Rencontre au restaurant

Par tyroler le 26 mai 2020 1
Dans Expériences de candaulistes

Rencontre au restaurant,
Juste un souvenir rapide que j’ai retrouvé dans les cahiers de Karen.

Ce soir là, Karen avait envie de faire une exhib hard sur notre parking. Cela faisait déjà quelques temps que Karen faisait de « l’exhib caresses » sur notre parking avec, selon ses humeurs quelques pipes lorsqu’un "complice" lui plaisait particulièrement. Pour ce faire, Karen avait mis la tenue adéquat à ce genre d’exercice. Chemisier quasi transparent avec le nouveau redresse seins qui laissait deviner ses larges mamelons avec les tétons pouvant devenir très arrogants en cas d’excitation ou de fraîcheur, sa mini jupe de cuir fendue qui laissait voir le haut de ses bas, souliers à talons, bijoutée et maquillée discret elle était bandante à souhait. Je la trouvais tellement belle ainsi que je ne pouvais pas accepter seulement une simple soirée exhib sur notre parking. Alors je rajoutais une invitation au restaurant. De temps en temps nous allions volontiers à un petit restaurant campagnard discret, très prisé par les amoureux et les VRP de passage. Le serveur nous a reconnus et nous a placé à une place sur le côté. En fasse de nous un couple buvait l’apéritif en choisissant le repas. La femme, d’un certain âge, nous tournait le dos et l’homme, un peu plus jeune, se retrouvait fasse à Karen. Les œillades répétées de Karen vers ce couple m’a fait douter d’un intérêt soudain pour cet homme. J’ai très vite constaté que son chemisier ne cachait plus rien de cette réaction soudaine, car très visiblement, les tétons pointaient plus qui ne devraient. Mes yeux lui ont fait comprendre une interrogation. Elle s’est penchée et m’a discrètement expliqué que le client en face d’elle n’arrêtait pas de l’observer et même de la détailler intimement. Lorsqu’elle s’est redressée et qu’elle lui a sourit, j’ai compris qu’elle avait une idée coquine derrière la tête. Et comme je la connaissais, cela me ravissait. Je savais qu’elle mettrait quelques explications discrètes dans notre discussion pour me mettre au courant de l’évolution de ses idées. Et ça n’a pas tardé, puisque : « Comme apéritif, je prendrai bien un petit Kir à la mûre, je lui laisse pleine vue entre mes cuisses.... Et il ne se gêne pas pour regarder surtout que, visiblement il a compris que c’est volontaire... Et ça a l’air de lui plaire...Ah, maintenant il s’intéresse à mon décolleté. Puis après avoir ramassé sa serviette tombée à terre - voilà, maintenant il a vu mes tétons....Il m’a même envoyé un sourire...Elle est allé jusqu’à se titiller un téton...et ça lui plaît le cochon...Allez, je vais essayer de me l’amener aux toilettes. Après lui avoir fait un joli sourire et un froncement de sourcils, elle s’est levée et est allée aux toilettes. Le message a eut l’air de marcher car le gars s’est levé lui aussi et est allé aux toilettes quelques secondes derrière Karen.
J’ai tout de même attendu cinq bonnes minutes avant que le gars ne ressorte et quelques secondes plus tard Karen prenait, à son tour, l’allée centrale pour revenir à table. Nous avions "installé" un code visuel pour que je sache tout de suite ce qu’il c’était passé. Karen me regardait fixement, , un large sourire aux lèvres : l’entrevue avait été fructueuse. Elle avait un décolleté plus ouvert qu’au départ, donc le gars avait caressé ses nichons puis je l’ai vue se frotter les mains d’abord à plat sur ses hanches donc elle l’a masturbé, puis elle a frotté le dos de sa main, donc il avait jouit dans sa main. Le gars, lui, en passant devant moi, m’a sourit et m’a salué d’un hochement de tête : Karen l’avait prévenu de ma complicité. Lorsqu’elle s’est assise à table, j’ai entendu un très discret « mumm » qui donnait une bonne note à ce chanceux.
Karen a repris le cour de son repas mais ne cessait de zieuter sur le gars : ça, je peux dire que ça lui a plut. Il m’a félicité pour ma poitrine qu’il a trouvé splendide. Puis il s’est occupé de mon minou. Il a rigolé lorsqu’il a pu constater que je mouillais beaucoup. Il a ouvert sa braguette et a sorti sa bitte. Ho, elle n’était pas hors normes, mais il était évident que je le faisait bander. Une 17 cms bien dressée et bien dure. Je l’ai caressée un moment. Il m’a demandé de me tourner car il voulait me baiser. Mais il n’avait pas de capote alors j’ai refusé. Il m’a demandé si je voulais lui faire une pipe mais sans capote, ça été encore non. Alors je l’ai masturbé pendant qu’il me caressait des 2 mains. Il m’a tétée un moment puis j’ai eu juste le temps de m’écarter. Il a jouit dans la cuvette. Il m’a embrassée, remerciée et m’a donné son « 06 ». Il voudrait que je le rappelle pour que nous puissions nous revoir, que je lui plaisais beaucoup. Il m’a même parlé d’argent. Alors je lui ai répondu qui si, effectivement, j’étais une salope assumée, je ne faisais tout de même pas le tapin. Je lui ai juste demandé de te saluer en passant car nous étions libertins. Bof, c’était agréable, je ne regrette pas. En attendant, ça m’a mise en forme pour le parking.
Nous avons prit un café et nous sommes partis. Karen lui a fait un clin d’œil en partant et nous sommes allés sur notre parking ou il y avait déjà deux ou trois voitures...
Mais là, c’est une autre histoire. Un histoire habituelle : exhib, caresses, branlettes et quelques pipes comme souvent sur notre parking.

1 commentaire

Rencontre au restaurant

Par Monideal le 14 juin 2020

bravo, une récit tres excitant et félicitations à votre femme coquine