La deuxième soirée trio pour Marie…

Par Cokin&Cokine le 2 février 2022 3
Dans Expériences de candaulistes

Un mercredi soir à L’Overside, ia deuxième soirée trio pour Marie, fût une « grande soirée ».

Après avoir bu un verre au bar comme à notre habitude, nous nous dirigeons vers les coins câlins pour nous mettre dans l’ambiance. Nous faisons plusieurs tours dans les différents salons sans que cela soit très convaincant.

Un grand mâle, environ la trentaine, nous suit. On s’installe sur la banquette du petit salon près des douches.
J’allonge Marie et je m’installe prés d’elle. Je commence à peine à lui caresser les jambes qu’il se rapproche et avec détermination prend possession d’elle.
Sans aucune hésitation elle se livre, elle s’offre, littéralement.
Il embrasse ses jambes, ses cuisses, puis remonte vers sa chatte qu’il embrasse au travers de son string en voile noir.
Ensuite, il écarte délicatement la fine étoffe qui lui fait toujours obstacle, puis, à plusieurs reprises, il passe sa langue sur les lèvres humides de la jolie vulve de ma femme. Enfin, il l’immisce encore plus loin entre les nymphes gonflées de désir et plus profondément encore dans la moiteur de son intimité. 
Il lui dévore délicieusement la chatte.
Pendant ce temps là, Marie me suce.
Petit à petit, il remonte le long de son corps pour doucement s’allonger sur elle.
Promptement, il se déshabille. J’en profite pour débarrasser Marie de son caraco découvrant ainsi sa jolie poitrine.
Quelques voyeurs, attirés par le spectacle, se figent autour de la banquette et commencent à se caresser le sexe.
Une fois déshabillé, notre compagnon, exhibant à nos regards une queue longue et épaisse, enfile une capote. Marie adore voir un garçon se préparer pour l’honorer, à fortiori lorsqu’il est bien pourvu par dame nature.
Il s’allonge sur ma femme et l’enserre de ses bras. Il poursuit ses caresses particulièrement câlines et lui murmure des mots doux à l’oreille.
Marie est concentrée sur son plaisir. Elle est totalement envoûtée par la douceur et la tendresse de son partenaire.
Elle me caresse par intermittence, me branle sporadiquement mais avec maladresse, trop absorbée qu’elle est par les cajoleries de son amant.
Elle semble toute à lui, intégralement offerte à sa merci.
Enfin, il la pénètre, d’abord doucement, puis progressivement il se met en mouvements.
Je sens ma femme changer de rythme, s’enflammer doucement, intensément.
Je la sens plonger dans une profonde béatitude mêlée de plaisir et d’excitation. 
Je sens qu’elle perd toute sa réserve et sa pudeur et je la vois se livrer pleinement et en toute indécence à son amant, corps et âme, sans aucune limite ni pudeur.
Parfois, elle semble reprendre conscience de ma présence et cherche à me toucher et me sucer assez négligemment.
Après un grand moment de baise longuement enlacés en position du missionnaire, lui se redresse enfin et, en la guidant, amène ma Chérie à changer de position.
Elle se tourne et se place à genoux, en levrette, lui offrant impudiquement son cul tendu et sa vulve entrouverte et trempée.
Il reprend possession de la matrice de mon épouse et se met à la trousser sans ménagement.
« Tu aimes les grosses queues ? » lui lance t’il.
Comme elle ne répond pas, il réitère :
« Alors tu aimes ça, dis moi ? »
D’un hochement de tête et dans un souffle timide elle acquiesce.
Au bout d’un instant, d’un ton autoritaire, il réclame de se faire sucer. Dominée et entièrement soumise à lui, ma femme, obéissante, s’exécute.
Elle abandonne ma queue et se tourne vers lui pour l’emboucher et le sucer avec application.
Ce faisant, son cul se retrouve face à moi, alors j’en profite pour l’enfiler et la besogner méthodiquement.
Après quelques minutes, il la prend par les épaules et la guide pour qu’elle change de position. Une fois qu’elle se retrouve allongée sur le dos, il lève ses jambes et les pousse vers elle amenant ses genoux contre ses épaules.
Dans cette position elle est repliée sur elle-même les fesses légèrement écartées et tendues vers lui, exposant ainsi son petit œillet frémissant à nos regards lubriques. Au-dessus, sa vulve baille et reste entrouverte, gonflée, dilatée et rougie par tout ce qu’elle a déjà subi.
Sans délicatesse, il l’enfourne et la baise. Il la bourre énergiquement, avec régularité, dans une douce violence... jusqu’à leur jouissance.

Une fois tous les deux, retrouvant notre intimité, enlacés, nous échangeons quelques caresses.
Marie me confit être un peu fatiguée et qu’elle souhaite rentrer. Elle est épuisée par toutes ses folies. 
Je lui propose de prendre un verre à deux préalablement, ce qui lui convient.

L’ambiance du club est toujours effervescente et j’ai encore envie d’en profiter. Marie rechigne un peu mais m’accompagne dans ma déambulation dans la partie coquine.
Nous furetons en curieux dans tous les salons et traînons un peu à l’entrée des alcôves pour profiter du spectacle.
Marie reste affectueusement collée contre moi. Je devine qu’elle apprécie comme moi les scènes érotiques qui se déroulent sous nos yeux.
À un moment, une jeune femme se colle à elle et lui caresse les fesses. Je la sens de plus en plus lascive.
Avant de quitter la partie libertine, nous nous attardons devant l’entrée du dernier salon, celui ou se trouve la grande banquette ronde au centre. Des couples sont en pleine action et, tout autour d’eux, quelques hommes se masturbent. 
L’atmosphère est électrique, chargée de tensions grivoises et de désirs impudiques.
Je dis à Marie que ça me donne encore envie qu’elle me suce, alors nous entrons dans le salon et nous nous installons sur la banquette latérale dans le coin au fond à droite.
Ma chérie ouvre mon pantalon, sort ma queue bandée et commence une merveilleuse fellation.
Elle me suce avec gourmandise mais résolument. Je devine, à mon grand désarroi, qu’elle veut en finir rapidement.
Elle est absorbée à suçoter mon gland quand un homme s’approche de nous, tenant dans sa main une queue d’une épaisseur inhabituelle. Son gland est impressionnant, très rond et turgescent.
Terriblement excité, j’oriente avec douceur la tête de ma femme vers lui. Elle résiste mollement puis engloutit ce singulier braquemart.
Parfois, elle se retourne vers ma bite pour la lécher un peu, mais rapidement elle revient vers le gros bâton pour l’engloutir encore plus goulument.
Trois autres garçons, attirés par le spectacle de ma gourmande en train de tailler une superbe pipe, s’approchent la queue à la main et se placent devant nous, à coté de notre complice.
Je suggère à ma femme de les pomper aussi, mais elle n’y tient pas et préfère se régaler de l’énorme chibre qui lui remplit déjà la bouche.
Sans vraiment avoir le temps de réaliser, un cinquième garçon s’installe de l’autre coté de Marie. 
Je mets un moment avant de le reconnaître et de m’apercevoir que c’est le premier garçon du début de soirée.
Il relève sa jupe et lui caresse les fesses. Il la fait se placer à quatre pattes sur la banquette et, même si elle ne la pas encore vu, elle se laisse docilement guider.
Prestement, il enfile un préservatif et se fiche dans la chatte de ma femme. Sa queue est grosse et la pénétration fait tressaillir Marie.
Il la baise en répétant : « Tu aimes ça hein ? Tu aimes les grosses bites ? »
Elle semble apprécier autant ses coups de queue que ses commentaires.
Pendant qu’elle est ainsi entreprise, les autres garçons lui tripotent le cul et les seins.
Un sixième est venu se placer à coté de moi et profite également de son corps.
En revanche, celui à la queue très épaisse s’est reculé un peu découragé par tant de concurrence et surtout par le fait que ma femme, trop absorbée, ne le suçait plus. Néanmoins, il s’est équipé d’un préservatif et attend son tour derrière Marie. Il la regarde se faire saillir en se branlant doucement pour entretenir son érection.
Avec moi, six hommes profitent de mon épouse. Elle est aux anges et s’abandonne à chaque caresse avec délice.
Merveilleusement baisée, énergiquement défoncée, elle est en transe et ne cesse de soupirer et gémir de satisfaction.
Enfin, elle jouit très intensément et bruyamment. À son tour, son partenaire, essoufflé et dégoulinant de transpiration, en fait rapidement autant.
Pendant un moment, tous les deux restent figés, totalement immobiles, comme abasourdis par la puissances de leur orgasme.
Dés qu’il émerge, qu’il se retire et s’écarte, avant même que Marie n’ait le temps de changer de position, celui à la queue très épaisse qui s’était placé en position d’attente, lui saisit les fesses et la retient avec autorité. Il se place à genoux derrière elle et enfourne d’un coup son manche au fond de sa matrice.
Ma chérie en suffoque de surprise et de plaisir.
J’imagine qu’elle doit être « perdue » de sentir en si peu de temps une autre verge l’investir et la besogner.
Chaque coup de boutoir du terrible bélier se traduit par des râles, des cris, des gémissements.
Je n’en reviens pas de voir ma femme ainsi. Elle jouit avec une force et une puissance que j’ai rarement vues. 
Lui, jouit à son tour et se retire instantanément.
Elle est épuisée et s’effondre sur moi encore toute alanguie. 
Un autre veut prendre la place devenue libre et essaye de la relever. Elle le repousse. C’est fini pour ce soir.

Je la laisse récupérer blottie au creux de mes bras, puis nous prenons un dernier verre avant de rentrer.

Quelques jours plus tard, alors que nous faisons l’amour, elle me dit, selon ses propres mots, qu’elle avait adoré la soirée et en particulier trouvé ce moment EXCEPTIONNEL, ADMIRABLE !

3 commentaires

La deuxième soirée trio pour Marie…

Par Dvd83 le 9 février 2022

Beau récit, un régal à lire

La deuxième soirée trio pour Marie…

Par mdesaf33 le 4 février 2022

Il y a quelques jours sur ce site, des fâcheux critiquaient l’approche echangiste du candaulisme.

Ce magnifique récit de votre soirée montre à quel point les clubs echangistes sont aussi une bonne approche du candaulisme, et un moyen de tester des partenaires, sans aucune gene, si ça ne s’est pas avéré concluant.

Libre à chacun de poursuivre le candaulisme selon ses goûts, mari présent ou absent, dans les lieux de votre choix, et pour les pratiques sexuelles de votre choix là aussi.

Merci Cokin Cokine pour cette belle soirée,
en espérant que d’autres suivront.
Jean Charles

La deuxième soirée trio pour Marie…

Par CODO90 le 4 février 2022

Voici un beau récit d’une folle soirée en club.
Ce fut un plaisir de vous lire.
J espère faire vivre cela a ma complice.