Ma femme est devenu une chienne grâce à son amant dominant et pervers(2 la rencontre avec son future amant)

Par Jedi le 21 septembre 2019 2
Dans Expériences de candaulistes

Me voila donc à la recherche d un complice qui pourrait dévergonder C. Non pas que C soit coincé sexuellement, mais je trouve qu elle se refuse à bien des plaisirs par pudeur, ou par peur que je découvre la chienne qui sommeille en elle. Je suis satisfait de nos rapport mais j aimerais qu elle se lache sans limite et que nos rapport deviennent beaucoup plus hard. C est pour cela aussi que le candaulisme me fascine, je me dit qu il y a qu un amant dominant qui pourrait l amener vers la soumission et lui faire découvrir des plaisirs, des pratiques sexuelles qu elle n oserais pas faire avec moi, telle que la pluralité masculine, les partouzes, les gang bang, la sodomie qu elle ma toujours refusé, le bdsm, l uro et scato soft que je ne lui est jamais proposé par peur de son jugement ou encore des jeux de salive et de fluide corporel pour les mêmes raisons.
Lorsque nous avons fixé nos règles avec C, nous avons parlé de domination, de soumission et de nouvelles pratiques sexuelles. Elle est d accord sur toute la ligne du moment que cela se passe dans le respect de chacun et que l on soit toujours ensemble lors de nos ébats. Mais je pense qu elle est loin d imaginer à quelle point je voudrais qu elle soit soumise à son future amant, qu elle devienne une vrai chienne pour lui(et aussi un peu pour moi), qu elle devienne sa pute, son vide couille, son esclave, son sac à foutre, qu elle lui obéisse les yeux fermés et accepte toutes les humiliations qui lui ordonnera ! En d autre terme un rapport de maitre à esclave sexuelle pour le plus grand plaisir de C du mien et de son amant.
Pour arriver à se résultat qui je pense pourra nous combler tout les deux, faut il encore tomber sur la bonne personne. Et ce n est pas une mince à faire, après nombre d annonce, de post, d inscription à des sites internet, de discussion, d échange de photo, de refus de candidat pour devenir le maitre de C, de refus de C pour certain candidats mon choix s arrêta sur l un d entre eux, Bruno, que C avait validée au niveau physique et qui rentrais dans mes critères. A savoir quelqu un d expérience qui avait déjà eu une soumise, sympa, avec de la conversation, qui plaisait physiquement à C et surtout équipé comme un acteur porno photo à l appui ! Rien que de penser à ce sexe monstrueux entrer en C aurait pu me faire jouir instantanément. D ailleurs tout au long de ma recherche je me branlais plus souvent que d habitude afin de relâcher la pression et je crois que C aussi car je surveillais le changement de place incessant de son gode ventouse placé dans notre boite à toy. Je remarquais aussi que j éjaculais beaucoup plus vite qu avant lors de mes branlettes ou lors de mes rapports avec C .Même si l objet de mes fantasmes n avait pas changés, du fait que nous touchions au but l excitation était beaucoup plus grande que d habitude et C ne se gardais pas de me le reprocher. Me disant qu il était temps que je trouve notre complice. C était la première fois qu elle critiquais mais performances, d habitude elle me rassurais maintenant elle me mettait déjà en opposition avec son future amant alors qu elle ne l avait même pas encore rencontré. Je notais se changement de caractère et ces provocations me firent prendre conscience que moi aussi j aurais ma part d humiliation de voir ma femme souillé par un autre. Cela me fit peur sur le moment mais l excitation repris aussitôt le dessus. Suite aux provocation de C je me surpris plusieurs foi à me doigter l anus lors de mes branlettes quotidiennes, non pas que je soit bi comme C, je suis 100% hétéro mais j ai toujours aimé le plaisir anal. Lors de nos ébats C me faisait de temps à autre quelque léchouille ou quelques caresses, mais n aimait pas ces choses là comme elle dit ! Je me caressais et doigtait l anus de temps à autre, mais la la fréquence avait augmenté comme si moi aussi je me préparait à être soumis. Il était vraiment temps comme avait dit C que nous nous rencontrions avec Bruno.
Après de nombreux échanges sur nos façon de voire les choses, sur nos fantasmes, sur ma femme et comment je voudrais qu il la domine et la dresse, je compris que Bruno était une personne d expérience, avec un très grand respect et surtout un homme cérébral tout comme moi qui attachait beaucoup d importance ces choses là. Pour preuve, Iil me prévint aussi que ce n était pas une chose anodine pour mon couple que de rentrer dans se genre de relation et que cela pourrai avoir des conséquence indélébile sur ma relation avec C et qu il fallait en avoir conscience. C était présente lors de ces discussion et elle tout comme moi étions déterminés à sauter le pas, malgrès les risques de séparation, l amour que l on se porte l un pour l autre est tellement fort que les mises en garde de Bruno n ont fait que nous effleurer. Mais nous avont trouvé le geste très respectueux et cela lui permettais aussi de s assurer de notre motivation. Bruno nous fit part qu il s était délecté des photos coquine de C que je lui avait envoyé et qu elle ferais selon lui une bonne soumise. En lisant ces paroles je vit le visage de C s illuminer et rougir, en glissant ma main sous sa culotte je vit qu elle mouillais abondamment et que l emprise de Bruno commençais déjà à faire effet. Nous avont vite pris rdv pour une première rencontre dans une semaine dans un café à mi distance de nos domicile respectif et avons quitté la conversation pour nous ébattre sur le canapé du salon. Comme souvent dernièrement je ne fus long à jouir et C qui n avait pas encore joui se fini avec son gode devenu fétiche. Je la revoit encore les jambes grandes ouvertes impudiquement sur le canapé à enfoncer jusqu au couille se gode de 20 cm, mon sperme dégoulinent sur ces lèvres et son anus, tachant par la même occasion le canapé, et de son long râle de jouissance qui accompagna son orgasme. Cette vision divine me fait dire que oui cette fois nous en avons autant envie l un que l autre et me rassura sur les motivations de C et que, quoi que dise Bruno, elle le ferait sans rechigner.
La semaine qui suivit fut interminable comme quand on attend ses vacances. Nous décidions d un commun accord avec C que nous ne ferions pas l amour de la semaine et qu elle voulait se préserver pour Bruno pour être le plus excité possible lors de notre rencontre avec lui.
Comme quoi son emprise malgrés qu il n y est eu aucun échange entre eux était déjà présente, même si c est C qui se l imposait à elle même. Elle était vraiment prête à être sous ces ordres mémé si le mot "maitre" n avais jamais encore été évoqué en sa présence, de bonne augure me dit-je !
Voila enfin arrivé le jour J, nous avion rdv en début d après midi et avons passé une partie de la matinée à nous préparer. C voulais être au top pour Bruno, coiffure de ces cheveux mi long avec un volume impeccable, maquillage hyper glamour qui mettait en valeur sa bouche et ses beaux yeux bleu, parfumé d une senteur ennivrante, maillot épilé intégralement la veille. Pour sa tenue elle me dit : vu que tu veut offrir ta femme à un autre homme c est a toi de choisir l emballage !
Maligne me dit-je elle sait surtout que j ai un gout prononcé pour la mode et qu elle en sera d autant plus belle. Je choisi de lui faire porter un body en coton blanc col cheminé sans culotte directement a même le tissu et une fois attaché à l entre jambe on pouvais voire par transparence les formes de sa chatte et de ses lèvres. Je lui demandais aussi de ne pas mettre de soutient gorge pour laisser apparaitre ses grosses oreoles marron par transparence ainsi que ses tétons déjà dressés d excitation. A peine elle eu-t-elle enfilé son body que sa mouille imprégnais déjà le coton blanc et laissais voir par transparence sa chatte gonflé d excitation.
Moi : tu mouille déjà petite coquine ?
C : oui je suis super excité, je m ecouterais je me goderais la chatte comme une cinglé !
Je me suis dit a ce moment ce n est plus ma bite qu elle veut mais bien celle de Bruno sinon pourquoi parler du gode et non pas de moi, maintenant c est claire, elle est déterminé. Encore cette pointe de jalousie qui refait surface vite effacée par la beauté de ma femme qui s offre à moi, et nous reprenons son habillage.
C met des talons haut et me dit : c est bon je peut y aller comme ça juste en talon et body !
Son sourire est narquois, elle me provoque dans cette tenue impudique avec ce body hyper échancré devant comme derrière, ses talons haut provoque une super chute de rein hyper cambré qui met son cul rebondis en valeur, en l imaginent comme ça dans la rue à la vue de tous une bosse se crée instantanement sur mon pantalon, ma bite me fait mal tellement elle est gorgée de sang.
C:je plaisante mon chérie mais je voit que cela ne t aurais pas déçu.
Elle me provoque et je kiffe ça.
Moi:fait attention je vais finir par te prendre au mots. On va garder ces talons haut bonne idée chérie. Tient essaie cette jupe.
Je lui tend une jupe noir taille haute, très courte et évasé, si bien que une fois portée, il suffit qu elle se cambre ou se baisse un petit peu que l on peu déjà voire la naissance de ses fesses.
Moi : Parfait, il manque juste une veste et tu es au top. Ce perfecto en cuire noir sera parfait. Des boucles d oreilles en perle et tu est prête. Habillé comme ça on dirais une star ma chérie, tu est bandante à souhait !
C : merci mon amour tu croit que ça plaira à Bruno ?
Encore son sourire provocateur, elle joue clairement avec moi et ça marche, ma bite va exploser !
Moi : je ne voit pas à qui tu ne pourrais pas plaire chérie, aller dépêchons nous on va finir par être en retard nous avons 45 min de route.
En vérité nous sommes largement en avance mais elle comme moi ne tenons plus en place et décidons de partir de suite.
Sur le trajet ma femme a mit de la musique dans la voiture, du rnb, des musique super sensuel elle se trémoussait comme une petite pucel qui n pas encore connu les joies de la chaire, je passe ma main entre ses cuisses et constate que le tissu de son body n est plus juste imprégné mais trempé de mouille et laisse sur mes doigt une quantité importante de cyprine. Ca fait des années que je ne l ai pas vue dans cette état de chaleur.
C : tu ne sait pas ou t essuyé hein ?
Je ne pu répondre qu elle pris mes doigt et les suça goulûment.
Je ne sait pas comment va se passer se rdv mais en tout cas elle est prête à tout. Elle ne veut pas d habitude que je l embrasse après un cuni sans que je m essuie la bouche et la elle se délecte de sa cyprine, incroyable !
Mes couille me font mal tellement elle m excite, je décide de m arrêter
à une station prétextant un besoin pressant.
En réalité je me rend au toilette afin de me soulager et me fini, en 3/4 va et viens, dans les toilettes degueu et puant la pisse.
Ironisant la situation je me dit qu il faut que je revienne vite à la voiture, chaude comme elle est, elle serais capable de baiser avec un routier.
De retour à la voiture elle me dit : ça va mieux tu t est soulager ?
C est du lard ou du cochon me dit-je, peut importe même si elle a compris cela m importe peu, nous voila reparti.
Enfin arrivé sur le lieu du rdv avec au moins 30 min d avance nous finissons de mettre les chose au claire avant de rentrer dans le café.
Moi : tu t attend à quoi de ce rdv chérie tu croit qu il va nous proposer un plan aujourd’hui ?
C : je sait pas, en tout cas, on a pris nos dispositions nous sommes libres toute la journée et toute la nuit donc on verra, je ne me pose pas de question j y vait au feeling. Je ne sait même pas si le courant va passer entre nous trois ou si il va me plaire donc on verra. De toute façon chérie comme on sait dit on ne fera rien si l un de nous deux n est pas d accord, toutes décision sera prise en commun. On est ok la dessus ?
Son air est devenu plus grave je voit qu elle stress comme même un petit peu, cela me rassure elle était trop confiante et là elle ne fait plus trop la maligne. Mais je commence à douter de ma capacité à vivre cette expérience et lui en fait part.
Moi : bien sure chérie, je stress un peu tu croit que l on fait une connerie ?
C : je croit pas chérie, on s aime fort ça ne pourra que nous rapprocher et mettre du piment dans notre vie. Et puis c est toi qui ma poussé dans ton délire donc ta pas intérêt à flancher maintenant.
C est le monde à l envers c est elle qui essaie de me convaincre maintenant, quel retournement de situation. Ça a du réveiller quelque chose enfoui en elle, mais c est vrai après tout c est mon fantasme donc à moi d assumer !
Moi : tu as raison chérie je t aime fort.
C : je t aime mon amour. Aller entrons s assoir dans le café, prendre un verre te fera le plus grand bien !
En sortant de la voiture je vit sur le siège en tissus de C une grosse tae de mouille, elle ne s était pas assis sur sa jupche mais directement a même le siège heureusement cela aurais pu la stresser de rentrer dans un lieu publique avec sa jupe taché de cyprine.
Arrivé au café la serveuse nous accueil et nous accompagne à une table libre, le bruit des talons de ma femme sur le sol fit retourner quelque tête d homme présent dans ce lieu assez animé et fréquenté.
J était fier qu on la remarque ainsi et elle aussi je croit car elle jouait avec certain regard de jeune mal en rutte.
Nous voila assit dans se café lounge à une table haute à boire nos cocktails, attendant la venu de Bruno. C c était débarrassé de son perfecto, laissant découvrir le haut de son body qui ne la couvrait que partiellement. Les regards de certains hommes devenaient de plus en plus appuyé surtout ceux de 2 gars en face de C qui eux était assis sur des fauteuils de hauteur normal alors que nous, étions juchés sur des sièges hauts laissant entrevoir l entrejambe de ma douce. C s en rendit vite compte et s amusait à croiser et décroiser les cuisses tout en les toisant du regard. Les deux gars étaient ébahies mais malheureusement pour eux cela ne dura pas longtemps car je vit Bruno à l entrée du café, lui fit un geste de la main et nous nous levèrent pour le saluer.
Mon coeur battait à 100 à l heure, et vu la tête de ma femme ça devait être pareille pour elle. Ça m a fait bizarre de le voir en vrai, il était d à peu près de ma taille 1,80 m mais beaucoup plus charpenter. C est un bel homme, avec un charisme incroyable, bien habillé, je sait maintenant pourquoi ma femme l a choisi, ses yeux pétille de joie.
Bruno : salut je suis un peu en avance, mais je voit que vous aussi, vous étiez aussi impatient que moi j imagine. Bruno enchanté.
C qui était de bout pour l embrasser lui fit la bise, et je vit le regard de Bruno se porter sur l assise de la chaise de ma femme qui portait comme dans la voiture une trace de mouille, plus petite mais assez grande pour que Bruno l a remarque.
Il me serra la main, et je vit l épaisseur de celle-ci et de ses doigt, on aurait dit une pelle. Ma main était recouverte entièrement par la sienne, et quelle poigne, j ai cru qu il allait me casser un doigt (Il nous apprendra par la suite qu il a travaillé pendant des années dans le bâtiment d où cette carrure imposante. Maintenant à son compte il gérait deux sociétés de btp)
En gentleman il complimenta tout de suite C sur ça tenu et sa beauté, qu elle lui rendit aussitôt. C est un homme super sympa et agréable, avec de la conversation et de la culture, il a su tout de suite nous mettre à l aise et nous avons discuté et bu pendant de long moments. Ma femme ne décrochait pas son regard de lui, ça se voyait qu il lui plaisait et lui aussi la regardais et lui souriait, une alchimie se créa entre eux instantanément me lessant parfois un peu sur la touche, mais c est le jeu me dis-je, mais durant tout ce temps il resta courtois, sans jamais avoir de geste déplacé envers C, ce qui me rassura aussi sur la fiabilité de cet homme.
L alcool aidant et le temps passant nous en sommes venu a discuter cul et il nous raconta un peu son parcours en tant que complice cocufieur, et de maitre. Cet homme de 43 ans nous raconta qu il avait commencé il ya un peu moins de 10 ans au moment de la séparation de sa femme. Il avait toujours eu ce désir de domination qu il n avait pas assouvi avec elle et qu il avait commencé en tant que complice de jeux de couple candauliste et que petit à petit le désir de domination à pris le dessus jusque à devenir selon ses thermes un maitre cocufieur.
Il nous appris aussi qu il était un maitre que pour les femmes mariés et non les femmes célibataires qui n étaient pas forcément stable sentimentalement, sujettes à d autres rencontres, trop propice à tomber amoureuse et surtout la dimension psychologique était moindre car pas de mari ni de cocufiage. Quand je vous dit que c est un cérébral !
C buvait ses paroles. Il nous dit qu il a eu 8 soumises en à peu près 10 ans et qu il en voyais encore la moitié, celles qui étaient toujours avec leur marie ou conjoint respectif. Celles séparer entre temps et donc célibataires ne rentrais plus dans son fonctionnement. Nous étions donc C et moi honoré de faire parti de son cheptel comme il aime a l appeler en plaisantant. Il nous demanda une nouvelle fois si nous étions toujours intéressé, qu il nous laissait discuter 5 min pour en parler seul à seul pendant qu il allait chercher quelque chose dans sa voiture. Il fini de me convaincre par ce geste de classe. C et moi n avons pas tergiversé très longtemps tout les deux emballé par le magnétisme du personnage. Et nous nous sommes embrassés pleine langue. Bruno revint rapidement avec une boite dans la main.
Bruno : alors vous avez pris votre décision les amoureux ?
C : oui nous sommes partant dit elle la voix un peu tremblante.
Bruno : très bien je suis maintenant ton maitre et tu devra m obéire au doigt et à l oeil comme la chienne en chaleur que tu va devenir. Tu devra t adresser à moi en me disant maitre, et je pourrais disposer de toi comme il me plaira ma pute soumise. Ton mari pourra nous accompagner mais tant que je serais dans la même pièce c est à moi que tu devra te plié et il agira selon mes décision et mon bon vouloir ! Est ce claire ?
Son ton avait changé pour devenir beaucoup plus autoritaire.
C : oui
Bruno : oui qui ? il lui pinça un teton en même temps mécontents de la réponse de C.
C : oui maitre
Bruno : c est bien tu comprend vite sale chienne
Il posa la main sur sa cuisse comme pour marquer son territoire et revendiquer sa propriété et lui roula une galoche avec sa grosse langue bien baveuse, je voit que C y prenais du plaisir car des petit gémissement sourd sortait de sa gorge. Un sentiment de honte et de jalousie m envahi à ce moment là, amplifié par les 2 gars en face de nous et qui avait tout vu depuis le début. Ils étaient trop loin pour entendre mais ils avaient très bien compris que j était en train de partager ma femme. Malgrés tout je bandais comme un âne pendant que son maitre lui fouillais la bouche avec sa langue.
Une fois fini Bruno dit : je t est ramené un cadeau, c est le même que j offre à chaque début de relation avec mes soumises.
C : ho merci
La main de Bruno qui était sur la cuisse de C vint à claquer celle-ci.
Bruno : merci qui ?
C : merci maitre.
Bruno : c est bien tu va vite apprendre tu va voir ! Aller ouvre !
C ouvrit la boite ou était disposé un gode énorme en silicone transparent. Il était légèrement plus grand que son gode fétiche mais pratiquement deux fois plus large que ce dernier.
C : merci encore maitre dit elle les yeux ecarquillé
Bruno : c est un moulage de ma bite que j ai réalisé en silicone et que tu devra te servir chaque fois que tu voudra te masturber. Compris ?
C : oui maitre et elle referma immédiatement la boite.
J était sidéré de voire un engin pareille je n en croyait pas mes yeux, je cru même qu il en rajoutait car sur ses photos elle me paraissait plus petite.
Bruno : la tête que fait ton mari il est impressionné. Je sait, c est peu être qu il s attendait a plus petit, mais les photos que je lui est envoyé j était au repos.
Depuis que ma femme était devenu sa chose il ne m adressait presque plus la parole ou s adressait a moi indirectement comme si je n existait plus, sacrément vicieux le bougre qui diminue son attribut volontairement.
Il commença à la tripoter discrètement tout en lui roulant des galoches, il se place derrière elle pour lui embrasser le coup et pour avoir accès à sa chatte qu il doigta sans ménagement. Moi qui était à coté d eux je voyais les 2 gros doigt de son maitre entrée et sortir de sa chatte trempée par sa mouille dans un clapotis frénétique. Les gens autour n avais rien remarqué de se manège qui se passait sous la table, sauf les deux gars en face qui se régalais de la scène.
Bruno : tu mouille hein grosse salope, il va falloir que je t essaye, voire si tu es digne de moi ! Rejoins moi tout de suite au toilette des hommes grosse putain ! Toi le cocu tu reste là !
Une fois parti C me dit:a va chérie,ça te plait chérie ? tu ne dit plus rien
Moi : c est parce que je profite du spectacle chérie, je suis comme un fou , va et profite bien et pense bien à tout me raconter dans les moindre détaille !
C : je te promet chérie
Elle m embrassa tendrement, et filla le rejoindre aux toilettes des hommes..

2 commentaires

Ma femme est devenu une chienne grâce à son amant dominant et pervers(2 la rencontre avec son future amant)

Par Jedi le 22 septembre 2019

Merci j espère que la suite vous plaira car cela devient bouillantissime ! Pour ce qui m ont lu j attend vos commentaires, quel qu il soit ! Bonne lecture et encore merci