Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Une nuit "d’enfer"

! Signaler un contenu abusif

Il y a 4 ans mon mari décide de m’inviter au resto, sous ses désirs, j’étais vêtue de dessous en dentelle bleue par dessus une jupette ample et un chemisier, pas de talon mais des escarpins discret.
Nous sommes parti avec sa nouvelle camionnette un T5, quand nous sommes arrivé près du restaurant, il m’a demandé de placer sur mon sexe, un petit papillon vibrant télécommandé, il regorge d’idées farfelues mais j’adore ça... Ensuite nous sommes rentré dans l’établissement, l’endroit était discret, il y avait des parois et des plantes qui rendaient notre table intime, sur une table voisine, il y avait deux hommes d’une cinquantaine d’année qui discutaient.
Quand nous avons levé notre premier verre, mon mari m’a regardé dans les yeux et a fait vibrer mon papillon quelques secondes, la sensation était agréable et dans un milieu public, le côté interdit me plaisais beaucoup... Il a gardé la télécommande en main quasi toute la soirée, au moment du repas, à force de me faire vibrer à petit feu, j’étais de plus en plus excitée, au dessert j’étais fiévreuse... Il me connaissait très bien et arrêtaient les vibrations juste avant que je jouisse. Un moment il a exigé que j’écarte les jambes en direction de mes voisins de table, j’avais oublié la gène et m’exécutais volontiers, c’était discret, mais ils pouvaient voir mes dessous, ce qu’ils ont apprécié... Petits sourires et échange de regards, un des hommes a levé un verre en nous regardant et mon mari lui a répondu avec courtoisie, le dialogue était ouvert et ils ont vite compris à quoi servait le petit boîtier rose que mon mari tenait, ils ont joué le jeux et je suppose qu’il devaient trouver ça très comique et excitant.
Quand le pouce était servi et offert par notre table voisine, nous avons trinqué ensemble, j’en était toute retournée car mon mari continuait à me faire vibrer sous leurs yeux, je me rappelle quand mon mari a proposé la télécommande à nos voisins de table, j’ai senti le sang me monter à la tête, ils m’ont regardé droit dans les yeux et mon fait jouir, l’intensité de ma jouissance était énorme, après j’ai dû me reposer quelques minutes pour retrouver mes esprits. Un sentiment de gène et d’excitation me rendait muette, et pourtant, la soirée n’était qu’au début...
Avant de nous lever, mon mari avait écrit sur une serviette en papier quelques mots qu’il avait tendu à nos voisin, j’ai su par après que c’était un rdv à un lieu bien précis. Nous sommes parti en échangeant des regards coquins avec nos amis d’un soir. Quand nous sommes rentré dans sa camionnette, il m’a invitée à m’allonger derrière sur un tas de couverture qu’il avait préparé à l’avance, visiblement il avait déjà toutes ses idées...Je lui ai obéi avec joie car j’avais encore les jambes toutes tremblantes, une fois installée allongée sur le dos, il m’a attaché les jambes et poignets avec des bas en nylon, j’ai compris que notre soirée était loin d’être finie, me sentir à sa merci dans cette situation me redonnais vigueur et appétit... Il pris place au volant et démarra direction hors de la ville, a certains feux rouge, il venait près de moi pour ouvrir mon chemisier et retrousser ma jupette, j’avais l’air d’une fille en otage et sans défense près à recevoir tout les vices de mon maître, il me connaissait bien car je vivais un fantasme à peine dévoilé.
Nous avons roulé plus ou moins 15 minutes et il s’est arrêté sur un parking d’autoroute, il devait être 1 ou 2 h du matin, par la vitre du hayon arrière, j’avais remarqué quelques camions garés sous des lampadaires, c’était calme, il faisait chaud, nous étions en été. Il quitta sa place de chauffeur pour s’installer près de moi, il me disait des mots à l’oreille pour tester mon degré d’excitation et improvisait selon mon état, je dois avoué qu’il me rendait dingue, dès qu’il me touchait je vibrais sous ses doigts en imaginant se qui m’attendait...Il se redressa et ouvra la porte latérale à moitié pour jeter un regard dehors, il m’expliqua qu’il y avait quelques camions et voitures garée pas très loin de notre place et qu’il y avait du mouvement dehors... excité et décidé, mon mari ouvrit un peu plus la porte et s’installa à nouveau près de moi, il commença à se déshabiller, une fois nu il enfila un bandeau sur mes yeux et se mit à genoux au dessus de mon visage les mains sur mon ventre, je ne pu me retenir et releva la tête pour embrasser ses parties les plus intimes, ces doigts s’infiltraient entre mes habits, effleuraient mon sexe humide, c’était très doux, depuis le début de notre soirée, mon sexe avait joui intensément et demandait une pénétration pour soulager mon ventre bouillant mais ne sentait que caresses et effleurements, il me fallait encore attendre et cela me rendait de plus en plus folle, Soudain des bruits de pas m’avaient figée, il y avait du mouvement autour de notre camionnette, sans pouvoir regarder j’imaginais un ou des hommes, mon mari murmurait et visiblement communiquait avec quelqu’un, j’ai senti le véhicule bouger par la charge d’une personne qui montait, mon excitation était à son comble, était-ce un jeune apollon ou un homme mûr, à quoi ressemblait-il ? Les mains de mon mari glissa à la hauteur de mes genoux et me força à écartée les jambes, j’ai senti du mouvement et ensuite un souffle chaud et humide au niveau de mon sexe, la personne en question s’était installée entre mes cuisses et m’oscultait de son regard, ses doigts commençaient à me toucher, J’ai a nouveau joui quand j’ai senti sa bouche sur mes lèvres, sa langue me goûtait, puis à nouveau j’ai senti un homme monté et est venu s’agenouiller au niveau de ma tête, J’ai baladé ma main droite sur son pantalon et je l’ai dégrafé pour découvrir son sexe, il durcissait peu à peu dans ma main pendant que mon sexe se faisait malaxer par cette langue d’inconnu, mon mari accroupi au dessus de ma tête me donnait envie de lécher, j’avais maintenant six mains baladeuses sur tout mon corps fiévreux, La dernière personne entrée me pris les cheveux et me dirigea sur sa queue toute raide, il mouillait et ça me plaisait, quand je le prit en bouche, j’ai senti mon mari m’écarter encore plus les jambes et très vite j’ai su pourquoi... la personne qui me léchait s’était mise à genoux et commença a me pénétrée... Son gland m’a fait gémir de plaisir, depuis le début de cette soirée j’avais le sexe en feu et désirais sentir une bonne queue en moi, je sentais ce vas et viens et ce sentiment d’être prise par un inconnu me laissait complètement ivre de sexe, je ne voulais plus que ça...
Je me suis laissée prendre et j’ai senti à nouveau un début de jouissance mais c’était différent, toutes ces mains qui me tenaient et me découvraient avec ces sexes qui me pénétraient me donnaient encore plus d’appétit... Puis un moment, quand j’ai levé la tête j’ai remarqué quelques regards à travers le hayon arrière de notre véhicule. ils étaient là, en train de me regarder sous l’emprise de ces trois hommes, mon mari les a invité à monter, j’ai aperçu d’autres hommes de tout âge, il n’y avait pas assez de place à l’arrière c’est à ce moment que mon mari leur a proposé de me porter dehors sous les arbres, ils était quatre a me lever, j’était comme leur proie, une fois dehors et suspendue entre ces quatre hommes, ils me dirigèrent sur des différentes queues toutes droites, je ne sais plus combien de sexe j’ai senti me pénétrer mais je me rappelle que cela a durer longtemps, mes jambes tenues écartées et mon torse soutenu sous leur mains fermes ma tête en arrière prête a avaler un sexe, je me faisais pénétrée des deux côté en même temps et sentais des jets de sperme m’envahir. Cette sensation me fait encore mouiller après 4 ans et je ne me lasse pas d’y penser avec mon mari qui m’a offert une nuit "d’enfer"...

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription