Son Nouvel amant (8)

Par jipi4931 le 21 décembre 2020 6
Dans Expériences de candaulistes

« Mon cher ami, je sais que tu as attendu avec impatience que je te raconte ma phase 2, moi aussi je te rassure je l’ai attendue. Cette attente a été difficile à supporter et en même temps délicieuse, je l’ai vécu avec ma chatte toute mouillée, trempée même, mes petites lèvres gonflées de plaisir, quand je mettais un doigt dedans que je suçais après, je la sentais ouverte, béante, prête à recevoir sa bite, à se faire défoncer. Mais voilà, la phase 2 allait me réserver d’autres surprises, d’autres jouissances.
Après le déjeuner que j’ai pris avec lui cette fois-ci mais toujours toute nue il m’a redit que j’avais bien réussi la phase 1 et que j’étais prête pour la suivante et il m’a aussi dit que nous aurions du monde ce soir à diner, sans me préciser qui, mais que je devrai prendre une douche, sentir bon, me faire belle, mettre mes porte-jarretelles, des bas, des chaussures et une petite robe moulante courte, sans rien de plus en dessous.
Obéissante, j’ai fait ce qu’il m’a demandé et vers 19h00, 3 de ses amis sont arrivés, que des mecs entre 40 et 50 ans, tous médecins comme lui, dont un black de chez black, à croire qu’Arnaud s’était souvenu de mon fantasme black. Il s’agissait d’un Ivoirien en stage à l’hôpital, un grand mec très noir, assez charpenté et comme je pourrai le constater très très bien pourvu par la nature.
Chacun d’eux lui a remis un papier en arrivant, j’ai su plus tard que c’était leur test HVI. Il ne m’a même pas présentée, il leur a juste dit ‘c’est elle’, ce qui prouve qu’il avait bien préparé cette soirée.
On a pris l’apéritif et nous sommes passés à table. Conversations agréables, presque mondaines, rien de spécial, sinon le regard concupiscent des mecs sur mon cul à chaque fois que je me levais pour aller à la cuisine.
Jusque-là je ne savais pas où il en voulait en venir, bien que j’eusse ma petite idée.
Après le diner, les choses sérieuses ont commencé. Après m’avoir bandé les yeux il m’a demandé de retirer ma robe ce que j’ai fait sous les commentaires salaces de ses complices et il leur a proposé une partie de poker intéressée.
Arnaud leur a donné la règle du jeu devant moi, toujours nue avec mon masque sur les yeux ce qui fait que je ne pouvais pas voir quelles étaient leurs réactions.
Ils devaient mettre chacun 100 euros comme mise de jeu, quel que soit celui qui gagnerait tous les gains me reviendraient à moi, mais, parce qu’il y a toujours un mais, à son signal je devrai me mettre sous la table et leur faire à chacun d’eux une ou plusieurs petites gâteries de façon aléatoire. Celui ou ceux qui n’arriveraient pas à cacher une réaction à ma prestation devrait remettre 100 euros au pot commun.
A la fin de la partie, ils pourraient tous me baiser, ensemble ou individuellement à leur bon vouloir, sauf lui Arnaud qui regarderait et prendrait des photos pour que je puisse me voir à posteriori en chienne lubrique.
Pour être sûre qu’ils se donnent à fond au jeu c’est le vainqueur de la partie, celui qui aurait accumulé le plus de gains, qui passerait la nuit avec moi et je devrai me plier à toutes ses exigences.
C’est en l’écoutant que j’ai réalisé à quel point de dépravation j’étais arrivée, effrayée par ce qui m’attendait j’ai failli dire stop, je ne joue plus, mais j’ai compris que si je refusais il y avait de grandes probabilités que je perde Arnaud et ça, ça n’était pas possible, je ne pouvais pas l’envisager, je devais lui montrer que j’étais à la hauteur de ce qu’il attendait de moi. Lui procurer cette jouissance de me voir traitée comme une chienne, en vrai comme une pute. Ça y’est le mot est lâché, j’allais faire la pute pour mon homme, il m’avait dressée pour ça et j’étais consentante, même plus, je devenais demandeuse. Ce que mon cocu de mari n’aurait pas réussi à me faire faire, pour lui Arnaud j’étais prête à vendre mon corps et plus encore mon âme.
Je me suis glissée sous la table et la partie a commencé, j’ai d’abord fait un tour de table si on peut dire, en touchant tous les entre cuisses pour sentir ce qu’ils cachaient dans leur pantalon. L’un d’entre eux a une première réaction quand j’ai serré son sexe un peu trop fort et il a été le premier à remettre 100 euros au pot. Au fur et à mesure que je commençais à dégrafer leurs ceintures et à sortir leurs queues de leurs caleçons ils ont tous remis 100 euros au pot. Une fois leurs bites sorties j’ai caressé leurs couilles et leurs bites pour les faire bander, je passais de l’une à l’autre de façon aléatoire. Les remises au pot tombaient comme des feuilles et je pouvais entendre leurs rires nerveux. Une fois bien bandées je les ai senties et effleurées chacune avec ma langue en m’attardant un peu plus sur celle qui avait l’odeur la plus forte, une odeur musquée, j’en ai déduit que c’était celle du black qui en plus était la plus grosse, la plus longue. Excitée par cette odeur, et par sa taille qui me paraissait énorme c’est par elle que j’ai commencé, je l’ai d’abord branlée doucement et l’ai mise dans ma bouche pour la sucer. Son gland était tellement gros, épais que j’ai eu du mal à l’emboucher entièrement. Plus je la suçais, plus elle grossissait, plus j’étais excitée. Je lui tenais sa bite d’une main, de l’autre je caressais mon petit bouton d’amour qui grossissait lui aussi au rythme de ma fellation. Ce qui devait arriver arriva plus tôt que prévu, ses jambes, sa verge, se sont mises à trembler et en même temps que je l’ai entendu crier ‘oui, ouiiiii’ j’ai reçu des jets saccadés de jute chaude dans ma bouche à m’en étouffer avant de l’avaler pendant que j’avais moi aussi un orgasme puissant. Après avoir repris mes esprits, j’ai scrupuleusement bien nettoyé son engin avec ma langue et j’ai sucé les 2 autres bites que j’ai aussi faites jouir mais je dois avouer pas avec le même plaisir. J’ai appris plus tard que ce soir-là j’avais gagné 2000 euros !
La partie étant terminée pour eux, Arnaud m’a fait sortir de dessous de la table, là il leur a demandé ce qu’ils voulaient faire et ils se sont mis d’accord pour me baiser tous les 3 ensemble. J’avais déjà forniqué avec 2 hommes, mon amant de l’époque qui me baisait par derrière et la petite bite de mon cocu de mari que je suçais, j’y avais d’ailleurs perdu une robe en soie n’ayant jamais pu faire disparaître les taches de sperme. Mais jamais avec 3 mecs bien montés, expérience que je suis loin de regretter et que je suis prête à refaire si Arnaud me le permet ou l’organise évidemment.
Pendant plus d’une heure ça été un vrai festival, je les ai branlés, sucés, ils m’ont prise et ils ont joui plusieurs fois dans tous mes trous, ma bouche, mon con, mon cul, mes mains, sur mon visage, mes seins, mon ventre. Je ne sais même plus combien de fois moi j’ai joui.
Après m’avoir débandé les yeux, nous avons bu du whisky et autres alcools forts avant qu’Arnaud propose qu’on aille se coucher. Comme c’est Arnaud qui avait gagné, il a laissé sa place au ‘black’ pour passer la nuit avec moi par souci d’hospitalité ! et parce que c’était la première fois qu’il baisait une ‘blanche’. Les 2 autres ont été d’accord.
Je ne te dis pas la nuit que j’ai passée, ce mec était infatigable, inépuisable, il a joui, éjaculé au moins cinq fois en poussant des cris de bêtes en rut, j’ai à mon souvenir eu 3 orgasmes qui m’ont fait hurler tellement ils dévastaient tout mon corps. Après chaque baise on se reposait 15 à 20 minutes, on s’embrassait, se caressait et il remettait ça. J’avais la chatte en feu, mon anus défoncé, ma bouche déformée, j’avais du foutre partout, on nageait dedans, mais plus il me baisait, plus j’avais envie qu’il me baise. Son odeur musquée m’excitait, sa semence sucrée, salée, m’enivrait. Je n’étais plus moi, je n’étais plus qu’une poupée de chiffon qui ne pensait qu’à être enfilée, saillie, souillée, maltraitée.
On s’est endormis épuisés, repus, vers 5 heures du matin et quand je me suis réveillée vers midi je n’ai pas pu résister à branler gentiment son énorme sexe qui pendait le long de sa jambe pour le faire bander, une fois bien dure je suis montée sur lui, je me suis embrochée sur son pieu, je montais, descendais sur lui pour qu’il aille au plus profond de moi, de plus en plus vite pour bien m’exciter jusqu’à avoir un nouvel orgasme. Ensuite on a fait un 69, je l’ai sucé, pendant que lui me léchait mon con. Il s’est amusé avec mon clitoris, a enfoncé sa langue dans mon vagin en même temps qu’il m’enfonçait un, puis deux doigts dans mon anus. Il a joui dans ma bouche, j’ai avalé son foutre avec gourmandise mais je n’ai pas joui même si j’y ai pris beaucoup de plaisir.
Plus tard, nus tous les deux, nous avons rejoint Arnaud et ses 2 autres complices qui avaient commencé à déjeuner. Ils nous ont regardés en riant, leurs regards attirés par les stigmates de la nuit bien en évidence sur nos corps, nos sexes, nos yeux cernés, les traces de sperme séché au coin de ma bouche, sur mes seins, mon ventre, mes cuisses.
Après le déjeuner j’ai fait une petite sieste, Arnaud est venu me réveiller avec les deux autres ‘blancs’ les deux ‘perdants de la nuit et il m’a dit que je devais, avant qu’ils partent, leur offrir un lot de consolation.
Pour réponse j’ai ouvert grandes mes cuisses que j’ai repliées sur moi leur offrant une vue imprenable sur mon intimité dévastée par mon beau black et j’ai juste dit ‘à qui l’honneur ?’. Comme ils n’arrivaient pas à se décider ils m’ont baisée ensemble et ça été ma première double pénétration, une dans la chatte, une dans le cul. Au début j’ai eu très mal, j’avais l’impression qu’ils avaient mis leurs deux pieux dans un seul de mes trous mais j’y ai vite pris du plaisir à sentir leurs bites se heurter sur mes parois, essayer de se coordonner pour m’embrocher ensemble dans un même mouvement de va et vient. Au bout d’un moment, celui qui m’enculait s’est retiré pour ensuite me baiser chacun leur tour, ils ont joui, moi j’ai trouvé ça bon et j’ai éprouvé de la jouissance mais pas de réel orgasme comme ceux de la nuit passée. A la demande d’Arnaud, j’ai bien nettoyé leurs glands encore turgescents et plein de foutre avec ma langue.
Le soir, je me suis retrouvée seule avec Arnaud, il a beaucoup aimé que je sois souillée, odorante, le ventre, le cul, la bouche plein de liqueur d’homme. Nous nous sommes beaucoup embrassés à pleine bouche, nos langues entremêlées, on a baisé gentiment, on a joui amoureusement.
Plus tard il m’a dit que j’avais très bien réussi la phase 2 et que je n’avais plus que la phase 3 à passer pour être consacrée comme la plus salope des salopes, une chienne en chaleur, une enculée, une petite pute. Après quoi il m’a aussi dit que si je passais cette dernière phase avec succès, il ferait de moi sa compagne à part entière et que je devrai me partager entre lui et mon cocu de mari.
Voilà mon cher ami, je me mentirai et je te mentirais si je disais que je n’ai pas aimé faire la pute, même si je l’ai fait par amour pour un homme, je l’ai aussi fait pour moi, pour dépasser mes limites et je suis fière de ce que j’ai fait. Rassure- toi je suis toujours très attachée et amoureuse (mais autrement) de mon cocu de mari.

PS. Tu sais que je suis déjà rentrée au bercail après avoir passé cette phase 3 de ma formation de petite salope avec succès même si j’avais quelques appréhensions mais aussi beaucoup d’impatiences, je me demandais ce qu’Arnaud me réservait de plus hard, vu ce que je venais de vivre. Je n’ai pas été déçu et je pense que mon cocu de mari sera fier de moi quand tu lui feras lire. Je vais attendre quelques jours pour te la raconter, quand j’aurai le temps, peut-être même seulement après les fêtes, juste pour faire durer le plaisir, être cruelle de le savoir impatient de me lire.
En attendant, même si je continue à dormir à coté de mon cocu, il a interdiction de me toucher, il peut juste me regarder et m’écouter quand je me masturbe et que je jouis en criant ‘Arnaud, mon chéri, mon amour, je t’aime’.
Ça le met dans un tel état qu’en même temps que moi il se branle comme un fou et qu’il jouit de mon infidélité.
Ta grande et unique amie pour toujours »

6 commentaires

Son Nouvel amant (8)

Par bimature77 le 28 décembre 2020

La ca degenere.a la place du mari j’envisage une autre femme

Son Nouvel amant (8)

Par equinoxe le 27 décembre 2020

Merci pour ce palpitant récit. Votre mari devrait être fier de vous et remercier Dieu d’ avoir comme épouse une Dame de caractère pour faire de lui le parfait cocu . Sincèrement je l’envie

Son Nouvel amant (8)

Par clahire le 26 décembre 2020

Toujours aussi excitant, merci pour ce nouvel épisode !...

Stade 4

Par Tony86 le 22 décembre 2020

Que pourrait-il encore vous demander, vous offrir de plus ? Le niveau de dépravation atteint (c’est vous qui le dites) et de baise sauvage est déjà assez haut (si on peut dire...) ! A ce stade, je ne vois guère que vous livrer à des ouvriers du bâtiment en manque de sexe dans une cabane de chantier, ou peut-être vous proposer de sucer toute une équipe de rubgy après un match (des hommes en sueur, avant leur douche), puis que ces gentlemen du ballon ovale vous baisent en groupe. Ou bien, dernière option, un petit séjour au carmel, avec de jeunes nonnes bien lubriques, nues sous leurs chasubles. Qui vivra, verra.

Son Nouvel amant (8)

Par Partage666 le 22 décembre 2020

Histoire excitante, bien écrite et qui donne envie d’en savoir plus mais je reste un peu sur ma faim sur le peu de place donné à JIPI, le cocu si compréhensif. J’espère qu’avec le déconfinement, l’amant et Maître saura l’associer un peu plus pour qu’il puisse trouver sa place dans ce trio.

Son Nouvel amant (8)

Par spv85000 le 22 décembre 2020

Bonjour
Magnifique.. en attente de connaître la suite.