Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Un vrai gang bang

! Signaler un contenu abusif

Un vrai gand bang

Nini en avait envie depuis quelque temps et moi, j’avais envie de la voir se faire saillir par plusieurs mecs à la suite ; elle avait déjà fait l’amour avec plusieurs hommes, mais jamais à la suite et surtout toujours avec des préservatifs, plastique qu’elle m’apprécie pas mais que la sécurité impose. Elle avait envie de se faire remplir de sperme .D’où le temps qu’il nous a fallu pour réaliser nos envies et pour cause : il fallait trouver des hommes dispos à une date précise, avec une belle queue et surtout avec des tests très récents (la semaine au plus). Enfin le jour est arrivé.

Pour le groupe, nous avions choisi deux amis, très bien membrés (entre 19 et 22 cm) avec qui elle avait déjà baissé avec beaucoup de plaisir et trois autres, avec recommandations, photos et tests. En l’occurrence deux noirs et un magrébin. Pour l’occasion, nini s’était fait maquiller par sa maitresse, outrancier, provoquant, même les pointes de seins avaient été recouvertes d’un rouge vif ; pour sa tenue, quand elle est descendu, j’ai failli lui sauter dessus : un body collant en dentelle noir, laissant les seins découverts les tétons colorés et la totalité de son sexe et de son fessier apparent, chaussures à talon rouge, et sur ses épaules une écharpe en dentelle ; une vraie « prostituée » pour une personne ne la connaissant pas. Nous avions un peu débarrassé le salon pour pouvoir y étendre deux grands matelas recouverts de draps. Et en provision quelques bulles pour les intermèdes et pour moi, car il avait été convenu que je ne participe pas, par plaisir pour nous et aussi pour pouvoir filmer ; mais aussi par sécurité pour éviter si nécessaire quelques débordements éventuels. Nini est restée à l’écart, en attendant l’arrivée de tous les participants.

Les premiers furent les deux amis, très excités à voir la bosse déjà visible sous leur pantalons ; il est vrai qu’eux connaissent les capacités de nini pour avoir déjà jouis de nombreuses fois avec elle ; ensuite, ce fut le jeune magrébin, Karim, 170, bel homme, un sourire ravageur, puis en dernier les deux blacks, baraqués. Un petit contrôle des tests, tous conformes, quelques consignes pas de violence, pas de crad, ni uro, pour le reste pas de limites, en respectant éventuellement la fatigue de leur partenaire. Nini avait envie de descendre, une fois tous les hommes nus, ce qui les a mis en forme très rapidement ; avant l’appeler, j’ai pu constater que leurs affirmations sur la taille de leur sexe n’était pas surfaite, pas un de moins de 18 cm, et pour le plus gros, celui d’un des noir, au moins 25 à 26cm ; elle allait déguster, la suite l’a confirmé. Enfin elle a fait son entrée. Après m’avoir déposé un long baiser sur les lèvres, elle s’est livrée à eux, passant de l’un à l’autre, flattant leurs sexes, tous en érection, leur pinçant les tétons, embrassant fougueusement ses deux amis en premier avant d’en faire autant ensuite aux autres ; en signe de son abandon à leurs envies, elle s’est allongée sur lit aménagé , écartant ses jambes , découvrant ainsi sa chatte béante, dont les lèvres rosées, brillaient déjà par sa cyprine. Leur tentant les bras, elle leur dit « venez, je suis à vous, baisez moi, je suis votre petite salope et j’ai envie que vous me remplissiez de vos jutes » ce furent ses dernières paroles avant la ruée
.
Le premier en action fut Karim, qui sans hésitation, avec le culot de la jeunesse , vient se planter directement dans la moule ouverte ; nini ne peut retenir un petit cri de surprise, d’autant plus que la pénétration est complète, les couilles venant battent du premier chef, les fesses de nini ; même si elle était dilatée et déjà bien lubrifiée, la taille du sexe, plus gros que le mien doit lui dilater le conduit ,d’autant plus que les coups de queue sont puissants. Les autres se sont regroupés autour d’elle et quatre bites sont à sa disposition ; malgré la saillie puissante, elle essaie de les sucer à tour de rôle, les branlant, triturant leurs couilles ; puis soudain c’est sa première jouissance, un gémissement suivi d’un long cri qui résonne dans la pièce, et je constate que tendu contre elle, accroché à ses hanches Karim doit la remplir de sa semence car lui aussi râle, parcouru de spasme. Quand il se retire, un filet de sperme le relie encore à la vulve béante et des écoulements se répandent sur les cuisses écartelées. Aussitôt c’est le black , le plus membré qui prend place ; plaçant son gland, entre les deux lèvres, la prenant par les fesses pour relever son bassin, lentement sa queue a pris possession des lieux ; à la fois doux et conquérant, sa queue s’est enfoncée profondément ; sur le regard de nini , on pouvait voir la percée dans son ventre, la bouche ouverte cherchant l’air, les yeux fixant l’homme, elle attendait que le membre soit en entier en elle ; quand le bassin de son amant s’est arrêté contre elle, complétement remplie par ce chibre, un long feulement a traduit sa satisfaction. Propulsant son bassin en avant, agrippée à ses bras, le regardant droit dans les yeux « maintenant, défonce moi, laboure mon ventre, fait de moi ta femelle, prend moi comme une salope que je suis ; puis me regardant, il me remplit avec sa grosse queue et je vais m’offrir à lui, me donner, me faire saillir comme tu ne m’as jamais pris ; ensuite, ils pourront tous me baiser, devant toi ». Ses paroles sont une véritable provocation pour l’homme qui la possède. À son tour, il me regarde « elle se souviendra longtemps de ma queue ; je vais la faire jouir comme tu ne l’as jamais fait, elle sera à moi à jamais » en effet toujours agrippé à ses hanches, il s’est mis à la pilonner, ressortant son sexe, me le montrant avant de l’enfoncer à nouveau de toute sa longueur ;la jouissance de nini est profonde, sauvage, elle crie sous les coups de queues, réclamant encore plus, s‘offrant à son étalon, ; puis la retournant, il la prise en levrette, ,écartant ses lobes, découvrant un sexe béant, bavant de semence ; à chaque poussée, ses couilles viennent frapper contre son clito ;

« T’es une belle salope, dis-moi que tu aimes ma queue » un grognement lui répond ; une claque s’abat sur ses fesses
« Répond, dis-le que t’es une belle salope et que tu aimes te faire baiser devant ton homme »
« Oui j’aime me faire prendre, je suis à toi, je suis à vous, baise moi fais-moi gueuler de plaisir ; je veux sentir ta queue me remplir avant qu’elle ne m’engrosse ; je veux ton sperme dans mon ventre plein de ……….. »
elle ne peut continuer car brusquement il s’est propulsé dans la vulve , lui coupant le sifflet ; pendant un long moment , il la prise, alternant les positions, alternant le rythme, l’amenant à chaque fois à une jouissance ; le visage déformé par le plaisir, elle jouit en continue ; quand elle me regarde , je peux voir dans ses yeux son plaisir, complet , sans doute comme jamais je ne l’ai vu ; aujourd’hui, je me vois vraiment cocu , même si pour nous c’est un jeu ; jouissance à son apogée quand se bloquant contre son fessier, il se cabre, râlant alors qu’il éjacule en elle, puis se retirant rapidement, il termine de jouir, se répandant sur son visage. Autour d’eux, les quatre autres se branlent, le sexe bandé, excités par le spectacle qu’ils viennent de vivre.

C’est ensuite une suite de possession, toutes rapides tant leur envie est présente, complète , jusqu’à l’éjaculation, dans son ventre ou sur elle ; Toujours sur le dos, elle encaisse les coups de butoirs, s’accrochant aux corps qui la possèdent, jouissant maintenant presque en continue, d’autant plus qu’alors qu’elle est remplie par une queue qui la laboure, les autres jouent avec son corps, pétrissant ses seins, malmenant ses tétons qui ont perdu leur teinture mais sont toujours aussi rouges et tendus, remplissant sa bouche soit avec une langue agile, soit avec une queue bandée ; elle essaie de leur faire des gorges profondes, mais la taille des sexes la gêne et souvent elle doit se contenter de les sucer d’autant plus que secouée par l’homme qui la prend, sa stabilité est plus que branlante ; c’est Paul, son ami qui le premier se repend entre ses lèvres, restant en place pour qu’elle avale la totalité de son sperme ; quand , il se retire, provoquante, elle ouvre en grand sa bouche , pour lui prouver qu’elle a tout avaler.
Pendant plus de deux heures, elle va se faire prendre, se livrer aux autres, certains la prenant plusieurs fois, sans jouir, seulement pour la posséder ; se faire remplir la bouche, se faire engrosser par ses fougueux amants, tantôt en levrette, tant plantée sur le sexe de son amant couché sur le dos ; plusieurs fois, elle s’était fait doigter l’anus, mais il avait été convenu que ce serait elle qui solliciterait la sodomie et tous se sont appliqués à lui dilater l’anneau, dans cette attente. Elle jouissait en continue et quand ses pourfendeurs lui défonçaient la chatte, et que leurs glands venant percuter de sa matrice, ses cris remplissaient la pièce, pour mon plus grand plaisir Pendant tout ce temps, j’ai filmé, m’arrêtant pour pouvoir me caresser, me masturber tellement la scène était excitante. La voir se faire couvrir au moins une dizaine de fois par ces males en rut, se faire engrosser au moins cinq fois le chatte ;de ses cuisses s’écoulant le mélange de leurs spermes et de sa cyprine reprenant des forces soit en se faisant branler par nini, soit en se faisant sucer. Par trois fois, ils se sont vidés dans sa bouche et sur ses seins.
Epuisée, elle a demandé une pause et c’est avec plusieurs coupes de champagne que nos invités ont repris des forces et Nini ses esprits. Se collant contre moi, elle m’a embrassé avec fougue, encore pleine du gout du sperme qu’elle avait avalé puis m’a avoué son plaisir ; « t’a vu comme ils m’ont bien baisé ; c’est la première fois que je jouis autant regarde, ils m’ont rempli ; je suis pleine de sperme ; suce moi, lèche ma moule pour y prendre le sperme de mes amants » les cuisses écartées, de sa moule béante s’écoulent des filets de sperme, ma langue lui suce les lèvres baveuses, puis aspire le mélange de sécrétions ; ses gémissements reprennent, puis brusquement, elle me repousse la tête, puis me prenant la main, elle la présente à l’entrée de sa grotte « fiste moi » la demande est impérative . C’est presque que sans difficulté que ma main l’a possédée, pénétrant jusqu’au poignet , facilité par le jus dont elle était remplie ,tellement elle était dilatée ; il ne m’a pas fallu longtemps pour la faire jouir, déclenchant chez les autres hommes une nouvelle érection et une nouvelle et longue séance de possèssion, pour elle, séance qui cette fois allait permettre d’autres jeux.
A suivre

6 Commentaires

  • superbe narration et moment au combien excitant , à revivre ...

  • Oui ... comme tu le soulignes "précautions minimums" ... vraiment très minimum .. lol

  • Moi je trouve votre témoignage extrêmement séduisant. Vous avez pris les précautions minimums l’idéal étant l’utilisation du préservatif bien entendu !
    Votre témoignage ne fait pas l’apologie de la non prise en compte des IST et c’est bien là l’essentiel.
    Pour le reste, je me régal toujours autant à vous lire.

  • Et bien pour un médecin c’est pas très fortiche ... et vous le savez très bien !! Ce que dit Simorgh est tout à fait vrai et si vous étiez réellement médecin vous ne feriez pas ce genre de chose.

  • Reponse à mr simorgh
    Donneur de leçon c est très bien. Je suis médecin et je connais très bien les délais des tests hiv. Nous pratiquons depuis longtemps et je respecte ma femme et si nous aimons jouer, il n’en reste pas moins que si j’aime la voir prendre du plaisir, je sais aussi la protéger. Difficile parfois de tout transcrire sur un récit, mais il est vrai que vous m’écrivez jamais. De plus si id’après vous je lmets ma femme en danger, je mettrais aussi la mienne
    Oui nous avons des fantasme heureusement,mais ces récits sont vrais, ne vous en déplaise

  • On se fout du monde...
    Parfois les adultes sont plus inconséquents que les jeunes.
    Un test HIV négatif, de moins d’une semaine, ne veut strictement rien dire...
    Le temps d’incubation, suite à une infection remontant à 8 jours, ne donnera rien et les gogos croiront que les partenaires sont sains.
    C’est le meilleur moyen pour se faire plomber.
    La roulette Russe ce n’est pas malin... et ce n’est pas que votre problème, car vous impliquez une femme qui est supposée être la votre et que vous êtes censé protéger...
    A moins que vos histoires ne soient que du fantasme, ce qui est mon sentiment.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription