Comment un fantasme devient réalité. La mission dans les tropiques.

Par Patrick Bateman le 18 février 2020 2
Dans Expériences de candaulistes

Elle s’envole aujourd’hui pour une mission de travail dans un pays africain. Elle doit rester presque deux semaines dans un hôtel de la capitale de ce pays. Lui reste à la maison pour s’occuper des enfants. Quelques jours avant de partir elle lui avait laissé entendre qu’elle avait mis en place un plan pour réaliser leur fantasme, mais qu’il devrait attendre son retour de mission pour en savoir plus. Il avait pris l’annonce de sa femme comme un jeu, une façon de l’exciter comme elle l’avait déjà fait par le passé. Un doute subsistait cependant et rendait la chose encore plus excitante. Et si réellement elle allait coucher avec un autre homme ? Les jours qui avaient précédé son départ avaient cependant évaporé cette idée tant elle s’était montrée concentrée sur son travail. Elle est désormais partie à des milliers de km et il va devoir gérer seul la vie de tous les jours.

Il reçoit très peu depuis son départ. Elle n’a pas de données mobiles sur son téléphone la journée et le soir quand elle est à l’hôtel elle n’a pas toujours accès à Internet, la faute à de longues coupures d’électricité. Dans ses rares messages, elle lui dit qu’elle est fatiguée mais qu’elle se sent dans son élément dans cette ville chaotique. Elle lui envoie parfois des photos d’elle lors des évènements auxquels elle participe. Elle est resplendissante. Il voit sur son visage et sa posture qu’elle se sent valorisée et que ça la rend heureuse. Il sait aussi pertinemment que le fait d’être si loin de ses responsabilités familiales la soulage et lui fait du bien. En la voyant comme ça, il la désire encore plus. Il a toujours été fasciné et attiré par son coté indépendante et forte. Tout est réuni pour qu’il se mette à la fantasmer en femme fatale qui se fait prendre par un autre dans l’intimité d’une chambre d’hôtel. Loin, très loin de lui. Pour l’encourager, il lui envoie des messages allusifs lui demandant comment elle compte s’y prendre pour devenir une déesse de l’amour. C’est comme ça qu’il la fantasme, en Aphrodite des temps modernes, séduisant les hommes par sa beauté et son intelligence, leur prodiguant les plaisirs de la chair avec volupté et sans tabous. Il avait décrit son fantasme dans plusieurs textes érotiques la mettant en scène. Elle les trouvait trop pornographiques et ne s’imaginait pas aller aussi loin qu’il l’imaginait. Elle avait cependant aimé le fait que son personnage se découvre une sensualité nouvelle, évoluant dans la prise de conscience de ses désirs enfuis et non explorés. Peut être que ces textes avaient eu plus d’effet sur elle qu’il ne le pensait. Car elle n’élude aucune des questions qu’il lui pose. Au contraire, elle joue désormais totalement le jeu par des réponses de plus en plus équivoques…

Un soir elle lui envoie un selfie d’elle pris dans sa salle de bain. Elle est superbement sensuelle, un regard à damner un saint. Elle le légende par ces mots : « je suis une perverse ». Il ne sait pas ce que ça implique réellement. Est-elle juste en train de jouer avec lui pour le rendre un peu dingue ou a-t-elle couché avec un autre ? Il n’en sait rien mais cette incertitude le met dans une tension sexuelle insoutenable dont il se délecte. Il comprend cependant qu’elle a réellement envie de faire l’amour avec un autre homme. Pour en être sûr, il lui demande de confirmer qu’elle veut se faire baiser par un autre que lui. Elle répond que oui, qu’elle veut se faire prendre et lécher partout. Il sait maintenant qu’elle passera à l’acte, car elle ne dit pas ce genre de chose à la légère. Certains de ses derniers messages le laissent d’ailleurs penser qu’elle a déjà quelqu’un en tête, que c’est imminent.

Quelques jours plus tard, il lui demande directement si elle est passée à l’acte. A ses mots elle répond : « je suis en effet une déesse de l’amour ». A la lecture de ces mots, il est pris de vertige. Il sent tout son sang couler à l’intérieur de ses veines et converger dans son membre. Fiévreux et presque tremblant il l’encourage : « profites en, plus tu en fais plus ça m’excite ». Il lui demande aussi une faveur, une seule. Qu’elle le prévienne juste avant de se donner à son amant si cela doit se reproduire. Elle lui répond un laconique « bien reçu ». Ensuite, plus de nouvelles pendant 24 heures. Désormais, chaque minute qui passe, il l’imagine dans des situations torrides avec son amant. Il la voit belle et sexy embrassant une autre bouche. Des mains qui lui caressent le corps. Elle avale un énorme sexe et se fait prendre la nuit entière dans toute sortes de positions. Il imagine qu’elle y prend beaucoup de plaisir. Il veut qu’un autre que lui aille en elle, qu’il goute à ses délices. Il veut qu’un autre homme admire sa croupe et en prenne possession. Elle est sa déesse du sexe, son plus grand fantasme. Il est fière d’elle, fière qu’elle soit la maîtresse d’un autre. De longues heures passent sans qu’il n’ait la moindre nouvelle. Ce silence prolongé nourrit encore plus son imagination. Ne pas savoir avec qui elle se trouve et surtout ce qu’elle fait avec cet inconnu le torture...

2 commentaires

Comment un fantasme devient réalité. La mission dans les tropiques.

Par anthonymarcos 43 le 26 février 2020

Bonjour,
Récit superbement réalisé.
Je me reconnais parfaitement en tant que mari candauliste qui éprouve une grande excitation mais surtout une immense fierté de savoir son épouse avec son amant.
Bravo à vous deux.

Comment un fantasme devient réalité. La mission dans les tropiques.

Par ALEXETFLO le 19 février 2020

Merci pour ce vibrant partage, de ce délicieux supplice de l’imaginer se donner à un autre, et là dans nos têtes les images défilent, tantôt sensuelles et érotiques ou plus crues et hard ... tout en s’impatientant de son retour pour l’aimer et savourer son récit.

Et en ce qui vous concerne, l’éloignement et la difficulté à converser amplifient le supplice !

Continuez, c’est plaisant de vous lire, et je trépigne de découvrir la suite.