais connu quelques choses de similaire par la suite, c’est pourquoi cela valait bien ce récit à partager avec vous.

6 commentaires

Une soirée incroyable... mais vrai

Par jack1950 le 15 janvier 2018

Pour répondre a TITI et aux adeptes du préservatif, je dirai ceci (moi c’est Nicole) Dans les années 1980 on ne se posais pas cette question du SIDA ( qui est arrivé fin des années 80 et début des années 90) La question était alors les IST (infections sexuellement transmissible) (on parlait encore de la syphilis). Quand j’ai eue mes premiers rapports avec mon kiné, il m’avait donné la preuve qu’il était clean. Et donc j’ai pris ce risque oui car je ne supportais pas la capote. Et puis mon mari appréciait aussi de me voir remplie du sperme d’un amant. Plus tard avec l’apparition de SIDA on a exigé des certificats de bonne santé mais aussi utilisés des crêmes de protections (il en existe de très efficaces) Alors quand on demande si j’aime mon mari : la réponse est oui. Si on demande a mon mari si il m’aime la réponse est oui . Oui on s’aime malgré notre vie de partage entre amants et maitresses. Mais je dirai aussi, que c’est le candaulisme qui a sauvé notre couple, car oui Jacques a accepté ma forte libido et mon besoin de faire l’amour, tout comme j’ai acceptée que Jacques aie une maitresse de cœur.
Alors la raison ? Mais jamais on ne critiquera les inconditionnels de la capote. A chacun ses choix.
Nicole

Une soirée incroyable... mais vrai

Par Dymond le 14 janvier 2018

Merci pour les remarques ! @jack1950, le jeu de sperme c’est magique mais c’est un sujet sensible. Nous ne nous sommes pas poser la question lors du premier trio qui était arrivée spontanément mais nous en avons parlé avant le suivant. Le sujet du préservatif fit son apparition mais la rapidité de l’action et nos envies à tous les trois eut raison de la raison.

Une soirée incroyable... mais vrai

Par kirikou83520 le 12 janvier 2018

Un récit terriblement exitant merci de l’avoir partagé

Une soirée incroyable... mais vrai

Par sdelva le 12 janvier 2018

Hummm on sent toute l’intensité de la situation !!
Magnifique, merci :)

Une soirée incroyable... mais vrai

Par Titi le 12 janvier 2018

Le sperme d’un autre homme dans la chatte de sa femme ? Vous n’aimez pas vos femmes pour accepter de prendre ce risque ??

Une soirée incroyable... mais vrai

Par jack1950 le 12 janvier 2018

Très belle soirée en effet, tu es donc aussi un homme comblé DYMOND, quand a sentir le sperme d’un autre homme dans la chatte de sa femme oui en effet c’est quelque chose de formidable. Et quand tous les deux la femme et son mari acceptent cela se sont des situations merveilleuses a vivre.
Jacques et Nicole

Wyylde La plus excitante des expériences de couple
Wyylde La plus excitante des expériences de couple