dernière soirée BAB sur Lyon en janvier 2020

Par cocu.candauliste30 le 30 août 2020
Dans Expériences de candaulistes

Voici le récit de notre dernière soirée BAB en janvier 2020 sur Lyon.
Je mettais proposé d’organiser une soirée, mais cette voici avec un autre couple et des blacks, ma femme n’était pas trop chaude pour qu’un autre couple soit là, elle n’est pas très partageuse, mais j’avais insisté. Même si je suis limité au niveau sexe par la taille de ma queue 12 cm, il s’avère que j’aime aussi me faire sucer et jouir dans une bouche.
Je repris contact avec un couple avec qui nous avions coquiné un an auparavant et dont la femme aurait aimé faire une soirée avec des blacks. Pour eux aucun souci, le Maître black de ma femme était ok ça va se soit. Il me fallait trouver d’autres blacks et je n’eus aucun mal à en trouver sur le un site libertin. Au total, deux couples et 8 blacks, en général il y a toujours des désistements mais pas cette fois ci. J’avais précisé également que j’étais bi passif et que cela était un plus mais en aucun cas une obligation. Pour l’autre couple le mari n’était pas candauliste et je savais qu’il appréciait beaucoup ma femme.
Le rendez-vous vu pris dans un appart Hôtel sur Lyon Gerland, une suite avec deux chambres à l’étage, une cuisine et un salon. Nous avions préparé un apéritif dînatoire ce qui est le plus simple et en plus dans la cuisine il y avait un micro-onde et un frigo pour mettre le champagne au frais.
Une fois que tout le monde fût arrivé, je fis mon petit discours de bienvenue, en précisant où se trouvaient les boissons et aussi que j’avais mis à disposition pour ceux qui le voulaient une boite de 100 préservatifs sur le meuble de l’entrée. J’avais prévu large au niveau capote.
On commençait par manger, boire et faire connaissance. Les deux femmes s’étaient habillées hyper sexy. Au bout de 30 minutes les mecs étaient en rut et je voyais bien qu’ils voulaient passer aux choses plus sérieuses. Je proposais aux femmes de montrer à ces Messieurs les chambres, et à peine monté à l’étage elles étaient entourées par ces mâles dont certains avaient déjà sorti leur queue.
Au bout de 10 minutes les deux femmes, chacune dans une chambre étaient déjà nues, allongées sur le lit et à disposition. Le mari blanc avait décidé de baiser ma femme de suite et les blacks lui laissait cet honneur d’être le premier, après tout il avait amené aussi sa femme. Lors de notre première rencontre avec ce couple, il avait voulu la baiser sans capote et nous avions refusé, mais après un an et comme je lui avais fait part de nos expériences, cette fois-ci il l’a pénétré sans capote, ce qui excita tout de suite les autres mecs qui nous voyaient pour la première fois et qui n’étaient pas au courant de nous pratiquions au naturel. J’allais faire un tour dans la chambre d’a côté pour regarder sa femme et elle se faisait déjà baiser par trois blacks et également au naturel. Je me suis dit que ça allait être une soirée sperme et que j’allais pouvoir me régaler à lécher tout ce jus, mais malheureusement on ne me laissa jamais le temps de pratiquer un nettoyage. Dès fois c’est comme ça.
8 blacks et un blanc pour deux femmes, il fallait que les mecs tournent et attendent leurs tours. Pour ma part, j’avais décidé de descendre au salon pour ranger un peu et me servir un verre, j’avais le son et je savais que la soirée allait durer longtemps, donc j’aurai bien l’occasion de voir par la suite. De plus étant l’organisateur, il fallait que je sois là aussi pour m’occuper de mes invités en servant à boire. Très rapidement deux blacks descendirent également pour se rafraîchir, je ne les connaissais pas trop, on avait juste discuté sur le net et en vérité je ne me souvenais pas très bien de qui était qui. Je leur proposais du champagne et quelques amuses bouches, ils me demandèrent si j’étais réellement bi passif, je répondais par l’affirmatif et de suite ils me proposèrent de les sucer. J’étais au milieu du salon en genou à sucer deux queues et eux ils buvaient leur champagne tout en discutant, mais mon plaisir ne dura pas très longtemps, car comme beaucoup de mecs, ils n’assument pas leur côté bi et quand ils ont entendu d’autres personnes descendre, ils se sont retirés de suite, j’ai trouvé cela ridicule et dommage mais j’avais précisé que c’était un plus et en aucun cas une obligation.
La soirée se déroula dans une ambiance bien hard, avec deux pauses champagne et quelques douches. Les femmes se firent remplir au jus plusieurs fois devant moi, pour ma femme bouche, vaginal et anal, pour l’autre femme uniquement vaginal car elle ne pratiquait pas la sodomie et elle n’aimait pas avaler le jus.
A 3 heures du matin tout le monde reparti, sauf le Maître black de ma femme qui resta toute la nuit avec nous. Comme à son habitude, il continuait de la baiser, et régulièrement dans la nuit, je les entendais se parler, ils murmuraient, ils pensaient que je dormais. J’entendais des soupirs de jouissance et de nouveau des murmures. Le peu de je pouvais entendre était « tu es ma pute », « tu es à moi », « je te veux pour moi seul » et ma femme qui répondait par l’affirmative. Je sentais que c’était différent de d’habitude et que je devais faire attention.
Le lendemain matin, je descendais en premier dans la salle de bain et je laissais ma femme se faire de nouveau baiser par son Maître, au bout de 15 minutes en sortant de ma douche, je le trouvais nu dans la cuisine où il préparait le café, ma femme était restée dans la chambre à l’étage. Sans dire un mot il me dit de le suivre dans la salle de bain, ce que je fis sans savoir ce qu’il voulait, il ferma la porte et me demanda de me retourner, dans la foulée il enfilait une capote, m’encula à sec et me donna peut-être une vingtaine de coup de queue. Sans un mot, il sortit, jeta la capote dans la poubelle et alla porter du café à ma femme.
Je fus vexé de cette situation, tout d’abord il baisait ma femme et l’autre femme sans capote et moi avec, je ne comprenais pas pourquoi. Pas un mot et un regard vis-à-vis de moi comme de la pitié et du dégoût. J’avais déjà vécu cela, mais à chaque fois c’était dans l’action du plan, jamais avant ou après. Comme je le disais à chaque fois, pendant le plan tout est permis, mais avant et après on se respecte. Avec les murmures de la veille et cela, j’avais un mauvais pré sentiment.
On prit à trois le petit déjeuner et on repartit chacun chez nous. Ce fût notre dernière soirée BAB car après le Covid arriva et aussi des problèmes.

Soyez le premier à commenter cette contribution