Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Un scénario proposé aux couples candaulistes

! Signaler un contenu abusif

Un homme "JOUET" pour elle

Récit d’une fiction qui pourrait devenir réalité ... si des approches intéressantes nous sont faites.

Au début elle avait marqué une certaine réticence.
Ce scénario je l’avais imaginé en pensant à elle, considérant qu’il correspondait à ce qu’une femme aimant les jeux de l’amour pouvait avoir comme fantasme.

C’est à la lecture d’un premier jet soumis à sa critique qu’elle a finalement revu son point de vue. Ce que j’y avais évoqué avait fini par la convaincre au point d’être tentée de réaliser cette "petite folie coquine" si, d’aventure, l’occasion devait apparaître.

La "sélection" avait donc été faite par elle.

Plusieurs hommes (du site libertin sur lequel nous avons publié ce récit) s’étaient proposés afin d’être à la disposition de Madame.

J’avait pris des contacts préalables cernant un peu mieux les motivations de ces divers partenaires potentiels.
J’ai l’habitude de cette tâche de secrétaire / entremetteur et c’est avec plaisir que je l’exerce très souvent pour elle.

L’annonce qui avait été rédigée et placée sur le site précisait :

"couple de mature hétéros adepte de caudalisme désire rencontrer chez eux un homme bien proportionné de +/- 35/45ans et min 1,75 pour servir de jouet à Madame. Il aura les yeux bandés durant la rencontre. Voir notre présentation sur le site"

Elle reconnaissait avoir ses exigences mais si c’était pour avoir un "jouet" à s’offrir autant qu’il soit à son goût.
Plusieurs candidats postulèrent avec photos à l’appui.
Elle arrêta son choix sur un bel homme répondant à ses critères.
Il présentait un visage avenant, un regard franc souligné par des yeux clairs, un corps entretenu et un sexe des plus appétissant.
Qui plus est les échanges que j’avais entretenus avec lui laissaient percevoir un homme cultivé possédant un sens évident de l’humour.
Dans l’ensemble il était agréable à regarder et elle s’imaginait très bien avoir ce beau spécimen à son entière disposition.

Elle ne pût également s’empêcher d’émettre un commentaire après avoir fait son choix.

- " Finalement cette idée de m’offrir un homme objet m’excite de plus en plus et celui que j’ai retenu présente un très beau sexe. J’ai hâte de le découvrir à ma guise ".
- " Je ne m’attendais pas à être aussi impatiente de pouvoir jouer avec cette belle queue. J’ai vraiment très envie que cela se passe selon mes pulsions et fantasmes "

Elle finit donc par admettre que ce scénario lui convenait de plus en plus, d’autant qu’il présentait la caractéristique de voir cette fois les rôles généralement dévolus aux femmes inversés.

En effet les hommes fantasment souvent sur le fait d’avoir une femme docile et offerte se mettant totalement à leurs dispositions.
Lui bander les yeux ajoute incontestablement du piment à cette situation.
Pour l’homme cela représente une forme de légère soumission, il n’a pas à séduire, il peut posséder une femme qui de son plein gré accepte d’être à lui.
Pour la femme c’est le frisson assuré, le fantasme d’être prise par un inconnu puisqu’elle ne peut le voir.
Cette absence de vision augmente les autres formes de perceptions mais aussi cette notion psychologique de l’abandon total de son corps à un autre qui plus est dans le mystère de l’inconnu.

Ainsi donc ce serait un parfait inconnu qui se mettrait volontairement à sa disposition, abandonnant sa personne et son corps aux plaisir et envies d’une parfaite inconnue.

Elle prenait progressivement conscience des particularités de ce qu’elle allait vivre.
Elle allait pouvoir totalement se concentrer sur le corps de l’autre sans devoir soutenir son regard et inversement.

Elle admettait que ce scénario avait de nombreux avantages.
Une seule indécision vint lui parcourir l’esprit.
Serait il nu d’emblée ou elle sera amenée à le déshabiller ?

Les deux versions étant examinées et soupesées elle finit par opter par le déshabillage de son futur partenaire au gré de son envie du moment.

Tout en réfléchissant à la mise en œuvre de cette séance libertine nous convenions des quelques modalités préalables.

Je proposai de faire venir le "jouet" pendant qu’elle attendrait ailleurs dans l’appartement.
Après quelques échanges et mise au point je le placerais au milieu du séjour et lui banderais les yeux dans l’attente de l’arrivée de mon épouse à qui il s’est destiné.

Il prendra conscience de son arrivée et elle le saluera gentiment faisant ainsi entendre le son de sa voix qu’elle a agréable et harmonieuse.

Je lui suggère également qu’elle mette son "jouet" à l’aise. Qu’elle le remercie de la confiance qu’il nous accorde en s’offrant totalement à ses pulsions féminines.

Elle lui signifiera qu’elle aura l’envie de l’examiner en douceur à son rythme.
Il sera convenu qu’il ne parlera pas, acceptant d’emblée les envies diverses de mon épouse.

Elle pourrait alors joindre le geste à la parole.
Elle entamera une série de caresses douces par dessus les vêtements de son jouet.
Parcourant tout son corps elle marquerait un temps d’arrêt au niveau de ses fesses qu’elle palperait plus précisément. Je sais qu’elle s’affole à la vue de fesses d’hommes et cette fois ses pulsions caressantes apparaîtront sans aucun doute.
Après avoir jauger le galbe de ces courbes qui l’attirent ses mains iront s’évader vers d’autres zones sensibles.
Elles glisseraient sur son torse pour lentement s’égarer dans son cou.
Ses doigts s’aventureraient au dessus de la nuque pour y soulever délicatement la base des cheveux. Lentement elle redescendra vers les épaules en scrutant les réaction de son inconnu.
Elle pourra l’interroger et lui demander si ces approches délicates sont de nature à lui provoquer des sensations ... "spécifiques"...
- " disons plutôt des réactions incontrôlées " lui dira t’elle en riant tendrement ;
Sur ces paroles sa main descendra vers le sexe de son jouet pour le palper et constater le résultat de ses manipulations.
- " effectivement cela prend de belles proportions " dira elle en resserrant ses doigts sur le renflement nettement perceptible ...
- " L’évolution de notre coquinerie vous excite indubitablement ... Je dois vous avouer que moi aussi cela m’excite ... Vous me plaisez ! Vous m’excitez ! "
- " tout cela me donne vraiment envie de poursuivre mes explorations ... cette découverte et de vous déshabiller, de vous voir nu devant moi, pour moi ! "
- " Humm cela m’excite de savoir que je vais pouvoir vous regarder entièrement nu et parcourir lentement du regard chaque parties de votre corps. De vous examiner à ma guise avec délectation et insistance sans que vous ne sachiez ce que je regarde.

Sur ces paroles elle entamera l’ouverture de la chemise.
Sans précipitation elle ouvrira chaque bouton en les passant dans les boutonnière ce qui l’amènera à glisser le dos de ses mains sur la peau nue du torse de cet homme qu’elle commence à désirer.

Après ouverture complète elle fera sortit les pans de la chemise hors du pantalon.
En allant chercher les pans arrières elle enserrera son jouet et se trouvera pour la première fois proche de lui et en léger contact avec son corps.
Son visage sera près de celui de l’homme qu’elle effleurera de ses lèvres.
Elle se penchera vers le cou pour humer le parfum de ce mâle qu’elle convoite.
Elle se sent devenir animal, humant profondément les émanations de l’autre.
Ses mains finissent par parcourir le dos de celui qui progressivement sent l’égarement de son esprit.
Elle sent cette fois plus précisément qu’elle le veut à elle mais préfère ne pas précipiter les choses.
Ses mains glissent ensuite lentement dans le bas du dos, franchissent la frontière que matérialise une ceinture restée fermée.

Elle perçoit un léger duvet qu’elle flatte avec délectation du bout des doigts. La naissance des fesses est là avec un grain de peau agréable au toucher.
Elle voudrait aller plus avant, poursuivre cette progression sensuelle mais cette satanée ceinture l’en empêche. Elle dit à l’homme.
- " humm comme c’est envoûtant de percevoir ces diverses variations au toucher ".
- " j’aime cette découverte j’aime cette situation d’avoir un homme pour moi, à moi ".
- " C’est très excitant de savoir que l’on peut se gaver de telles sensations au gré de ses pulsions et sans retenue ".
Elle ne peut plus attendre et ajoute,
- " je vous veux nu, entièrement nu, pouvoir vous parcourir jusque dans les moindre sillons de votre corps " dit elle tout en ouvrant la boucle de la ceinture.
Encore un bouton et la tirette commence à descendre, lentement, inexorablement jusqu’à ce que le vêtement glisse et tombe.
Il frissonne mais ne bouge pas.
Elle exulte et ce qu’elle voit la submerge d’émotions sensuelles.
Sont jouet est maintenant devant elle le slip d’un léger coton blanc tendu, chemise ouverte et pantalon à ses pieds.
Il est là comme elle l’imaginait dans ses fantasmes de femme ce qui provoque chez elle un émoi qu’elle sent envahissant et excitant.q
Elle poursuit de le déshabiller en faisant glisser la chemise le long des bras pour la laisser tomber au sol.
Elle sourit d’aise devant le tableau et ne peut s’empêcher de tâter, soupeser, caresser ce sexe tendu au travers du tissus de coton immaculé.
Les formes apparaissent encore mieux dans ce type d’emballage.
Elle aime imaginer la "bête" et commence à la flatter au travers de ce dernier rempart.
- " humm elle se cache mais je la vois bien là qui palpite "
Son esprit vagabonde et des images lubriques défilent. Elle imagine comment la faire surgir mais en attendant elle poursuit ses flatteries ... Elle joue, elle écarte l’élastique qui enserre une cuisse et glisse ses doigts sous le tissus.
Les couilles sont là et elles réagissent à ce touché, elle les sens remonter, elles vivent et trahissent le trouble du jouet.
Qu’elle sortent dit elle en allant les chercher d’une main délicate. Elle sont maintenant là, sous ses yeux elle peut les palper, les malaxer à sa guise, elles sont là pour ça , pour elle ... Elle finit par enserrer délicatement les attributs de ce mâle en relevant la main comme pour les soupeser.

Ce faisant elle pose son regard sur le visage de l’homme, comment ressent-il l’action de cette femme ?
Elle veut voir comment il va réagir en lui prenant la queue sans pour autant déjà l’extraire de son dernier rempart.
L’homme comme convenu attend et remplit son rôle de jouet docile et à disposition.
Peut être recevra t’il bientôt les instructions de celle si l’utilise à sa guise ?
Elle finit par lui pŕendre les mains pour les lui placer dans la nuque avec l’injonction de ne pas bouger, de rester dans cette position.
Lui, dans cette attitude sent définitivement qu’il est l’objet, le jouet de cette femme dont il apprécie la façon d’agir avec douceur mais détermination.
Ses seules perceptions sont celles de ces mains qui le parcourt sans cesse et le son de cette voix harmonieuse.
Il n’oublie pas les effleurements de ces lèvres et de cette bouche délicate, son parfum de femme aussi.

Il frissonne à chaque fois qu’elle glisse ses mains sur son corps.
Maintenant elles descendent depuis son torse vers l’élastique du slip.
Elles poursuivent leur cheminement entraînant avec elle la dernière protection dissimulant son sexe tendu.
Il sent qu’elle fait de telle sorte que sa queue soit entraînée dans le mouvement jusqu’à ce qu’elle soit brutalement libérée et vienne frapper les muscles de son ventre.
Elle exprime alors irrésistiblement sa joie de voir cette belle bite enfin libre.
- " humm bel engin comme j’aime, raide avec une belle dimension et un gland caché par un adoŕable prépuce ".
Elle finit par baisser le slip qu’elle arrête à mi cuisse car cela donne une plus grande intensité sexuelle à la nudité...lorsqu’elle est partielle.
Il se sent totalement à elle...et aime d’être ainsi offert.
Elle s’empare de cette queue et ne peut s’empêcher de répéter.
- " j’adore, elle est comme je les aime et elle est uniquement pour moi ".

Elle a un côté enfantin.
Elle se sent libre face à son jouet et inconsciemment répertorie tout ce qu’elle va pouvoir faire avec lui.
L’homme perçoit l’émoi de l’inconnue.
Cela ne peut que l’exciter d’autant plus.
Il reste docilement à disposition tendu de la queue mais aussi de tout son corps.
La voix de cette inconnue, ses commentaires joyeux, son excitation perceptible au timbre de sa voix lorsqu’elle émet ses considérations et le fait qu’il soit à l’origine du plaisir perçu le rend encore plus sensible.

Finalement il ne se pose plus de question à propos de ce qu’elle est et comment elle est. Il veut se donner sans limite et faire en sorte qu’elle ose dépasser ses pulsions, qu’elle s’abandonne à toutes ses envies. Mais qu’elles sont elles ?

Que va t’elle entreprendre ? Il espère évidemment qu’elle lui procure un soulagement, que toute cette tension accumulée au fil des minutes puisse s’échapper.

Elle s’empare de la bite avec délicatesse et l’examine consciencieusement alors qu’elle décalotte le gland qu’elle découvre brillant et congestionné.
Elle remonte le prépuce faisant partiellement disparaître ce fruit écarlate pour le redescendre ensuite le long de la hampe. Elle s’émerveille de cette faculté à faire apparaître et disparaître ce superbe renflement lisse, doux et juteux.
Elle joue avec cette queue...sa queue... En la masturbant lentement à une main et finalement à deux mains.
Ensuite, ayant envie de sensations multiples elle part à la recherche des fesses qu’elle empoigne pour posséder encore mieux toutes ces zones érogènes.
Elle sens le galbe du fessier lui remplir les mains jouissant du velouté de la peau duveteuse sur laquelle glisse ses paumes.
Son excitation grandit.
Elle perçoit qu’il lui en faut plus, extrait un sein de son corsage et l’approche de ce gland tellement tentant.
Elle caresse son téton avec cette chaire gonflée, ce gland délicieusement doux. Cette foi elle ne peut résister à l’approcher de ses lèvres. Sa bouche est à la limite du contact et elle souffle doucement sur le frein du prépuce. La queue frémit traduisant le trouble du jouet.
Elle sent parfaitement les battements de cette bite qui semble implorer des sensations plus intenses...libératoires.
Cela fait plus d’une demi heure qu’elle joue avec lui et qu’il est quasi nu.
Il a perçu cette bouche féminine aux abords de son sexe.
Va t’elle aller au delà de cette limite ?
Il est tendu à l’extrême et son excitation ne cesse de croître.
Il espère être soulagé, qu’elle s’empare finalement de sa queue, qu’il sente les lèvre de cette inconnue glisser sur son chibre.
Elle poursuit ce simulacre de fellation reculant l’instant d’une prise plus intense.
Elle finit par tapoter cette queue avec l’intention de calmer son jouet mais aussi le plaisir de voir cette superbe bite valser de gauche à droite à chaque fois qu’elle frappe l’engin.
Elle constate que cette action n’a manifestement pas la vertu de calmer son jouet.
Il gémit et grogne plus de satisfaction que de douleur.
Pourtant elle ne veut pas le voir éjaculer avant qu’elle ait pu jouir totalement de ce moment d’intense plénitude.
Elle sent son état de trouble évoluer. Du simple jeu et de la curiosité qui l’a amené à cette situation, elle perçoit qu’elle est progressivement submergée par un puissant désir qui sourde en elle.
Elle ne peut résister plus longtemps... Comment posséder cette queue, comment faire qu’elle en jouisse et qu’elle libère toute la jouissance de son jouet ?

Subitement elle relève sa jupe et baisse brutalement sa culotte qui glisse à ses pieds et qu’elle finit par enjamber.
Elle s’approche du mâle, et d’une main lui prend une fesse pour le rapprocher d’elle alors que de l’autre elle lui prend la bite et s’en sert comme d’une batte pour se flageller la chatte.
Quelle sensation que de sentir cette chair douce et ferme butter contre son sexe, glisser à chaque passage sur le pourtour de son clitoris.

Ses coups sont diaboliquement précis et aboutissent immanquablement entre les lèvres humides de son sexe qui a chaque passage provoque un bruit caractéristique.
C’est un mélange subtil engendrant des vibrations dans tout son corps. Ses jambes tremblent et ne la supporte plus que difficilement.

Comment résister à l’intromission ? Elle ressent une envie irrépressible, celle de s’introduire cette colonne de chair dans sa chatte qu’elle perçoit comme béante, là maintenant, tout de suite... Mais pas sans protection.

Cet intermède lui a fouetté le sang mais elle se ravise et finit par s’accroupir devant l’objet qui l’affole.

La bite du mâle est à nouveau à l’orée de sa bouche.
Elle sent les battements de son cœur et ne peut résister plus longtemps.
Ses lèvres s’emparent du sexe et enserre le gland flamboyant.
Elle soupir d’aise lorsque cette chaire turgescente et follement douce flatte son palais. Sa langue entame une action circulaire et parcours la naissance du gland.
Humm quel délice soyeux que cette chair en bouche.

Elle combine une masturbation légère avec un pompage efficace, ses joues se creusent pour imprimer une aspiration autour du membre congestionné.
Progressivement l’homme, l’inconnu s’estompe et finalement n’existe plus. Il ne reste qu’une queue, magnifique jouet avec ses veines marquées et son calibre respectable.
Elle s’applique maintenant consciencieusement à imprimer un mouvement cadencé. Elle se caresse les seins en passant la queue d’un téton à l’autre.
Elle reprend le gland en bouche et grogne à nouveau de satisfaction.
Elle pompe et pompe encore.
Tout son être n’est qu’une bouche voluptueuse et disponible pour cette queue magnifique.
Elle guette les prémices de l’éjaculation.

Pendant qu’elle s’affole sur le sexe de son jouet je prend l’initiative de la masturber, sa chatte est gluante et mes doigts glissent avec agilité de ses lèvres à son clitoris. Elle vibre et je tente d’agir afin de provoquer un orgasme simultané avec celui de son jouet.

Elle accélère le rythme et l’intensité de ses succions qu’elle accompagne de feulements.
Lui grogne de plus en plus fort et son corps se tend, vibre et s’arque.
Elle sent qu’il va venir et dirige sa queue vers ses seins,
De longs jets de spermes viennent s’y étaler.
Je poursuis la masturbation du sexe de ma douce et appuies sur son clitoris . Elle jouit dans un tremblement final.
Elle sourit en étalant le sperme sur ses seins. Elle adore.

Elle se lève et dans un soupir accompagnant un léger baiser sur les lèvres de son jouet elle annonce qu’elle va se rafraîchir le corps et l’esprit.

Je reste seul avec le jouet qui se rajuste après que je lui ai enlevé son bandeau.
Il redevient simplement un homme, un délicieux partenaire de jeux un nouveau comparse.

Nous devisons et il exprime tout le plaisir qu’il vient de vivre intensément.

Nous nous affalons dans les fauteuils et j’ouvre une bouteille de champagne.

Elle réapparaît rayonnante, sourit à son jouet et le remercie pour ce fabuleux moment de connivence et de confiance.
Sa robe est coquine.
Son regard pétille et traduit son émoi.
Nous trinquons en échangeant nos impressions, les cœurs sont légers.
Il la regarde. Il la découvre et la trouve jolie.
Il a envie d’elle , très fort.
Il bande à nouveau.

2 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription