en raison du confinement

Par Belize79 le 26 mars 2020 2
Dans Expériences de candaulistes

Commente se poser encore la nécessité du confinement et je donne raison à tous les auteurs pour leurs réponses pleine de bon sens. Par contre il est vrai que nous pouvons, malgré cette absence de jeux candaulistes profiter de la situation pour nous remémorer, à deux de bons moments passés et c’est le cas de cette histoire.

Cela maintenant 10 jours que nous ne pouvons sortir, mais je reconnais que nous sommes privilégiés ; grand terrain, où la nature commence à réclamer des travaux mais aussi une petite piscine couverte et chauffée où nous pouvons nous ébattre ; c’est lors d’une baignade avec mon homme, que cette histoire est revenue à la surface.
Mon homme m’avait depuis quelques temps encouragés à prendre mon plaisir quand l’occasion se présentait. A l’époque j’avais 35 ans, de belles formes, très timide et peu sure de moi, je m’étais un peu refermée et il a fallu du temps à jean pour me faire découvrir le plaisir de m’offrir à un homme sans réserve.
Dans notre ville, la piscine était réservée un soir par semaine au club naturiste ; peu de monde en cette fin de soirée et j’allais à mon tour quitter le bain, quand un jeune homme, pas loin de deux mètres et bien carré s’est approché de l’échelle pour descendre dans le bain. Mais la vue que j’ai retenue est celle de ses attributs, à savoir de grosses boules et d’un énorme bambou ; mon regard est resté fixé sur ce sexe alors qu’il restait un moment immobile sur l’échelle ; quand j’ai relevé la tête, son sourire m’a confirmé qu’il avait compris mon émoi.
dans mon ventre l’envie de ce sexe a commencé à faire des ravages et quand après une longueur de bassin, il s’est approché de moi, engageant une anale conversation, j’ai sans aucun doute du paraitre neneu tellement j’avais du mal à lui répondre ; quand il s’est un peu rapproché de moi, j’ai vite senti son mandrin gonfler le long de ma jambe et sa main se poser sur mes épaules. Un frisson a parcouru mon corps, ce qu’il a vite pris comme un accord et s’appuyant contre mon dos, alors qu’il s’emparé de mes seins, dont les pointes étaient bien saillantes, son sexe s’est appuyé contre mon sillon, se frottant contre ma vulve déjà bien humide
Alors que j’allais céder à cette envie de me faire prendre, j’ai réalisé que nous l’on pouvait nous voir et je me suis rapidement dégagée, rejoignant rapidement les vestiaires, vides en cette heure de fermeture. Il est vire réapparu, le sexe toujours proéminant et me prenant par la main, il m’a entrainé, sans aucune résistance de ma part dans une toilette pour handicapé. Me faisant m’appuyer sur le lavabo, sa main a investi ma chatte, enfilant au moins deux doigts ; sur de mon ouverture, il a positionné son gland entre mes lèvres et d ‘une poussée il m’a investi profondément ; même bien dilatée et pleine de cyprine, ma vulve a encaissé la pénétration avec douleur et j’ai dû me mordre pour ne pas crier ;
Pour lui, pas de pitié et il a commencé une série de va et viens, qui peu à peu ont faire renaitre mes envies et quand son gland est venu plusieurs fois percuter le fond de ma matrice, une première jouissance m’a dévastée, me faisant oublier toutes douleurs ; alors que je jouissais pour la deuxième fois, je l’ai senti se cabrer et de longs et puissants jets de sperme se sont répandus dans ma chatte, prolongeant mon plaisir. Après une courte douche, et un appel à mon homme, je l’ai attendu à la sortie, car j‘avais encore envie de lui.

2 commentaires

en raison du confinement

Par Patrickdk59240 le 26 mars 2020

Ces temps de confinement sont propices à l ecriture
Bravo à vous pour ce recit
et bonnes lectures aussi
Biz

en raison du confinement

Par Paul1705 le 26 mars 2020

Bonjour ,
Félicitation très très beau récit.
Bien écrit .
Vivement la suite car nous pensons qu’il y a une suite
Au plaisir de Vous lire
Bonne journée
Claudine et paul