Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Une petite annonce qui ..., fin.

! Signaler un contenu abusif

Appuyant sur les épaules de F, Christel le fit s’asseoir. Dans cette position il avait le minou magnifiquement épilé de Christel à quelques centimètres de son visage.
Ses mains la parcourait, allant de ses cuisses à ses fesses et revenant sur ses cuisses.
Avec beaucoup de délicatesse il lui écarta une jambe et se mit à jouer avec le clitoris. Christel est fort sensible à cet endroit, très vite elle haleta de plaisir. Il continua à flatter son petit bouton tout en rendant visite à l’antre du bonheur grâce à deux doigts.
Christel posa une jambe sur le canapé afin de bien profiter de la masturbation offerte par F.
C et moi nous étions avancés et prenions plaisir à suivre les mouvements de la main de son frère. Quelques gouttes perlaient le long de la jambe de Christel, preuve que l’homme savait y faire.
Tout à coup elle recula et invita F à se dévêtir. Il nous regarda, semblant gêné par notre présence. Christel, encore une fois, prit les choses en main (si je peux m’exprimer ainsi) et l’aida à se lever. Elle lui enleva son polo puis détacha son pantalon qu’elle fit descendre en même temps que son caleçon. Elle le repoussa et il se trouva à nouveau assis.
Il avait l’air un peu bête, assis dans le canapé et ses effets sur les pieds.
C’est C qui lui dit : "Allez, retire tes affaires gros benêt".
F retira ses chaussures et le reste, tout en restant assis.
Christel s’agenouilla et, après lui avoir écarté les jambes, commença à le branler.
De molle, sa queue devint rapidement raide et Christel la prit en bouche pour une jolie fellation.
C s’était reculé et matait le fessier offert à sa vue. Je voyais une belle bosse dans son pantalon, signe qu’il appréciait la vue et la situation.
Coquin comme je suis je me suis approché de ma femme et lui ai murmuré qu’elle se redresse un peu tout en continuant son occupation.
Ainsi elle avait les jambes droites et était complètement penchée en avant.
C était en admiration, mais je voulais qu’il en profite encore plus. J’ai écarté les fesses de Christel, donnant à voir son petit trou. D’un signe de tête j’ai fait comprendre à C de s’approcher au plus près.
J’ai humecté mon majeur et l’ai introduit, provoquant un petit sursaut de Christel qui ne s’y attendait pas. Mais elle continua ses jeux de lèvres et de langue.
J’ai retiré mon doigt et, à voix basse, ai encouragé C à glissé le sien. J’avais compris que, inconsciemment, il en mourrait d’envie.
Il la pénétra doucement, d’abord d’un petit centimètre puis d’un autre et encore d’un autre. Finalement son doigt en entier était à l’intérieur.
Je laissai quelques minutes se passer puis je lui ai retiré ce membre curieux du cul de ma femme.
Christel s’est arrêtée de sucer F et s’est redressée.
Elle s’est retournée et, faisant face à C, l’a caressé par-dessus son pantalon.
"l’objet" de F s’est vite retrouvé en position de repos, son âge ne devait sûrement pas l’aider à rester au garde à vous très longtemps.
J’ai alors proposé que nous allions dans la chambre car je ne tenais pas à ce que F ne puisse plus honorer ma chérie.
C’est à la queue leu leu (et oui :-) ) que nous nous y sommes rendus, C en tête.
Une fois là il a allumé une lampe de chevet et fermé les tentures.
Sans hésiter Christel s’est allongée sur le lit et a tendu la main à F pour l’inviter à la rejoindre.
Il s’est couché sur elle et l’a embrassée.
Après un moment ils ont changé de position et c’est elle qui s’est trouvée sur lui. Elle s’est dressée et a saisi le sexe de F qu’elle a guidé vers et dans sa chatte.
Il bougeait à peine, Christel exécutait des mouvements de bassins qui suffisaient à les repaître tous les deux.
Je me suis assis sur le lit et je caressais les reins de ma douce. C a prit place de l’autre côté et, lui aussi, promena ses mains. Il les passa partout où cela lui était possible. Les seins, les fesses, son dos, aucun endroit ne fut ignoré.
F exprima que il allait "venir", Christel se retira vivement et changea de position pour le sucer et se régaler de son miel chaud (elle m’a dit par la suite qu’il n’avait pas été très généreux).
Tandis qu’elle se rassasiait de l’offrande de F, mon regard s’est porté sur C et j’ai constaté qu’il avait sortit son engin pour se branler.
Je lui ai dit de ne pas faire ça, que Christel serait ravie d’être sa vidangeuse.
Il m’a avoué que ce qui lui ferait plaisir serait de l’enculer (sic).
Je lui ai répondu qu’il n’avait qu’à le demander à ma chérie, ce qu’il fit.
Elle accepta tout de suite (par après elle m’a dit que le doigt curieux du salon lui avait donné envie). Elle s’est mise à 4 pattes, le cul bien relevé et jambes écartées.
C est venu se placer derrière elle. Il lui a craché entre les fesses et, sans ménagement, a introduit son membre au plus profond d’elle.
Il n’avait aucune douceur, mais n’était pas bestial. Ses coups de reins puissants provoquaient des cris de plaisirs dans la bouche de Christel.
Ses coups de butoirs s’accélérèrent puis cessèrent, encore quelques mouvements lents puis il se retira. Il venait d’éjaculer.
Ma chérie sortit du lit et demanda à C où se trouvait la salle de bain. Il l’y conduit et lui donna de quoi se laver un peu.
Elle est revenue et C nous a invité à retourner au salon tandis que son frère et lui allaient se rincer quelque peu.
Quand ils nous ont rejoint ils ont eu la surprise de voir Christel toujours nue et agenouillée en train de me sucer. J’avais pris trop de plaisir à regarder et je n’avais su attendre notre retour chez nous.
Une fois soulagé et Christel rhabillée, nous avons encore bu un petit verre puis sommes repartis.

En résumé, la soirée ne fut pas "inoubliable" sexuellement pour Christel. Mais mentalement elle le fut pour tous les deux. Il est rare de rencontrer deux frères qui, de plus, baisent une femme en acceptant que le mari soit présent.

Merveilleux souvenir.

2 Commentaires

  • Nos rapports sont 8 fois sur 10 ( à peu près ) protégés. Seules les fois où nous connaissons le partenaire et sa vie sexuelle, ne le sont pas.
    Mais en ce qui concerne les fellations, elles sont toujours natures, Christel le veut.

  • Belle histoire
    Juste une petite question, est-ce que vos rapports étaient protégés ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription