Son premier vrai gang bang en club

Par Hellix_69 le 1er novembre 2021 3
Dans Expériences de candaulistes

William et Julie avait mis au point un « code » afin de déterminer les envies du moment de l’un et de l’autre…mais principalement de Julie dans les faits.
Ce samedi soir là ils avaient envie de sortir dans leur club préféré histoire de sortir du quotidien.
Julie sous la douche, William posa sur le lit la boîte contenant les accessoires constituant le code puis parti se doucher à son tour. En sortant de la salle de bain il retrouve sa belle en train de se préparer dans la chambre…la première chose qu’il remarque c’est le large collier qui orne son coup lui indiquant qu’elle a envie d’être soumise et d’être traitée comme une chienne. Il sent instantanément son sexe gonfler puis il remarque la cage de chasteté posée sur son pantalon et deux autres accessoires dont nous parlerons plus tard.
Les symboles sont clairs, elle a envie qu’il la soumette mais pour qu’elle se fasse baiser par d’autres devant lui sans que lui ne puisse en profiter. William adore ces jeux et il va falloir qu’il laisse son erection se calmer pour pouvoir enfiler sa cage.
Une fois prête Julie camoufle sa tenue sous un pantalon large et un grand pull, elle glisse ses talons dans son sac et enfile une paire plus classique. William se prepare à son tour sans avoir vu la tenue de sa belle. Pour lui, en dehors de la cage tout est très classique un pantalon qu’il enfile sans mettre de sous vêtements, une chemise, blouson léger et chaussures de ville.
Durant le trajet d’une heure jusqu’au club Julie enlève son pantalon sous lequel elle dévoile une paire de bas noire, puis son pull. Elle ne porte plus qu’une minuscule robe en satin échancrée sur les côtés jusqu’au dessus des hanches laissant voir sans aucun doute possible qu’elle ne portait rien en dessous et en haut un profond décolleté et un dos nu jusqu’aux fesses. Elle resta ainsi pendant le trajet, prenant un malin plaisir à allumer le plafonnier à l’approche des camions afin d’être parfaitement visible dans l’habitacle. Pendant ce temps, William, dont le sexe en erection était comprimé dans sa cage, encourageait sa chérie à être toujours plus salope et ralentissait en doublant les camions pour que les chauffeurs aient le temps de profiter du spectacle. Certains les klaxonnèrent ou leurs firent des appels de phare pour les remercier.
Enfin arrivé au club, débarrassé des manteaux et après avoir salué les patrons ils purent commencer à profiter de la soirée.
Un buffet permet de se restaurer, un peu d’alcool mais pas trop. Ils discutent avec les couples présents puis vont danser. William caresse sa belle sans pudeur, il adore l’exhiber et il adore encore plus savoir, sentir qu’elle a envie de sexe…ça l’excite terriblement…et Julie ? Ce qui l’excite c’est de voir son homme excité…une sorte de cercle vicieux.
Ils se promènent à l’étage, William pousse sa belle dans une pièce équipée d’un fauteuil puis s’agenouille entre ses jambes pour la lécher et faire monter le désir. De son côté il sent toujours son sexe à l’étroit dans sa cage bandé à lui faire mal.
Il se redresse, caresse le collier autour du cou de sa belle puis lui montre qu’il a bien emmené les deux objets qu’elle a choisi puis, en la regardant droit dans les yeux lui demande si elle confirme que c’est bien ce dont elle a envie pour ce soir ? Le regard de Julie se trouble et dans un soupir lui répond oui….c’est ce que je veux…fais de moi une chienne en chaleur.
William se redresse, attrape Julie par la main et l’entraîne un peu plus loin dans le club qu’ils connaissent par cœur.
L’établissement a la particularité d’être coupé en deux. Le club, ouvert uniquement le samedi soir et réservé aux couples et à côté un sauna, ouvert 7 jours/7 dans lequel les hommes seuls sont admis. Cette partie est accessible par une porte située au ré de chaussé. À l’étage une porte, fermée la semaine permet d’accéder à des pièces équipées d’ouvertures auxquelles les hommes ont accès depuis l’autre côté. Pour être précis deux pièce équipée d’un trou où ils peuvent glisser leur sexe sans voir qui est derrière et une pièce séparée en deux par des barreaux permettant le passage des sexes et des bras. Des menottes sont fixées côtés couples aux barreaux en haut et en bas.
Donc, le samedi soir les hommes étaient « parqués » côté sauna et les couples qui le souhaite peuvent soit passer de leur côté soit s’amuser par le biais des pièces communicantes.
Pour commencer William entraîna Julie dans la première pièce équipée d’un trou. Un sexe noir en sortait. L’homme avait glissé son sexe et semblait attendre patiemment une bouche coquine. William attrapa Julie par la nuque et l’obligea à se pencher jusqu’à ce que sa bouche soit au contact du sexe offert. Au contact elle ouvrit la bouche et commença à sucer l’homme. William glissa sa main entre ses jambes et ne pu que constater qu’elle mouillait tellement qu’elle coulait littéralement toute seule.
Excitée par la situation elle demanda à l’homme de mettre un préservatif puis lui offrit sa chatte trempée à travers la paroi. L’homme se vida rapidement et disparu, laissant Julie encore plus excitée. William l’entraîna alors vers la pièce avec les barreaux et la poussa de dos contre le grille. Rapidement des mains vinrent parcourir son corps sans délicatesse…William voyait les hommes se presser derrière la grille pour pouvoir toucher cette salope offerte. Ils semblaient être très nombreux ce soir. Il les laissa malaxer le corps de sa chérie, explorer sa chatte avec leurs doigts gourmands, lui caresser et lui pincer les tétons jusqu’à ce qu’il juge qu’ils en avaient assez eu.
Ils redescendirent danser et boire un verre. Julie était surexcité. William lui demanda une nouvelle fois si elle était sûre d’elle ce qu’elle confirma. Il l’entraîna à l’écart et sorti le premier objet caché dans sa poche. C’était un rosebud dont le bijou représentait un sens interdit…et oui, bien que très salope elle n’était pas fan de sodomie et préférait interdire cet accès. Une fois le bijou en elle William l’entraîna côté sauna. Il monta directement à l’étage et se cachât immédiatement dans la première chambre, qui par chance était vide. Pour ceux qui connaissent le club, un lit rond se trouve juste en face de cette pièce en haut des escaliers totalement libre d’accès. William sort le deuxième objet de sa poche, une cagoule équipée d’un seul trou pour la bouche qu’il plaça sur la tête de Julie, la privant ainsi de la vue. Il lui ôta ensuite sa robe et ses bas pour qu’elle se retrouve nue. Il sortit ensuite de la chambre en tenant Julie par la main pour la guider. Les hommes étaient montés pour découvrir leur nouvelle proie mais William avait envie de faire durer un peu le plaisir. Il fit faire le tour complet de cet espace à sa chérie en la guidant…la première pièce ouverte puis la salle de projection, les couloirs…partout des hommes la touchaient sans qu’elle ne puisse les voir et William prenait son temps pour les laisser profiter…il la faisait passer devant lui ou derrière lui selon les cas pour l’exposer au maximum…Il voyait la chatte de Julie se liquéfier et couler le long de ses jambes. Le tour terminé il l’a fit se mettre à quatre pattes sur le lit rond central et dit tout haut « elle est à vous »…capotes obligatoires mais vous pouvez l’enlever pour lui éjaculer dessus. Il précisa quand même qu’il fallait laisser son cul tranquille et qu’il ne fallait pas être violent. Les hommes se jetèrent sur elle un dans sa bouche et un dans sa chatte pendant que les autres se faisaient branler ou la caressaient….ils étaient une douzaine. Certains ne résistèrent pas suffisamment longtemps pour pouvoir la prendre et se vidèrent sur son corps. Les autres la prenaient sans ménagement lui imposant de puissants coup de bite et baisant littéralement sa bouche. Pendant ce temps William veillait à ce que tout le monde mette bien un préservatif et respect sa belle Julie…Il l’entendait gémir de plaisir et voyait sa chatte qui dégoulinait tellement que le matelas sous elle était trempé.
Il faut être honnête, si elle les avait vu Julie n’aurait probablement baisé avec aucun des hommes qui venaient de la prendre…trop jeunes, trop vieux, bedonnant, peu plaisant….c’est ce qui rendait la chose encore plus excitante pour elle comme pour William. D’ailleurs, ce dernier aurait pu profiter que sa belle n’y voyait rien pour ôter sa cage et la prendre à son tour mais il n’en fit rien…il préférait attendre que Julie est envie de s’occuper de lui, en plus il préférait être seul avec elle.
Une fois que les deux derniers se sont vidés les couilles sur le corps de Julie William lui prend de nouveau la main et lui dit vient, je t’emmène aux douches…mais il ne choisit pas celle de l’étage, il l’a fit descendre jusqu’au re de chaussé après lui avoir enlevé sa cagoule dans l’escalier. Du sperme coulait sur son dos, ses fesses et ses seins et elle traversa l’espace entre le bar et les douches comme ça, portant sur elle les stigmates de ce qu’elle venait de faire. Les hommes présents découvraient le visage de celle qu’ils venaient de baiser…quant à elle elle se demandait lesquelles venaient de la prendre et lesquelles avaient réussi à la faire jouir…mais ça elle ne le saura jamais.
Une fois douchée William lui rendit sa robe et ses bas et ils retournèrent côté club pour boire un verre bien mérité.
Ensuite ils retournèrent danser un moment avant de prendre le chemin du retour.
Arrivé sur l’autoroute Julie demanda à William si la soirée lui avait plus. Il repondit un oh oui éloquent et précisa qu’il se sentait toujours terriblement à l’étroit dans sa cage. Julie ouvrit alors son pantalon et ne put que constater le sexe de son homme comprimé dans la cage en raison d’une erection. Elle ôta le cadenas puis la cage. Elle s’agenouilla ensuite sur son siège pour venir prendre le sexe de son homme entre ses lèvres pendant qu’il roulait toujours. Pendant que Julie le suçait il en profita pour remonter le manteau sur ces fesses et ainsi les dévoiler par la fenêtre passager…en la caressant il se rendit compte qu’elle portait toujours son plug. Il grogna un « salope »…Puis il l’a prévint qu’ils allaient doubler un camion. Julie accéléra le mouvement de succion et quand elle sentit la voiture changer de voie se redressa le temps d’allumer la lumière du plafonnier puis s’assurât que son cul était bien découvert, dit à William « ralentit pour doubler » puis replongea sur sa queue…Arrivé à hauteur de la cabine il leva le pied de l’accélérateur. Il savait que le chauffeur, si il tournait la tête allait voir le cul de sa belle et qu’elle était en train de le pomper. Il sentit le plaisir monter d’un seul coup et l’a prévint…elle ne ralentit pas…alors qu’il était toujours à hauteur de la cabine il entendit le klaxon du camion retentir plusieurs fois…le chauffeur semblait apprécier le spectacle…au même moment il explosa dans la bouche de la gourmande qui le fit gicler jusqu’à la dernière goutte. Il accéléra. Julie se redressa et essuya sa bouche après avoir avalé. Elle le regarda pour lui demander si il se sentait mieux avec un regard coquin. Il sourit en gémissant un oh oui….Julie se replaça sur son fauteuil sans réajuster sa tenue et se laissa aller au repos épuisée par cette folle soirée.

PS : comme nous l’avons dit la première fois il s’agit d’aventures passées, celle-ci date de 2018. Dans un souci de vérité nous devons juste préciser qu’en réalité Julie ne portait pas de cagoule, mais cet accessoire fait parti de ses envies, de ses fantasmes d’où son ajout dans l’histoire…mais nous finirons sûrement par en acheter une.
Deuxième élément elle ne portait pas de plug sens interdit mais un joli plug avec un cristal bleu clair.
Nous espérons que vous avez apprécié la lecture

3 commentaires

Son premier vrai gang bang en club

Par Cokin&Cokine le 7 novembre 2021

Absolument délicieux. Un récit comme on les aime. Tout ce que ma chérie adore. Bises complices.

Son premier vrai gang bang en club

Par FDorenavant le 4 novembre 2021

Excellent merci pour le partage. Quelle salope cette Julie. Vous vous êtes bien trouvé tous les deux.

Son premier vrai gang bang en club

Par Joueursexe le 2 novembre 2021

Récit très excitant, très belle narration. Merci à vous et à bientôt pour de nouveaux témoignages.