Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Un partenaire qui ne s’en était pas douté. Seconde partie

! Signaler un contenu abusif

Acceptant mon invitation il s’est installé. Assis face à Christel, ses yeux la dévoraient avec une gourmandise qui faisait plaisir à voir.
La soirée se passait bien, la musique était bonne et les gens présents s’en donnaient à coeur joie.
A quelques reprises, Christel et Léon (le vieux danseur) sont allés dehors pour fumer.
Alors qu’il était parti au bar chercher des boissons pour nous trois j’ai signalé à Christel que Léon n’avait d’yeux que pour elle. Elle m’a répondu qu’elle l’avait remarqué et que à chaque sortie cigarette il ne cessait de lui dire des petites choses coquines.

Et je m’amuse à l’allumer, dit-elle.
Je l’ai encouragée à continuer, afin de voir jusqu’où il irait. Elle en fut ravie, elle adore se faire draguer par des vieux, d’ailleurs ce sont uniquement des hommes de cet âge qui sont ses amants d’un jour (ou d’une nuit).

M’ayant demandé la permission, et moi l’ayant plus que volontiers accordée, ils allèrent à nouveau danser ensemble à plusieurs reprises.
De loin je suivais leur manège, régulièrement il lui caressait le popotin et, de son côté, je la voyais rire et lui chuchoter des choses à l’oreille.

Rentrant d’une énième sortie cigarette, Christel me demanda d’aller danser avec elle. Elle sait que je n’aime pas ça, mais son petit clin d’oeil m’a encouragé à le faire.
Et tandis que nous bougions nos corps au rythme de la musique, elle m’a révélé que Léon avait été assez entreprenant à l’extérieur.
En fait, alors qu’ils étaient seuls et faisant mine de vouloir lui parler à l’oreille, il lui avait donné un petit baiser chaste sur les lèvres. Vu qu’elle n’avait pas eu de réaction outrée il a certainement pensé (à juste titre) qu’elle était une coquine qui ne se gênait pas pour tromper son mari. Alors il l’a entraînée un peu plus loin, derrière les voitures garées sur le parking, et il s’est permis quelques privautés.
L’adossant contre un 4x4, il l’a embrassée à pleine bouche tandis qu’une de ses mains est partie en exploration. D’abord sous sa robe et ensuite dans sa culotte pour finalement introduire un doigt dans sa petite chatte.
Je me suis douté qu’il y avait eu plus que un moment tabac entre vous, lui dis-je, quand vous êtes revenus tu étais toute rouge.
Et, collés l’un à l’autre, avec énormément de discrétion, à mon tour je suis allé dans sa culotte. Pas besoin de forcer le passage, c’était tellement humide que mes deux doigts y entrèrent en un mouvement. Je lui ai susurré qu’elle était une petite cochonne et elle en a ri.
Les heures passant et mon excitation grandissant, j’ai échafaudé un petit plan qui me, ou plutôt nous, satisferait.
J’ai soumis à Léon que vu les quelques verres d’alcool qu’il avait bu, nous nous proposions de le ramener chez lui, qu’il valait mieux qu’il vienne rechercher sa voiture le lendemain. Tout de suite il a accepté !
Mon idée était de l’emmener chez nous, de le mettre dans notre lit avec Christel.
Mais tout ne se déroula pas ainsi, ce fut même mieux que ce que je ne m’étais imaginé.

A suivre

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription