Une après midi au Vahiné

Par kirikou83520 le 9 avril 2019
Dans Expériences de candaulistes

Journal d’une soumise
6 avril : le Vahiné
Au réveil ce matin, je suis toute excitée, car c’est une journée soumise. Je sais que je vais aller en club libertin avec Monsieur (appelons-le Monsieur), qu’il va certainement m’imposer des choses, que ça ne sera peut-être pas facile. Mais c’est ce que j’aime, parce que c’est ce qui le satisfait. En plus, je vais en club avec beaucoup plus de plaisir qu’avant, moins d’appréhensions. Je commence à m’habituer à l’ambiance, et même à apprécier le fait de m’habiller sexy, de me dénuder, de m’exhiber un peu aussi.
En arrivant, le club paraît plutôt agréable, assez grand, avec un espace joliment décoré en bas, des chambres à thème en haut. J’aime beaucoup les lits ronds.
On va se changer et visiter l’espace couples à l’étage. Je me sens déjà très à l’aise et j’ai l’envie de commencer les festivités, alors je saute sur un immense lit au centre d’une pièce entourée de miroirs. Je sais que cela va probablement lancer Monsieur, qu’on ne finira pas, on vient à peine d’arriver, mais cela me met d’humeur et j’aime bien jeter des coups d’œil furtifs dans le miroir. Je ne me vois pas souvent dans cette position, et je me dis que j’ai vraiment l’air d’une salope avec le cul en l’air, offert comme ça. J’aime bien.
Bien sûr on s’arrête rapidement, on redescend prendre un verre sur de jolis canapés, tout le confort et le loisir de voir les gens arriver. Il y en a de plus en plus, surtout des couples, quelques hommes, ce qu’il faut.
Arrive un homme seul. Je suis toujours un peu sur la défensive quand un homme approche en club mais Tony (il s’appelle Tony dans ma tête parce qu’il ressemble à Tony Stark à la retraite, bref) a la délicatesse de faire un brin de conversation avant d’entrer dans le vif du sujet. Je me détends, j’aime cette approche, je suis prête à me laisser faire si on passe aux choses sérieuses. Ce qui ne tarde pas à arriver d’ailleurs : Monsieur lui donne l’autorisation de me caresser. J’aime bien quand les directives passent par lui, qu’il autorise à ce qu’on me fasse telle ou telle chose, comme si je n’étais pas là.
Tony commence à me faire des caresses qui ne sont pas désagréables. Je suis mi- amusée, mi- gênée parce que tout ça se passe devant tout le monde, c’est assez excitant. Puis vient le moment de trouver une pièce pour aller plus loin. Une fois installés, Monsieur ferme la porte et Tony se met à me lécher, je me sens très bien. Les choses montent un peu en puissance, Monsieur commence à intervenir et à me mettre dans des positions un peu contraignantes. Jusqu’ici rien d’alarmant pour moi, j’aime bien quand il prend les choses en main. Toujours léchée et caressée par Tony, j’ai la tête contre le bord du lit, et Monsieur me fait le sucer de force, assez profond, je ne peux pas bouger. J’aime bien cette position, même si j’ai souvent besoin de reprendre mon souffle. Je me sens légèrement oppressée mais juste ce qu’il faut pour être excitée. Cela dure un petit moment, je tiens le coup, j’ai connu pire que ça. Quand enfin je pense avoir un peu de répit, c’est au tour de Tony de me prendre la bouche, pendant que Monsieur décide de me pénétrer. C’est un peu plus difficile, Tony est moins maîtrisé et je me retrouve plusieurs fois à étouffer. Je commence à paniquer, c’est une situation que j’aime bien, mais je sens bien que je ne maîtrise plus grand-chose. Je me débats un peu parfois pour reprendre mon souffle, mais cela ne s’arrête pas, je commence à avoir l’impression de planer. Pendant un instant je laisse faire, je n’oppose plus de résistance. Je me sens complètement utilisée, dépossédée de mon corps, à la merci de leurs envies. Je plane encore plus.
Je finis par me redresser pour une fellation plus « délicate », la pression redescend un peu, mais Tony a décidé de me prendre le cul. J’aime ça mais il me pénètre assez brutalement, j’en ai les larmes aux yeux. Je voudrais hurler mais j’ai Monsieur dans la bouche. Quand il dit à Tony qu’il peut me défoncer, je me sens ouverte en deux et j’oublie tout ce qui se passe ailleurs. Il n’y a plus que ce plaisir/douleur qui compte, et je me sens planer à nouveau. J’ai très envie de pleurer, je l’aurais certainement fait avec Monsieur tout seul, mais devant Tony je me retiens, je n’ose pas. Heureusement cela s’arrête vite car je n’aurais pas pu tenir longtemps.
Je sors de la pièce complètement épuisée, mais dans l’excitation d’avoir un peu approché mon fantasme. Mais ce n’était pas fini. Après un jacuzzi réparateur, nous allions passer à la suite du programme.
Deuxième round. Nous retournons dans l’espace couple pour trouver un endroit et éventuellement des couples avec qui coquiner. Il y a du monde et nous finissons par nous installer sur un canapé, où Monsieur exige d’être sucé. Je m’exécute et me place dans ma position préférée, à genoux par terre, dans un couloir passant. J’aime beaucoup le côté « bouche à disposition », et aussi le fait qu’on pourrait nous regarder. Finalement nous retournons dans le grand lit où un couple nous approche, notamment madame qui commence à me caresser les seins. Je me mets à faire de même (c’est mon péché mignon), et dès qu’elle s’approche pour me lécher je me tâche de me mettre en position pour faire un 69 avec elle. Même si elle n’a probablement pas autant apprécié que moi, je passe un bon moment. Ensuite je vais me faire baiser assez vigoureusement par son homme pendant que Monsieur lui donne un orgasme, comme à son habitude.
Lorsque le couple s’en va c’est à mon tour de recevoir un orgasme. C’est rapidement très excitant, le fait qu’il y ait des gens autour me plaît, alors que cela m’aurait trop gênée avant. Je n’ai aucun problème pour jouir, c’est explosif, surtout qu’un autre couple s’installe à côté de nous. Madame jouit à son tour très rapidement, c’est beau à regarder. Nous n’allons pas beaucoup plus loin que quelques caresses mais ils sont très sympathiques et nous avons eu toutes les deux notre dose de plaisir.
Quand nous redescendons je me dis que c’est probablement la fin de cette journée, et pourtant il me reste encore quelque chose à accomplir. Monsieur a décidé de me confier une mission et je dois la remplir. Pour me conditionner il m’emmène dans la pièce SM du club, je ne me fais pas prier. Lorsqu’il verrouille la porte je comprends que le moment va être intense. Il m’attache au pilori avant de me donner de nombreuses fessées, des coups de serviettes, des coups de bite aussi. Dans cette position je me sens très vulnérable, c’est humiliant, j’adore ça.
Lorsque nous sortons de la pièce je me sens chauffée à blanc, prête à encaisser tout ce qu’il va me demander. Il m’entraîne dans l’espace trios et m’installe pour m’offrir à des hommes seuls. Il n’y en aura finalement qu’un mais ce sera plus que suffisant. Après une baise soutenue pour me maintenir en excitation, Monsieur cède la place à X (je n’ai pas vu son visage), à qui il dit de faire ce qu’il veut de moi, ce qui me fait mouiller immédiatement. X commence à me doigter et à me prendre durement, j’encaisse tout en continuant à sucer Monsieur. C’est difficile, X est très rude, mais je ne veux pas décevoir Monsieur. Alors je m’efforce de continuer à laisser faire et me sens planer à nouveau.
Les rôles changent, je me retrouve à sucer X pendant que Monsieur décide de me sodomiser brutalement, ce qui me fais hurler. Je ne me suis pas encore remise de l’assaut de Tony et c’est difficile à encaisser. Je continue à sucer X en espérant (à moitié seulement) qu’il ne viendra pas prendre la suite de Monsieur, qui vient de me remplir. J’adore cette plénitude que je ressens au moment où un homme jouit en moi, j’ai l’impression d’avoir assuré mon rôle. Je finis X à la main et il me dégouline sur le visage. Je suis en sueur, remplie, le visage inondé. Je me sens bien.
Après un jacuzzi salutaire, c’est la fin de cette journée intense. Je ne m’attendais pas à vivre autant de choses, mais c’était incroyablement bon et je meurs d’envie de recommencer, aussi intense, voire plus.
Mais en attendant, je vais très bien dormir ce soir.

Soyez le premier à commenter cette contribution