Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

un trajet perturbé

! Signaler un contenu abusif

Un trajet perturbé

Cette aventure, réelle, nous est arrivée il y a 20 ans et à l’époque, nous n’avions pas de portable ; nous partions en week-end prolongé, quand sur une route de la Drôme, la voiture s’est mise à chauffer, courroie de ventilateur coupée. La panne à plus de trente kilomètres d’un patelin et à plus de 19h ; en ce mois de mars, la nuit était déjà tombée ; les voitures étaient rares et ne se sont pas arrêtées malgré les signaux de Jean ; près d’une ½ h plus tard, c’est un camion qui finalement nous a pris en charge, et nous a proposé de nous emmener jusqu’à un routier assez proche ce qui nous a permis d’appeler un garage ; rien à faire jusqu’au lendemain, le garagiste ayant simplement consenti à prendre en charge le véhicule pour qu’il ne reste pas sur le bord de la route, et pas d’hôtel sur place, seulement la possibilité de se restaurer.
Pour remercier le chauffeur, jean invite le chauffeur, un italien, un peu lourdaud, mais sympa, parlant un français imagé ; nous prenons l’apéro. L’italien est loquace et l’apéro dure et surtout les verres se multiplient ; après deux whiskies, les oreilles me chauffent et je sens une chaleur que je connais bien ; les deux hommes se sentent bien, et j’avais oublié que les italiens parlent aussi avec leurs mains. Profitant du départ de jean pour les toilettes, sa main se pose sur ma cuisse en me complimentant sur mon physique ; j’ai 30 ans, pas très grande 1.60, assez mince et l’on me dit jolie ; mes seins, emprisonnés dans un petit soutien-gorge en dentelle pointent sous mon cardigan et ma jupe courte ne cache qu’une partie de mes jambes ; autrement dit c’est sur ma peau que sa main me pose, je lui retire , mais il insiste et sans doute un peu grisée, je ne bouge plus en attendant le retour de jean . Il le prend pour un accord et sa main glisse sur ma peau ; cela me rappelle de souvenirs sur le bateau et je commence à mouiller ; il est à la lisière de mon slip et il essaie d’y glisser ses doigts, je gesticule sur ma chaise pour éviter le contact, mais cela ne fait que lui ouvrir le passage et maintenant son doigt me titille le clito, il découvre mon humidité et me dit « tu mouilles et mon doigt c’est rien » je dois rougir surtout que je m’aperçois qu’à la table voisine, un homme ne perd rien du spectacle ; ma jupe a remontée et il peut voir le travail de la main sur mon ventre ; j’ai honte mais le plaisir d’être vu est plus grand et je sens ma mouille couler sur les doigts aguicheurs ; il sait y faire et j’essaye de me contrôler mais ma respiration s’est accélérée et je dois mordre mes lèvres pour ne pas gémir ; j’entends les réflexions grivoises de mon voisin, mais je ne me contrôle plus ; heureusement jean revient à ce moment et il retire ses doigts ; c’est brutalement le vide , juste au moment où j’allais jouir ; jean constate mon trouble et aperçoit ma jupe encore relevée. Il ne lui faut pas longtemps pour comprendre et avec un grand sourire, il me dit « je vois que tu ne t’es pas ennuyée pendant mon absence » et notre routier de répondre « y pas de raison si elle aime ça » ; la fin du repas est plus calme.
il nous propose de dormir dans son camion ; celui possède deux couchettes et un siège passager s’inclinant ; en effet, il doit rester sur place, en raison de son temps de travail, et dit-il vous serez mieux que dans les fauteuils du café ; j’allais poliment refuser quand, tapant sur son épaule Jean le remercie de nous tirer de l’embarra ; le voisin s’adresse alors au chauffeur et lui dit « si t’as une autre place , je suis partant ; celui –ci lui répond « elle n’a peut-être pas envie d’un polonais « et nous sortons en riant. Je sais ce qui va m’arriver et le fait de me faire prendre par un inconnu dans une cabine de camion m’excite ; le trajet est court, mais en arrivant j’ai déjà deux mains qui me pelotent les fesses et celle de mon mari a investi, avec vigueur mon sillon et me caresse l’anus ; j’ai les fesses à la vue de tout le monde mais cela me plait ; je sais que jean va aimer que je me fasse baiser et d’ailleurs sa bosse le prouve ; pour me faire monter dans la cabine, mon italien me pousse par les fesses et ses doigts frottent ma vulve, je fais trainer ; je sens son souffle qui court mes fesses ; bientôt il m’arrache ma culotte et c’est bientôt sa bouche qui lèche ma moule ; tout le monde peut voir mon cul , mais cela m’est égal ; maintenant j’ai envie d’une queue, et je sais que jean doit aimer me voir ainsi ; enfin tout le monde est dans la cabine et jean ouvre les ébats en me mettant nue et en me renversant sur le siège, ; dans le mouvement je me retrouve les cuisses écartées et sa queue investit la place ; il me laboure le ventre en m’écartant les jambes, je suis béante et son sexe glisse avec facilité, je suis trempée et je coule sur sa verge ; il ne tarde pas à jouir et il me remplit la chatte ; notre hôte s’est encapuchonné ; sa queue me semble énorme, une grosse veine cours et palpite, la place libre il s’enfourne dans la cavité ; je suis pourtant ouverte, mais le passage résiste, il me prend les hanches et avec un grognement, il se propulse, me brutalise, forçant les parois ; sous la poussée j’ai un hoquet et brutalement le plaisir déferle, je ne suis plus qu’une femelle qui se fait baiser , ses mains écrasent mes seins et pincent les tétons, son ventre vient me frapper les fesses et je sens ses boules s’écraser sur mon trou ;les ondes du plaisir ravagent mon corps ; je pars sans pouvoir retenir mes cris, et je crois avoir perdu la notion du temps ; quand je récupère, je vois mon jean qui bande à nouveau, assis sur le bord de la couchette, je le prends en bouche, mais c’est à mon sexe qu’il en veut ; il prend ma place sur le fauteuil et il me fait assoir sur sa queue, face à lui, ce n’est pas confortable mais ainsi son sexe bute sur mes parois et c’est moi qui rythme la possession, je l’embrasse tendrement, je l’aime encore plus depuis notre expérience avec le maitre de port et sa façon de m’offrir aux autres hommes me stimule ; sa voix me surprend dans mes pensées « tu sais que mon ami a une vue splendide sur ton cul « en effet j’ai la croupe bien visible et ses mains écartent mes lobes et me caresse le sillon ; cela remet en forme, son gland bute sur l’ouverture ; une claque bien sentie sur mes fesses me surprend et il en profite pour me bourrer sa grosse queue ; je crie ma douleur, mais rien n’y fait, il commence son va et viens et ma mouille favorise bientôt la double pénétration ; les deux hommes sont long à jouir et je ne sens plus qu’une longue jouissance ; c’est la première fois que je suis prise ainsi et mon plaisir en est décuplé, « encore, baissez-moi , j’ai envie de vos queues » mes paroles ne font que les exciter et bientôt je reçois un double jet de sperme ; les sexes me burinent le ventre encore et je sens les coulées le long de mes cuisses ; épuisée, je m’allonge sur la couchette, les cuisses serrées pour garder ce jus en moi ; rassasiée de plaisir et je m’endors heureuse.
Vers cinq heures, mon italien me réveille, la trique bien tendue ;mon jean dort dans le fauteuil, il m’allonge sur le côté et se couche contre moi ; je sens son gland entre mes cuisses et je lève la jambe pour qu’il puisse me pénétrer ; mes lèvres sont encore collées par le sperme et il force un peu ; il s’enfonce ensuite d’un seul coup et me lime puissamment, puis se retirant il se présente sur mon anneau ; il est trop gros et je me rebiffe ; j’aime me faire enculer, mais là même si l’envie est forte, j’ai peur de sa taille, surtout sans préparation ; rien n’y fait, il pousse fermement sur l’anneau , me bloquant les hanches pour que je ne puisse pas m’écarter « tu es une petite salope , tu vas la prendre dans ton cul et je vais te le remplir » ; il ne m’en faut pas plus pour à nouveau ressentir l’envie de me faire prendre : il pousse de plus en plus et soudain son gland franchit mon anneau, la douleur me fait hurler, mais il continue, et maintenant il me fourrage avec puissance, je me pince le clito pour m’aider, mon canal s’ouvre enfin, en même temps que mon plaisir remplace la douleur ; maintiennent c’est de plaisir que je crie et je m’aperçois que jean me regarde, la queue à la main « regarde, il m’encule , il me remplit avec sa grosse bite ; j’aime et il me fait jouir ; tu es cocu « je ne peux en dire plus, un jet chaud me remplit le ventre et déclenche ma jouissance ; je sens mon jus qui coule sur ma main .
Après le départ du camion, nous avons réintégrer le routier et sous les regards goguenards du patron, nous avons pris notre déjeuner, la jupe tirée le plus possible (je n’avais plus de slip), pris une douche et attendu sagement 11 h pour récupérer notre véhicule réparé. Le reste du parcours fut plus calme, mais pas notre séjour car mon mari avait beaucoup de « reproches » à faire à sa petite coquine et nos ébats ont occupés une bonne partie de la journée, au détriment du tourisme.

3 Commentaires

  • Bonjour ça fait loin dommage.. Qui sait peut-être un jour... En tout cas grand bravo pour votre épanouissement sexuelle votre mari doit être comblé au plaisir de lire votre prochaine aventure biz

  • Pour clam nous sommes dans le 79

  • Bonjour, qu’elle belle contribution très exit antenne vous êtes de quel coin ...?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription