Une libération...

Par Tony86 le 23 juin 2020 5
Dans Expériences de candaulistes

Moi :
Bien sûr, comme tout le monde, nous sommes restés très raisonnables pendant de longues semaines (bien que vivant dans un région quasiment non touchée par la maladie...). Et puis, l’envie nous a repris de coquiner ; S désirait se faire prendre, et moi la voir jouir dans les bras. Comme souvent, je lui ai demandé de me raconter par écrit les scènes (oui, les...) que nous avions vécu (j’aime connaître son ressenti !). Voilà son texte...


Elle :
Dans les semaines qui ont suivi le dé- confinement, mon époux et moi, avons décidé de sortir. Les clubs étant fermés, nous avons lancé notre recherche sur un site réservé à cet effet. Après plusieurs échanges, notre choix s’est finalement porté sur un homme, au profil agréable et plutôt bien avantagé par la nature. Nous nous sommes rendus à son domicile, je précise que c’est une première, à part les clubs, et les soirées organisées, nous n’avions jamais eu de rendez-vous en privé.
Arrivés à destination, un bel homme black, nous accueille. Echange de banalités, conversation fluide, nous décidons d’un commun accord de passer aux choses sérieuses. Il nous amène dans une pièce, matelas posé à même le sol. Il commence à se déshabiller, je le caresse, mes mains descendent le long de son corps musclé, je sens, à travers l’étoffe de son boxer, sa queue qui est déjà de très belle taille. Je la saisis, je la caresse, je m’agenouille devant ce bel instrument, je donne quelques coups de langue, la porte à ma bouche, elle est large et grosse, d’une texture très agréable. Ma langue descend le long de sa pine, je prends ses couilles que je lèche délicatement. Il bande fort.
Après cette mise en bouche, il m’enlève mes vêtements, je me retrouve nue, chaussée de mes escarpins. Allongée, son corps sur le mien, ses doigts me pénètrent, et me caressent longuement, une de ses mains remonte à mes seins, il les stimule, les triture, tout en douceur. Il me prend la main et me guide vers ses tétons, je mouille mes doigts et les lui masse et pince délicatement. Je sens, tout contre mon pubis, son bas ventre, sa queue, rythmée par des mouvements circulaires, sexe contre sexe, cette caresse m’excite au plus haut point, tous mes sens sont en éveil. J’écarte de plus en plus mes cuisses. Je manifeste mon plaisir par des gémissements. Stimulée par la présence et le regard de mon chéri, je suis envahie par un flot d’images à connotation sexuelle, une phrase crue me revient en mémoire : « je suis une petite p…..qui se fait baiser par un beau black sous les yeux de son homme », je me lâche, je m’abandonne, je me sens bien, le plaisir est là, la jouissance pleine et entière pour tous les deux.
Après une petite pause, j’engloutis à nouveau sa queue dans ma bouche, je la caresse, la suce. Sexe redressé, debout, face à lui, il empoigne mon cul, le malaxe, le pétrit, ses doigts tournent autour de mon anus, sans y pénétrer, tout en me caressant la chatte, c’est hyper excitant. Je me retrouve, sur le dos, les jambes relevées, les cuisses ouvertes, je m’apprête à recevoir cette belle queue en moi. Il me pénètre, s’enfonce dans ma chatte, lentement, sort, revient, le tout accentué par des mouvements de va-et-vient, les coups de reins s’enchaînent de plus en plus fort ; mes mains agrippent son cul, je me laisse emporter, la jouissance arrive.
La partie n’est pas terminée. Je suis à quatre pattes, j’offre ma croupe, il se glisse en moi, lentement, je sens sa queue dans mon cul, ses doigts dans ma chatte. Prise par la chatte, le cul, en prime avec la queue de mon homme dans la bouche, le plaisir, la jouissance nous envahissent.
Après plusieurs heures de baise, rythmées par la satisfaction, le plaisir, la jouissance, la soirée se termine… en tête à tête avec mon très cher ami de cœur.


Moi :
S m’épate toujours. J’adore son aptitude à se faire prendre, tout simplement. J’aime aussi -beaucoup- comment elle me le raconte a posteriori. (même si je suis là). Et voilà ce que je j’ai répondu à son texte :

*J’ai bien lu, le doute n’est plus possible : tu es une belle S... une jolie petite p. qui se fait bien baiser par des black sous les yeux de ton homme (lequel aime ça, tout comme tu aimes ça : te faire baiser, et être regardée par moi en train de te faire baiser...).
Tu ne l’as pas précisé dans ton récit, mais je te rappelle que - quatre fois en trois petites semaines - tu t’es faite sérieusement saillir par deux hommes différents. Solidement membrés -choisis même sur ce critère- ces deux black t’ont tous les deux longuement pris par la chatte, t’arrachant de multiples orgasmes et cris de jouissance. Les deux ont passé du temps dans ta bouche -tu les as sucé fort goulûment et avalé le sperme, le premier ayant aussi joui dans ta bouche...-. Prise d’une drôle de pudeur (pour la belle petite S... que tu es), tu passes un peu vite sur la manière dont le deuxième de ces baiseurs t’as défoncée le c... Avec lui, tu as aussi pris cher par derrière, montrant une fois de plus combien tu aimes ça.....
Enfin, j’ai vu tes mains caresser leurs épaules, leurs nuques, leurs torses musclés pendant la baise. Tes doigts rouler sur leurs tétons et suprême impudeur tes mains pétrir leurs fesses en train de te baiser profond (comme pour faire venir leur grosse q... encore plus au fond en toi... pour te faire encore mieux baiser ! )
Alors oui, c’est sûr, tu es une sacrée petite S... (et -je te l’assure- tu n’as pas fini de prendre et de sucer de là q. ! )

Je t’embrasse profond.
Ton homme.

5 commentaires

Une libération...

Par equinoxe le 26 juin 2020

Recit assez succint mais oh combien dense. J"avoue qu’il y a de quoi vous envier. Bonne continuation

Une libération...

Par Tony86 le 26 juin 2020

Depuis ces quatre séances de baise, S est particulièrement en forme. Hier en fin d’après-midi, nous avons reçu Mathieu, un sympathique représentant en optique. Quarante ans, musclé et bien doté. Il était assez pressé, devant rentrer chez lui après plusieurs jours à sillonner les routes. Très bien.... nous n’étions pas d’humeur au bla-bla non plus. Dix minutes après son arrivée, il avait son pantalon sur les chevilles et la q. dans la bouche de ma belle (un fort bel instrument...) dix minutes encore plus tard, il était sur elle en train de la besogner. S est vite grimpé aux rideaux et j’ai du fermer la fenêtre qui donne sur le jardin (les voisins n’ont pas besoin d’entendre Madame monter au septième ciel). Mathieu était très en forme, il a baisé ma chérie avec beaucoup de force et de conviction... je voyais les mains de madame s’accrocher à ses épaules, lui griffer le cul et l’attirer en elle. Après, elle lui a nettoyé la queue de sa langue, pendant de longues minutes, au point de le faire rebander très fort. Pendant ce temps, je travaillais le cul de ma chérie en vue d’une éventuelle prise par derrière. Finalement l’Apollon est parti sans la rebaiser (il avait tout donné), promettant de revenir, et oubliant... ses lunettes de soleil !

Une libération...

Par ALEXETFLO le 25 juin 2020

beau récit sur la complicité de votre couple. S sait manifestement mettre le piment dans votre complicité.
au combien excitant pour nous de voir nos épouses se transformer en "sal ... perverse" elles savent nous rendre fou de désir pour elles.

Une libération...

Par Maverick le 24 juin 2020

Quel beau récit partagé par vous deux. Au travers de son récit, on ressent tout le plaisir qu’elle reçoit mais qu’elle donne également. Un délice.
Cela donne bien des envies ...
Au plaisir de lire d’autres de vos contributions.
Merci

Une libération...

Par couple_2286 le 23 juin 2020

FÉLICITATIONS à vous deux, surtout Madame qui prend beaucoup de plaisir mais qui en donne autant à son Mari.
Vivement que les clubs rouvrent, (Moulin’s - Hamac - et autres) même si pour ma Femme elle a eu quelques RDV dans les Hôtels du Futuroscope.