Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Une sirène en eau calme, suite et fin.

! Signaler un contenu abusif

Le soir, trop absorbés par l’élaboration de notre plan pour le lendemain, nous n’avons pas regardé la télévision. Et, terriblement excités, je peux vous dire que nos draps s’en souviennent.
Lundi, 14h00, un discret coup de sonnette annonça l’arrivée de la petite sirène.
Christel alla lui ouvrir tandis que, assis à la table de la salle à manger, je faisais semblant d’être occupé à mon pc.
Quand elles entrèrent dans le living j’ai levé la tête et constaté que Leïla était surprise de me trouver là. Christel fit les présentations en spécifiant que j’allais partir dans 1/2 heure.
J’eus l’impression de lire un soulagement dans les yeux de Leïla, ce qui me fit sourire intérieurement.
Bon Dieu qu’elle était belle et sexy ! Je ne sais pas si elle s’habille comme ça tous les jours, mais sa tenue vestimentaire portait à croire qu’elle aime être remarquée ! Ma chérie s’habille quasiment de la même manière lorsque nous partons à la conquête d’un nouvel amant. Jupe plissée quelques centimètres au-dessus des genoux et bas nylon.
Christel l’invita à prendre place dans le canapé et lui proposa à boire. Elle accepta un martini et Christel en prit un également.
Face à elles, je les épiais discrètement. Ma chérie avait prit place tout contre elle et lui parlait à voix basse, je ne comprenais rien de ce qu’elles se disaient. Quand ma coquine a posé sa main sur elle, Leïla a regardé dans ma direction, mais j’ai mimé l’homme prit par son travail.
Christel s’est levée et a à nouveau rempli leur verre.
Debout, elle s’est penchée vers la demoiselle et l’a embrassée. Placé comme je l’étais je ne pouvais rien voir, mais je devinais tout.
J’étais heureux, pour Christel la partie s’annonçait gagnante. En ce qui me concerne tout restait à voir.
Pendant presque 10 minutes ce furent de longs baisers et nombreuses caresses, surtout de Christel car Leïla restait plus réservée. Sûrement dû à ma présence.
Elles se levèrent et passèrent près de moi pour se rendre dans la chambre, Christel en profita pour me faire un clin d’oeil.
Comme nous l’avions convenu entre nous (Christel et moi), j’ai attendu 5 minutes puis me suis dirigé à pas de loup pour les rejoindre.
La porte de la chambre était grande ouverte et Leïla lui tournait le dos. Déjà elle n’avait plus sa blouse et Christel lui enlevait sa jupe.
Je vous assure que le spectacle de son petit cul moulé dans son tanga vous aurait rendu fou de désir, pour moi ce fut le cas.
J’étais à 30 centimètres derrière elle et elle ne le savait pas.
C’était maintenant que tout allait se jouer, soit nous gagnions, soit nous perdions.
Face à elle, la main entre ses cuisses, Christel regarda Leïla dans les yeux et s’exprima :
"c’est André qui va enlever ton soutien-gorge". Et dans le même temps je me suis exécuté.
Leïla eut un sursaut, elle ne s’attendait pas à la tournure que prenaient les événements.
Elle pivota la tête et m’aperçut.
Dans la mienne tout s’emballait, allait-elle refuser, vouloir partir ?
Mais rien de tout ça, elle ferma les yeux et me laissa faire.
Soutien-gorge retiré j’ai repoussé la porte et nous nous sommes retrouvés dans une pénombre destinée à produire une atmosphère plus intime, plus sensuelle.
Christel l’a enlacée et embrassée pendant que j’ôtais ce joli tanga dernier rempart à nos futurs ébats.
Je caressais ce fessier qui me donnait tant d’envie lorsque ma chérie a demandé si elle avait déjà fait l’amour à 3. Nous fûmes surpris de sa réponse !
"Oui, avec mon ancien copain et un de ses amis".
Ainsi donc elle n’était pas une oie blanche, elle avait un certain vécu !
Christel lui demanda de la déshabiller et, pendant que Leïla procédait à l’effeuillage de ma belle, je me suis mis nu également. J’étais au 7ème ciel, 2 déesses nues sous mes yeux avec lesquelles un plaisir immense m’attendait !
Christel s’est assise sur le lit puis s’est couchée sur le dos en invitant la petite sirène à se mettre à genoux devant elle. Leïla comprit de suite ce que ma chérie réclamait et elle a plongé sa tête entre les cuisses pour en déguster l’abricot juteux.
Moi, je ne pouvais quitter son petit cul du regard, il me donnait envie de tout lui faire.
J’ai commencé par y déposer de petits baisers tout en le caressant puis, répondant à une impulsion non-contrôlée, j’y suis allé de petites claques.
Aucune protestation de la belle, ce qui m’a encouragé. Et les petites claques virèrent à la fessée. Vu le peu de lueur je ne voyais pas si elles prenaient de belles couleurs, mais sûr que cela a dû être le cas.
Quand j’ai glissé ma main entre ses cuisses l’humidité qui y régnait m’a indiqué que la demoiselle appréciait ce moment.
Christel s’est redressée et a invité notre coquine partenaire à s’allonger sur le lit. Une fois la demoiselle en place elle lui a écarté les jambes et s’est mise à câliner la petite chatte qui n’attendait que ça.
Moi j’ai pris position pour me faire sucer par la belle, je peux vous assurer qu’elle savait y faire, que j’étais loin d’être le premier qu’elle avait en bouche. Elle me suçait tout en gémissant et se trémoussant sous les coups de langues que ma coquine lui offrait en fouillant son intimité. Ah ça elle sait y faire ma chérie, que ce soit avec un homme ou une femme !
Pendant qu’elle me suçait je me rendait compte, manuellement, que ses seins n’avaient rien à envier à ses fesses. Même si ils n’étaient pas de grandes tailles, leur fermeté et la longueur des tétons étaient un régal pour mes mains et mes doigts.
Quand la petite joua de sa langue dans mon méat urétral j’ai cru défaillir, à croire qu’elle avait deviné un de mes plaisirs le plus fort ( j’adore ça ainsi que un doux raclage des dents sur mon gland). J’ai fini par me retirer, autrement le risque aurait été trop grand que j’éjacule déjà.
Afin de me calmer un peu je me suis mis sur le côté et ai endossé le rôle de voyeur pour quelques instants.
Quelques instants qui s’éternisèrent, tellement c’était jouissif de voir ces 2 coquines s’amuser ensemble. Peut-être vais-je vous étonner, mais c’est quand les filles s’embrassaient que j’appréciais le plus. Leurs langues qui se combattaient dans un duel d’amazones en chaleur et dont je percevais la lutte même si elle était interne m’empêchaient d’avoir Popol au repos. Les gémissements de Leïla pendant que Christel lui titillait le clito ou la masturbait.
C’est quand notre sirène se remit entre les cuisses de ma chérie que je suis revenu dans la partie. Je lui ai fait quitter sa position allongée pour la recroqueviller et me permettre accès à son popotin divin.
Petites caresses à l’aide de mon majeur pour m’assurer de l’hygiène de la demoiselle vite relayé par ma langue. Quel beau trou ! Une rosace sans aucun défaut ! J’ai léché, léché, j’aurais voulu ne jamais arrêter. Sauf que j’ai eu un rappel à l’ordre de mister Popol qui lui aussi souhaitait connaître ce bel endroit.
Si la coquine avait accepté que ma langue lui rende hommage à cet endroit, si elle n’avait émis aucune objection quand mon doigt y avait rendu visite, sûrement qu’elle n’allait pas crier au scandale quand mon cerveau du bas en prendrait possession.
M’étirant un peu j’ai saisi un préservatif sur la table de nuit et en ai habillé ma coquette.
Point besoin de lubrifiant, le lieu avait été bien préparé par ma salive.
Je me suis mis en position puis... hop y ai fait entrer le gland en reconnaissance. Petit soubresaut de la demoiselle, mais elle ne tenta pas d’y échapper et continua la gâterie qu’elle prodiguait à ma chérie qui gémissait bruyamment.
Alors j’ai continué à entrer par cette porte de derrière, centimètre par centimètre jusqu’à introduction totale. J’étais enserré, comme prit dans un étau doux et chaud.
Avant, arrière, avant, arrière, d’abord de lents mouvements puis de plus en plus saccadés.
C’était trop bon, mon envie de jouir devenait incontrôlable et je n’ai eu que le temps de me retirer et d’enlever le préservatif avant d’inonder le bas du dos de la demoiselle avec mon miel chaud. Je frottais mon gland entre ses fesses tout en regardant mon sperme s’écouler entre elles.
Ma chérie, ayant deviné ce qui venait de se passer, se dégagea avec rapidité et vint me remplacer afin de récolter ma semence.
Durant une grosse 1/2 heure elles continuèrent à batifoler ensemble, mais pour moi ce n’était plus possible. Tant d’excitation m’avait épuisé, je n’étais plus en état d’honorer de manière convenable. Mais je suis resté près d’elles et n’ai pas été avare de caresses pour l’une comme pour l’autre.
Christel a continué à voir (et plus) Leïla durant quelques temps, mais il n’y eu pas de nouveaux trios avec elle.
Par contre, il y a presqu’un an j’ai revu (par hasard, je vous jure) Leïla et nous sommes allés à l’hôtel. Elle n’a pas changé, toujours aussi belle si ce n’est plus.
Maintenant elle a ouvert son salon de coiffure du côté d’Hasselt.

André

PS : Je tiens à m’excuser auprès de ceux et celles qui trouveraient que les détails sexuels ne soient pas assez nombreux, mais il est plus difficile de les raconter car :
Une pénétration est une pénétration, une sodomie est une sodomie, une fellation est une fellation. Et chez nous il n’y a pas place pour la vulgarité.
Merci de votre compréhension.

3 Commentaires

  • Bonsoir à vous.
    Encore un magnifique récit excitant comme vous savez les produire. J’aime vous lire. Tout est fluide et terriblement bandant. Dans ce récit, Leïla est très bien décrite et on peut aisément l’imaginer en pleine action surtout la la belle sodomie… Un moment magique décrit avec peu de mots laissant ainsi la place à l’imagination de chacun.
    Il y a également la main de Leïla sur le sein de Christel. Un moment fort, lourd d’incertitude mais quel délice de savoir qu’au delà du trouble de Leïla, l’émotion, l’envie, le désir finissent par prendre le dessus.
    Cette histoire là, je vais sans doute la relire plusieurs fois avec toujours le même plaisir…
    Encore merci pour la qualité de vos récits d’expériences.
    Monsieur doit être un homme sacrément heureux de vivre avec une femme telle que vous, Christel.
    Salutations
    Candopaq

  • Je suis contente que tu aies apprécié le récit. En général les partenaires féminines lors de nos trios sont surtout du choix d’André, mais avec Leïla j’ai véritablement craqué. Merci à toi pour le beau compliment que tu nous fais.
    Bisous bisous
    Christel

  • Avec compréhension ;o) je ne vois pas pourquoi vous vous excusez pour les détails sexuels qui sont pour moi bien suffisants notamment dans le passage de la sodomie de la sirène :o)
    En conclusion : très beau récit, bien écrit avec juste ce qu’il faut de suspens et de détails pour imaginer les scènes vécues !
    Un récit qui donne très envie de vivre de telle aventure : avoir une femme complice qui aime séduire une belle jeune femme pour l’amener à réaliser un trio qui se finit par une belle sodomie...
    Bien à vous
    Candaule59

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription