Son nouvel amant - 2

Par jipi4931 le 23 novembre 2020 2
Dans Expériences de candaulistes

En attendant que Claire revienne de son confinement je vais faire un copier-coller de quelques-uns de ses mails ou sms, de ceux qui m’ont le plus excités.
Certains penseront que nous prenons des risques, ou que moi surtout je prends un risque en la partageant avec un autre homme, en la laissant ou pire encore en l’encourageant à aimer, être amoureuse de l’homme avec qui elle baise. C’est vrai que c’est un risque mais nous l’assumons tous les deux en sachant que ce qui est le plus fort entre nous est tout ce que nous avons construit ensemble. Ce qui est certain c’est que pendant l’acte sexuel Claire n’a jamais connu « l’amour » elle s’est toujours refusée à être amoureuse, ce qu’elle aime c’est de se conduire en salope, en vicieuse, en petite pute, pour jouir.
Les sentiments plus ou moins amoureux qu’elle peut éprouver pour son partenaire ne viennent qu’après ses orgasmes, leurs jouissances partagées. Si elle se sent bien avec son amant elle se laissera aller à l’embrasser, lui faire de longs câlins, lui dire des mots doux avec une intensité proportionnelle aux sentiments qu’elle éprouve pour l’homme avec qui elle a baisé.
Sommes-nous candaulistes, cuckholdistes, libertins ? ou c’est moi qui serais un cocu consentant, soumis, adepte de la polyandrie, un peu de tout ça. En ce qui me concerne je pense n’avoir aucun droit sur le corps et les sentiments de ma femme, ils lui appartiennent et elle est et doit rester libre de se donner, donner son corps, son sexe à qui elle veut, mais je voudrai qu’un jour elle jouisse par amour, qu’elle connaisse un orgasme amoureux.

1er mail reçu lendemain de son départ
« mon cher cocu, tu veux tout savoir alors accroche-toi. Mais d’abord pour ton information, il ne s’appelle pas Eric, il m’avait donné ce nom là parce que quand nous avions parlé ensemble avant le diner chez nos amis, je ne sais pas pourquoi mais je lui ai dit que j’adorai le prénom Eric et que ça me rappelait de bons moments, et lui surement pour mieux accrocher sa proie (moi) il m’avait dit – c’est génial parce que moi je m’appelle Eric – alors qu’en réalité il s’appelle Arnaud. A peine arrivée chez lui il m’a offert un verre dans le petit salon et il m’a ordonnée de me déshabiller très lentement devant lui, en le regardant dans les yeux, bien qu’un peu interloquée par sa demande j’ai obéi. Je me suis levée et j’ai commencé par retirer mon chemisier, puis ma jupe, là il m’a dit de m’arrêter et de tourner lentement sur moi-même, bien qu’un peu gênée je l’ai fait le laissant admirer mon postérieur, de nouveau face à lui je suis restée debout en soutien-gorge, porte jarretelles et petite culotte. A sa demande, j’ai retiré mon soutien-gorge et ma petite culotte, il m’a demandé de croiser mes bras sur ma poitrine et de rester là debout devant lui en gardant m’a t’il dit ce petit sourire vicieux. Au début j’étais très gênée par cette posture impudique qu’il me faisait prendre et puis une sorte de plaisir d’être exhibée devant lui un peu comme une esclave mise à prix sur un marché ma gêne a peu à peu disparue remplacée par une excitation d’être soumise à sa volonté de mâle et de le voir fixer ma chatte avec un air de propriétaire lubrique. Au bout d’un long moment il m’a jeté un peignoir qu’il avait préparé pour moi et nous avons diné, lui habillé, moi nue sous mon peignoir. Le diner fini, il m’a dit de monter dans la chambre, de retirer mon peignoir, de rester avec mes bas et porte jarretelle, de m’allonger sur le lit, les cuisses bien écartées et de me caresser le minou en l’attendant. Environ dix minutes plus tard il est entré dans la chambre, tout nu, sa bite bien bandée dressée devant lui comme un étendard. Il m’a regardée et après s’être allongée entre mes cuisses il m’a pratiqué un cunnilingus de première à tel point qu’il a fallu que je l’arrête sinon j’allais jouir trop vite. Il s’est agenouillé entre mes cuisses et il a rentré sa bite dans mon con qu’il a labouré en me traitant de salope, de vicieuse, de petite pute, tous les adjectifs que j’aime entendre quand on me baise. Quand j’ai senti sa queue se congestionner j’ai su que je n’allais pas pouvoir attendre trop longtemps et j’ai laissé mon orgasme exploser quand j’ai senti ses jets de foutre frapper mes parois vaginales. Après avoir repris nos esprits, on s’est embrassés jusqu’à ce qu’il me dise de le sucer pour le refaire bander, ce que j’ai fait avec beaucoup de plaisir. Il m’a ensuite prise en levrette, m’a claqué les fesses et labouré mon con en me traitant encore de chienne lubrique, qu’il allait faire de moi son esclave sexuel, jusqu’à ce que je jouisse en même temps lui. On s’est vite endormis collés l’un à l’autre, épuisés par nos exploits. Ce matin très tôt, il m’a fait jouir en mordillant mon clitoris, en léchant ma chatte avant que je le suce jusqu’à ce qu’il jouisse dans ma bouche en me traitant toujours de salope, de chienne lubrique, de petite pute.
Aujourd’hui il est parti à l’hôpital et je suis seule avec son couple de domestiques, j’en profite pour t’écrire et me reposer pour être en forme ce soir, prête à assumer mes fonctions de petite femme soumise aux pulsions de SON homme. Tu peux être fière de moi, je te fais cocu comme jamais je ne l’ai fait, je prends du plaisir comme je n’en ai jamais pris, je me gave de sa belle grosse bite pour me faire oublier ta petite bite de cocu.
Je n’écrirai peut-être pas autant les prochaines fois parce que mes orgasmes m’appartiennent et que ce ne serait que de la redite, sauf si j’ai le droit à des traitements nouveaux et si c’est encore possible à de plus puissantes jouissances. SA petite femme qui t’aime toujours, Claire »

1er SMS reçu 4 jours plus tard.
« Je suis de plus en plus salope, j’aime de plus en plus sa bite et sa jute, on baise tous les soirs, je le suce tous les matins, tu es de plus en plus cocu parce que je l’apprécie chaque jour d’avantage. J’attends le week-end avec impatience que les domestiques soient partis et qu’on soient seuls, lui et moi. SA petite femme »

Ma réponse par SMS
« Profites-en, profites d’avoir deux hommes dans ta vie, je te sens déjà un peu amoureuse, laisse-toi aller, aime le pour connaître peut-être une fois ce que tu n’as jamais connu, jouir par amour avec un homme, oublie-moi le temps que tu es avec lui, moi je ne t’oublierai jamais, encore moins maintenant avec les jouissances que tu me procures, je suis cocu, je suis jaloux mais j’aime ça. TON cocu qui t’aime »

Sa réponse en retour par SMS
« Difficile de t’oublier, mais je vais le faire, je vais te mettre au chaud dans un petit coin de mon cœur et je vais l’aimer LUI, je vais tout faire pour jouir par amour avec LUI. De mari je vais essayer de faire de toi mon meilleur ami à qui je peux tout raconter et Arnaud sera MON homme, MON maître, MON amant, MON amoureux exclusif à qui je me soumettrai sexuellement sans limites pour connaître les plaisirs auxquels je me suis toujours refusée par manque de confiance en moi. Je veux lui appartenir corps et âme. Claire »

2ème mail reçu une semaine après
« Cher toi, de mari tu es devenu mon meilleur ami et j’ai envie de te le dire, je suis amoureuse d’un autre homme que mon mari. Oui je le fais cocu et ce con il aime ça et plus il aime ça plus j’ai envie de le faire cocu, c’est un cercle infernal dont je suis l’épicentre. Mon nouvel homme Arnaud est beau, viril, brun comme je les aime et pour ne rien gâter il est monté comme un âne. Il me fait jouir comme je n’avais plus joui depuis 30 ans, comme tu le sais à l’époque je n’avais que 21 ans quand on s’est mis ensemble et à chaque fois qu’il partait en voyage un jeune de ses stagiaires venait me baiser, il avait une bite tellement grosse que j’avais du mal à la mettre dans ma bouche et il éjaculait sur mon ventre sur mes seins ou dans mon fourreau des litres de sperme, il me faisait jouir comme une démente ? aujourd’hui je retrouve avec mon amant les mêmes sensations en mieux encore parce qu’aujourd’hui je me donne plus, j’en demande plus, je suis plus sure de moi, plus salope aussi et que je cherche au fond de moi à être amoureuse de cet homme. Pour te dire la vérité, je le suis déjà amoureuse, mais pas encore assez, je sais que je pourrai l’être, que je vais l’être encore beaucoup plus. Si tu le veux, tu seras le témoin de ce bonheur, de mes jouissances, de mon amour. Je t’aime mon ami, parce que tu es mon fidèle confident. Claire

Ma réponse au mail de mon « amie »
« Chère Claire, ta confiance m’honore, tu es jeune, 50 ans c’est jeune pour une femme, je n’ai qu’un conseil à te donner, vis cet amour intensément, pas seulement sexuellement mais aussi sentimentalement, amoureusement, sois SA femme, SA maitresse, Son amante, Sa salope, Sa chienne soumise, sois Toi. Prends et donne ce que tu ne pourras peut-être plus jamais donner ou recevoir aussi intensément. Donne à ton cocu les sources de plaisirs interdits, offre-lui tes dépravations, tes vices, tes turpitudes, explore toutes les facettes de la lubricité, aime-le comme un premier amour, appartiens lui sans restrictions, sois soumise à tous ses vices, ses fantasmes, laisse lui des souvenirs que lui comme toi ne retrouveront jamais plus. Ton ami cocu

3ème mail reçu hier
« Cher toi, cher ami, je suis tes conseils, je me donne, il me prend, on s’aime de plus en plus. Hier soir il m’a fait gouter à un plaisir auquel je m’étais toujours refusé, que j’avais toujours refusé à mon cocu ou à mes amants passés, il m’a sodomisée, il a fait de moi une enculée et te dire que j’ai aimé serait une sous-vérité, j’ai adoré, j’ai joui avec sa bite dans mon cul, avec sa jute qu’il a lâché dans mon petit cul de salope. Il ne m’a pas laissé le choix, ne m’a pas demandé mon avis, ni mon accord, il a juste enduit mon anneau de Satan avec du gel, fais glisser un puis deux, puis trois doigts dans mon anus avant d’y introduire son gland avec beaucoup de délicatesse avant de l’investir de toute la longueur de son pieu. J’ai eu mal au début mais le plaisir et la honte, ses mots qui me traitaient de petite enculée, ses coups de rein, ses claques puissantes sur mes fesses m’ont amenée vers ma jouissance et sa jouissance quand j’ai reçu les jets de son sperme qui ont débloqué mon orgasme. C’est la première fois que je me faisais enculer et donc la première fois aussi que je jouissais du cul. Quelle découverte ! te rends tu compte qu’il est le premier homme qui a eu le privilège de jouir dans tous mes trous, de les ensemencer, de les tapisser de sa jute qui s’imprègne dans mes chairs. Je sais maintenant que je ne saurai rien lui refuser même les déviations les plus crades, au contraire je les attends, je les demande, je veux combler ses manques, tout ce qu’il n’a jamais osé faire, ni même demander à sa femme quand elle était encore en vie. Je sais maintenant que je suis à Lui. Demain c’est dimanche, jour où nous serons seuls, où je l’espère il pourra m’entrainer dans ses perversions les plus folles. Claire

Maintenant j’attends avec impatience le récit de ce dimanche…

2 commentaires

Son nouvel amant - 2

Par jipi4931 le 24 novembre 2020

Bonjour, merci pour votre message et vos récits, effectivement vous ressemblez beaucoup à Claire, ou Claire vous ressemble beaucoup. Juste une précision, Claire ne m’humilie que sexuellement, que dans nos jeux sexuels et avec ses amants ou les amis de ses amants, dans la vie courante, la vie familiale ou avec nos amis proches elle a plutôt tendance à me mettre en avant et à me traiter comme son héros. Oui j’aime qu’elle me traite de cocu, qu’elle me fasse traiter de cocu, en cocu par ses amants. Oui ma plus grande humiliation est qu’elle soit follement amoureuse d’un amant, qu’elle ne soit plus qu’une amie pour moi sans pour autant que ce soit définitif, juste quand elle partage avec son amant. Elle aussi le veut parce qu’elle sait qu’elle peut en tirer une très grande jouissance et elle travaille beaucoup la-dessus parce que c’est encore compliqué pour elle d’aimer deux hommes. Je sais que c’est difficile à comprendre mais c’est notre façon de fonctionner. Juste un dernier mot, comme votre mari, j’adore quand elle a une aventure sans me le dire, qu’elle me laisse le suspecter, fantasmer sur ses ébats, imaginer ses jouissances qui dans ces cas là sont adultérines.

Son nouvel amant - 2

Par ALEXETFLO le 24 novembre 2020

Bonjour,

C’est un beau récit de vos aventures, j’ai adoré le lire, du coup j’ai lu tous vos précédents témoignages.

Je me suis rapidement retrouvée dans la façon dont Claire vit ses liaisons et relations sexuelles avec ses amants, comme moi elle ne triche pas et se donne toute entière sans arrière pensée. La seule différence est qu’il me serait bien difficile de rabaisser ou humilier mon mari aussi fort que ce qu’elle ne le fait avec vous.

Mais je comprends bien que vous prenez et tirez une grande excitation et du plaisir dans cette situation, je le constate avec mon mari qui prend un plaisir fou quand je lui raconte que je viens de me faire prendre alors qu’il n’en savait rien, et ce qui s’en suit nous apporte un très grand plaisir commun.

Merci pour vos témoignages qui sont un nouvel exemple qu’il ne faut pas hésiter de jouer de l’humiliation avec son Chéri Candauliste.

Florence