Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Voici mon témoignage.

! Signaler un contenu abusif

Bonsoir,
J’ai découvert ce site par le biais de mon mari ou li est inscrit ici depuis quelque temps sans m’en avoir parlé. Depuis mes relations extra conjugales, mon mari me parle de son envie qui est de me revoir faire l’amour avec un homme et de participer en même temps. Cela semble l’exciter très fortement il m’a appris que c’était du candaulisme. Je tente de comprendre certaines choses sur cette pratique sexuelle qui m’a l’air bien étrange. C’est une pratique totalement inconnue pour moi ... puis il m’a parlé de ce site et du forum et m’a dit de lire les témoignages et ses témoignages. Et de vous faire part de mes ressenties avec des passages croustillants et coquin. Il a fallu qu’il insiste pour que je participe.
Car au début je dois bien vous l’avouez, j’ai trouvée ça malsain, Je ne savais pas quoi penser de son comportement que je ne comprenais pas, si il m’aimait vraiment pour vouloir me partager avec d’autre homme, comme une prostitué, je me suis sentie salie, souillée, déshumanisée. J’étais en colère ça m’a attristée. Que devais-je faire, Je ne comprenais pas qu’on puisse partager sa compagne à un étranger. Je l’ai interrogée, lui demandant pourquoi il ressentait tant d’excitation face à un comportement qui pour la plupart pourrait être un désastre voir mener à une rupture il n’a su me répondre Il s’en veut d’être dépendant à tout ça, il s’en veut de prendre du plaisir en pensant à moi en train de faire l’amour avec un autre homme mais son excitation est beaucoup plus forte. Honnêtement j’ai eu beaucoup de mal à comprendre ce que cela pouvait lui apporter. Je m’étais déjà imaginée avec un autre, mais jamais avec mon homme en complice... Et je me suis dit que ça ne ferai pas avancer le problème de râler sans connaitre cette pratique étrange. Alors j’ai lu pas mal de trucs sur le candaulisme. Beaucoup d’hommes et de femmes ont ce fantasme. Peu d’entre nous le vive. Parce que sans doute il faut beaucoup de courage, un peu de certitude de soi et d’amour pour qu’un homme aille jusqu’à l’étape ultime.
Après avoir compris le plaisir qu’avaient certains hommes à voir leur compagne faire l’amour avec d’autre hommes, des plaisir qu’ils éprouvaient, puis après avoir relus ses témoignages et j’en ai finalement été émue il a fait preuve d’un grand courage malgré sa timidité. Et à travers vos messages pour lui qui lui ont permis de le réconforter ça m’ont énormément touchée, je suis HEUREUSE de voir à quel point ça la fait réagir, c’est vraiment sympa. Vos propos sérieux et j’espère sincères... Je n’ai pas de talent pour écrire mais Je me fais une joie de participer à ce forum et je ressens maintenant le besoin de partager mes pensées à son propos. J’espère que ça vous plaira. Voici une photo de moi beaucoup plus récente. Sur l’autre j’avais quelques année de moins, j’espère qu’elle vous plaira autant.
J’ai compris que le sentiment initial provenait plus d’une adoration que d’un dénigrement, afin de vouloir combler sa compagne avec un autre homme puisse qu’il n’est possible de le réaliser seul. Et que la pratique du candaulisme s’engagent à adopté un comportement respectueux à l’égard de la femme et de ses désirs et doit respecter les doutes et les refus éventuels…comme j’ai pu le lire sur le site. Pour moi, il n’est pas question de cerner si c’est immoral ou pas mais il est question de la considération de mes envies, de mes décisions. Il est question du respect de ma capacité à décider et à choisir ce qu’il m’arrive en tant qu’individue. Malgré que j’aime être désirée que j’aime plaire et voir leurs envies, voir le désir que je peux faire naître.
Je comprends mieux maintenant pourquoi parfois dans mon sommeil, il m’arrivait de sentir des caresses et comme si on me pénétrait. Dans ma tête je me disais "Çà y’est, ça recommence". Il me semblait me réveiller mais je n’ouvrais jamais les yeux, je n’y arrivais pas. J’essayais alors de me relever, de me retourner mais je n’y parvenais pas non plus... C’était comme si j’avais plus aucune force. C’est vrais que j’avais ressentie plusieurs fois ce type de sensation et j’en ressentais à chaque fois du plaisir, je ressentais des plaisirs nocturne une très importante excitation sexuelle, qui était purement physique accompagné de fantasmes sexuels mais je ne m’en souvenais pas vraiment, le matin. Ces derniers temps, je rêvais que je faisais l’amour et de gestes érotiques avec deux hommes, je comprends mieux ce que signifiaient ces rêves. C’était peut-être lié à une excitation sexuelle mentale dû au fait qu’il me parlait et qu’il me masturbait quand je dormais. J’entendais une voix qui lui me disait de ne pas avoir peur, que je devais me détendre, qu’il allait me faire avoir du plaisir, que je devais me laisser faire, que ce serait agréable, pas douloureux, que faire l’amour avec mon ami était fantastique. Et je ne peux pas lui reprocher son acte ça ne partait pas d’une mauvaise intention, il voulait juste me donner du plaisir, le fait de "stimuler mes zones érogènes" à mon insu m’engendrait systématiquement du plaisir. Je ne peux quand même pas lui reprocher de me faire des choses par amour. Il m’était arrivée quelques fois de me réveiller avec sa main entre mes cuisses qui me touchait et ses doigt qui s’insinuaient pour me pénétrait. Je n’étais pas choquée, je faisais semblant de dormir encore et je bougeais pour me mettre dans une position où il pouvait me toucher plus intimement et plus facilement, afin de prendre encore plus de plaisir. Donc même si Il ne me l’a pas demandé, je n’ai pas refusé non plus.
Voilà maintenant je vais vous confier notre histoire personnelle puisqu’il l’a voulu ainsi.
Je crois qu’il est peut-être intéressant de faire le point sur ma situation à l’époque. Notre relation a débuté voilà un peu plus de 15 ans.
J’étais alors dans un passage houleux de ma vie.
Je venais de me séparer de mon ex. séparation très difficile pour moi, un ex qui me trompait régulièrement, de ses aventures par ci par là j’avais beaucoup souffert de cette rupture. Il ne pensait qu’à faire du sexe tout le temps avec moi n’ importe où n’importe quand. Il aimait m’exhiber que je sois toujours sexy ou faire certaine pratique sexuelle et je ne voulais pas toujours, puis il m’a quittée ce qui m’a fait souffrir. Je n’avais plus confiance en la gente masculine.
J’ai toujours été avec lui une femme provocatrice, aguicheuse, avec du sexe total, intense, violent, brutal. Le sexe qui assouvi. chose que j’ai toujours aimé faire avec lui… En fait, j’avais ce besoin tout simplement. Un peu à cause des sensations fortes qu’il me procurait en me faisant l’amour ou en m’exhibant. J’assume ma féminité frivole.
J’ai fait un travail colossal sur moi et j’ai commencé à me tourner vers d’autres hommes.
J’ai fait la connaissance de mon mari par le biais d’ami.
Autant dire que la première fois que je l’ai rencontré, il ne me faisait aucun effet mais très gentil et attentionné.
Nous avons ainsi évolué au fil des mois au gré de nos sortis pour nous retrouver çà et là, on a commencé à coucher ensemble de temps en temps mais on n’était pas en couple. On avait posé comme base que ce n’était pas une relation exclusive, que l’on pouvait avoir d’autres relations sexuelles. Ce n’était pas très égal, je crois, parce qu’il était amoureux de moi, mais il avait accepté les termes du contrat.
De son côté il avait fait de notre relation une exclusivité, chose que je ne souhaitais surtout pas. J’étais bien avec lui mais je ne me sentais pas amoureuse. Moi qui d’habitude tombais amoureuse facilement, avec lui je ne pouvais pas lui dire "je t’aime". Au contraire quand il me l’a dit la première fois j’ai bloqué. Il faisait tout pour me faire savoir qu’il était amoureux de moi. Puis, c’est devenu un jeu pour moi, de le rendre jaloux et je me faisais un malin plaisir de le rendre fou d’excitation en me donnant en spectacle devant lui avec d’autre homme. J’ai compris au fil des années que j’aimais me montrer, plaire, séduire et succomber. Au fur et à mesure des mois, plus je prenais du plaisir à séduire, plus il était heureux et éprouvait un plaisir incommensurable. Plaisir sexuel, mais aussi mental. Malgré qu’il s’est toujours défendu de me parler de sexe surement à cause de sa timidité.
C’était à la fois plaisant et excitant, et ça désacralisait aussi certaines choses, craintes et amertumes liées à mon passée. Et ça fait du bien de se sentir désirée.
Puis j’ai voulu me stabiliser et je me suis installée chez lui, tout en étant consciente que je me lançais dans une situation plus pour un coté confortable que par amour. Et puis un soir, il est venu demander ma main, finalement, je n’étais pas si mal avec lui. On s’entendait bien... j’ai acceptée de l’épouser parce que sa situation était sécurisante, qu’il était facile à vivre. Et tout a été très vite nous avons eu notre premier enfant, puis notre deuxième.
Je pense seulement que je me protégeais par peur de souffrir à nouveau. Et le bien être que j’ai ressenti avec lui c’est transformer en quelque chose de plus solide au fil du temps. j’ai d’abord appris à le découvrir, puis j’ai appris à l’aimer.
En fait j’ai toujours tout dit à mon mari sur mes aventures passée et je les lui ai toujours détaillées. Chose que lui n’a jamais osé faire. Sauf une histoire qu’il m’avait racontée. Et puisqu’il s’est autorisé à exposer une partie de ma vie intime en publique je vous livre une partie de la sienne.
Il avait 17 ans, il vivait son premier grand amour, (ça a duré un peu plus de trois ans). Ils étaient chez son meilleur ami, tous un peu ivre, il s’était absenté pour prendre l’air sur le balcon, quand il était revenu dans la chambre, voilà qu’il était tombe nez à nez avec sa copine et son meilleur ami qui s’embrassaient à pleine bouche, le pantalon de son ami déjà ouvert le sexe dans la main de sa copine et la main de ce dernier dans sa culotte. Il était reparti chez lui en pleurant et en courant car ils essayaient quand même de le rattraper mais il ne voulait pas leur parler. Il était retourné les espionner dans la nuit, il ne s’était apparemment rien passé d’autre, sa copine était rentrée chez elle un peu plus tard. Alors, il a réfléchi, il s’était dit qu’il l’aimait, il l’a eu au téléphone, elle pleurait, elle disait qu’elle avait tout gâché, qu’elle s’en voulait et il lui a pardonné (1er amour, on croit tout de suite que c’est le bon), pour son meilleur ami ça a pris un peu plus de temps mais il lui a également pardonné. Par la suite, il sentait quand même quelque chose entre eux, et au lieu de couper court à leur histoire, je ne sais pas ce qui s’est passé dans sa tête, il a fini à y prendre plaisir à les imaginer ensemble, alors à choisir entre la souffrance ou l’excitation il a choisi l’excitation, si bien qu’il a eu sa première expérience candauliste en prenant déjà plaisir à imaginer son meilleur ami avec la fille qu’il aimait. Sa relation a duré 2 ans.
Il m’a toujours poussée à lui raconter des moments intimes que j’ai vécu avec mon ex et mes ébats dans les moindres détails. J’ai trouvé cela étrange aussi au départ, d’autant plus que moi-même je ne souhaitais pas savoir ses relations passés. Au début de notre relation, tout se passait bien. J’avais encore un peu de sentiment pour mon ex et j’ai énormément souffert de cette séparation et j’avais refait ma vie jetais devenue une femme fidèle mère de deux magnifiques enfants et amoureuse de son mari. Après être parti vivre à l’étranger sans me donner de ses nouvelles. Mon ex est revenu en France pour quelques jours, il voulait me voir. Malgré d’être passé à autre chose en épousant mon mari. Faible, j’ai accepté un café en dépit d’hésitations …pour voir. Ça a fini avec lui dans sa chambre d’hôtel. On s’est revu plusieurs fois à chaque fois qu’il était de passage et revécu les mêmes échanges et plaisir sexuel à chaque fois qu’il revenait il me contactait et je replongeais, il me prenait pour son jouet et profitait de la situation sur l’emprise toxique, qu’il a sur moi pour le sexe. Je devenais un objet dont il se servait pour se satisfaire mais qu’il ne connaissait plus sitôt le sexe assouvi.je savais qu’il fallait que je le fuis mais c’était plus fort que moi, je l’ai dans la peau et je disais oui à chaque fois nos rencontres sont rares, pas plus de une à deux fois l’an. Je n’arrive pas à savoir si c’est de l’amour ou de l’obsession, ou le voir m’empêche de faire le deuil de mon amour passé ... il a toujours eu une grande influence sur moi j’ai toujours été soumise à ses caprices, il me faisait l’amour sauvagement avec certaine pratique… j’étais prête à tout accepter. Ses relations sexuelles étaient sublimées par l’interdit je suis sûr que si il devait venir quelques jours il me recontacterait car il sait qu’il peut compter sur moi pour le soulager. Effectivement le sex-toys que l’on m’a offert est bien le moulage du pénis de mon ex. j’étais vraiment bien avec cet homme, pourtant j’aime mon mari...Adolescente, j’ai découvert assez jeune la pornographie avec mon premier petit copain qui me demandait souvent d’en regarder avec lui, car son père en avait toute une bibliothèque et de reproduire certaine pratique et certaine scène du film. Je pense que le porno m’a permis une meilleure ouverture d’esprit, de voir des choses que je ne connaissais pas et que j’ai aimée (ou pas… Zoophilie, l’urologie, la scatophile ce n’est pas mon truc). Je n’ai aucun problème avec le sexe, la sodomie, la fellation je ne suis pas spécialement pudique. Il m’arrive encore maintenant de me caresser en regardant des films X mais seule.
Je m’arrêterai la pour ce soir...
Merci d’avance de m’avoir lue.
Je vous embrasse tendrement, bonne nuit à toutes et tous.

4 Commentaires

  • Le seul fait que vous réagissiez après la lecture de nos commentaires est une très bonne chose. Effectivement, je pense que vous êtes tous les deux candaulistes.
    Ton explication nous éclaire sur ta façon d’avoir réagit et de t’abandonner à ce point à ton ex. Dans un premier jet je pense pouvoir dire sans changer d’avis qu’il serait tout de même bon d’espacer tes relations d’avec cet ex sinon de les arrêter.
    Comme ton mari, le candaulisme m’a été révélé par ma relation avec une prostituée pendant mon adolescence. J’étais un sportif de niveau moyen, je pratiquai la natation. Sans me vanter, j’étais un de ces sportifs qui font retourner les femmes. 1M85, TRES bronzé (par le soleil) et les cheveux blondis par le javel presque blancs et visage propre et sans acné. Nous étions tous dragués par des femmes mûres. Et là je suis tombé très amoureux d’une femme magnifique, je n’avais que 15 ans. Je n’ai connu son métier que le jour ou elle m’a demandé de ’la surveiller" par un juda lorsqu’elle serait avec un client. Même si j’ai été jaloux les premières fois, j’ai continué et j’ai trouvé "mon travail" très agréable. Notre relation a duré plus d’un an 1/2, stoppée par une mise en accusation de proxénétisme. Mais l’esprit de candaulisme se trouvait ainsi très ancré en moi.
    Lorsque j’ai connu Caroline, mon épouse, j’était terriblement amoureux et supportait mal certains regards dans ses décolletés. Puis je me suis aperçu que ses œillades n’étaient pas pour lui déplaire alors je m’y suis résolu pour commencer. Petit à petit ma prédestination au candaulisme m’a poussé à lui demander d’aller plus loin dans l’exhibitionnisme et cela a été le commencement des 15 années de bonheur et de plaisir que nous avons vécus.
    Nous avons rencontrés pas mal de femmes qui pratiquaient sans trop comprendre pourquoi le conjoint ou mari les avaient poussées là. Mais elle le faisaient par amour au début puis par envie par la suite.
    Peut être pourrais-tu m’envoyer ton adresse Email ainsi nous pourrions en "discuter" plus longuement.

  • Il y a plusieurs thèmes bien clairs qui ressortent de votre témoignage. Et ne dites-pas que vous n’avez pas de talent pour écrire, car votre discours est structuré, clair et avec une parfaite transcription de votre pensée et de vos réflexions. Je pense que bien des rédacteurs de ce site vous envient !

    Comme je suis souvent l’analyste des textes, ce qui me vaut des critiques et des récriminations, puisque je ne suis pas tendre non-plus, je vais reprendre et commenter votre récit.

    La première partie décrit les aspects moraux et d’incertitudes face au candualisme et au candauliste qu’est votre mari. Nous avons lu, commenté (pour ma part, critiqué) les épanchements et doutes de votre mari quant à son candaulisme et ses incertitudes.
    - « Car au début je dois bien vous l’avouez, j’ai trouvée ça malsain, je ne comprenais pas » .
    C’est la réaction naturelle de tout conjoint d’un candauliste. « m’aime-t-il s’il veut que je baise ailleurs ? ». C’est l’aspect moral et de l’unicité du couple qu’on attaque avec le candaulisme.
    - « s’il m’aimait vraiment pour vouloir me partager avec d’autre homme, comme une prostitué » « je me suis sentie salie, souillée, déshumanisée »
    Le Candaulisme est souvent vécu comme une agression, une atteinte à l’intégrité de la personne aimée, parce qu’elle réfute le principe de la fidélité pour privilégier le plaisir de l’autre. Hors, le « couple » vécu normalement se doit « fidélité et intégrité ». Il est paradoxal et souvent mal vécu de dire « j’aime te voir prendre du plaisir et séduire un(e) autre » ; c’est nier l’ordre normal du couple et de la possession de l’autre dans le couple.
    - « Je l’ai interrogé, pourquoi il ressentait tant d’excitation ; il n’a su me répondre »
    C’est une constante que vous retrouverez chez la plupart des rédacteurs sur ce site : dire pour savoir si d’autres ont déjà ressenti et compris ce que l’on vit. Chaque candauliste recherche la raison de son comportement, sa genèse et son évolution. D’aucun ont appris à l’admettre, le vivre, en tirer du plaisir pour eux-mêmes et pour l’autre, mais tous cherchent à comprendre ses facettes, ses variations, ses extrêmes…
    - « Il s’en veut d’être dépendant et de prendre du plaisir en pensant à moi en train de faire l’amour avec un autre homme, mais son excitation est beaucoup plus forte. »
    C’est certainement un des buts de ce site, (que nous apprécions tous et que nous défendons des dérives des sites « porno-candaulistes »), que de déculpabiliser le candauliste et le candaulisme. Que ce soit quand il constate cette tendance, qu’il cherche à la développer et la faire comprendre à son conjoint ou de s’en défaire.
    - « Et je me suis dit que ça ne ferai pas avancer le problème de râler sans connaitre cette pratique étrange. Alors j’ai lu pas mal de trucs sur le candaulisme. »
    Belle démarche de votre part ! Nous sommes nombreux qui aimerions que nos conjoints lisent et comprennent quelle est notre but, notre recherche et nos doutes. Ce ne sont pas tant les récits des situations qui se sont réalisées qui sont importants, mais les questions que chacun pose, directement ou indirectement, dans l’exposé d’une situation vécue.
    - « Peu d’entre nous le vive. Parce que sans doute il faut beaucoup de courage. »
    Je ne l’avais envisagé sous la forme du « courage » ! mais peut-être avez-vous raison ? ! oui, il en faut pour dire à celui qu’on aime qu’on voudrait le voir dans les bras d’un autre. Il faut aussi et surtout, apprendre à s’écouter et à s’admettre tel que l’on est. Nous recevons un modèle comportemental, et je parle là en tant qu’homme, qui nous demande d’être droit et de ne pas tenir compte de nos désirs, mais de répondre aux besoins des autres (épouse, famille, collègues et amis). Nous regarder nous-mêmes n’est pas dans nos fonctions primordiales. Il semble que ce soit plutôt une caractéristique féminine.
    - « Et à travers vos messages qui l’ont réconforté, ça m’a énormément touchée, je suis HEUREUSE de voir à quel point ça la fait réagir. »
    Vous ne pouviez pas nous faire un plus grand compliment.
    - « Vos propos sérieux et j’espère sincères... »
    Je crois que dans l’ensemble, les avis, les conseils, les admonestations sont sincères ; chacun tiré du vécu de chacun. Il n’est qu’à voir les propositions de discussions en privé par email qui ont été faites pour comprendre que les participants tiennent à cœur l’amélioration du vécu de votre mari.
    - « Je n’ai pas de talent pour écrire mais Je me fais une joie de participer à ce forum et je ressens maintenant le besoin de partager mes pensées à son propos. »
    Nous vous recevons avec plaisir et attendons que vous nous éclairiez de votre ressenti, pour nous aider à mieux cerner les attentes féminines et les écueils à éviter.
    - « J’ai compris que le sentiment initial provenait plus d’une adoration que d’un dénigrement, afin de vouloir combler sa compagne avec un autre homme puisse qu’il n’est possible de le réaliser seul. »
    Ce qui suppose souvent que celui qui offre son épouse ou qui prend plaisir aux plaisirs libertins de son épouse, éprouve vis-à-vis de lui-même un doute sur sa propre capacité à la satisfaire. Vos propos, dans la suite du texte, confirment cet aspect. En grandissant, nous apprenons qu’il existe des hommes qui attirent et dominent les femmes, et d’autres, dont nous sommes, qui n’ont pas cette qualité. Plutôt que de perdre l’être aimé, il est parfois, même si ça peut être difficile à admettre, plus altruiste de voir son épouse jouir et s’offrir à un de ces « mâles ». Y prendre plaisir devient un ciment du couple.
    - « Et que la pratique du candaulisme s’engagent à adopté un comportement respectueux à l’égard de la femme et de ses désirs et doit respecter les doutes et les refus éventuels. Pour moi, il n’est pas question de cerner si c’est immoral ou pas »
    Nul doute là-dessus !
    L’immoralité de cette tendance, nous la vivons tous les jours, puisque nous sommes amenés dans la vie courante à la cacher et de n’y prendre plaisir qu’en cercle privé entre adultes consentants et assumant ce mode de vie.
    « mais il est question de la considération de mes envies, de mes décisions, du respect de ma capacité à décider et à choisir ce qu’il m’arrive en tant qu’individue. »
    Oui, c’est bien de cela dont il s’agit ! Comment vivre le candaulisme et le faire comprendre sans que cela ne désintègre le couple et ne porte atteinte à l’intégrité du conjoint, son amour, ses attentes et ses désirs propres. J’ai bien compris la notion « individue » au féminin ; l’indivision personnelle qui fait qu’une personne est reconnue dans son intégrité et sa totalité, afin qu’elle puisse adhérer ou non au fantasme candauliste de l’autre.
    - « J’ai fait un travail colossal sur moi et j’ai commencé à me tourner vers d’autres hommes.
    J’ai fait la connaissance de mon mari par le biais d’ami. Autant dire que la première fois que je l’ai rencontré, il ne me faisait aucun effet mais très gentil et attentionné.
