Son nouvel amant

Par jipi4931 le 20 novembre 2020 3
Dans Expériences de candaulistes

Ma femme Claire et moi sommes mariés depuis 30 ans, avec mon accord ma femme a eu un amant (un de mes très bons amis) pendant près de 10 ans. Ils se voyaient soit chez nous en ma présence ou non, soit à l’hôtel voire même baiser dans des toilettes de restaurant ou à l’arrière de sa voiture. Ma femme s’est lassée parce que son amant avait de plus en plus de mal à bander. Puis est venu la ménopause et depuis 3ans elle n’avait plus de désirs sexuels, se refusant à moi.
A la fin du premier confinement nous avons été invités à diner chez des amis, un bel homme d’une soixantaine d’année, grand, brun, professeur de médecine de son état, faisait partie des invités. j’ai très vite vu que ma femme n’était pas insensible à cet homme, regards en coin, échanges de sourires, yeux coquins, toute sa panoplie de séductrice à l’œuvre.
Après le diner je les ai vu se parler en aparté tout en sirotant un verre de rhum et une fois rentrés chez nous je lui ai demandé si cet homme Eric, lui plaisait. Ce à quoi elle m’a répondu qu’il avait beaucoup de charme et qu’elle avait ressenti des picotements dans le ventre rien que de parler avec lui. Ce qui ne lui était pas arrivé depuis longtemps.
Quelques jours plus tard il nous a téléphoné pour nous inviter à venir passer le week end dans sa propriété de Sologne. après en avoir parlé avec Claire, en particulier de ce que cela pouvait impliquer, nous l’avons rappelé pour accepter son invitation.
le week-end venu nous sommes arrivés dans cette magnifique propriété, en fait un château du XVIIIème. promenade l’après-midi, diner le soir, jusque là rien de spécial.
après le diner nous sommes passés au salon où nous avons discuté de tout et de rien tout en buvant des digestifs.
Malgré une décontraction apparente, je sentais Claire et Eric un peu tendus, par ma présence sans doute.
Prétextant la fatigue, j’ai pris congé d’eux et pour soi disant aller me coucher, alors qu’en réalité je suis sorti pour aller les espionner par les grandes portes fenêtres qui donnaient sur la terrasse du château.
Claire était toujours sagement assisse sur son canapé, Eric face à elle dans un fauteuil. Ils se parlaient tout en se regardant, plus ils avançaient dans leur discussion plus leurs visages devenaient lumineux. Par la suite Claire m’a dit qu’il lui faisait plein de compliments pour finir par lui avouer qu’il avait envie d’elle, compliments et aveu qui ne l’ont pas laissée insensible, bien au contraire.
Au bout d’un moment j’ai vu Eric se lever et venir s’asseoir à coté d’elle. Ils se sont longtemps regardé yeux dans les yeux en échangeant quelques mots jusqu’à ce qu’Eric lui passe la main dans ses cheveux, approche son visage de celui de Claire jusqu’à ce que leurs lèvres se rencontrent et fusionnement dans un long baiser pendant que la main d’Eric s’aventurait sur les seins de Claire avant de descendre sur son ventre, s’immiscer sous sa jupe qu’il a remontée, farfouiller dans la petite culote que je l’ai vu déchirer et arracher d’un geste brusque.
Pendant de longues minutes, ils se sont embrassés, caressés jusqu’à ce que l’excitation les amène tout naturellement à préciser leurs caresses sur leurs sexes réciproques, qui pour ce que Claire m’en a dit plus tard, était tendu et dur pour lui et trempé pour elle.
A partir de là tout a été très vite, sans s’arrêter de s’embrasser Claire s’est jeté sur la ceinture du pantalon d’Eric, a baissé la fermeture éclaire, plongé sa main dans son slip et s’est emparé du pieu dressé de celui qui allait devenir son nouvel amant. Quand je dis pieu je devrai dire gourdin, braquemart tellement il m’a paru long et épais. Après l’avoir masturbé elle a quitté les lèvres de son amant pour se mettre à genoux devant lui et admirer l’objet de son désir, elle s’est mise à lécher doucement le gland turgescent avant de le mettre dans sa bouche et lui pratiquer une fellation qui à ce que je pouvais voir ne le laissait pas insensible jusqu’à ce qu’il la fasse se relever, asseoir au fond du canapé, lui remonte ses jambes et après avoir humidifié son gland sur ses lèvres vaginales l’introduise doucement dans son puit d’amour. Après quelques petits va et vient il s’est enfoncé au plus profond et il a commencé à la labourer à grands coups de rein.

Par chance, une des fenêtres étant entrebâillée je pouvais les entendre gémir, ahaner, je l’ai entendue crier « baise-moi, baise-moi fort, baise-moi » et lui « t’es une vraie petite salope », elle « oui je suis une vraie salope, baise la fort ta petite salope, jouis dans ma chatte ». Leurs gémissements se sont transformés en râles, pour finir dans le cri de leurs orgasmes respectifs

Après avoir repris leurs esprits, il l’a prise par la main et l’a entrainée à moitié déshabillée vers sa chambre. Pour moi, rideau, plus de visibilité.
De mon côté je suis monté dans notre chambre d’où j’ai seulement pu entendre leurs gémissements et cris de jouissance et me masturber en imaginant leurs ébats si près de moi avant de m’endormir. Ce n’est que vers 8 heures du matin que j’ai senti qu’elle venait se recoucher auprès de moi. Faisant celui qui dormait, je n’ai rien dit, attendant que ce soit elle qui me raconte dans le détail leur folle nuit de baise mais l’odeur de stupre, de sueur, de jus et de sperme mélangés qu’elle dégageait m’ont à eux seuls renseigné sur ce à quoi ils avaient occupé leur nuit.

La journée du dimanche s’est bien passée, j’ai fait celui qui ne savait rien et qui ne voyait pas leurs sourires complices.

Voyant que je ne dormais plus, elle a caressé, ce qu’elle a appelé mon petit sexe de cocu et en même temps qu’elle me branlait m’a tout raconté en ne m’épargnant aucuns détails.
Il l’avait baisé trois fois, sur le dos, en levrette, elle embrochée sur lui, elle l’avait sucé à leur réveil en lui proposant de jouir dans sa bouche, ce qu’il avait accepté avec paraît-il un très grand plaisir, plaisir qu’elle a ressenti dans son ventre quand elle a reçu ses jets de sperme qu’elle a consciencieusement avalé et dont elle a beaucoup aimé le goût sucré, salé.
Qu’en fait ils avaient très peu dormi, qu’ils avaient baisé, parlé, qu’elle l’avait informé sur mes penchants candaulistes, de cocu consentant et qu’il n’avait donc pas de souci à se faire avec moi. Ils s’étaient aussi beaucoup embrassés et qu’il voulait avoir avec elle une vraie relation d’amant, maitresse, si j’en étais d’accord.

Il est venu à son tour passer un week-end chez nous, là la situation étant plus claire, ils se sont embrassés, caressés devant moi et sont montés se coucher dans notre lit conjugal où là encore ils ont occupé la majeure partie de leur nuit à se donner du plaisir et comme si çà devenait devenir une habitude, elle l’a sucé et avalé son foutre à leur réveil.

Elle s’est rendue chez lui à 3 reprises et est revenue chaque fois ivre des jouissances qu’ils avaient partagées. De sa part je n’avais plus le droit qu’à des petites branlettes parce qu’elle réservait maintenant ses orifices qu’à son amant. Branlettes qu’elle accompagnait de mots humiliants mais qui me faisaient encore plus jouir, comme « t’es cocu, ça m’excite de te faire cocu, lui il a une belle grosse bite alors que toi tu n’as qu’une petite bite, c’est à lui que maintenant j’appartiens, je suis sa chienne, sa salope, sa soumise… »
A l’annonce du re-confinement Claire m’a demandé si j’accepterais qu’elle aille se confiner chez son amant, j’ai hésité mais en imaginant les parties de baise, ses orgasmes à répétition et le plaisir douloureux que cela pourrait me procurer, j’ai finalement accepté à la condition qu’elle me raconte par mail, sms, vidéos leurs turpitudes.

Çà fait maintenant près de 3 semaines qu’elle vit avec lui et que je reçois régulièrement un rapport précis ou une petite vidéo de celle qui m’écrit avec comme en-tête « sa petite salope », 3 semaines que je me branle et jouis comme un fou surtout quand son dernier sms elle a juste écrit « je suis amoureuse, ta petite salope qui t’aime aussi quand même »

Mais je vous raconterai tout ça plus tard, si comme je l’espère elle me revient.

3 commentaires

Son nouvel amant

Par armelleprima le 21 novembre 2020

Bonjour,
beau récit d’un homme cocu-candauliste qui aime sa femme et lui permet de mener une vie sexuelle active, c’est l’avenir du couple, un mari et un amant afin de satisfaire notre hyper-sexualité féminine, pour ma part j’ai commencée très tôt, avant mon mariage j’avais déjà un ’Maître-queue’, mon mari le savait il n’était pas très bien équipé sexuellement et pas d’une grande virilité, il a vite compris que le mot fidélité ne faisait pas parti de mon langage, moi c’est la liberté.
actuellement j’ai un maître-queue et deux amants, un vie loi et je le vois pas souvent, j’alterne entre mes hommes assumant ma gourmandise, j’ai passé le premier confinement chez mon ’Maître-queue’ mon deuxième amant nous rendait visite il habite à coté, j’adore le sandwich, pour le confinement actuel nous avons repris le même rythme.
Nous avons mis au point une liaison vidéo afin que par moment mon mari puisse nous regarder, toutefois à ce moment il doit porter une cage de chasteté, afin de ne pas se masturber ...
Je vie en guêpière et bas ou cuissardes chez mon Maître-queue qui à installé un véritable lupanar !
Le sexe est notre vie.

Son nouvel amant

Par mdesaf33 le 21 novembre 2020

Tres beau recit, qui m’a donne envie de lire vos precedentes publications.
Tout aussi bien ecrites.

Son nouvel amant

Par Plurielles54 le 20 novembre 2020

Bravo pour votre récit , bien écrit et tellement Intense. Du coup j’en ai profité pour découvrir vos autres expériences et sincèrement j’ai adoré.
Je sais que je rêve secrètement de vivre des situations similaires aux vôtres peut être un peu moins cuckold sans doute par peur du lâcher prise.

Encore merci d’avoir pris le temps de nous relater vos rencontres et n’hésitez pas à en publier de nouvelles.