Le plaisir d’être humilié

Par Malik 33 le 19 décembre 2019 3
Dans Expériences de candaulistes

La jalousie et le sentiment d’humiliation sont pour moi de puissants aphrodisiaques :

Moi et ma femme sommes respectivement âgés de 50 ans et 45 ans, nous sommes mariés depuis 19 ans. Ma femme est une très belle femme d 1m70 et 59 kg, aux cheveux mi longs, blonde, a la taille fine et la bouche sensuelle, que certains qualifieraient de parfaite pour la fellation. Sa beauté semble se bonifier avec le temps. Nous avons 2 enfants qui sont dorénavant autonomes.

À la suite de la lente et progressive érosion de notre couple, elle avait de moins en moins envie de moi et elle refusait systématiquement toutes les demandes, qui selon moi, aurait pu pimenter notre vie sexuelle. Plus j’étais demandeur et plus elle se refusait à moi.

Je n’avais le droit de la toucher qu’un samedi par mois environ, et c’était toujours moi qui venais vers elle et jamais l’inverse.
Je n’avais le droit qu’au strict minimum. Très peu de préliminaires, car avec moi, elle trouvait le temps long, avec moi seulement.
Il fallait le faire dans l’obscurité totale, elle ne m ’accordait jamais le plaisir de la déshabiller ou de l’observer toute nue.
La seule position qui m’était autorisée était celle du missionnaire et seulement sous la couette : comme elle n’éprouvait aucun plaisir, il fallait que ça aille vite, prétextant depuis longtemps qu’elle était une femme qui jouissait très vite.
En fait ma femme voulait juste abréger ce qu’elle considérait comme un devoir pour ne pas dire une corvée.

J’ai mis du temps à comprendre cet état de fait et plus elle se refusait à moi, plus je devenais maladroit, en ayant une érection insuffisante ou à l’inverse en éjaculant trop vite, bref complètement nul au lit. Toutes mes velléités de changement toutes mes tentatives pour améliorer notre sexualité étaient vouées à l’échec.

Par exemple, elle m’a toujours refusé de sortir des sentiers battus de la vie conjugale, n ’a jamais rien ressenti pendant la sodomie ou mes cunnilingus, elle l’acceptait mécaniquement, par charité.

Un jour, je me suis rendu à l’évidence et j’ai enfin compris que ma femme ne me désirait plus, pour la simple raison qu’elle n’était plus amoureuse de moi (c’est ce qu’une femme dit pudiquement a un homme qu’elle n’aime pas ou qu’elle n’aime plus)

C’est à ce moment qu’a germé en moi, l’idée de devenir un cocu docile, ce pour transformer un échec sentimental ou une fatalité en un fantasme, source d’inépuisables plaisirs.

Un jour, j ’ai osé lui avouer ce désir pendant qu’en le décrivant, mon cœur battait la chamade, elle m’a rétorque que j’étais fou d’avoir ce genre d’idée : pourtant j’ai bien senti que ce passeport vers l’adultère ne la laissait pas indifférente, loin de là.
De son côté, je savais qu’elle rêvait comme toutes les femmes du grand amour.

Depuis longtemps, elle attendait ce prince charmant qui lui ferait découvrir ce qu’est véritablement le sexe en particulier et l’amour en général. Ce moment devrait arriver tôt ou tard, et elle le méritait bien, après toutes ces années de bons et loyaux services rendus à son foyer.

Surtout, j ’espérais qu’elle dise a l’heureux élu qu’il n ’a rien à craindre d’autant plus que son mari ne lui fait presque plus l’amour ou le peu de fois qu’il essaye de le faire, il est très maladroit.

Il est certain qu’en écoutant ses confidences, son futur amant bandera comme un fou et n’hésitera pas à s’approcher d’elle pour l’embrasser. Elle n’hésitera pas une seconde à lui dire la vérité, à savoir que je suis nul au lit et qu’en plus, tout ce dont j’ai toujours rêvé c est d ’être cocu.

Car dans le fond, c’est vrai que suis un homme soumis qui a peu d’estime de soi.
Je me suis toujours senti comme étant un être inférieur : un looser, un lâche, incapable de se faire respecter, cela a toujours été ainsi et que je trouve donc tout à fait normal qu’un homme plus doué que moi, c’est à dire plus drôle, plus subtil, mieux dans sa peau en somme, plus intelligent, baise ma femme. Après tout, je ne désire que son bonheur.

Pour être davantage humilié, car l’humiliation est, pour moi, le Graal tant recherche : il faudra que cet homme ait une meilleure situation socio professionnelle, qu’il gagne donc beaucoup plus d’argent que moi. Ainsi, l’humiliation sera complète pour moi.

Car il y a fort à parier que cet homme qu’elle choisira, lui fera beaucoup mieux l’amour et plus longuement que moi. Même si elle aime les orgasmes courts, qu’à cela ne tienne. Il pourra lui en donner plusieurs dans la même nuit.

Je suis prêt également à les accompagner, elle et son et amant en voiture, leur servir de chauffeur par exemple et pendant que je conduirai, ils seront installés à l’arrière et feront ce que bon leur semble, plaisanter, rire aux éclats, discuter et évidemment s’embrasser et se bécoter, comme si je n’existais pas. Je resterai cantonné à un simple rôle de chauffeur de taxi.

J’attendrai sagement dans la voiture, en imaginant leur complicité et en devinant délicieusement ce que la nuit leur réserve. Pendant que je me morfondrai, eux seront au resto, au cinéma, au théâtre ou dans un bar branché.

Quand son amant me sifflera, je sortirai de la voiture pour venir payer leur note, il ne se gênera pas pour me parler comme à une merde, en m’ordonnant de me grouiller à payer vite, devant le personnel du restaurant et les autres clients médusés, et tous ces gens sauront que je suis le mari cocu.

Même a la maison je suis dispose à faire le ménage, si possible à quatre pattes sur le sol avec la serpillière, pendant que ma femme et lui se détendront dans un salon luxueux. Oui je rappelle qu’il a une excellente situation, contrairement à moi qui suis un minable, comparé a lui.

Eh oui, c’est bien connu les femmes, sont attirées par les hommes qui ont de l’argent et du pouvoir et ont à l’inverse, du mépris pour les perdants.
Sachant que j’aime ça, ils n’auront aucuns complexes à me traiter comme je le mérite.
- Allez allez fissa, grouille toi larbin
Ou même pire :
- connard p’tite bite, sale ….
humm des insultes tabous mais tellement excitantes et humiliantes

La cerise sur le gâteau aussi bien pour eux que pour moi, c’est que je pourrai les observer durant leurs ébats. J’entendrai gémir ma femme et le lit grincer. Je la trouverai magnifique en voyant sa silhouette et ses cheveux en bataille, osciller ou se déhancher, sous l’assaut de ses puissants coups de bite, dans le clair-obscur de la chambre à coucher.

Ce sera pour lui un moment d’extase, rien d’étonnant que mon pantalon soit totalement baisse pour que je puisse les mater en branlant ma petite queue, et en éjaculant précocement comme à mon habitude.

Je pourrais aussi, clairement distinguer que son amant a une plus longue et plus grosse bite, surtout pendant les longs préliminaires, ma femme ne se fera pas prier pour sortir de son écrin sa belle queue, et, après avoir léchouillé passionnément le bout de son gland elle le sucera goulûment.

Elle sera tellement émerveillée et excitée par son bel engin, qu’il est possible qu’elle se caresse en le pompant. Chose qu’évidemment, elle n’a jamais eu envie de faire avec son idiot de mari.

Il est également possible que j’aille m’allonger dans une chambre voisine et que j’entende ma femme jouir très tard dans la nuit. Je sais qu’elle souhaiterait garder le secret, entre son amant et son cocu.

Mais ce n’est pas nécessaire, car d’une part, la vérité finit toujours par éclater et d’autre part, en ce qui me concerne, je souhaiterais que la terre entière sache que je suis cocu.

J’ai dit à ma femme qu’elle n’hésite surtout pas à le confier à ses amis, collègues et même à la famille. Cela ne fera que décupler mon plaisir et le leur également.
Ce qui était au départ un jeu, un flirt, une partie de jambe en l’air est devenu une chose très sérieuse. Ma femme est devenue addict, il faut dire qu’il est tellement talentueux, il la fait tellement jouir, qu’elle ne peut plus s’en passer,
Ça y est, maintenant, veinarde, c ’est sûr, elle en est follement amoureuse.

3 commentaires

Le plaisir d’être humilié

Par Candaudept34 le 20 décembre 2019

Quand on en est là , la cabana sé nègue.

Le plaisir d’être humilié

Par Sogi le 20 décembre 2019

Oui idem pour moi .
J’aimerai connaître la réalité de cette situation.
Car comme toi je n ai plus de rapports avec ma femme et aimerait qu elle se débride et découvre une vraie sexualité avec un amant .
Mais cela reste un fantasme ...

Le plaisir d être humilie

Par Maverick le 19 décembre 2019

Bonjour Malik,
Je suis un peu perdu dans ton récit car je n’arrive pas à comprendre si la situation dont tu parles est un fantasme ou est devenu une réalité.
Qu’en est-il exactement ?
A-t-elle trouvé son amant ?
Je serai ravi d’échanger avec toi si tu le souhaites.
Au plaisir.

]