    Au fur et à mesure des mois, plus je prenais du plaisir à séduire, plus il était heureux et éprouvait un plaisir sexuel, mais aussi mental. »
    Ceci se rapporte et décrit parfaitement ce que je disais dans un paragraphe plus haut, (En grandissant, nous apprenons qu’il existe des hommes qui attirent et dominent les femmes, et d’autres, dont nous sommes, qui n’ont pas cette qualité.) « Je savais qu’il fallait que je le fuis mais c’était plus fort que moi, je l’ai dans la peau et je disais oui à chaque fois » « nos rencontres sont rares, pas plus de une à deux fois l’an. Je n’arrive pas à savoir si c’est de l’amour ou de l’obsession » « j’ai toujours été soumise à ses caprices » « il me faisait l’amour sauvagement avec certaine pratique… j’étais prête à tout accepter. » « Ces relations sexuelles étaient sublimées par l’interdit » « je suis sûr que si il devait venir quelques jours il me recontacterait car il sait qu’il peut compter sur moi pour le soulager. »
    Il existe une fascination du candauliste pour les mâles qui attirent et dominent les femmes, pour parvenir à leur fins. Nous avons tous connus des femmes qui avaient un mec dans la peau et qui, quoique qu’elles en disent, y revenaient toujours, à notre plus grand désespoir. Mais c’est un fait et nous ne pouvons que le vivre, le subir ou le sublimer. Pour moi, le candaulisme a été une façon de sublimer cet état de fait.
    - « Par la suite, au lieu de couper court à leur histoire, il a fini à y prendre plaisir à les imaginer ensemble, alors à choisir entre la souffrance ou l’excitation il a choisi l’excitation, si bien qu’il a eu sa première expérience candauliste en prenant déjà plaisir à imaginer son meilleur ami avec la fille qu’il aimait. Sa relation a duré 2 ans. »
    j’ai vécu une situation similaire. Mon amie couchait régulièrement avec mon meilleur ami. À l’époque je n’y prenais aucun plaisir, mais elle y retournait toujours. Par la suite, et longtemps après que nous nous soyons quittés, j’ai appris à préférer que mon épouse prenne du plaisir ailleurs pour qu’elle puisse m’aimer différemment. Maintenant, en découvrant mes propres désirs et en me connaissant mieux, j’ai aussi appris à prendre plaisir à ce qu’elle s’offre à d’autres hommes.
    - « Adolescente, j’ai découvert assez jeune la pornographie. Je pense que le porno m’a permis une meilleure ouverture d’esprit, de voir des choses que je ne connaissais pas. » « Je n’ai aucun problème avec le sexe, la sodomie, la fellation je ne suis pas spécialement pudique. » « Il m’arrive encore maintenant de me caresser en regardant des films X mais seule. »
    Voilà encore une belle ouverture d’esprit et de reconnaissance de soi. Il n’y a pas que les voyages qui forment la jeunesse, il y a aussi toute la découverte de ce qui existe et qui ouvre des perspectives que nous ne pouvions envisager sans les connaître. On ne peut pas trouver meilleur exemple pour expliquer qu’il faut apprendre à comprendre et que ça ne peut se faire qu’en se mettant à la place de l’autre.

    Merci de ce témoignage.
    il y a encore beaucoup de choses que j’aurai voulu mettre dans cette réponse, mais je crois que j’ai été suffisamment long.

  • texte un peu long et inégal, mais on reste un peu sur notre faim...es tu arrivée au candaulisme de ton mari actuel ? c’est ça qui est interessant de savoir.Baises tu devant lui avec son accord ? participe t il, ? ou est il voyeur passif ?etc..et tes trssentis ? tes jouissances ??etc, raconte nous

  • Merci !
    je n ’ai pas encore tout intégré, je relirai demain
    il y a matière à réponse, mais cela nécessite beaucoup de réflexion.
    Quoiqu’il en soit, merci de ce témoignage.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription