Débuts dans le monde libertin (3)

Par moogli le 22 mai 2022 1
Dans Expériences de candaulistes

Certaines soirées nous ont marqués, notamment une des premières fois où nous y allions. Il y avait 2 couples de maghrébins, le premier, un nouveau riche inintéressant, plutôt rustre… Et sa femme qui se prenait pour Cléopâtre, mais elle avait un corps divin, une poitrine absolument sublime, lourde, en forme de poire XL, qui semblait défier les lois de l’apesanteur, un derrière plantureux qu’elle promenait en se balançant, attirant tous les regards, et que j’avais envie d’enfiler par la chatte ou par le cul...Malheureusement, elle ne voulait "échanger" que si ma douce baisait avec son mari ou elle !!! Comme Nora, à l’époque, n’avait pas encore découvert le plaisir avec les femmes et que le mari la dégouttait...Je n’ai jamais pu découvrir le délice de baiser cette créature !Une petite anecdote...Quelques mois plus tard, ce monsieur est venu avec 2 jolies femmes, qu ’il nous a présenté comme des "amies" d’Algérie. Le club était sur 2 étages, en bas le bar et la piste de danse, en haut les espaces *détente*, il invite les 2 femmes à visiter le haut et me demande si je veux les accompagner, je monte avec avec elle et à peine arrivées en haut, elles mettent à hurler et dévalent les escaliers comme des folles...Elles étaient entrés dans une chambre où 7 ou 8 personnes mélangées baisaient en groupe...Il ne leur avait pas dit le genre d’endroit où ils se trouvaient, ce qui est révoltant. On ne l’a jamais revu !

L’autre était un algérien d’un certain âge, très gentil et discret, pas très « séduisant »...Il avait une femme bien plus jeune, très typée et pulpeuse comme ma chérie ! ce soir-là, entrant dans une des chambres de "détente", je vis la femme seule assise au bord du lit, regardant son mari qui prenait une blonde par derrière à grands coups de bite, nous nous sommes assis, Nora et moi, à coté d’elle, contemplant avec elle la saillie ; suite à quelques regards échangés avec nous, j’ai commencé à lui caresser les cheveux (magnifiques, noirs et longs), comme elle ne réagissait pas, je laissais mes mains descendre sur son dos et je laissais aller mes mains sur ses bras, ses épaules, elle tourna la tête et nous sourit...Nora se pencha et me dit « embrasse-la, elle en a envie », je pris son visage et posai mes lèvres sur les siennes, tout en descendant mes mains sur sa magnifique poitrine. Nora en profita pour défaire mon pantalon et extirpant ma bite qu’elle caressa et commença à sucer ; je commençais à déshabiller la belle, qui se redressa pour m’aider à la dévêtir et mieux s’offrir à mes caresses. Je passais la main sur ses seins, et pris un téton qui pointait, tout en caressant l’autre sein, je lui mangeais littéralement les nichons. Mes doigts descendirent sur ses jambes et remontèrent en la caressant jusqu’au sexe qui suintait, elle commença à faire bouger son ventre contre ma main et j’introduisis un puis deux doigts qui glissèrent entre ses lèvres tant elle mouillait, avec le pouce, je caressais son clitoris, ce qui la fit soupirer, et elle crispa ses doigts sur mon bras et jouit sans un mot…
Elle resta un petit moment dans les vapes puis me repoussa,me fit allonger et rejoignit Nora pour s’occuper de moi...Qui n’a pas eu 2 femmes qui te sucent. ne sait pas ce qu’est le bonheur, elles se relayaient sur ma queue pendant que j’avais une main dans chaque chatte, une me suçait, l’autre me léchait les couilles, elles faisaient aller et venir leurs langues simultanément et leur lèvres se touchaient en haut de ma bite dressée comme un mât, ce qui les faisait rire, la femme se laissa aller à de petites caresses sur les seins de Nora, qui me prodiguait une magistrale branlette espagnole, puis quand la belle me prit entre ses admirables nichons, Nora n’osa pas franchir le pas et lui rendre sa caresse. Voyant que le traitement qu’elles me prodiguaient ne durerait pas éternellement, Nora me fit relever, demanda à notre compagne de jeu de se mettre à 4 pattes que je puisse la prendre en levrette, à l’évidence Nora avait envie de me revoir baiser une autre femme...
Je mis une capote et je pénétrais ce qui devais être l’entrée du paradis, une chatte douce, chaude...dans laquelle ma queue était étreinte avec douceur. J’y allais doucement, avec Nora à coté de moi qui voulait voir de près ma bite qui allait et venait luisante dans le con si accueillant . J’accélérais la cadence, j’avais 2 doigts dans la chatte de Nora qui s’était relevé, tout en mordillant ses nichons !
On se mit à entendre hurler la blonde que le mari baisait, je tournais la tête et le vis défoncer la blonde qui jouissait en continu, c’était un spectacle renversant, le mari perforait littéralement le sexe qu’il envahissait avec une queue hors norme, mais surtout il imprimait une allure brutale au rythme d’une mitraillette., ce qui faisait ballotter les nichons de la blonde à la même cadence...Dans un rugissement, la dame eut un orgasme qui la secoua et la fit s’affaler et haleter comme un animal...
Devant ce spectacle, je me mis aussi à prendre sa compagne avec force, quand je sentis une main rejoindre la mienne dans la chatte de ma femme, je laissais la place et m’occupais de bien ramoner mon amante !
Puis Nora s’écarta, se mit aussi à 4 pattes à coté de la femme et j’aperçus l’homme derrière Nora, un sexe d’une belle longueur, mais surtout d’une épaisseur impressionnante...Il enleva le préservatif luisant du plaisir de la dame et plein de sa propre jouissance, et sous mes yeux ébahis le remplaça par un neuf et sans autre forme de procès s’enfonça dans le con de ma femme jusqu’aux couilles. Il se mit, non pas à baiser, non pas à niquer, mais à pilonner ma femme au rythme d’un marteau-piqueur...Etourdissant ! Ma chérie qui fantasmait d’être baisée par une bite hors norme, était servie… Rien à voir avec son gode XXL, on était dans le réel et le vivant !
Sa femme et moi avions l’air de gentils promeneurs à coté d’un coureur de 100 m...Nora était secouée comme un sac de patates ! La bite entrait et sortait au galop et avec une vigueur et même une violence difficile à imaginer ! Le vagin de ma douce était soumis à un train d’enfer, elle comprenait ce que veut dire être défoncée...Elle finit par avoir un orgasme et son marteau-pilon jouit aussi, et aussi extraordinaire que cela puisse paraitre il bandait toujours aussi fort !!!!!! Sa femme et moi, nous avons suivi assez vite Nora dans la jouissance, et à ma surprise et celle de ma douce, je le vis changer de capote et se préparer à reprendre Nora...Qui déclina, en le remerciant du plaisir qu’il lui avait fait...Alors il se tourna vers sa femme qu’il pénétra et baisa avec toujours la même force...UN VRAI PHENOMENE, maintenant encore Nora en parle en m’avouant que jamais personne ne l’avait jamais baisé avec une telle force et fait jouir si vite…

1 commentaire

Débuts dans le monde libertin (3)

Par kirikou83520 le 23 mai 2022

Joli récit.
Le PHENOMENE que tu décris s’appelle Cocaine..... Tres mal vu dans l’univers libertin.....