Nous l’avons donc fait... !

Par solstice14 le 11 janvier 2021 12
Dans Expériences de candaulistes

Voici donc le récit de la rencontre de vendredi… tant attendue !

Faut-il rappeler l’attente depuis la traduction en recherche active d’un fantasme maintes fois évoqué auprès d’elle ? Entre confinement, « posage de lapin » d’un premier contact et reconfinement, le désir mais aussi la crainte d’un nouveau rendez-vous manqué étaient réels.

Cela faisait donc plus d’un mois que nous discutions avec lui, agrémentant parfois nos échanges de photos où ma belle, durant ces séances, prenait de plus en plus de plaisir à dévoiler ses charmes à un « quasi » inconnu. Réceptif et attentif, il a su la (nous) mettre en confiance !

Restait donc à concilier les contingences personnelles, familiales et professionnelles pour envisager de nous retrouver enfin tous les 3… et autant dire que ce n’a pas été le plus aisé !

Rendez-vous a donc été donc pris ce vendredi soir dans un hôtel. Couvre-feu oblige, il a fallu s’adapter et nous convenons, d’un commun accord, de réserver deux chambres. Nous avions en effet du mal à envisager de passer toute une nuit à 3 (d’autant que nous n’avons plus 20 ans

12 commentaires

Nous l’avons donc fait... !

Par Jimise le 16 janvier 2021

C’est une très belle première expérience qui me fait envie !

Nous l’avons donc fait... !

Par Kamss le 14 janvier 2021

Très beau récit de votre expérience a lire et a relire avec beaucoup d’émotions et de sensualité
Il en ressort beaucoup d’amour et de plaisir partagé. Je vous souhaite amour et réussite dans ce monde

Excellent

Par cucks le 14 janvier 2021

Véritable sublime expression du Candaulisme car on y ressent vraiment l’amour dans le couple. Un récit de haute qualité.
A lire pour comprendre la différence entre le Candaulisme, et, le cuckolding-cocu-bbc-soum-cage-irréel-dénué-d’amour.

Nous l’avons donc fait... !

Par bresson jean-marie le 13 janvier 2021

bravo , très beau récit . on ressent beaucoup d’amour entre vous cela prouve que la patience paie ainsi que la volonté de réussir . nous vous souhaitons mon amour et moi beaucoup de plaisir , d’amour et de réussite . merci a vous eve et jean .

Nous l’avons donc fait... !

Par Agapornis le 13 janvier 2021

Un réel plaisir de lire ce récit. Merci. Nous apprécions l’expression des sentiments, des "pincements" de douleur provoqués par la situation, les doutes par rapport a certains comportements de Madame.....ils nous rappellent notre première et ont fait prendre de nouveau conscience a Christian ....une fois de plus et avec regrets ....qu’il ne connaitrait plus jamais une "première"....profitez de ces instants magiques de l’après. Bonne continuation.....

Nous l’avons donc fait... !

Par black le 12 janvier 2021

Bonjour.

J’ai parcouru ta prose avec beaucoup d’intérêt et d’exitation et je dois dire qu’un tel sénario ne laisse pas indifférent !!!
J’ai beaucoup apprécié ta franchise quand tu relates ces quelques propos à savoir ;

((( Après quelques aller et venus, je sens qu’elle est plus occupée à sa fellation qu’à mes assauts. Elle me le fait comprendre par un mouvement du bassin pour échapper à ma pénétration : ce n’est pas de moi dont elle a envie ))).
C’est un peu la façon dont je conçois le candaulisme !!!

Bravo et au plaisir de faire plus amplement connaissance.

Jean.

Nous l’avons donc fait... !

Par Maverick le 12 janvier 2021

Quel magnifique récit.
On ressent pleinement le plaisir de vous deux.
Un récit de partage très appréciable.
Ce récit donne envie d’être son amant tant elle se donne, tant elle sait prendre mais aussi donner du plaisir.
Un bonheur à lire.
Vivement les prochains récits.

Nous l’avons donc fait... !

Par jack1950 le 12 janvier 2021

Bonjour, En fait oui pour nous ou plutot pour moi NICOLE je n’ai que 3 amants réguliers et des amants surs. Donc pour moi la question ne se pose pas ou plus, car oui de fait je suis allergique au latex et puis aussi Jacques mon mari adore de me sentir pleine du sperme de mes amants.
Mais comme vous le dites si bien cela demande un nombres restreints d’amants surs. Mais c’est aussi alors avec ses amants qu’on peux aller se laisser a fond dans la jouissance d’un rapport intime complet.
NICOLE

Nous l’avons donc fait... !

Par solstice14 le 12 janvier 2021

pour être très franc je ne m étais pas posé la question ! mais je la posera6a qui de droit ;-)
Après cette pratique nécessite de fait de privilégier un amant régulier !

Nous l’avons donc fait... !

Par Patrick L le 12 janvier 2021

Nicole a raison de poser cette question... qui divise les couples !
J’ai remarqué que les hommes... et j’en suis préfère voir leurs compagnes baiser avec un préservatif alors que vous Mmes vous souhaitez être pénétrées par un sexe...nu et pouvoir récolter la semence de vos amants.
Est ce pour garder un privilège.. ou bien une certaine idée du contact que nous, les hommes, avons cette réaction.
Pour plus d’explications... je suis preneur
Mais bravo à vous deux pour cette première nuit superbe... et si bien décrite qui j’en suis sûr en appelle d’autres

Nous l’avons donc fait... !

Par jack1950 le 11 janvier 2021

Et la prochaine étape ? Pourquoi ne pas laisser cet amant la prendre sans capote, pour qu’ilpuisse éjaculer dans sa chatte et la remplir de son sperme ?
Nicole

Nous l’avons donc fait... !

Par solstice14 le 11 janvier 2021

anticipant aussi l’envie de se retrouver tous deux après ces jeux, et au pire d’un mauvais « feeling » et d’une cohabitation forcée jusque 6h du matin !

Arrivé seul vers 19h à l’hôtel, je suis rassuré de recevoir un SMS où il me confirme être bien arrivé lui aussi dans sa chambre. Au moins, nous n’aurons pas à subir ce soir de lapin ! Elle me rejoint vers 19h30, sortant directement du bureau. Le temps d’une douche, de se préparer, d’enfiler une jolie robe noire et les dessous noirs en voile que je lui ai achetée pour l’occasion. Elle est splendide et j’ai déjà le sentiment qu’il faut savourer chacun de ces instants. Evidemment, le trouble monte un peu quand je lui confirme qu il est arrivé et là, à quelques portes de notre chambre. Cependant, je dois reconnaître que je suis surpris et heureux qu’il n’y ait pas véritablement d’anxiété de sa part.

Nous nous autorisons un premier verre tous les deux. La chambre dispose de deux pièces et le petit salon nous permet de nous poser tranquillement. Vers 20h15, et après lui avoir demandé si elle était prête, je lui envoie un SMS pour lui donner notre numéro de chambre (la sienne est au même étage) et lui confirmer que nous l’attendons !

Quelques minutes plus tard, le toc-toc de la porte confirme que notre complice est bien présent ! Pas de surprise, puisque d’échanges photos en whats app vidéo, nous avions pu tous trois déjà nous voir. L’approche est joviale de part et d’autre et nous nous retrouvons de suite autour de la table pour partager un apéritif. Ma belle et moi dans le canapé, lui sur un pouf face à nous, nous engageons la conversation assez naturellement sur des sujets divers et variés. Le contact passe bien, un verre et puis deux et après quelques ¾ d’heure d’échanges, je comprends qu’il m’appartient de « donner le signal ». Ma caresse sur sa cuisse se fait plus appuyée et elle comprend alors mes intentions… Gêne ou vapeurs des quelques verres d’alcool ou les deux, je le vois rougir un peu et cette réaction m’émeut !

Je propose alors à notre complice de venir s’assoir plus confortablement avec nous sur le canapé. Il attendait aussi manifestement ce signal… Enlacée entre nous deux, elle se « love » sur son épaule et prend directement l’initiative de lui caresser la cuisse et de jauger très vite la bosse qu’elle aperçoit. Je suis électrisé de cette initiative qui me confirme qu’elle commence sérieusement à se prendre au jeu !
J’évoque alors le fait qu’elle porte pour l’occasion une nouvelle lingerie, ce à quoi il demande s’il peut voir ! Il soulève de suite sa robe pour admirer cet écrin et tout s’enchaîne dès lors…
Il commence par appuyer la paume de sa main sur sa chatte, à travers sa culotte. Elle ne tarde pas à commencer à gémir, l’incitant par la même à très vite lui retirer ce tissu pour commencer à la fouiller activement. Ce spectacle me sidère littéralement mais j’essaie de ne pas laisser échapper mon trouble pour respecter la demande de ma belle d’être actif pendant cette rencontre. Je caresse alors sa poitrine de sorte à lui pétrir les seins de mes deux mains et notre complice vient me rejoindre pour prendre en bouche l’un de ses seins. De plus en plus excitée, elle lui ôte sa ceinture, ouvre sa braguette pour laisser sortir une queue déjà bien raidie et ne peut s’empêcher de lâcher un soupir et un sourire à la vue de ce membre dressé. Alors qu’elle savoure les caresses dont sa poitrine est l’objet, elle se met à le branler vigoureusement… Je me délecte des soupirs de ces deux amants dont je sens monter le désir crescendo !

Les « oh c’est bon » et « oui encore » succèdent aux caresses de nos bouches et de nos mains sur ses seins avant qu’elle ne les interrompe par un « j’ai envie de te sucer ! » adressé à son amant du soir. Toujours tous trois sur ce canapé elle se penche alors vers lui pour emboucher son sexe avec gourmandise… les « hummm » qu’elle laisse échapper à cette succion de plus en plus appuyée, me confirment qu’elle prend un plaisir certain à pratiquer la fellation (et si elle prétend que c’est avec moi qu’elle aime cela, je ne peux que constater à cet instant que ce plaisir dépasse ma personne !). Je ne peux m’empêcher, si ce n’est d’être en retrait, de me laisser aller à contempler cette scène si « identifiante » de mon désir candauliste. La femme que j’aime plus que tout, qui devant moi suce une autre queue avec voracité… vision hypnotique à ce moment ! Elle le flatte en lui disant que « sa queue est bonne », il la complimente en lui disant que c’est sa « bouche qui est bonne » et qu’elle « suce bien ». Pendant dix minutes, plus rien ne compte plus pour elle que cette bîte qu’elle suce avec application et une presque frénésie… A tel point que je me demande si notre complice va résister à ce rythme !

Il saura résister et décide alors, non sans connaitre son attrait pour le cunni, de s’agenouiller à terre pour passer sa tête entre ses cuisses. Il la lèche rapidement avec beaucoup d’ardeur. Elle, sensible plus que jamais au passage d’une nouvelle langue sur chatte et son clito, commence à se tordre de plaisir. J’accompagne ses mouvements de bassin de caresses sur seins avant de l’embrasser à pleine bouche foudroyé d’émotion à cet instant. Lui continue de s’activer entre ses cuisses en joignant un doigt et puis deux… Il la fouille de plus en plus fort, de plus en plus vite, sans ménagement et je la sens perdre pieds.
Elle se tord de plus en plus, halète et j’entends de plus en plus distinctement le clapotis de sa chatte à chacun des aller et venus des doigts à l’intérieur. Elle mouille abondement et est en train de jouir ! Je suis piqué d’un instant de jalousie… Je ne l’ai jamais doigté ainsi et même si nous ne manquons pas d’audace j’aurai eu crainte à lui faire mal ainsi ! Manifestement il n’en est rien, au contraire ! La jalousie cède la place au plaisir de voir son visage se déformer sous les effets du plaisir. J’ai voulu ce moment et son plaisir est le mien. Je l’embrasse à pleine bouche alors qu’il lui arrache ce qui sera un premier orgasme.
Le temps d’une pause qui ne sera que de courte durée, je propose que nous passions sur le grand lit dans la chambre. Nous voici donc tous trois nus, elle entre nous deux ! Je la caresse, elle le caresse, il la caresse, elle me caresse… puis elle reprend de goûter de nouveau ce sexe dont elle apprécie, je le sais, la belle raideur. Elle s’applique… il gémit… elle s’allonge sur le ventre et lui se met debout face au lit. Il lui imprime le rythme de sa succion en devenant plus directif. Elle aime cela, je le sais, et mon cœur picote de nouveau à l’idée de ne plus avoir l’exclusivité de ce rapport « dominant » avec elle. Il lui baise littéralement la bouche, je le lui fais remarquer… elle acquiesce, presque naturellement ! Elle est à cet instant même sous l’emprise de cet homme, de son sexe et du désir, je le sais… et dans le paradoxe des sentiments qui me traversent, l’excitation prend le pas !

Je caresse ses fesses, ses seins alors qu’elle s’évertue à lui prodiguer une fellation intense, allant à venant sur son sexe à pleine bouche en le branlant. De nouveau, je me demande s’il va tenir ce rythme en voyant ma femme aussi active. Je sais qu’elle aime déclencher la jouissance d’un homme mais à cet instant je m’interroge pour savoir si elle ne cherche pas, sans l’avouer, à le faire jouir dans sa bouche (ce qu’elle me refuse) tant elle ne prend aucune retenue à le sucer – mais j’extrapole peut-être ! Elle se retourne sur le dos pour continuer sa succion, lui toujours debout entreprend de nouveau de caresser sa chatte devenue trempée. Elle se tord de nouveau et lâche comme n’en pouvant plus « j’ai la chatte en feu ». Il a envie d’elle, elle a envie de lui, ils sont au comble de l’excitation et j’ai un doute sur ma présence à cet instant. Bien que nous ayant accordé sur le fait que je serai actif et présent, je décide de m’éclipser quelques instants prétextant le besoin d’aller aux toilettes. Je prends mon temps ressentant la nécessité de les laisser quelques instants. Etait-ce réellement nécessaire ? Je ne le sais pas mais à mon retour, je me suis retrouvé face à une scène presque magique : le cul de ma femme (que j’aime tant) qui s’active sur la queue bien raide de son amant. Elle cherche à s’empaler au plus profond alors que lui-même pousse au plus loin dans sa chatte. « C’est bon » et elle dit, le redit. Il l’attrape par la nuque et ils s’embrassent tous deux à pleine bouche de longues secondes. Ce n’était pas le premier baiser de la soirée mais il avait une saveur particulière. Les autres étaient des prémices aux caresses… là c’est un besoin des deux amants de se prendre la bouche… Ils sont là tous les deux baisant comme des fous… je les regarde ! Nouveau picotement !

Elle continue de s’activer, assise sur ce sexe pendant que lui s’affaire de nouveau sur ses seins de façon plus appuyée. Il les prend en main sans ménagement, lui tire les têtons et les lui pince non sans malice… Elle sourit, les yeux mi-clos mais son plaisir est intense. Elle se tord dans tous les sens n’attendant plus que sa propre jouissance. A l’instar des doigts de son amant lui fouillant la chatte, je suis étonné de cette scène, mais aussi excité que ses protagonistes.

Elle jouit enfin avant de continuer ses mouvements de bassin pour provoquer l’orgasme de son amant. Elle y parvient rapidement et les deux corps s’affaissent pendant que je viens m’allonger contre elle.

Nous poursuivons encore un peu la soirée autour d’un verre et de quelques discussions avant de nous quitter vers 1h00 non sans nous remercier mutuellement d’une soirée au plaisir à priori partagé.
Inutile de préciser que nous n’avons pas tout à fait trouvé le sommeil et après avoir de nouveau savouré les effluves de la chatte de ma belle, nous avons encore fait l’amour jusqu’à jouir tous les deux.

Réveillés vers 8h00, il n’a pas fallu beaucoup de temps pour nous retrouver de nouveau tous deux en corps à corps, encore étourdis de nos ébats de la veille. Je suis encore excité et je la sens encore troublée du plaisir qu’elle a eu. Sans lui dire, j’envoie alors un SMS à notre complice que j’imagine encore dans sa chambre à quelques mètres, pour lui proposer un « câlin du matin »… Lorsque vibre le téléphone pour sa réponse « je prends une douche et j’arrive », elle prend connaissance de mon initiative avec peu d’entrain, d’un « tu es gonflé, j’ai pas très envie » ! Je décide pour autant de ne pas faire marche arrière… en me disant néanmoins que nous nous limiterons peut-être à quelques caresses et douceurs agréables.

Il frappe à la porte, je luis ouvre nu, il entre et la trouve nue également allongée sur le lit. Il se déshabille à la hâte et la rejoins. Je constate alors que les réserves exprimées quelques instants auparavant se sont envolées. Ils se retrouvent comme quelques heures auparavant au même endroit et s’embrassent de nouveau à pleine bouche… il lui caresse les seins fermement comme la veille, la doigte avec frénésie… elle se tord de nouveau de plaisir et ne résiste pas longtemps à prendre son sexe en bouche et en mains.
Je suis de nouveau au comble de mon excitation et alors qu’elle le suce encore j’entreprends de la prendre en missionnaire, lui relevant les jambes. Après quelques aller et venus, je sens qu’elle est plus occupée à sa fellation qu’à mes assauts. Elle me le fait comprendre par un mouvement du bassin pour échapper à ma pénétration : ce n’est pas de moi dont elle a envie. Contrairement à la veille, moins de picotement, et cette réflexion intérieure « elle aime ça, quelle salope et que j’adore cela ! ». Je décide alors de jouer pleinement ce jeu et puisque qu’elle veut le sucer alors j’accompagne les mouvements de sa bouche en lui tenant la tête de mes deux mains. Quel spectacle ! Quelle femme ! Ma femme ! Je suis ébahi… je l’aime follement !

Comme la veille, n’y tenant plus, il enfile une capote et décide la prendre en levrette. Ses coups de reins de plus en plus appuyés déclenchent de gros soupirs de plaisir. Elle aime, je le sais, prendre de grands coups de queue dans ces moments… C’est le cas, il la baise avec ardeur et je l’attrape même par les hanches afin qu’elle s’appuie plus loin encore contre ce sexe. Ils jouissent presque en même temps !
L’heure tourne et la nécessité de quitter la chambre bientôt nous oblige à nous séparer, non sans nous remercier comme la veille !

J’ai déjà été très long dans la description de cette soirée et l’émoi provoqué est réel. Ce fut un bon moment pour nous deux je crois. Et si ma belle se plait à considérer qu’elle a fait cela d’abord pour moi (ce qui est vrai !), je crois qu’elle y a pris beaucoup de plaisir. J’en suis très heureux car je n’aurai retiré aucune satisfaction qu’elle n’en ait pas !

Nous nous retrouvons un peu comme au premier jour de notre relation… plein de désir l’un pour l’autre tout le temps et nos ébats depuis samedi ont été nombreux et délicieux (et alors que nous étions déjà très actifs auparavant !). La parole se libère peu à peu, le ressenti, le trouble… autant de sujets dont il faut débriefer et qui provoquent encore beaucoup d’excitation à leur évocation. Mais c’est assurément une complicité qui se renforce…

Je l’aime plus que jamais, comme un fou, et lui suis extrêmement reconnaissant d’avoir permis ce moment. J’espère que nous pourrons continuer de partager plus encore ce ressenti et peut-être son désir un jour de le revoir lui… ou un autre ! C’est d’ailleurs une vraie question ! Lui ou un autre ? La confiance et ce week-end peuvent y pousser avec la perspective de plus de plaisir encore… mais aussi des risques.

Elle me dit d’ailleurs à juste titre « attention je suis sensible »… dit autrement « attention je peux m’attacher » ! C’est évident… mais est-ce nécessaire ou dangereux ? Assurément un peu des deux !
En tous cas cette expérience a été positive à tous points de vue pour moi et je m’étonne presque que les choses aient été aussi « fluides ». Elle a comblé mon désir et conforté ce plaisir de la voir prise par un autre. J’ai des images plein la tête et j’en suis encore tout ému.

MERCI ma belle ! Je t’aime