Les débuts, les tout débuts...

Par Juda le 20 juillet 2018 3
Dans Expériences de candaulistes

Vous savez, cette première fois qui chipote tellement d’entre nous, ici. Cette première fois qui semble souvent inatteignable. Après laquelle on court parfois des années durant. Cette première fois qui nous torture. Nous, nous en avons eu deux. Je raconterai plus loin. Mais là, j’ai envie de faire un retour sur image, de recaler l’histoire là où elle a commencé.

Et je revois cette chambre sous les toits. Je suis à l’aube de mon printemps, j’ai 19 ans au plus. Mon amie est belle, pulpeuse, insolente. Le genre de fille dont on dit qu’elle a du chien. Et même tout le chenil. Nous faisons l’amour tout le temps, partout. Et ça s’entend. Nous occupons une grande maison avec plein de gens. Le colocataire d’en bas est triste. Il est seul et trouve injuste que les plaisirs des uns ne profitent pas aux autres. C’est à peu près ainsi qu’il nous présente la chose. Notre chance à nous, son ennui à lui, l’égoïsme qui serait de laisser les choses en l’état. Etre trois plutôt que deux à faire entendre le plaisir dans toute la maison, voilà ce qu’il nous propose. Nous en parlons, longuement, elle et moi. Et nous nous apercevons que ni elle ni moi ne rejetons l’idée. Mais nous ne sommes pas certains que notre voisin soit la personne avec laquelle nous avons envie de partager cela. Nous déclinons. Mais l’idée est semée.

Nous en resterons pas suffisamment longtemps ensemble pour passer à l’acte. Mais je reste convaincu que nous l’aurions fait, sans autre question. Depuis toutes ces années, nous nous revoyons de temps à autre, de loin en loin, mais sommes restés reliés sur ces questions. Sa vie sexuelle a été très intense, elle n’en fait pas mystère devant moi. Elle m’explique sans problème qu’elle prend seule des congés où elle voyage ici et là afin de se rendre disponible aux hommes de rencontre et qu’elle aime beaucoup ces moments, sans suite et sans avenir.

J’aurais eu un plaisir fou à commencer cette vie trioliste et candauliste avec elle. Mais ça ne s’est pas passé comme ça. Il fallait encore d’autres étapes.

Quelque temps plus tard, nouvelle amie. Les plus beaux seins du monde. Elle hésite entre un ami qu’elle a déjà et moi qui vient d’arriver dans sa vie. Elle nous voit tous les deux. Parfois l’un après l’autre. Ces moments là sont formidables, son plaisir est profond, sa jouissance répétée, son bien-être total. Je me rends compte qu’elle se trouve très bien dans cette situation et aussi que j’y trouve moi aussi mon compte. Je découvre cette merveille qui est de prendre une femme qui vient d’un autre. J’adore, alors que je m’étais promis d’arracher ces plus beaux seins du monde aux mains et à la bouche de mon rival et de les garder précieusement pour moi.

Mais cette volonté possessive s’estompe au fur et à mesure que les plaisirs s’aiguisent, comme si chacun d’entre nous était conscient de participer à une œuvre commune. Cette fille jouit tellement bien que je me sens remercié à chaque fois. Bref, je suis très bien comme ça. Et j’entrevois une vie de ce genre, sans jalousie ou sans possession en tout cas. Une vie où la sexualité et ses plaisirs seraient libres et partagés. Mais elle quittera l’un et l’autre, choisissant finalement un troisième. Mais la graine semée a germé déjà. Elle commence à pousser. Elle bande. Elle bande tout le temps et grandit très vite. Et elle a une furieuse envie de produire de la semence.

Pourtant, il va falloir attendre. Ce n’est pas faute de l’avoir proposé, d’en avoir parlé. J’ai toujours mis mes désirs sur la table. Mais la confiance est souvent difficile à atteindre, surtout la confiance dans ses possibilités d’y trouver autre chose que de la honte ou de la gêne. Il faut aimer profondément son partenaire, mais il faut aussi aimer passionnément le sexe. Et n’avoir pas peur de cette chose qui peut paraître insensée : crier devant lui son plaisir d’être baisée par un autre. Pas évident.

Ma nouvelle compagne l’a compris très vite. Cette belle femme aux appétits nombreux m’était arrivée comme une explosion sensuelle. Des amants, nombreux, avaient parsemé sa vie. Mais jamais ensemble. Elle connaissait comme moi le plaisir vif des hommes qui se remplacent et des sexes qui se suivent, mais jamais de façon tellement rapprochée que, par exemple, nous pourrions être deux en elle. L’idée ne la rebutait pas. Essayer n’engageait à rien, de toute façon. Nous verrions bien jusqu’où aller. Elle a accepté très vite de commencer la recherche du premier partenaire. Mais ce que je n’avais pas compris, c’est qu’elle avait décelé que mon désir allait au-delà du trio et qu’elle avait capté mon côté candauliste qui allait donc pouvoir s’exposer sereinement...

(la suite si vous le désirez, merci de la lecture)

3 commentaires

Les débuts, les tout débuts...

Par Monlulu le 22 juillet 2018

Bonjour tu à trouver peut être une femme qui aime cela ou le crois mais l’essentiel c’est de le pratiquer et de se sentir bien pour le faire !!
Moi j’ai la mère de mon fils qui a plus de 20 ans qui ne voulait pas pratiquer le sexe dans toute sa mesure, un jour j’ai invité une de mes ex pour un dîner le samedi soir et je lui avais dit de venir en robe noir sa lui va très bien elle a un corps de déesse et je ai demandé de ne rien porte desous et elle est venue comme cela la soirée avais bien commencer et mon fils était chez sa copine, pour le désert j’ai demandé à ma femme de nous le servir au salon sur la petite table elle était en robe et je n’ai pas pû résister de lui mettre ma main et d’un geste elle se mis à reculer et de me dire où j’étais je lui répondu que j’avais envie de lui faire une langue et réaction de dégoût et je me mis debout en lui disant que si elle ne voulait pas le faire mon amie le ferais et je me suis tourné vers elle et j’ai pris sa robe que j’ai fait descendre sur ces pieds et la vue de ce corps me fis bander et je la poussant violement sur le dossier du canapé pour commencer à lui faire une langue sur sa rondelle qui ne demandais que sa qu’elle délice de lui mettre ma langue au fond et j’avais temps fait cela avant et j’ai enlevé mon pantalon j’étais nue desous et pris ma queue pour lui donner tout le plaisir que sa lui procure, j’ai ordonné à ma femme de je mettre devant elle et j’ai dû répéter plusieurs fois ma demande pour qu’elle veule le faire la copine à relever sa jupe et à commencé à lui faire une langue et la j’ai vue ma femme lui prendre la tête et je me suis dit elle trouve sa bon et c’est gagné de plaisir de voir cela j’ai mis tout mon foutre dans ce cul que j’aimais tant la soirée se finit au lit et j’ai pû réaliser on rêve de trouver de nouvelles sensations et maintenant nous faisons cela souvent avec des amis !! Elle me remercie de lavoir poussée à faire cela et c’est tellement beau de voir deux femmes se faire l’amour et choisir le premier cul qui va recevoir ma queue le reste pour la prochaine fois !!!!!!!!

Les débuts, les tout débuts...

Par Juda le 20 juillet 2018

Mais avec grand plaisir, Jack.
Je l’écris et je la poste.

Les débuts, les tout débuts...

Par jack1950 le 20 juillet 2018

A ces désirs candaulistes, qu’on n’ose souvent pas exprimer avec sa compagne du moment, alors on passe a coté de belles choses, mais en se disant que d’autres occasions viendront. Et si tu nous les racontais cette suite ?

Wyylde La plus excitante des expériences de couple
Wyylde La plus excitante des expériences de couple