Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Une sortie au restau

! Signaler un contenu abusif

On se retrouve au resto. Tu t’es faite belles pour moi. Une jupe un peu trop fendu couvre tes cuisses gainées de bas maintenus par des porte-jarretelles. Ton chemisier très légèrement transparent mais assez échancre dissimule ta somptueuse poitrine.

Tu es belle et féminine au possible !!!

On cause de nos aventures. Cela ne nous laisse pas indifférent. Le serveur est au petit soin avec nous. Souvent, je surprend son regard plongeant dans ton décolleté ou sur tes cuisses. Si au début tu refermais ta jupe et protégeais ton décolleté. Au fur a mesure de notre causette tu laissais faire.
- " Tu es superbe ma chérie ! "
- " Non suis trop grosse, j’ai trop de seins. "
- " veux tu que je demande l’avis du serveur ? "
- " Oh non ! Il est comme tous les hommes. Sitôt qu’ils voient qu’une femme porte des bas. Ils bavent ".
- " Ah parce-qu’il a vus ? "
- " Oui je pense "
- " On y vas ? On rentre ou on va danser ? "
- " On peut allé en boite, il y a si longtemps ".

Il y a du monde. On trouve un coin pour s’asseoir. Je vais chercher a boire. En revenant j’aperçois un gars qui te cause.
- " Qui c’était ? "
- " Sais pas. Il m’invitait a dansé "
- " Eh ben pour toi qui dit que tu ne plais pas, cela n’a pas traîné ".
- " T’es bête ! Embrasse moi ".

On est, sur la piste, serré collés pendant les slows. j’ai très envie de toi. Puis on fait un rock ou deux. Cela donne soif et je retourne au bar chercher du coca pour allonger nos whiskys. C’est long, il y a du monde. Les slows reprennent. J’attends toujours nos cocas. J’arrive a notre table, tu n’est plus là.

Je fouille la piste des yeux. Avec la pénombre je bataille à te voir. Enfin je t’aperçois entrain de danser. De te voir collée à cet homme ne me laisse pas insensible. Car tu es collé à lui. Je me rapproche en restant dans l’ombre.

Ses mains glissent sur ton dos. Effleurent légèrement tes fesses. Il a posé une main sur ta hanche et la laisse lentement descendre. Il doit sentir que tu porte un porte-jarretelle. Tu ne dis absolument rien. Tu le laisse faire même. Les slows se terminent. Tu reviens a table. Je joue à l’aveugle
- " Où était tu ? "
- " Sur la piste. On m’a invite "
- " Il dansait bien ? "
- " Oui et ça fait plaisir d’être courtisée "
- " Ah ! Il te draguait ? "
- " Oui il na pas cesser de me complimenter "
- " Ça t’as plut ? "
- " Oui très. Ça m’a fait chaud "
- " Il te collait beaucoup ? "
- " Oh oui bien assez. Je crois même que je ne laissais pas insensible "
- " Tu crois seulement ? "
- " Non, il bandait et me le faisait sentir. Se frottait contre moi "
- " Ça t’excitais ? "
- " Oui assez "
- " Assez pour redanser avec lui ? "
- " S’il m’invite oui pourquoi pas "
- " Tu ne craint pas qu il se montre plus pressant ? "
- " On verra bien. Mais il risque de ne pas oser si tu es là "

Je ne sais quoi répondre. Je suis sans voix. Cela signifie t il que tu en a envie Mais 2 verres arrivent sur la table. Nous en sommes étonnes. Quelle surprise ! C est le serveur qui nous les a offert. Nous ne pouvons que l’inviter à notre table.

Pourtant bien que tu sois assise avec nous ton danseur revient t’inviter. Il dit bonjour à notre serveur. Ils se connaissent. Tu n’hésites qu’une fraction de seconde et le suis. Je fait la conversation avec le serveur. Il me dit qu’il vient souvent danser ici, et que son ami doit être ravi de danser avec ma femme que la prochaine danse est pour lui
- " Vous avez une femme superbe et très féminine. Et très attirante "
- " Merci mais ce n’est pas ma femme "
- " Ah bon je croyais "
- " Non c’est une amie "
- " Vous me permettez alors de tenter ma chance ? "
- " Aucun problème pour moi. Je vais chercher a boire.

Je le laisse a table. Je fait le tour de la piste. Te cherche, te trouve. Tu es encore plus collée à lui que tout a l’heure. Ses mains partent de tes hanches remontent t’effleurent les seins pour redescendre sur tes hanches. Je bande à te voir onduler contre lui, contre sa queue devrais-je dire.

Il cherche ta bouche l’a trouve et t’embrasse avec fougue. Sa langue dois te fouiller la bouche se mélanger à la tienne. Je suis excité au possible de te voir ainsi. Mais je retourne a table. Vous nous rejoignez peu de temps après. Tu n’as pas le temps de te poser que le serveur t’invite. En revenant tu te retrouves assise entre le serveur et ton cavalier. Je te trouve belle et épanouie. Je t’invite à danser. Me plaque a toi.
- " Humm ! Toi aussi tu bande. Tu m’as vus avec Frank "
- " oui un peu "
- " Il m’a embrassée, il a cherché à me peloter. Je sentais ses mains sur mes fesses et même mes seins. Ça me fait chaud. Vous êtes tous en rut ce soir "
- " Comment ça tous ? "
- " Alain aussi a la trique mais il a été plus directe "
- " C’est-à-dire ? "
- " Il m’a dit qu’il avait envie de moi. Qu’il avait flashé sur moi au restau. Remarque, il n’avait pas besoin de me le dire, il bandait. Je le sentais lui aussi se frotter contre ma chatte. Ça m’excite d’être aussi désirée. Il avait les mains très baladeuses.
- " Tant que ça ! "
- " Oui mieux que Frank. Il a même cherché à glisser sa main dans la fente de ma jupe "
- " Arrête tu m’excites trop ! "
- " Je n’ai pas eu le temps de l’arrêter que senti cette main arriver a ma culotte "
- " Le salaud ! Tu l’as freiné "
- " Oui bien sur bien. Quoique..... "
- " Coquine ! tu avais envie de le laisser faire ? On rentre a la maison "
- " Tu crois ? ……. Et si c’était l’un d’eux qui me ramenaient ? "

Je reste sans voix, mais te serre plus fort cherche ta bouche t’embrasse comme un fou. Tu t’offres à mon baiser te frotte à moi.
- " Tu sais mon Amour. Si tu ne veux pas je rentre avec toi "
- " J’hésite, ça m’excite oui mais je crains qu’ils veuillent te baiser. En as tu vraiment envie ? "
- " Oui pas mal ! Cela me plaît d’être draguée. Et puis je pense que je saurais les calmer. Ils sont tout de même assez correcte. Je dois t’avouer que ça m’excite de penser que ce sera peut-être l’un d’eux qui risquent de me raccompagner. Toi aussi d’ailleurs cela t’excite je te sens tout dur "
- " OK, tu as gagnée. Je t’aime "

Tu m’embrasses et nous les rejoignons. Je trouve une excuse bidon. Pour partir. Je m’éloigne te laissant avec Frank et Alain. J’ai la tête qui bouillonne. Je me pose tant de questions que je craque et retourne dans la boite. Je me noie dans la foule. Juste pour te voir retourner danser avec Alain.

La lumière est si basse que j ai du mal à te voir. Tu danses toujours aussi collée à lui, la tête sur son épaule. Il te bécote le cou. Ses mains courent sur ton dos et descendent très bas. Tu le freines. Tu relèves la tête il en profite et pose ses lèvres sur les tiennes ; tu acceptes son baiser. Alain vous rejoint et tu passes dans ses bras. Lui aussi t’embrasse et tu acceptes sa langue dans ta bouche.

Tu retournes à table. Eux se posent de chaque coté de toi. Ils se font pressant leur mains ont très tendance à se poser sur tes cuisses. Tu essaies de les calmer mais chaque fois que tu ôtes les mains de l’un c’est l’autre qui en profite. Dès que tu tournes la tête pour parler à l’un ou à l’autre ils te volent quelques bisous sur ta bouche.

Vous vous levez et dirigez vers le vestiaire. J’attends quelques secondes pour sortir à mon tour. Juste pour vous voir vous engouffrer dans une voiture qui prend la direction de la maison. Je ne devrais pas pourtant je bande comme un fou de te savoir avec eux. Jamais je n ’aurais imaginé que tu puisses accepter qu’ils te raccompagnent surtout tous les deux.

J’ai beau me dire que non, je suis pourtant convaincu qu’ils ne vont pas en rester là. Le pire c’est que j’en bande comme un malade. ils roulent doucement et je n’ai aucun mal à vous rattraper et vous doubler tant ils roulent doucement.

J’arrive quelque minutes avant vous. J’ai le temps de monter a l’étage j’entend la clé dans la serrure. Le rideau me dissimule parfaitement, il me laisse cependant, une vue plongeante sur notre salon. Tu leur proposes à boire. Tu n’as pas finit de leur servir un verre que déjà leurs mains s’affolent.
- " Doucement, vous êtes déchaînés, regardez dans quel état vous m’avez mise. Vous n’en n’avez pas assez eu dans la voiture ! "

Ton chemisier est très largement ouvert. Frank se lève et va aux toilettes. Tu t’assoies prés d’Alain ; déjà il cherche ta bouche que tu lui offre, ses mains n’ont aucun mal à se glisser dans ton soutien-gorge. Ta main est posé sur sa braguette déjà ouverte. Tu lui masses sa queue. Il en profite ôte ton chemisier. Frank revient, vous regarde, et sort sa queue. Il s’approche de vous au moment où Alain ouvre ta jupe.

Tu tournes la tête, la queue de Frank effleure tes lèvres. Tu ouvres la bouche et sa pine s’y enfonce. Tu le tètes l’aspire en lui tripotant les couilles. Alain en profite pour t’enlever ta jupe. Oh !! tu n as même plus ta culotte, les salauds ! Ils ont dut te l’ôter dans la voiture.

Tu es nue les cuisses ouverte la chatte offerte, juste avec tes bas et ton porte jarretelle, avec ces deux mâles en rut. Tout en continuant à sucer Frank ton autre main cherche à mettre la bite d’Alain à l’air. Tu gémis plus fort lorsque enfin tu l’as dans la main. Frank s’assoie. Tu as posé une cuisse sur Alain et une sur Frank ce qui ouvre et offre ta chatte au maximum.

Ces salauds en profitent. Ils te doigtent, s’enfoncent en toi. Tu râles de plaisir. Tu te penches sur Alain pour le sucer mais cela offre ta chatte. Frank ne s’en prive pas te fourre sa pine au fond du ventre. Il te pilonne, tu gémis de plus en plus fort. Il se retire alors tu grimpes sur Alain pour t’embrocher sur sa queue. Tu t’agites sur lui comme si ta vie en dépendait. Bien que ta chatte soit investie Frank veux te mettre aussi.
- " Non non pas ça "

Il ne tient aucun compte de ce que tu dit . Il pousse. Tu ne bouge pas ne cherche même pas a te dérober. Un long feulement s’échappe de ta gorge lorsque il parvient lui aussi a te baiser.
- " Oooh mes salauds ! Vous me défoncez, j’ai vos deux queues dans la chatte. Je vais jouir encore baisez moi fort. Oh oui remplissez moi ; videz vos couilles dans ma chatte. Je jouis "

Ils te liment plus fort et en râlant déchargent leurs spermes au plus profond de toi.
Ils sortent de toi te laissent alanguie repus sur le canapé. Ils se rhabillent t’embrassent et te laissent gavée de plaisir. Je te rejoins. Tu me souris béatement.
- " Tu as vu ? Ça t’a plut ? "
- " C’était géant !!! "

Je m’approche, regarde ta chatte, tu écartes largement les cuisses.
- " Oui regarde comme elle est ouverte. Deux queues dedans. Comme c’est bon. Ils m’ont défoncée mais je me suis régalée. Regarde ça coule. Ils m’ont mis trop de jus ça déborde. Viens ? Viens toi aussi me mettre le tien j’en crève d’envie ".

Je me suis rué en toi ma queue se perdait dans la foutre que ta chatte régurgitait. Et j’ai mélangé mon sperme au leurs, au fond de ta chatte. Nous nous sommes endormis ainsi.

Au petit matin j’ai a peine été surpris de voir qu’ils avaient laissé leur numéro de téléphone....

a suivre

2 Commentaires

  • Vivement les autres expériences.
    f.tyroler2@orange.fr

  • Une sortie et une belle entrée en matière ...
    L’ambiance de la discothéque me rappelle une belle soirée qui débuta un peu comme ça ,avec trois puis deux messieurs gentlemen et vicieux à la fois.
    En tout cas ,jolie mise en bouche ,on attend la suite .

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription