Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de partenaires de candaulistes >

Un visage peut en cacher un autre

! Signaler un contenu abusif

Il est rare que je rencontre un homme aussi rapidement avec aussi peu d’échanges. Mais avec lui, les choses se sont passées très vite. Sa fiche sur un site libertin était attrayante aussi bien au niveau des photos que des témoignages qui lui étaient dédiés.

Mais ce qui l’en ressortait laissait imaginer un "collectionneur d’aventures". Au vu de nos échanges, je réalisais que je fantasmais sur un genre de « bourrin » !! J’imaginais un personnage allant droit au but de façon très naturelle en écoutant avant tout son instinct.

Bref, j’avais envie de le connaitre.
Il n’était pas très expressif par écrit mais je décidais malgré tout de lui proposer un premier rendez-vous autour d’un verre en soirée. Celle du dimanche suivant était disponible pour nous deux. Le rendez-vous était donné dans un cinéma de la banlieue toulousaine.

A l’heure convenue, j’attendais dans ma voiture quand il m’avertit à l’heure précise qu’il aurait quelques minutes de retard. Il était poli, ce qui m’étonnait un peu par rapport à l’image que j’en avais ! Finalement, à son arrivée, ne me trouvant pas, il me téléphonait pour convenir d’un endroit où se retrouver. Entendre sa voix me surprit surtout dans son intonation. Il paraissait très doux et troublé par l’imminence de notre entrevue. Mais il ne s’agissait bien sûr que d’une interprétation de ma part !

C’est en venant à la rencontre l’un de l’autre que nous nous sommes aperçus. Le voir se diriger vers moi me procurait immédiatement une émotion particulière en ce sens qu’il n’était pas du tout comme je le pensais. En l’occurrence, ce décalage normal entre la réalité et le virtuel avait ses avantages. Il dégageait un certain charme voire un charme certain et une attraction mutuelle se ressentait nettement. Nous étions tous les deux gênés, troublés par la présence de l’autre. Dans ces moments-là, la réserve est pratiquement un excitant.

Ce cinéma offrait la possibilité à son public de se restaurer sur place ou de boire un verre en terrasse. En attendant notre tour pour commander, je ressentais une réelle attraction physique mutuelle qui n’est pas si fréquente que cela surtout dans les deux sens. Cet homme serait-il celui que je ramènerai ce soir à la maison pour la surprise que je réservais à mon mari ?

Je le laissais seul un instant pour m’éclipser aux toilettes et profitais de cette absence pour échanger quelques messages avec mon homme. Il comprit que c’était assez positif mais je ne me prononçais pas plus en faveur d’une suite favorable pour ne pas le décevoir.

Je voulais en sa(voir) plus. Je l’informais que je cesserai de consulter mon téléphone par respect pour mon amant potentiel que je retrouvais maintenant en terrasse où il s’était installé à l’écart des autres tables. Je vis de loin qu’il me lançait un regard bref mais perçant avant de rebaisser les yeux. Je me sentis « proie » dans le bon sens du terme. Une étrange impression d’ailleurs que cette évaluation qui avait lieu malgré nous.

Dans ces moments-là, chacun sait parfaitement qu’il fait l’objet d’observations et que le rapport de séduction est omniprésent même s’il n’est pas évoqué.
Deux heures de discussion suivirent. L’objet principal de notre échange fut le sexe naturellement étayé par nos expériences respectives en la matière. Je compris que cet homme avait vécu deux histoires d’amour importantes en renonçant au libertinage et par ailleurs, quelques années de libertinage seul.

Mais à l’avenir, il formulait le souhait de concilier les deux. Le fait qu’il ait déjà vécu en couple, qu’il recherche de l’originalité dans sa vie et qu’il aime les expériences atypiques me plut clairement. Son comportement était rassurant dans le sens où il ne paraissait pas vouloir forcer la main.

De plus, il était très calme avec une note d’humour que j’appréciais plus particulièrement. Au fur et à mesure de notre discussion, tout me paraissait correspondre à ma recherche : il était célibataire, expérimenté, curieux, ouvert et le charme faisait son œuvre. Je le sentais à mon attitude réservée. A l’inverse, quand un homme ne me plait pas, je suis capable de rentrer dans un rôle totalement différent, distant et superficiel.

A amont de notre rencontre, je lui avais soumis un scénario via le net : celui de surprendre mon mari dans son sommeil en amenant un amant dans notre chambre. L’idée lui plaisait et il me le confirma ce soir-là.

Pour être honnête, ce rendez-vous traînait en longueur : on discutait, discutait… et je n’arrivais pas forcément à trouver les mots pour que l’on quitte cet endroit au demeurant très agréable. Je sentais que lui, était endurant sur le plan de la patience et avait l’air de vouloir me laisser décider.

Ce que je fis au bout de … deux heures !… « Et si on allait se promener ? » dans l’idée qu’il me raccompagne à la voiture. La terrasse était devenue déserte. S’ensuivait une marche dans la ville… que je ne souhaitais pas ! Il m’avait prise au mot pensant que je voulais véritablement me balader ! Grrrr ...

Comment allais-je faire comprendre à cet homme que la seule chose à laquelle je pensais désormais, c’est qu’il me suive chez nous ? Plus je laissais passer le temps, moins je trouvais la solution. Il faut dire que je n’ai pas pour habitude d’inviter un homme à la maison au premier rendez-vous. Lui suivait naturellement. J’espérais qu’il me propose quelque chose d’un instant à l’autre mais ... rien !

A un moment, je décidais de faire demi-tour pour regagner ma voiture où j’espérais déclencher quelque chose. Je profitais d’une phrase concernant sa voiture pour lui suggérer « Est-ce que tu penses que ta smart peut faire une demi-heure de plus de route ? » Nous étions face à face à une faible distance mais sans oser nous toucher. Son visage exprima alors une sorte de ravissement mêlé de surprise et de timidité.

Visiblement, il ne s’y attendait pas ! Je n’étais pas sûre qu’il accepte car il était fatigué et ne m’avait pas complimenté plus que cela. Mais je savais que le scénario lui plaisait. Je rajoutais « je ne te force pas la main. Tu viens si tu en as envie » « Oui j’en ai envie » presque gêné de répondre. Il poursuit « Mais je dois aller à la pharmacie acheter des préservatifs ». En attendant qu’il revienne, j’étais agréablement étonnée de constater qu’il n’avait pas prévu de suite « physique ».

J’avais hâte de réaliser ce fantasme que j’avais en tête depuis des mois. S’il se déroulait selon mes plans, mon mari en serait très excité. Mais il fallait qu’il s’endorme. Or, il attendait mon retour ! Je le persuadais donc par sms d’aller se coucher car je discutais encore un moment ! Petit mensonge certes mais nécessaire !

En effet, s’il ne dormait pas, mon scénario ne tenait plus vraiment.
Nous voilà partis l’un derrière l’autre, chacun dans notre voiture. Je réalisais en empruntant la rocade déserte qu’un quasi inconnu me suivait et que je ne pouvais plus faire marche arrière. Ce n’est pas sans un certain stress que je poursuivais ma route. Je n’avais aucune idée ne serait-ce que de sa façon d’embrasser. Au diable les doutes ! Cela fait partie du jeu.

Les moteurs des véhicules auraient pu alerter mon mari mais il n’en fut rien. Je sentais que notre hôte était excité à l’idée de me suivre. C’était étrange, inhabituel, déstabilisant mais nous ne nous sommes même pas embrassés avant d’entrer, ce qui participait encore plus à notre impatience.

Deux personnes qui ne se connaissent quasiment pas, qui ne se sont jamais effleurées et qui vont partager un fantasme … à trois avec un mari inconnu pour l’amant…c’est loin d’être commun !

C’est sans réfléchir que je lui montrais le chemin et ouvrais la porte d’entrée.

Il y avait un petit risque de croiser un de nos enfants mais la traversée du salon était rapide avant de pouvoir nous isoler dans notre partie. La maison était silencieuse et c’est dans l’obscurité que je lui pris la main, premier vrai contact physique entre nous. Ce contraste entre ce lieu familier pour moi et la situation totalement nouvelle me déroutait quelques secondes mais je me recentrais sur lui en lui demandant « ça va ? ». Il avait l’air ravi !

Le petit couloir qui mène à notre chambre représentait le dernier espace avant « d’entrer en scène ». Ma seule préoccupation était de ne pas réveiller mon mari censé dormir depuis une demi-heure. Pas de bruit dans la chambre mais… la lumière automatique qui s’allume dans le couloir où nous étions engagés. Oups ! Sans compter les miroirs qui le longeaient et pouvaient renvoyer nos reflets directement visibles de notre lit !!

Je réagis rapidement en éteignant cette lumière traîtresse. Mon invité avait cessé de bouger comprenant qu’il ne fallait pas compromettre cet instant. Au seuil de la porte, aucun mouvement émanant du lit conjugal n’était perceptible. Je n’avais pas vraiment la certitude que mon homme dormait car je ne distinguais qu’une ombre floue. Impossible de croiser son regard !

C’est maladroitement que nous avons commencé à nous embrasser au pied du lit. Quelques secondes suffirent pour retirer ma robe moulante à rayures. Mon amant put constater que j’étais parfaitement nue sous ma tenue. J’avais été prévoyante : il ne fallait pas avoir trop d’entraves !

Nos yeux s’étant habitués à l’obscurité, nous pouvions distinguer plus précisément les éléments. Je m’asseyais alors sur le rebord du lit l’invitant à me rejoindre par mon attitude. Dans mon dos, je me demandais à quel moment et comment mon mari se manifesterait. Etrange sensation que d’attendre une réaction dans ces moments-là ! Je tournais alors un peu la tête et soudain, son bras se tendait vers moi, son sourire à peine perceptible de ma place. J’étais heureuse de mon effet.

Mon attention fut alors détournée par mon amant qui s’était déshabillé entièrement et offrait un corps parfaitement sculpté. Sa silhouette était encore plus magnifiée par la semi-obscurité qui atténuait les défauts éventuels pour mettre en valeur l’ensemble de son corps. J’étais subjuguée par cet aspect physique que je ne m’attendais pas à découvrir. Les vêtements qu’il avait jusque-là ne valorisaient pas ses atouts à leur juste valeur.

C’est alors que je fus immédiatement et totalement dominée par cet homme devenu sauvage brutalement. Alors que j’étais à demi allongée, il se plaçait au-dessus de moi, m’imposant une fellation presque forcée en alliant des gestes fermes et précis. Que m’arrivait-il ? Comment se pouvait-il que quelqu’un change de visage aussi vite ? Je n’avais jamais croisé un homme avec une attitude sexuelle aussi opposée à son comportement « social ».

Alors que j’étais allongée sur le dos totalement offerte, je lui fis part de mon étonnement : « Mais je pensais que tu étais calme ! ». Il fit le tour du lit lentement sans un mot pour se placer dans le même sens que moi. Ces quelques secondes de silence me firent trembler d’avance. Elles semblaient durer deux fois plus longtemps et accentuait le contraste entre ses deux visages. Alors qu’il se penchait pour s’allonger sur mon corps, il me répondit enfin en souriant : « C’est fini maintenant » ce qui ne manqua pas de m’exciter encore plus.

Mes sensations étaient comparables à celles procurées par des montagnes russes offrant un spectacle des plus excitants à mon mari qui observait sans rien dire la scène. Je lui montrais là un aspect de ma personne que j’ignorais moi-même jusque-là. Aussi, il ne tardait pas à vouloir bénéficier de mes caresses buccales, n’en pouvant plus d’être simple spectateur. Je compris qu’il était particulièrement à l’écoute de sa pulsion quand il éjacula dans ma bouche rapidement.

Ce trio infernal continua en duo des heures durant, faisant une pause et reprenant nos ébats. La fin de notre corps à corps fut un véritable feu d’artifice. Voyant que j’adorais me masturber, mon amant n’avait de cesse de pratiquer des tapotements appuyés avec son sexe sur mon clitoris alternativement avec l’entrée de mon vagin. Ces caresses répétées me procuraient des jouissances successives intenses qui auraient pu durer le restant de la nuit si la fatigue ne nous avait pas rattrapés.

Cet état second lié à l’épuisement de nos réserves énergétiques était comparable à l’action d’une drogue. Les endorphines avaient fait le reste me laissant dans un état de bien-être rare. Je me laissais alors complètement aller dans les bras de mon nouvel amant qui me caressait longuement avec autant de tact que mon mari peut avoir. Ce dernier dormait à moitié à nos côtés et à cet instant précis, un sentiment de plénitude m’envahit totalement. Quel bonheur !

Le lendemain, j’avais hâte de connaître le point de vue de mon mari sur notre soirée. Il est toujours intéressant, enrichissant et amusant de comparer nos deux perceptions. En reprenant le fil du scénario, il m’avoua d’abord ne pas avoir entendu les voitures arriver. Mais doté d’une ouïe fine, il avait cru entendre des pas dans le salon. Je n’avais en effet pas pensé à retirer nos chaussures…

Il ne comprenait pas pourquoi j’étais déjà rentrée alors que j’étais censée discuter au café ! C’est vrai aussi… Du coup, il était plus vigilant. Il crut même percevoir des voix mais sans certitude. En effet, nous avions chuchoté en entrant dans la maison. Quant au moment où nous sommes arrivés dans le petit couloir, ce fut la certitude pour lui que je n’étais pas seule. Il me décrit ensuite nos vêtements qui se mirent à voler dans la pièce et la suite…mémorable qui était inutile de rappeler !

6 Commentaires

  • Superbe......

  • c’est parfaitement équilibré et tellement féminin ! j’adore toutes ces questions et multiples idées simultanées qui traversent l’esprit de nos compagne.
    C’est tellement vivant et en même temps, je ne parviendrai jamais à être dans la tête d’une femme, c’est trop lourd à gérer !
    Mais c’est beau, bien écrit et tellement sensuel.
    Quelle horreur ! Pourquoi faut-il qu’elles réussissent absolument tout ce qu’elles font ? !

  • eh bien voilà le fantasme numéro un de tous les hommes qui visitent ce genre de site réalisé pour votre mari ! Bravo ! Vous êtes rare, très rare !
    Quel chanceux !

  • ton texte est vraiment tres excitant...
    je me suis vu a la place de l’amant, et j’adore ce genre de scenario.
    si tu desire en réaliser d’autres, n’hesites pas a me faire signe
    bises kokines

  • superbement raconter ! et des details subtils
    perso il manque un peu de details "sexuel"masi cela reste superbe quand meme
    bises

  • Beau texte,trés bien écrit.Histoire haletante et excitante.
    Mes félicitations Madame.
    Chanceux !votre amant et votre mari...
    Amicalement.
    Tony.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription