Accueil > Articles candaulistes >

Valeurs et couples candaulistes

JPEG - 88.4 ko

Une pratique ou l’attention et le souci de l’autre ne font qu’un

Etre un couple qui pratique le candaulisme, c’est avant tout, être des partenaires de vie attentifs l’un à l’autre, ainsi si l’attention de l’épouse d’un candauliste est aussi bien orienté vers son partenaire de vie que vers ses amants. Cette attention n’a pas pour autant la même signification, la même portée. Une attention teintée de nouveauté pour l’un et de stabilité pour l’autre.

Ainsi, mener à bien un projet de vie de couple conduit par la pratique du candaulisme, nécessite sans nul doute le souci de l’autre, de l’intérêt que suscitent ses désirs, la quête de son plaisir. C’est une demande exprimé à l’autre concernant ses désirs, dans la perspective de construire à deux une expérience sensuelle, faite d’une complicité pleinement individuelle qui contribue à l’épanouissement de chacun. Un projet profondément féministe ou chacun ne possède pas la même liberté et ceci de manière pleinement consentie.

Un projet de vie ou le maître mot est bien le souci de l’autre.

Une pratique ou amour, désir et plaisir sont intimement liés dans la durée

Si les registres de l’amour, du désir et du plaisir sont naturellement distincts, vis-à-vis d’un seul être sur le long terme, il est possible à travers la pratique du candaulisme de mêler ces différents registres et d’en perpétuer à l’infinie les émotions. En effet il est tout à fait possible pour l’épouse d’un candauliste affranchie, d’aimer son conjoint, de désirer son amant et de prendre un plaisir aux saveurs différentes, avec chacun d’eux. Vivre ainsi le plus longtemps possible loin de la douleur et au plus près d’un plaisir partager et complice au sein de son couple.

Il faudra pourtant bien souvent se rendre à l’évidence que si l’amour et désir ne font pas qu’un, C’est bien la sensation de plaisir du mélange des corps qui conduit aux émotions de désirs partagés pour nous livrer en pâture aux sentiments amoureux. L’interdépendance bénéfique de ces trois états est ainsi bien éprouvée dans un couple qui pratique le candaulisme.

Une pratique ou le terme de fidélité est redéfini

Il est indispensable dans notre pratique, de redéfinir le terme de fidélité. Il n’est plus possible à notre époque que la fidélité reçoive en gage, une quelconque exclusivité sexuelle. Nous savons tous que notre société de consommation s’appuie sur la stimulation du désir, que ce soit pour des biens de consommation comme des frustrations sexuelles. Par ailleurs l’exclusivité sexuelle prônée dans certains milieux, suppose la propriété de l’autre, sa transformation en une chose dont on jouit pour soi seul. Alors que la fidélité, c’est la mémoire incarnée des valeurs, de l’être sur l’avoir.

On est fidèle quand on tient ce pour quoi on s’est engagé, le bonheur et l’épanouissement de son couple. Infidèle quand on ne s’y tient pas.
La pratique du candaulisme se pose dès lors comme une alternative intéressante pour rester fidèle aux engagements de contribuer à l’épanouissement de son couple à travers son propre bonheur et celui de son/sa partenaire.

Une pratique ou l’autonomie des désirs est une richesse qu’il faut savoir exploiter

La pratique du candaulisme exclut et refuse toutes formes de mensonges en pratiquant avec générosité et virtuosité l’érotisation des désirs et des plaisirs partagés, comme une forme d’élégance et de savoir vivre. Il est tout aussi important de ne pas habiller la réalisation de ses désirs par la présence systématique de son partenaire, ou un compte rendu certes détaillé mais dénué du souci de ce qui aiguise le désir de son partenaire.

L’acceptation de l’entière féminité de son épouse, la réalisation de ses désirs et son épanouissement, la conduise à rayonner aux yeux de tous pour le plus grand plaisir des hommes qui la croisent.

Cependant prenez garde lorsque vous faites partager vos aventures à votre partenaire, que vos propos ne soient pas néfastes à votre relation, parfois même teinté d’une perversité destructrice. Il faut en effet toujours chercher à préserver l’autre de ce qui pourrait le faire souffrir, comme l’autre doit nous préserver et garder à l’esprit que nous sommes tous en interdépendance émotionnelle.

Une pratique qui prolonge votre relation de couple

Pour faire durer son couple il suffit de le vouloir. La pratique du candaulisme dans son couple c’est ainsi accepter que son histoire et le désir qui vous lie ne sont pas figés mais au contraire plastique. C’est aussi accepter que rien n’est acquis mais que tout se construit et s’enrichit. Évoluer et changer à deux, nécessite le souci perpétuel de l’autre, de ce qu’elle est, ce qui reste immuable en lui, ce qui change, se modifie, se métamorphose, disparaît.

Il faut vouloir construire et revendiquer un pragmatisme teinté aux couleurs du plaisir et de la complicité. Trop de couples croient évoluer dans l’idéal, la perfection, l’absolu, et se défont dès la première épreuve rencontrée. Les difficultés, les couples candaulistes en rencontrent tout autant, mais notre pratique nous contraint à une ouverture d’esprit constante, nous implique dans une communication bienveillante permanente. Les difficultés rencontrées sont alors l’occasion de mieux remettre à plat nos différents pour enrichir, et bâtir un couple.
Une forme de développement durable du couple à l’ère du jetable.

Le candaulisme, se donner sans se perdre

Le candaulisme c’est tout l’art de lâcher prise face à ses émotions dans les bras de son amant sans se perdre, sans perdre l’amour de son conjoint. Pas question de ne pas se retrouver après, de devenir une autre, se diluer puis se perdre.

Bien au contraire, les aventures candaulistes, si elles permettent à l’épouse de s’abandonner aux plaisirs de l’adultère c’est bien aussi pour affirmer sa posture de femme libérée, assumée. Une femme avec un souci et une considération aigue de l’autre mais sans s’oublier de se respecter avant tout.

Le couple candauliste n’est pas dans une relation fusionnelle, une relation qui vise l’incorporation de l’autre, sa digestion et la négation de ce qu’il est – pour ne plus faire qu’un. Non, c’est tout le contraire ! L’art de partager des désirs et des plaisirs, à travers la différence que nous apporte l’autre, que ce soit notre partenaire de vie comme l’amant. Cette incorporation des valeurs dans la recette de notre bonheur participe ainsi à la construction d’un couple candauliste qui fait de la plasticité de la relation désirante une force sans pareille.

Le candaulisme est bien la démonstration que le sentiment de solitude existentielle, métaphysique, ontologique, qui brise parfois les illusions de l’amour dans certains couples n’a pas sa place, au sein du couple qui adopte cette pratique. Une pratique qui élève la différence des désirs et des plaisirs de l’autre à travers un partage bienveillant, au rang d’art de vivre.

5 Commentaires

  • bah laissons les coincés penser ce qu’ils voudront,du moment qu’ils ne nous empêchent pas de continuer nos pratiques candaulistes, je me fiche bien de leur opinion cependant je ne les provoque pas non plus, nous restons discrets et personne de notre entourage, famille, amis, relations de travail, relations amicales et autres ne soupçonnent que nous sommes adeptes du candaulisme
    pourtant que c’est bon ces excitations érotiques,penser sa femme avec un amant, assister aussi a ses ébats, la caresser, lécher après etc...des délices que ne peuvent imaginer .. les autres.
    rien de meilleur qu’une femme libertine en accord avec son mari

  • Bien dit.

    Les plus pervers sont souvent ceux qui pensent ne pas l’être .
    Les crétins étriqués aux valeurs figées et réac.
    Les donneurs de leçons d’une morale idiote et désuette.
    Dans le domaine de liberté totale que sont les pratiques sexuelles entre adultes consentants ,ils n’ont pas leur place ...Bien fait pour eux !

    CRDT et bonne bourre ,à tous.

  • Chacun trouvera dans le candaulsme ses propres motivations.
    Art de vivre pour les uns simple amusement pour les autres.
    Il est certain que le regard extérieur peut être choque incomprehensif
    Pourtant le candauliste pour avoir des valeurs d amour , etc bien plus fortes que celles que l on trouve dans les couples traditionnels.

  • De toute façon aux yeux des autres personnes quand on pratique le candaulisme ou encore le libertinage, nous sommes des pervers, ce sont des sujets difficiles à aborder. Nous avons fixé des règles à respecter, déjà ce n’est pas parce que nous sommes mariés que l’un appartient à l’autre. Il ne faut pas mélanger le sexe et les sentiments. Ne jamais faire ce que l’autre n’est pas d’accord. Mon mari quand je l’ai connu, il ne m’a jamais caché qu’il est libertin, par contre il m’a confié son goût pour le candaulisme que plus tard. J’avais du mal à accepter, surtout de franchir le pas. Mais il a su me convaincre sans m’imposer, de toute façon je ne l’aurais pas fait juste pour lui faire plaisir. Il m’a toujours encouragé à vivre intensément ma sexualité et grâce à lui que je suis devenue une femme épanouie. Tout ce que je fais, c’est toujours avec son consentement et dans le respect de notre couple. La première preuve qu’il a entièrement confiance en moi, il m’a autorisé à partir une semaine en vacance avec un amant. Pour rien au monde et surtout pas pour un amant, je quitterai mon mari.
    Voilà, c’est un témoignage que je tiens à apporter ma contribution.

  • Doit-on ajouter à cela que l’image retransmise par les médias sur notre façon de vivre la relation de couple dans le candaulisme, véhicule une norme en matière de conjugalité, ainsi qu’une transmission d’une perversité ou d’un déséquilibre dans notre façon d’être.
    Il serait parfois nécessaire de rétablir le sens que nous donnons à notre relation amoureuse, sans pour autant en faire prosélytisme, ni un art de vivre supérieur.
    Jacherino

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription