Notre ex-voisin, partie 3.

Par les coquinous le 16 décembre 2021 1
Dans Expériences de candaulistes

Lorsque je suis rentrée chez moi, encore chaude, j’ai pris un de mes jouets et me suis donnée du plaisir. Ce fut très agréable avec Etienne, mais un peu trop court.
J’étais sur le canapé, couchée sur l’assise et les jambes écartées sur le dossier avec mon sextoy en main quand Yanis est entré. Heureusement qu’il était seul !
Il m’a embrassée et m’a laissée seule afin que je me donne du plaisir. Ce n’était pas la première fois que je me finissais chez nous en revenant d’une rencontre où je vais seule, j’aime me masturber en repensant à ce qu’il vient de m’arriver et, de toute façon, Yanis sait que je lui raconte tout dans le détail.
C’est le soir-même que je lui ai tout dit, la manière dont Etienne et moi avions passé ce moment coquin, ainsi que son souhait de me revoir pour assouvir ses fantasmes.
Yanis fut content que je me sois amusée et marqua son accord pour une seconde "prestation" qui serait en sa présence.
Néanmoins il tenait à s’assurer qu’Etienne serait respectueux des limites que nous mettons lors de séances sm, alors il est allé chez lui le lendemain pour en discuter.
Quand il en est revenu il m’a dit : "Tout est ok, on va chez lui jeudi soir. C’est un véritable vicieux, si il fait tout ce qu’il a dit tu vas voir des étoiles".
J’ai voulu en savoir un peu plus, mais Yanis m’a répondu que cela enlèverait l’excitation qu’il avait, juste il m’a détaillé la tenue que je devrai porter, celle de collégienne (mini écossaise, chemisier blanc, chaussettes hautes, pas de SG, petite culotte à motifs).
Jeudi soir :
Après ma douche j’ai enduit mon corps d’une huile parfumée et non-grasse, ensuite je me suis habillée comme le désirait Etienne. Lorsque j’ai rejoint le salon Yanis m’attendait avec un petit sac. Je lui ai demandé ce qu’il contenait et il n’a pas voulu me le dire. J’ai insisté, mais rien à faire. J’étais un peu fâchée devant son obstination à ne pas me répondre, alors je me suis vengée. Contrairement aux autres fois quand je porte une telle tenue, je n’ai pas mis de manteau sur moi. C’est donc les jambes et les cuisses offertes à tous les regards des voisins que je suis sortie et me suis rendue chez Etienne.
Par la suite j’ai regretté ma saute d’humeur car nous avons toujours veillé à cacher notre candaulisme dans le quartier.
La porte d’entrée de chez Etienne était ouverte, j’ai quand même frappé et il a crié "entrez".
Il faisait relativement sombre dans la pièce, Etienne était assis sur le canapé et m’a dit de me mettre devant lui.
- "Ton papa, dit-il en désignant Yanis, m’a dit que tu lui en fais voir de toutes les couleurs, que tu ne travailles pas à l’école et que tu rentres tous les jours en retard, il m’a demandé de t’inculquer l’obéissance", tu peux m’expliquer ?".
Moi : "Oui monsieur, je..."
Il me coupa la parole.
- "Non, pas monsieur, MAÎTRE, je suis ton maître et tu vas comprendre que je ne rigole pas avec des sauvageonnes comme toi".
Moi : "Oui maître, je promets de devenir sage".
Etienne : "Je n’ai que faire de promesses d’une menteuse, je vais te dresser et après tu respecteras ton papa. Et d’abord soulève ta jupe que je voie si ta culotte de pisseuse est propre".
C’est à peine si il était nécessaire que je la soulève tellement elle est courte, mais j’ai fait ce qu’il demandait.
Il a tendu la main et est venu me toucher entre les jambes.
Etienne : "Ok, elle est propre et sèche, mais peut-être que tu t’es changée en revenant de l’école, je ne serais pas étonné que tu permettes à tes copains de s’amuser sous ta jupe".
Moi : "Et alors, ce sont mes copains et pas des vieux pervers comme vous !".
Etienne : "Ah ! C’est ainsi ! Le papa, enlevez la petite culotte de votre fille et donnez-la moi, je la confisque !".
Yanis m’a retiré ma culotte et l’a donnée à Etienne qui l’a sentie et frottée sur son visage avant de la mettre derrière un coussin, j’ai compris que je ne la récupérerais pas.
Etienne : "Maintenant viens t’allonger sur mes genoux".
J’étais à peine allongée qu’il entama une fessée. Il devait avoir l’habitude de pratiquer ce geste car il commença doucement puis accentua les coups tout en s’arrêtant parfois pour me masser.
Etienne : "Papa, apportez-moi le petit sac que vous avez apporté".
Yanis déposa le sac à côté d’Etienne.
Etienne, s’adressant à nouveau à Yanis : "Pendant que je regarde le contenu, écartez-lui les fesses que je puisse voir son petit trou".
Yanis m’écarta les fesses.
Etienne sortit le plus gros gode et fit mine de vouloir me l’introduire, Yanis lui signala qu’il y avait également un flacon dans le sac et qu’il serait bien qu’il enduise le gode pour me pénétrer, ce qu’il fit.
Je sentis mon jouet s’insérer en moi avec lenteur, ensuite il le fit aller et venir tout en recommençant à me fesser.
J’aime ça et ma main glissa sous moi pour aller palper l’entrejambes d’Etienne qui était gonflé et dur.
Etienne : "Oh mais tu es une petite putain, tu sais où se trouve le bonheur, tu dois certainement être la salope de l’école et pomper tous tes camarades. Ton papa le sait ?".

A suivre,
Valentine, la coquine de Liège.

1 commentaire

Notre ex-voisin, partie 3.

Par Loulou6329. le 16 décembre 2021

Vite la suite !