Un vendredi

Par Erosetpsyche le 4 janvier 2021 1
Dans Expériences de candaulistes

Nous avions coutume de voir Michel le vendredi après-midi puisqu’aucun de nous trois ne travaillait ce jour là.
Parfois il passait, parfois non et parfois encore il ne faisait que boire le café avant de repartir.
Un vendredi donc, il arrive pour le café. Aux petits sous entendus lancés à Caro, je sais qu’il va se passer quelque chose.
Effectivement, son café fini, il se lève pour la chahuter et la pousse sur le canapé. Il lui lance un :"profite, tu es à la bonne hauteur !" Il sort son sexe et lui présente a la bouche. Caro n’a jamais su résister quand il lui intimait de sucer. Je la vois donc engloutir son sexe tendu les mains sur les fesses de Michel comme pour l’empêcher de partir.
Franchement il n’en avait pas l’intention, d’autant qu’il achève de retirer pantalon et caleçon pour s’allonger par terre. Les pantalon et culotte de ma chérie suivent et elle monte a califourchon sur lui. Je les regarde un moment Sa chatte monte et descend sur la bite de Michel. Elle est trempée et son jus dégouline littéralement sur la bite de mon pote. Je me rapproche et me frotte sur ses fesses puis je me place devant elle pour voir Michel lui manger les seins. Ça y est ses yeux vacillent en me regardant. J’adore la voir jouir, son regard planté dans le mien. Lui n’a pas encore joui
Je m’installe sur le canapé et intime à Caro de venir en 69. Michel s’enfonce directement dans sa chatte. Il la prend tellement fort, elle est tellement excitée que je suis éclaboussé de mouille. Je suis aux premières loges pour la voir se faire littéralement dénoncer. Je caresse son clitoris, ce qui ajouté au mouvement de Michel, la rend folle.
Michel s’interrompt. Je vois son sexe qui se présente devant le petit trou de Caro. Elle lui a tellement lubrifié qu’il rentre d’un seul élan. Je le regarde encore la pilonner, puis je me mets à la lêcher. C’est surréaliste. Je vois Michel aller et venir dans le cul de ma femme, ses couilles viennent régulièrement taper sur ma tête, je bois la mouille de ma chérie. Elle jouit une deuxième fois violemment au moment ou Michel décharge. Je reste sans bouger. Elle reste frémissante sur moi. Michel se retire je regarde son sexe s’éloigner, relié au cul de ma chérie par un fil de mouille qui finit par se briser et par atterrir sur mon visage. Je crois qu’il s’agit de mon meilleur souvenir de baise avec ce pote.

1 commentaire

Un vendredi

Par ALEXETFLO le 4 janvier 2021

en effet ce son des moments bien excitant, quand l’envie est là sans planifier, l’instant bascule dans le plaisir.