Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Une petite annonce qui ..., suite

! Signaler un contenu abusif

Vendredi 19h00.
Christel était ravie, ce soir elle allait avoir un amant et deux spectateurs.
"Tu me raconteras ce que vous vous êtes dit" me demanda-t-elle tout en se préparant.
"Bien sûr, soit en rentrant soit demain soir pendant que tu me suceras" répondis-je en me réjouissant déjà.
La regardant s’habiller je me suis dit que j’étais un fameux veinard. J’ai une femme sublime, aux formes plus que parfaites, qui m’aime et qui adore le sexe sous toutes ses possibilités.

20H15, nous nous mîmes en route.
Dans la voiture elle me questionna sur son partenaire du soir, je lui avait dit son âge mais rien d’autre.
"D’après la photo, il me semble assez petit, je dirais environ 1m70. Plutôt rond, cheveux courts grisonnants".
J’ai vu par la suite qu’il n’était pas rond mais très grassouillet !
Quand nous sommes arrivés devant chez C, et que Christel est descendue de la voiture, 3 hommes étaient sur le trottoir d’en face et purent se délecter des jambes de ma chérie habillée ultra-court.
J’ai sonné à la porte tout en regardant du coin de l’oeil les curieux mateurs qui se parlaient entre-eux sans quitter ma femme du regard. Cela m’a fait sourire.
C est venu nous ouvrir et nous a invité à entrer.
Son frère, F, se leva du canapé et a tendu la main à Christel qui, elle, lui a tendu la joue.
Petit bisou chaste.
C nous a proposé de prendre place dans le canapé, mais j’ai laissé Christel s’y installé seule préférant quand à moi un fauteuil. Cela n’était pas anodin de ma part.
Il nous a demandé ce que nous voulions boire, proposant diverses choses. Nous avons opté pour du Get 27.
F restait debout, ne sachant où se mettre. C’est moi (le comble !) qui l’ai invité à prendre place aux côtés de Christel. C, quand à lui, prit place dans l’autre fauteuil.
Si il aimait mater, il était servi. De sa place il avait pleine vue sur l’entre-jambes de Christel.
Après quelques minutes de bavardages sur (bêtement) le temps qu’il faisait et F restant timide, j’ai pris l’initiative de le provoquer.
"Comment trouvez-vous Christel ?" lui ais-je demandé.
Il m’a répondu qu’il la trouvait magnifique.
"Et ses jambes, qu’en pensez-vous ?"
Son regard se porta à l’endroit voulu et il n’eut qu’un mot : "sublimes".
Mais il restait impassible, cela m’énervait.
"Et elles sont d’une agréable douceur", continuais-je, "vous pouvez les toucher pour vous en rendre compte par vous-même".
Il hésita un peu puis osa y déposer une main qui caressa gentiment la peau veloutée.
A son tour, Christel mit une main sur la jambe de F, afin de lui faire comprendre sa soumission envers lui.
Cinq minutes plus tard, alors qu’il la caressait toujours sur la jambe, les choses n’évoluaient pas.
Christel me regardait et je devinais qu’elle me demandait quoi.
D’un mouvement des yeux je lui fis comprendre un scénario que nous avions déjà effectué. Elle me sourit et s’y attela.
Elle se leva et, après avoir remonté légèrement sa jupe, s’assit à califourchon sur F.
Elle déboutonna son chemisier, dévoilant sa poitrine nue (elle peut se permettre de ne pas porter de soutien-gorge, ses seins sont tellement fermes). Ensuite elle se pencha sur F et l’embrassa à pleine bouche.
Enfin il se libéra de sa retenue ! Une des ses mains caressa le dos de Christel, tandis que l’autre lui pétrissait les seins.
C et moi nous nous regardâmes avec une lueur de contentement.
C se leva et vint près de moi, en chuchotant il me fit part de son souhait que ils n’aient pas trop vite dans la chambre. Ce à quoi je lui répondis que c’était selon son désir, que pour moi il n’y avait pas urgence.
Christel quitta sa position assise et se releva. Debout devant F elle lui demanda qu’il la déshabille.
Se redressant légèrement, F commença par lui ôter sa jupe. Il continua par le string et se leva entièrement pour lui retirer son chemisier. Elle ne portait plus que ses bas nylon et ses souliers Stiletto.
C me regarda en mimant de souffler et en secouant sa main. Il s’exprima également en me disant : "Quelle bombe !"
J’étais heureux, un homme tripotait ma femme et un autre s’extasiait sur elle quasi nue, que vouloir de plus ?
Et le plus arriva !

A suivre

2 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription