le jeune serveur

Par nyalis28 le 19 avril 2019 1
Dans Expériences de candaulistes

Sur le site local d’annonces coquines, j’avais trouvé son annonce. Celle d’ un jeune homme à la recherche de femme ou couple. Je l’avais contacté via MSN et lui avais expliqué que nous étions un couple libertin et moi un mari candauliste. Il semblait très motivé par une rencontre avec nous. La différence d’âge ne le gênait pas. Il m’avait envoyé deux photos de lui. L’une montrait un jeune homme de 25 ans mince, apparemment de physique agréable. L’autre était celle de son sexe en érection. Un phallus superbe, bien proportionné et de dimension largement au-dessus de la moyenne. Je fantasmais aussitôt d’offrir ce jeune étalon à ma chérie.
Il était serveur dans un restaurant. Je lui propose d’y inviter ma femme afin qu’il puisse la voir et se faire son opinion. À elle, je ne dirai rien d’autre qu’une simple invitation à déjeuner un vendredi, après une semaine bien remplie. Elle accepte avec plaisir. Prénommé Rudy, le jeune homme assure notre service. Classique pantalon noir, chemise blanche. Souriant et prévenant, il semble ravi de s’occuper de nous et plus particulièrement de ma chérie. Le déjeuner se passe agréablement et le plus naturellement du monde. Sur le chemin du retour, qu’as tu pensé du serveur me dit-elle. Sa question est inattendue même si nous échangeons librement nos impressions sur l’apparence des personnes que nous croisons. Je lui réponds que je l’ai trouvé sympa et joli garçon. Et toi ? Moi aussi et j’ai remarqué la bosse de son pantalon. Son slip est bien rempli. Surpris, mais émoustillé par ses pensées coquines, je la taquine : rien de t’échappe à toi. Je l’avais sous les yeux me rétorque-t-elle en riant. Nous en restons là de cet échange coquin.
Je recontacte Rudy. Il est enthousiaste. Il me dit qu’elle est jolie, lui plaît beaucoup.
Il est libre le dimanche suivant. Mon imagination fertile manigance une rencontre en apparence fortuite. Je lui propose de nous attendre au bord de la route qui mène à notre plage favorite et de le prendre en stop quand il apercevra notre Mercèdes. On fixe un horaire. Ce matin là, mine de rien, je presse un peu ma chérie pour tenir le timing. Il est au au rendez-vous. Je stoppe la voiture. C’est le jeune homme du restaurant ! Je lui propose de l’emmener ? Elle acquiésce. On lui demande où il va. À la plage. Ça tombe bien nous aussi. Et c’est ainsi que nous nous retrouvons tous les 3 au bord du lagon. Nous faisons connaissance, en racontant nos vies. Il est vêtu d’un shorty de bain, visiblement bien rempli. Ma chérie est entourée de nous deux. Elle semble ravie de sa présence. Il fait chaud. De temps en temps, nous nous asseyons pour nous rafraîchir dans l’eau du lagon. Une complicité s’installe entre Rudy et elle. Ils se rapprochent. Sous l’eau, ils se caressent. Le coin étant trop fréquenté pour coquiner sans attirer l’attention, nous nous éloignons vers un endroit plus discret. Retour dans l’eau et nouvelles caresses. Ma coquine est entreprenante.
Elle a libéré le sexe majestueux de notre ami et en apprécié la dureté et la grosseur. L’espace d’une seconde je suis jaloux de ce phallus. J’ai un beau sexe, de belle taille, mais le sien est hors série. Ces jeux de mains durent quelques instants. Des femmes se sont installées à proximité. Il semble qu’elles aient compris en quoi consiste nos jeux. La femme et le jeune homme sont si proches l’un de l’autre, à se toucher. Et moi, je mate la main féminine qui caresse et palpe la virilité de son futur amant.
J’ai envie d’aller à l’hôtel me dit-elle. Son empressement me surprend. Habituellement, nous quittons la plage au coucher du soleil, après notre séance de natation. La coquine ! Elle doit être vraiment excitée pour renoncer à notre sport favori.
Je proteste et refuse. Tu vas patienter ma chérie. On va nager et Rudy nous attendra. Accommodant, il accepte.
Une heure plus tard, nous retrouvons Rudy qui nous attend sagement. Direction de l’hôtel où je dispose d’un studio discret au fond d’un couloir. Idéal compte tenu des démonstrations vocales de ma sirène quand elle jouit. Cet endroit a été le lieu de soirées candaulistes mémorables. Nous entrons séparément pour ne pas éveiller la curiosité du personnel de l’hôtel.
Les préliminaires ayant été initiés dans le lagon, nous nous retrouvons vite dans le lit king size.
Rudy étant exclusivement hétérosexuel, je m’abstiens de tout contact et reste spectateur. Et quel spectacle ! Ils sont beaux tous deux. Leur accouplement est un régal. 20 ans d’âge les séparent, mais leur désir n’en est que plus intense. Lui pour une jolie femme mâture décidée, entreprenante, gourmande. Elle pour un jeune mâle au physique agréable et doté d’un membre hors normes qu’elle savoure avec délectation et gourmandise. Avec lui, elle est la maîtresse dominante. Elle le dirige selon ses envies. Elle alterne fellation et cunnilingus. Une vraie leçon de sexe pour ce garçon visiblement peu expérimenté. Et moi je mate. La langue qui titille, lèche le clitoris. J’adore son mont de Vénus bombé qui surplombe la vallée charnue, lieu de délices que je partage avec ses amants. J’aime la voir sucer avec gourmandise un beau pénis. Celui de Rudy est imposant. Elle ne peut mettre en bouche qu’un tiers du phallus qu’elle amène à son apogée. Elle s’accroupit alors au-dessus de Rudy, place le gros gland à l’entrée de la vulve délicate. Petit à petit, elle s’ouvre à lui et s’empale doucement. Le vagin se dilate pour accueillir la grosse verge en entier. Comment peut-elle absorber un tel braquemart ? Douleur furtive de la pénétration qui fait place à l’intense sensation d’être remplie, dilatée. Puis le frottement du pénis qui surchauffe les muqueuses jusqu’à l’orgasme. Elle devient alors une femelle avide de sexe et de jouissance. Elle chevauche littéralement son amant, cavalcade de sa croupe empalée sur le membre du jeune étalon. Superbe obscénité de son cul épanoui et ouvert qui va et vient sur le gros chibre. Elle jouit dans un long hurlement de femelle comblée. À ses côtés, voyeur, je bande, surexcité par la jouissance de la femme que j’aime et désire. Sous mes yeux, elle se lâche totalement, devient une adorable salope le temps d’un coït avec son étalon.
Après une petite pause pour récupérer de sa jouissance, elle lui offre une nouvelle fellation pour lui redonner toute sa vigueur.
Puis elle se met en levrette et lui demande de la prendre encore. Enfonce ta grosse queue Rudy, baise-moi, jouis avec moi,dit-elle. Plutôt pudique, elle emploie rarement des mots crus ou obscènes. À l’entendre se lâcher ainsi, je bande de nouveau.
Le jeune mâle lui donne de grands coups de rein, la pénètre de toute sa longueur.
Splendide saillie qui la fait jouir intensément et la laisse pantelante et rassasiée.
Ainsi se termina leur coït dont je garde un souvenir impérissable.
Nous avions envisagé de le revoir mais ce fut la seule rencontre avec Rudy. Il quitta le pays peu après.
J’ai alors recherché d’autres jeunes mâles pour ma jolie coquine. Certains se révélèrent attachants et de bons amants, qui feront sans doute l’objet de nouveaux récits.

1 commentaire

le jeune serveur

Par candaucandau le 24 avril 2019

Belle histoire j’adore