Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Une surprise : Partie première.

! Signaler un contenu abusif

" ... Ne te pose plus de questions ..."

Des questions, il est vrai que votre humble narrateur s’en ait posé tout le long de sa (courte) vie. Questions pragmatiques, inutiles et souvent menant à un fort casse-tête que l’on aimerait ne pas avoir à gérer quotidiennement. Pourtant, une seule et unique personne à ce jour, a enfin réussi à ne plus me faire entrer dans ce genre de futilités : je parle évidemment de ma douce et tendre Caroline, ce plaisir particulier. Loin d’entrer dans les stéréotypes du genre, ou dans un quelconque moule social, cette dernière est avant tout une femme libérée de tout complexe, assumant ses envies, ses désirs, et surtout le fait d’avoir un amant - plus jeune de 14 années de surcroît. Libérée certes, mais loin d’être objet.

Autant le dire de suite, et ne plus faire impatienter le lecteur : j’aime du plus profond de mon être Caroline. Il ne m’a fallut que deux mois pour comprendre qu’elle avait fait naître en moi de nouveaux sentiments, inédits, et surtout incroyablement sincères. Quoiqu’il en soit, ce petit bout de femme a réussi à la fois à m’instruire le plaisir sexuel, mais également l’amour. Le combo parfait en somme. Pour la remercier, quoi de plus logique que d’organiser une soirée romantique, à deux, alors que son mari de longue date doit rentrer chichement au sein de la maison familiale, dont la seule possibilité de plaisir n’est autre que sa main. Faire l’amour à sa femme, pendant que Monsieur doit se branler ... seul. Une situation évidemment amplement excitante. Surtout que Caroline, aussi douce et magnifique soit elle, est une vraie libertine, très amplement salope (comme elle l’affirme si bien de ses propres paroles) et assumant parfaitement cette situation. Situation qui semble l’exciter au plus haut point, trempant sa robe par le jus de son enthousiasme quelques heures auparavant, sans même que j’ai à user de ma propre main ... ou sexe.

Vendredi soir ne fut pas une soirée comme les autres. Un programme très chargé que j’avais pris entièrement sous mon aile, oscillant entre restaurant, club échangiste et chambre à deux seulement. Parsemé par un stress très intense concernant le déroulement de la-dite soirée, les premières minutes à table dissipa très allègrement cette boule au ventre. Aux côtés de ma belle Blonde aux yeux de verre, Laurent - mari de Caroline je le rappelle - fut volontairement éloigné au restaurant, impuissant vis-à-vis du déroulement des heures à venir. Sa femme et son amant, réuni côte à côte face à un mari ne pouvant qu’user de ses yeux pour profiter lui aussi de l’immense plaisir que procure sa femme : un véritable calvaire quasi sadomasochiste émotionnellement parlant, n’est-ce pas ? Et pour ainsi dire, Caroline constata d’elle-même ma forte érection au travers de mon Jeans. Ne pouvant attendre plus pour faire comprendre mon désir à cette dernière, quelques doigts bien placés ont enjolivé et comblé les vides entre deux coups de fourchettes. Quelle jouissance de constater que la charmante compagnie avec laquelle j’étais, n’avait pas de culotte, "chatte à l’air" et visible de tous, dont quelques gouttes de mouilles ont su avoir raison de la chaise sur laquelle elle était assise. De même, passant sa main sur mon érection, elle aussi a constaté que j’avais taché mon pantalon et que j’étais déjà prêt à la satisfaire. En plein restaurant, alors que l’heure de pointe battait son plein, nous avions commencé à nous chauffer manuellement, dont Laurent ne pouvait que rester admiratif, éloigné et surtout totalement transparent du plaisir que nous nous donnions. Ma petite "chienne" comme je l’appelle très amoureusement (particulièrement à l’oreille et en public - cela l’a fait mouiller de façon impressionnante), était déjà bien excité pour le reste de la soirée. Soirée qui s’amorça dès lors comme très ... chaleureuse va t-on dire.

Et ceci était sans compter sur la seconde partie de soirée en club échangiste : ayant donné mon corps, mon coeur, et aussi surprenant soit-il, ma fidélité à Caroline, je savais dès lors que j’accompagnerai Laurent le reste de la soirée au coeur de la "boite à plaisir", pendant que sa femme se ferrai vulgairement prendre par des libertins très chauds. Mari et amant frustré de ne pouvoir donner chair à leur compagnon commune. Et ce fut effectivement le cas : sirotant nos verres tantôt ensemble, tantôt seuls, Caroline passa presque trois heures au coeur d’un Gang-Bang improvisé par de multiples inconnus, satisfaite pour le coup par sa nouvelle réussite : la double-vaginale. Je ne pourrai nullement mentir quant à ce genre de pratique de groupe : je n’aime pas du tout ça. Cependant, j’ai appris à me raisonner avec le temps, et surtout à comprendre les envies et désir de Caroline. Et à jamais je resterais heureux de la voir aussi sexuellement épanouie, peu importe les sacrifices émotionnels que je supporte. Mais cela m’importait peu, car l’appétit insatiable de Ma Douce était encore très vigoureux, même à heure tardive, et après presque dix à quinze bites de satisfaites. Et mon excitation était à sa comble.

Une fois devant l’hôtel, quelle joie de prendre Caroline par la main, à l’embrasser, la chauffer, tout à la dirigeant vers le seuil de notre antre provisoire. Tandis que son mari, résigné et seul avec lui-même, dû repartir voiture vide chez lui, telle une vie de célibataire. Porno, catalogue sexy ? Le choix de sa possible occupation était nombreux à ce moment là. Ou allait-il simplement jouir seul dans le lit conjugal, en pensant à ce que j’allais faire à Caroline ? Rien n’était déterminé, et finalement, cela n’était pas ma pensée sur le coup. Ce qui était sûr par contre, c’est que j’étais parsemé par une folle excitation, et un stress intense : ardemment éperdu de ma Belle, j’avais préparé durant l’après-midi une surprise ...

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription